Retour sur les sceaux des bourgeois de Strasbourg

Ce 9 avril dernier, Thomas Brunner était invité par les Amis du Vieux-Strasbourg pour donner une conférence sur « Les sceaux des Bourgeois de Strasbourg au Moyen Âge ». Basé principalement sur les Schwörbriefe (Chartes de serment) de la ville, et l’étude menée par Olivier Richard, il nous a immergé dans l’univers médiéval où la hiérarchie des métiers régnait, et la représentation visuelle sur un sceau pouvait favoriser une vraie ascension sociale. Le public dans la salle Léon XIII était bien engagé, et a posé de questions intéressantes à la fin de la conférence.

Nous remercions vivement les Amis du Vieux-Strasbourg pour leur accueil et leur intérêt à notre projet SigiAl. C’était un plaisir d’être parmi vous !

Voici quelques impressions de la soirée :

Evénements SigiAl en avril

Après les deux journées de collecte en mars aux Archives d’Alsace, site Strasbourg, ce nouveau mois d’avril s’annonce plus calme. Néanmoins, nous avons quelques activités pour vous avant l’arrivée des vacances du printemps.

Le 9 avril, Thomas Brunner donnera une conférence intitulée « Les sceaux des bourgeois de Strasbourg au Moyen Âge » dans le cadre des événements organisés par les Amis du Vieux Strasbourg. Elle portera sur une étude faite à partir des Schwörbriefe (chartes de serment) de la ville de Strasbourg. La conférence aura lieu mardi, le 9 avril à 18h au Foyer des étudiants catholiques (FEC) à 17, Place Saint-Etienne à Strasbourg, Salle Léon XIII.
L’entrée est libre et gratuite. Venez nombreux !

Ce qui est collecté doit être saisi … le prochain atelier de saisie aura lieu mercredi, le 10 avril de 14h à 16h à la MISHA (salle informatique) à Strasbourg. Venez avec vos dossiers, avec vos questions ou simplement pour dire bonjour. Si vous n’avez pas de dossiers à saisir, nous pouvons vous fournir quelques-uns qui sont en attente.

La prochaine réunion de volontaires aura lieu mercredi, 17 avril de 14h à 16h à la MISHA (salle Antarctique, 239) à Strasbourg. Cette réunion sera l’occasion de se revoir et de parler des actualités de notre projet et de la base SIGILLA. N’hésitez pas à nous faire part de vos recherches et vos collectes personnelles – une période de discussion des dossiers et des expériences est prévue.

Retour sur la journée aux Archives d’Alsace

Le 13 mars, un groupe de volontaires s’est rendu aux Archives d’Alsace, site Strasbourg pour continuer la collecte des sceaux qui y sont conservés. Le but de la journée était d’avancer la collecte pour les sceaux antérieurs à 1350. Une bonne quarantaine de documents ont été traités et notre récolte de sceaux n’était pas décevante !

Vu l’époque de la collecte, beaucoup de documents étaient rédigés en latin – mais nous avons trouvé quelques exemples en allemand au XIIIe siècle ! Beaucoup d’actes au sujet de l’excommunication (ou pas) de la ville de Mulhouse ont été également exploré avec de sigillants de la région et d’ailleurs – Mulhouse, Strasbourg, Bâle, Constance …

Comme nous n’avons pas réussi à traiter tous les documents que nous avons réservés, une matinée de collecte impromptue a été lieu le 22 mars afin de bien boucler le travail. Nous avons bien traité le dernier document à midi pile.

Bravo à toute l’équipe pour ce travail magnifique lors de ses journées de collecte !

Nous remercions les Archives d’Alsace pour leur accueil chaleureux et nous avons hâtes d’y retourner pour continuer la collecte ! Surveillez bien la base SIGILLA pour les nouveaux ajouts !

Voici quelques impressions des journées :

Conférence : Les sceaux des Strasbourgeois

Dans le cadre des événements organisés par les Amis du Vieux Strasbourg, Thomas Brunner donnera une conférence intitulée « Les sceaux des bourgeois de Strasbourg au Moyen Âge ». Pour ceux qui ont raté la conférence des Jardin des sciences en décembre, voici l’occasion d’apprendre plus sur les évolutions sigillaires des bourgeois de Strasbourg vu à travers les Schwörbriefe (Chartes de serment).

La conférence aura lieu :

mardi le 9 avril 2024 à 18h
au Foyer des étudiants catholiques, 17 Place Saint-Étienne, Strasbourg
Salle Léon XIII

L’entrée est libre et gratuite. Venez nombreux !

Un retour aux AVES

Ce mercredi passé, une équipe SigiAl s’est rendue à nouveau aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES). Les archives ont de fonds très riches en sceaux et nous n’étions pas déçus ! Nous avons continué le traitement des sceaux trouvés dans la série CH (Deux boîtes et demi dans la journée !).

Parmi les sceaux trouvés sont des sceaux des villes : Strasbourg (bien sûr), Worms, Mayance, et même un nouveau sceau type pour Spire ! Mais aussi de nobles plus petits dont leur identification reste en suspens pour le moment. La série CH est classé en ordre chronologique, et à la fin de la journée, nous étions au début de l’année 1336 – il nous reste donc de quoi faire avant d’atteindre l’année 1350 …

Nous remercions vivement l’accueil des archives et nous y retournerons avec plaisir pour poursuivre la collecte !

Voici quelques impressions de la journée :

Une soirée sous les sceaux des chanoines

Hier, dans le cadre des conférences de la Société des amis de la cathédrale de Strasbourg, Thomas Brunner et Olivier Richard ont présenté les sceaux des chanoines de Strasbourg au Moyen Âge. La salle du Münsterhof était bien remplie et le public bien intéressé par ces petits bouts de cire sur les chartes médiévales.

La conférence a commencé avec un peu de contexte sur l’arrivée des sceaux en Alsace et son importance pour l’écrit et son développement. Ensuite nous avons appris les fonctions spécifiques des chanoines et leur importance dans le diocèse de Strasbourg suivi par les évolutions de représentations et des motifs choisis par les sigillants. C’était une soirée passionnante !

Si vous êtes intéressé pour nous rejoindre ou avez de questions sur le projet SigiAl, n’hésitez pas à prendre contact avec nous sigial-contact@unistr.fr.

Voici quelques impressions de la soirée :

Retour sur la conférence : Donner une bonne image de soi

Dans le cadre des conférences de lundi du Jardin des sciences de l’Université de Strasbourg, Thomas Brunner a présenté quelques éléments et exemples des sceaux des Strasbourgeois au Moyen Âge ce lundi passé. S’appuyant sur le travail effectué par notre collègue et co-fondateur du projet, Olivier Richard, et le corpus des sceaux présents sur les chartes de serment (Schwörbriefe) de Strasbourg, il nous a expliqué la hiérarchie et quelques enjeux de représentation sur un sceau.

Il était un après-midi passionnant avec un grand public intéressé. Nous étions contents de revoir quelques volontaires, mais aussi beaucoup de nouveau visages. Si vous vous intéressez aux sceaux, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’information sur notre travail.

Voici quelques impressions :

Strasbourg, 1330/1334: qui choisit la manière de sceller ?

La saisie dans la base SIGILLA de deux chartes scellées des échevins de Strasbourg respectivement datées de 1330 et 13341 nous a paru illustrer les questions qui se posent sur les choix faits sur la manière de sceller et notamment sur la forme donnée au revers des sceaux dans une région où le contre-sceau n’était pas usité. Les magistrats dont la fonction consistait notamment, d’après les statuts urbains de 1322, à faire émerger un majorité sur une décision prise par le Conseil de la ville2, entérinent dans la charte de 1330, à la demande des tisserands, une décision de ce type portant sur la participation des tisserandes (weberin) au travail de leur époux, et la confirment quatre ans plus tard dans le second document. L’acte de 1330 a été scellée par 12 échevins, celui de 1334 par 13 (Fig. 1). Trois d’entre eux se retrouvent sur les deux actes et utilisent le même sceau: Johannes Zorn, Nicolas (I) Grostein et Nicolas (II) Ottfriedrich (pour ce dernier la seconde empreinte est malheureusement perdue). Tous ont recouru à leur sceau personnel.

Fig. 1 – AVES, CH 41 / 895 : Les deux séries de sceaux sur double-queue de parchemin

La seconde charte est un transfixe de la première: les attaches en double-queue de parchemin ont été insérées entre deux attaches dans le repli du premier acte, de sorte qu’il y a une alternance presque parfaite entre les sceaux du collège des échevins de 1330 et ceux de leurs successeurs de 1334 (Fig. 1 & 2). Les premiers encadrent les seconds, autrement dit, le sceau le plus à gauche et le sceau le plus à droite de la série de 25 empreintes appartiennent à la charte de 1330. Pour permettre l’insertion des 13 sceaux de 1334, deux paires d’empreintes se retrouvent dans un même intervalle (respectivement les sceaux en position n°2 et 3 de 1334 entre les n°2 et 3 de 1330 et les n°6 et 7 de 1334 entre les n° 5 et 6 de 1330) (Fig. 2).

Fig. 2 – AVES, CH 41 / 895 : Détail de l’alternance des premières attaches dans le repli de la charte de 1330, surmonté du repli de 1334. En jaune, les attaches de 1330. En rouge, celles, ajoutées, en 1334

Grâce à ce système aussi ingénieux que délicat à mettre en oeuvre, les deux parchemins ont été inextricablement liés, montrant d’une certaine manière par leur union la continuité de la volonté des échevins dans l’adoption de la disposition règlementaire. D’un point de vue technique, lors de la constitution des empreintes au moment de l’opération de scellage, la charte de 1334 n’a pu être scellée qu’une fois les 13 queues de parchemin insérées dans le repli de l’acte antérieur. Le scellement a sans nul doute été l’oeuvre d’une (ou de plusieurs) personne aguerrie.

Des double-queues en Y alternant avec des Y inversés

Si la cire, d’après sa couleur, paraît être semblable entre les chartes, et peut-être émaner de la chancellerie municipale, deux petits détails diffèrent entre les deux séries de sceaux et nous amènent à nous interroger sur la responsabilité des opérations de scellement et le sens qu’on a pu vouloir leur donner. Le premier aspect concerne la double queue de parchemin: ses deux bandes n’ont pas été laissées droites et verticales dans la galette de cire, mais l’une d’elles a été pliée pour former un angle droit et ainsi ressortir par l’un des côtés de l’empreinte, perpendiculairement à l’autre bande de parchemin. Cette technique renforçait l’adhérence de la cire à son attache et empêchait l’empreinte de glisser ou d’être tirée. Sur les sceaux de 1330, la languette ressort systématiquement par le bord droit des empreintes (à la gauche de l’observateur donc), formant un “Y inversé”. Sur ceux de 1334 – à l’exception des sceaux n°1 et 10 – c’est au contraire sur la gauche de l’empreinte que déborde la bande de parchemin qui forme un Y “normal” (Fig. 3).

Fig. 3 – Gauche : queue en Y inversé (sceau de Pilgerin, n° 6 de 1330) – Droite: queue en Y (sceau de Cuntz de Pfaffenlapp, n° 12 de 1334). Les deux photos ont été réalisées avec des appareils différents d’où la différence de teinte.

On peut imaginer que, malgré les deux petits ratés (volontaires?) qui rompent l’homogénéité de la seconde série, cette modeste différence technique est née de l’envie de manifester un effet de contraste ou même peut-être de permettre la distinction entre les deux rangées de sceaux. La queue en Y de 1334 ne peut en effet résulter d’une contrainte technique puisqu’il a été possible de sceller deux empreintes de cette année avec le Y inversé.

Deux types de marques dorsales

Une logique de différenciation similaire semble avoir eu cours pour le revers des empreintes: en 1330, une trace circulaire occupe le centre du disque (Fig. 4). Les marques de doigt ou de phalange se sont imposées sur les empreintes de la région depuis le milieu du XIIIe siècle3. Toutefois, étant donné la netteté du rebord et sa parfaite circularité, nous pourrions être en présence, en l’espèce, de la trace laissée par le bout du manche d’un outil tel peut-être celui du couteau dont se servaient les scribes pour tailler leur plume. En 1334, ce sont en revanche deux rainures horizontales et parallèles qui ont été systématiquement pratiquées (Fig. 4). Elles pourraient avoir été faites à l’aide de l’appendice de préhension du sceau comme le suggère Damien Berné à propos de sceaux contemporains des évêques de Strasbourg4.

Fig. 4 – Dos des deux empreintes (1330 à gauche, 1334 à droite) du sceau de Nicolas de Grostein, monnayeur de la ville.

On imagine volontiers que dans des pratiques routinières de chancellerie, on aurait répété la même technique pour disposer en Y les bandes de parchemin des doubles-queues comme pour marquer le dos des empreintes, sauf à vouloir distinguer visuellement les deux séries de sceaux représentant des collèges échevinaux distincts. Cependant la marque dorsale n’étant pas immédiatement visible et nécessitant une manipulation pour être observée, cette hypothèse nous paraît fragile.

Le choix des marques dorsales n’est pas non plus imputable aux échevins. On s’explique mal, sinon, pourquoi les trois magistrats présents en 1330 et 1334 auraient changé de forme de marquage, surtout si, comme on a pu l’affirmer, ces marques étaient sensées renforcer la personnalisation du sceau, faisant office de substitut au contre-sceau utilisé ailleurs5.

Reste la possibilité d’une initiative du scelleur: les deux actes ne sont pas écrits par la même main (Fig. 5). Le scribe n’était pas forcément celui qui scellait l’acte qu’il avait produit, mais en l’occurrence nous pouvons supposer que pour le scellement également, deux individus différents sont intervenus. Dans ce cas, le choix de l’une ou l’autre technique pourrait être le signe d’habitudes de travail propres à chacun d’eux ou l’expression d’une volonté de laisser sa marque, peut-être à l’instar de ce que pratiquaient alors les tailleurs de pierre sur le chantier de la cathédrale.

Fig. 5 – Clawes Ottefriderich(e) (Nicolas Ottfriedrich) écrit respectivement par les mains de 1330 et de 1334.

Ces marques dorsales doivent-elles être considérées uniquement sous l’angle d’une fonction symbolique qui nous échappe ? Ou avaient-elles également un rôle technique? On lit souvent que la forme ronde et pleine du revers aurait conféré à l’empreinte une plus grande solidité6, mais il nous semble que de telles affirmations mériteraient d’être étayées par des expérimentations ou des études physiques. Selon Jules Roman, le contre-sceau renforçait l’authenticité de l’empreinte en empêchant son altération ou son détachement, mais il ne donne pas plus de détails sur ces aspects techniques7. On peut se demander si l’apposition de la contre-empreinte n’avait pas également pour effet de consolider l’adhérence de la cire sur son attache par une pression plus accentuée. Les marques dorsales alsaciennes pourraient-elles être les reliquats d’une pratique similaire visant au renforcement de la galette par une telle pression au moment de la construction du sceau? Tout cela demanderait une vraie étude des sceaux dans leur matérialité même.

  1. AVES, CH 41 / 895 et son transfixe. []
  2. Cf. Laurence BUCHHOLZER, “Echevin”, DHIA []
  3. Damien BERNE, Les sceaux des évêques de Strasbourg au Moyen Âge, Mémoire de Maîtrise, U. Strasbourg II, t. 1, 2004, p. 23 []
  4. Ibidem, p. 23-24. []
  5. Ibidem, p. 23, qui réfute la possibilité de cette fonction. []
  6. Ibidem, p. 24. []
  7. Jules ROMAN, Manuel de sigillographie française, Paris, 1912, p. 12. []

Retour aux AVES !

Nous continuons à organiser des activités de collecte des sceaux alsaciens ! La journée de collecte pour le mois d’octobre sera

Jeudi, le 12 octobre 2023
aux Archives de la Ville et de l’Eurométrople de Strasbourg.

Avec ce retour aux archives (nous y étions déjà en février de cette année), nous poursuivrons la collecte en ordre chronologique. Nous nous sommes arrêtés à 1318.  La journée commencera vers 9h et terminera vers 17h. Un déjeuner convivial avec l’archiviste est également prévu. Tout le monde est le bienvenu – n’importe son niveau d’expérience ! La sigillographie s’apprend le mieux sur place avec les documents.

Afin de vous inscrire, je vous prie de m’envoyer un mail avant le 4 octobre.

Prochaine journée de collecte à Strasbourg !

Nous avons le plaisir de vous annoncer notre prochaine journée de collecte ! Les journées de collecte sont des occasions parfaites pour mieux connaître notre travail et pour se plonger dans les actes sur place en groupe !

La prochaine journée aura lieu :

aux Archives de la ville et de l’Eurométropole Strasbourg
32, Avenue du Rhin à Strasbourg
vendredi, le 10 février 2023

Rendez-vous sur place vers 9h pour commencer la journée. Après une matinée de travail, nous déjeunons ensemble (pris en charge par le projet) et puis, nous revenons pour continuer la collecte l’après-midi.
L’archiviste, Benoît Jordan, nous a également proposé une visite dans le magasin des archives.

Si vous aimeriez bien nous rejoindre – bien sûr aussi pour la première fois – je vous prie de me contacter pour que je vous ajoute à la liste, et je vous tiendrai au courant de l’organisation !

La Cathédrale de Strasbourg à l’honneur chez Passion Médiévistes !

Connaissez-vous déjà le podcast Passion Médiévistes ? C’est un podcast qui mène une interview chaque mois avec un.e jeune médiéviste depuis avril 2017. Les sujets sont divers et couvrent l’intégralité du Moyen Âge. L’épisode le plus récente porte sur notre cathédrale de Strasbourg !

L’archiviste des archives de la ville de l’Eurométropole de Strasbourg, Benoît Jordan, et conservateur-restaurateur à la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Mathieu Baud vous amènent derrière les coulisses pour mieux comprendre ce bâtiment merveilleux qui marque nos jours quotidiens.

Journée d’études SigiAl

Lancé fin 2019 par le laboratoire ARCHE (Université de Strasbourg) avec le soutien de la FSHAA, le projet SigiAl (Sigillographie de l’Alsace – un projet de sciences participatives pour répertorier et numériser tous les sceaux conservés en Alsace) arrive au terme de sa première phase. Pour célébrer le travail déjà accompli par les volontaires et présenter l’avancement du projet et ses premiers résultats, une journée d’études est organisée à Strasbourg le 24 juin 2022. Dans un cadre tout à la fois scientifique et festif, certains des volontaires présenteront leurs travaux et leurs études issues de la collecte des sceaux alsaciens. Jean-Luc Chassel Président de la Société française d’héraldique et de sigillographie, et Philippe Jacquet, créateur et co-responsable de la base SIGILLA, seront nos invités d’honneur.

N’hésitez pas à nous rejoindre pour une journée de découvertes et de discussions !
Tout le monde est le bienvenu !

Vendredi, 24 juin 2022 de 9h à 17h
Salle Fustel, Palais Universitaire,
9 Place de l’Université, Strasbourg

Participation gratuite

Journée d’études SigiAl – Réservez la date !

Notre projet va organiser une journée d’études afin de commémorer la première phase de SigiAl. Réservez la date dès maintenant :

Vendredi, le 24 juin 2022 de 9h à 17h
Salle Fustel au Palais Universitaire

9, Place de l’Université, Strasbourg

Au programme seront des présentations des volontaires sur leurs travaux aussi bien que des interventions de l’équipe et des invités. Plus d’informations à suivre !

Prochaine réunion des volontaires … en présentiel !

Marquez la bien sur vos agendas, la prochaine réunion des volontaires sera en présentiel et aura lieu :

vendredi, le 22 avril 2022
de 10h à 12h
au Palais Universitaire (salle 127) de Strasbourg

Un repas convivial pris en charge par le projet suivra la réunion.

L’ordre du jour sera bientôt défini. Au plus grand plaisir de vous revoir !

Les sceaux des chanoines des collégiales de Strasbourg en 1453 : « habits de moines, âmes de laïcs » ?

Charte du 12 juillet 1453, AD 67 – G 4215 / 10

Le 12 juillet 1453, les trois chapitres des collégiales Saint-Thomas, Saint-Pierre-le-Jeune et Saint-Pierre-le-Vieux de Strasbourg constituaient une ligue visant à protester et à s’unir contre des décisions de l’évêque Robert de Bavière[1], jugées infondées. Celui-ci demandait en effet aux chapitres de payer des subsides importants et il avait, à la suite du synode diocésain de 1452, fait publier des statuts par lesquels il tentait d’introduire des réformes visant à lutter contre l’inconduite des clercs, et à les soustraire au pouvoir grandissant du Magistrat de Strasbourg[2]. C’est la charte instituant cette ligue de 1453, qui se trouve aujourd’hui aux archives d’Alsace, site de Strasbourg, que nous avons photographiée et mise en ligne sur Sigilla.

La charte est aujourd’hui pourvue de 41 empreintes sur les 43 qui y étaient appendues à l’origine[3], à savoir les sceaux de chaque chapitre ainsi que 40 sceaux de chanoines. La suscription cite les noms, dignités et grades universitaires des chanoines sigillants : 15 chanoines de Saint-Thomas, 11 de Saint-Pierre-le-Jeune, 14 de Saint-Pierre-le-Vieux. Elle n’est pas sans faire penser aux quatorze Schwörbriefe (chartes de serment), mises en ligne par Olivier Richard, qui permettent de voir les sceaux des patriciens et gens de métier approuvant ces textes constitutionnels[4]. En nous permettant d’observer 39 empreintes de sceaux de chanoines, elle nous renseigne sur la façon dont ces ecclésiastiques se présentaient à leurs contemporains.

Une illustration du cumul des prébendes canoniales

L’organisation de la charte est rigoureuse. C’est le chapitre Saint-Thomas, le plus prestigieux des trois, qui a la préséance, suivi de Saint-Pierre-le-Jeune, puis de Saint-Pierre-le-Vieux. Chaque séquence s’ouvre par le sceau du chapitre, puis suivent les sceaux des chanoines. Il en est ainsi de Saint-Thomas, dont le sceau capitulaire d’ouverture a disparu, mais dont les 15 empreintes de chanoines sont conservées. Bien que ce document soit d’une très grande importance, la vingtaine de chanoines qui constituent le chapitre n’ont donc pas tous scellé[5]. Les causes des absences sont difficiles à cerner. On sait toutefois que certains chanoines ne résidaient que fort peu à Strasbourg.  Parmi ces prélats absents de la charte, on pense à Jodocus Albrant, qui cumulait son canonicat avec la tâche de notaire apostolique à Rome, ou à Arbogast Ellenhart, qui, déjà recteur de Mutzig, avait aussi été nommé official de l’évêque, fonction qu’il occupait à la date de la charte[6]. Ce cumul ne devait d’ailleurs guère être confortable pour lui, puisqu’on imagine mal l’official signer une charte visant à protester contre l’évêque qui l’a nommé à son poste, fût-ce pour soutenir les membres du chapitre auquel il appartenait[7]. On pourrait sans doute faire les mêmes remarques générales sur le chapitre de Saint-Pierre-le-Jeune, dont onze chanoines sur les quatorze, ont scellé[8]. Quatorze chanoines de Saint-Pierre-le-Vieux sont représentés, le nombre total de prélats y disposant d’une stalle étant cette fois incertain[9]

Sceau de Paul Munthart, AD 67 – G 4215 / 10, Empreinte n°1, 1453
Sceau de Paul Munthart, AD 67 – G 4215 / 10, Empreinte n°2, 1453

Le cumul des prébendes est illustré toutefois d’une façon bien plus visible par le fait que plusieurs chanoines scellent plusieurs fois.  C’est le cas de Paul Munthart, licencié en droit canon et ancien official, qui scelle deux fois du même sceau, comme chanoine de Saint-Thomas et comme chanoine de Saint-Pierre-le-Jeune. C’est le cas aussi de Conrad Drach, mais qui scelle de deux sceaux différents, car simple chanoine de Saint-Pierre-le-Vieux, il est aussi doyen de Saint-Thomas. La palme revient à Georges Zorn, qui scelle trois fois, deux fois avec son sceau personnel comme chanoine de Saint-Thomas et de Saint-Pierre-le-Jeune, et une troisième fois avec son sceau de prévôt de Saint-Pierre-le-Vieux. On touche du doigt ici les critiques sur le cumul des charges et prébendes que les prédicateurs alsaciens adressaient à l’Église de leur temps : l’historien et pédagogue humaniste Jacob Wimpfeling (1450-1528) estimait ainsi que 70 chanoines se partageaient 114 prébendes[10].

Georges Zorn, sceau personnel, AD 67 – G 4215 / 10, Empreinte n°2, 1453

Georges Zorn, sceau de prévôt du chapitre Saint-Pierre-le-Vieux, AD 67 – G 4215 / 10, 1453

Des prélats qui se présentent d’abord comme membres d’un lignage

Sceau de Jean Simler, AD 67 – G 4215 / 10, 1453
Sceau de Lamprecht Riedesel,
AD 67 – G 4215 / 10, 1453
Sceau de Burkard Schone,
AD 67 – G 4215 / 10, 1453

Deux types de sceaux sont présents sur la charte. Les plus nombreux sont des sceaux ronds qui présentent presque tous un écu armorié (seuls deux échappent à cette règle[11]). Cette pratique des sceaux armoriés est aussi bien le fait de chanoines issus des lignages nobles d’Alsace, comme les Zorn et les Kageneck, que des chanoines issus de familles d’artisans ou de commerçants. Ainsi Jean Simler, qui deviendra un personnage important de l’Église de Strasbourg dans la seconde moitié du XVe siècle, était fils d’un marchand drapier[12], et Jean-Adolphe Melbruge était le fils d’un marchand de grains plusieurs fois Ammeister. Cette pratique du sceau armorié était également partagée par les chanoines non alsaciens, nombreux dans les chapitres à cette époque[13]. Lamprecht Riedesel présente ainsi un écu qui indique qu’il était issu de la famille noble des Riedesel zu Eisenach, de Hesse[14].  Parmi les sceaux armoriés, la plupart présentent l’écu, nu au centre du champ, mais quelques uns se distinguent, tel celui de Burkard Schone qui montre un écu penché, timbré d’un heaume et de son cimier, modèle qui, sur les Schwörbriefe, est plutôt en vogue chez les nobles et patriciens désignés par les Constofeler[15], même si des gens de métier tendent à imiter ce modèle. Le caractère assez uniforme des sceaux, s’il masque donc une certaine hétérogénéité sociale, voire géographique, du peuplement de ces chapitres, semble témoigner d’un fait : ces chanoines choisissent de se présenter sur leurs sceaux comme membres d’une famille et d’un lignage, noble ou non, plutôt que comme gens d’Église.  

Il existe pourtant des sceaux qui font systématiquement référence à l’état ecclésiastique du sigillant. Il s’agit du deuxième type de sceaux, en forme de navette. Seuls les dignitaires des chapitres utilisent ces sceaux : prévôts, doyens, écolâtres, trésoriers  (aussi dits custodes), chantres. La règle n’est pas absolue : Jean Simler, écolâtre de Saint-Thomas, scelle de son sceau personnel. A Saint-Pierre-le-Jeune, seul le prévôt utilise ce sceau en navette : l’écolâtre Martin Reuchel, le trésorier Jean Iselin et le chantre Paul Munthart, ainsi que le cellérier Jean de Kirchberg usent d’un sceau personnel rond. A Saint-Pierre-le-Vieux, Nicolas Reiner, le portier se contente de son sceau personnel, mais nous savons par ailleurs que quand il deviendra doyen, il utilisera un de ces sceaux en navette, dont on a conservé par ailleurs une belle empreinte. Ces sceaux sont toujours construits de la même façon : dans le registre supérieur du champ, une scène présente le saint éponyme du chapitre, dans le registre inférieur prend toujours place l’écu du sigillant. Ainsi, même sur ces sceaux, les chanoines s’efforcent de présenter les armes familiales.

Sceau de Gosso de Kageneck, prévôt du chapitre Saint-Thomas de Strasbourg, AD 67 – G 4215 / 10, 1453
Sceau de Frédéric Blocholtz, prévôt du chapitre Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg, AD 67 – G 4215 / 10, 1453

Des pratiques diverses dans la rédaction des légendes

Il reste à voir comment ces chanoines se présentent dans la légende de leurs sceaux. Malheureusement ces légendes, ne sont pas toujours bien conservées ni lisibles aujourd’hui. On voit toutefois que certains se contentent de leur nom : ainsi Nicolas Lotter a fait simplement graver « S(igillum) NICOLAI LOTTER ». D’autres, apparemment plus rarement, mentionnent le canonicat qu’ils occupent, comme Jean Iselin : « S(igillum) IOHA(nn)IS (ecclesi)E CANO(n)ICI S(anc)TI PET(ri) JUNIO(ris) ». Les grades universitaires sont précisés dans la présentation des chanoines qui se trouve dans l’en-tête de la charte. Les chanoines gradués sont en effet assez nombreux dans ces chapitres où, contrairement au chapitre cathédral entièrement peuplé de nobles presque toujours non strasbourgeois ni même alsaciens[16], le mérite et le savoir pouvaient avoir été un atout. Pourtant cette information est peu présente sur les légendes. Ainsi le rédacteur de la charte mentionne que Nicolas Lindenstumpf est « magister » et « in decretorum licentiatus » (licencié en droit canon), mais ce grade n’est pas mentionné sur le sceau qui indique sobrement : « S(igillum)·NICOLAI·LINDENSTUMPI ». Seul peut-être Jean de Kirchberg a fait graver « S(igillum) M(a)G(ist)RI IOHANNIS DE KIRCHBERG ». La lecture de la légende abîmée est toutefois incertaine et il faudrait confirmer avec une autre empreinte.

Sceau de Jean Iselin, AD 67 – G 4215 / 10, 1453

*********************

Dans sa grande étude sur le clergé de Strasbourg[17], Francis Rapp intitulait un de ses chapitres « Habits de moines, âmes de laïcs », observant que « beaucoup, sinon la plupart, de ces clercs étaient restés des laïcs de cœur, même après avoir reçu les ordres ou fait profession. Dans toute la mesure du possible, ils gardaient les mœurs qui étaient celles de leur classe ». Les sceaux montrent en tout cas, que ni par l’image, ni par la légende, ces chanoines ne se présentent massivement sur leurs sceaux comme gens d’Église, qu’ils soient issus de la noblesse ou de la bourgeoisie marchande, qu’ils aient poursuivi des études universitaires ou non. Les informations mises en avant sont le nom et l’écu ; les grades universitaires et les fonctions ecclésiastiques sont rarement évoqués. Et bien que certains étaient devenus chanoines très jeunes, parfois même enfants, ou que d’autres avaient intrigué jusqu’aux plus hautes sphères de l’Église pour obtenir la prébende convoitée, si leurs sceaux étaient détachés de la charte, nous serions bien en peine de deviner que ces sigillants étaient des prélats.


[1] SCHMIDT Charles, Histoire du chapitre de Saint-Thomas de Strasbourg pendant le Moyen-Age suivi d’un recueil de chartes, Strasbourg, 1860, p. 39.

[2] RAPP Francis, Réformes et réformation à Strasbourg. Église et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525), Paris : Editions Ophrys, 1974, pp. 330-332

[3] Il y manque le sceau du chapitre Saint-Thomas et le sceau de Richard Windeck, chanoine de Saint-Pierre-le-Jeune.

[4] Sur la décoration de ces chartes, voir Olivier Richard et Benoît-Michel Tock, « Des chartes ornées urbaines. Les “Schwörbriefe” de Strasbourg (XIVe-XVe siècles) », Bibliothèque de l’École des Chartes, 169/1, 2011, p. 109-128. https://www.persee.fr/issue/bec_0373-6237_2011_num_169_1

[5] SCHMIDT Charles, op. cit., pp. 271-280, donne une liste complète des membres du chapitre Saint-Thomas.

[6] RAPP Francis, op. cit., pp. 493-494.

[7] L’histoire du diocèse de Strasbourg offre toutefois un exemple de rivalité sévère entre l’évêque Berthold de Bucheck et son official Conrad Kirkel, alors custode du chapitre cathédral, en 1338. Voir LEVRESSE René Pierre, « L’évolution historique de l’officialité de Strasbourg (XIIe – XVIe sècle) », Archives de l’Eglise d’Alsace, Tome XLVIII, 1988, pp. 77-80

[8] Pour conclure avec certitude qu’ils n’ont pas scellé, il faudrait toutefois être certain que les trois chanoines non représentés disposaient d’un sceau. 

[9] L’abbé Grandidier indique que le chapitre était composé de vingt chanoines en 1398, mais que le nombre a ensuite baissé avant de remonter à dix-huit, sans préciser de dates. Voir GRANDIDIER Philippe-André, Histoire de l’Église et des princes-évêques de Strasbourg, depuis la fondation de l’évêché jusqu’à nos jours. Tome 1, Depuis l’établissement du christianisme en Alsace jusqu’à l’an 817, Strasbourg, Imprimerie Levrault, 1776, p. 410

[10] LIVET Georges et RAPP Francis (dir.), L’histoire de Strasbourg des origines à nos jours. Tome II : Strasbourg des grandes invasions au XVIe siècle, Strasbourg : DNA, 1981, p. 190.

[11] Il s’agit d’Albert Wigersheim, chanoine de Saint-Thomas, et de Johannes Pfirter, de Saint-Pierre-le-Vieux.

[12] RAPP Francis, « Simler (Symler) Johann », in Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne, n° 35, 2000, p. 3646.

[13] KOTHE Wilhelm, Kirchliche Zustände Strassburgs in 14. Jht., Fribourg-en-Brisgau, 1903

[14] https://de.wikipedia.org/wiki/Riedesel

[15] Les Constofeler sont, à Strasbourg, des patriciens, nobles mais aussi issus de la bourgeoisie, regroupés en Constafeln, c’est-à-dire en « sociétés » désignant des membres les représentant au Conseil de la Ville.

[16] RAPP Francis, op. cit., p. 97.

[17] RAPP Francis, op. cit., p. 105.