Brèves considérations sur les armes parlantes, le cas de Conrad Gumpelman

  • Kévin SCHUDY

Les armes parlantes sont avant tout un jeu onomastique, le but premier est de se référer à la signification du nom d’un individu. La définition est incertaine et variable, car les armes parlantes peuvent s’exprimer de diverses manières. Directement, de manière allusive ou sous forme de jeu de mot[1]. Longtemps peu considérées, elles existes dès les balbutiement de l’héraldique au XIIe siècle, et touchent pourtant de nombreux individus, à différentes échelles sociale, du châtelains au roi[2].

Toutefois, elles posent d’emblée un problème inhérent au langage de par l’évolution linguistique. Le sens du nom dont les termes désignant le meuble héraldique ont pu disparaitre ou évoluer, mais également par leurs références allusives qui ne sont plus si évidente quelques siècles après leurs créations[3]. Non systématiques, il est ainsi difficile de savoir de ce qui relève de l’arme parlante ou non, elles peuvent conduire à des anachronismes ou de mauvaises interprétations[4].

Il semblerait que les armes parlantes aient connue un plus grand usage et une plus grande postérité dans les terres de langue germanique, langue qui se prêterai plus aisément à la translittération d’un patronyme[5].

 Ce sont sur ces mise en garde que nous nous sommes penchés sur le cas de Conrad Gumpelman, Schaffner (percepteur) d’Altkirch dans les années 1509-1515[6]. Conrad, dans ses fonctions de Schaffner, est en outre chargé de valider par son sceau des actes de diverses nature, essentiellement à ressort économique. Il semble que la ville d’Altkirch ne possède pas de sceau propre à cette fonction, ainsi les Schaffner usent de leurs sceaux personnels. Sur ces derniers nous retrouvons essentiellement des écus, seuls, accompagnés d’une légende annonçant le prénom et le patronyme de l’individu.

Conrad porte donc un simple écu sur son sceau, dont la légende en capitale gothique est : + S’ CONRAD GUMMPELMAN. Un sceau qui pourrait semblant très simple et archétypal, les armoiries de Conrad restent toutefois originales, elles figures une fleur poussant sur un soulier.

L’hypothèse pour un tel choix est qu’il s’agisse d’une arme parlante. Tout d’abord, comme pour toutes armes supposées parlantes étudions l’étymologie du patronyme de Gumpelman, pour trouver quelques indices.

 Gumpelmann est le nom d’un métier qui renvoie aux ménestrels, acrobates, jongleurs… médiévaux[7]. En décomposant les sèmes il peut exister d’autres interprétations étymologiques. Gum, peut être utilisé comme qualificatif pour idiot ; Gume, peut désigner un individu patient ; bël / bêl / bêle renvoient à l’adjectif schöne, bon ou beaux ; Mann signifie simplement homme. Si Gumpel se lit en un nom complet, il peut signifier plaisantin. Il pourrait aussi renvoyer à Gümpel / Gimpel qui désigne la partie pendante de tissu d’un gonfanon désignant par euphémisme le sexe masculin[8]. Par conséquent, rien qui ne puisse former un rébus, pas de fleur ou de soulier, ni de jardinier ou de cordonnier dans l’étymologie de Gumpelmann. Son nom fait allusion à un individu dont le but est de divertir, de plaisanter, et donc très probablement à la profession de jongleur. Bien qu’il pourrait également s’agir d’un sobriquet, le patronyme de Conrad semble être la translitération directe de la profession de Gumpelmann. Cependant, la profession de jongleur, qui implique une certaine itinérance à moins d’être missionné à une cour ne permettrait pas à Conrad d’exercer la fonction de Schaffner six années consécutives, de plus, il est ponctuellement cité comme témoin dans des actes antérieur et postérieur à sa fonction.

Plusieurs hypothèses se présentent donc à nous. Soit Conrad est le premier à user de l’armoirie et a voulu faire une contrepèterie pour faire allusion à l’origine de son nom, soit il a hérité des armes paternelles. Conrad est actif dans les institutions de la ville d’Altkirch, bien que cela ne soit pas mentionné, il semble plutôt être un bourgeois de la ville. Il est plus probable qu’il ait hérité d’armes paternelles, autant que son patronyme, Gumpelman, qui se prête très bien à ce style de représentations. Il n’a donc pas été jongleur mais descendant de jongleur.

Une autre hypothèse aurait pu présenter Conrad comme le premier à utiliser cette armoirie de par une profession en rapport avec les meubles de cette dernière, jardinier ou cordonnier notamment. Toutefois, si cela avait été le cas, par comparaison avec ce qui se pratique, sa profession aurait été certainement mentionnée comme sur le sceau ou les suscription de Hans Wild, boucher et bourgeois d’Altkirch (der Metziger Burger ze altkilch gesessen)[9].

En revanche, il est possible que Conrad ait eu un ancêtre jongleur qui a pris le nom de la profession, dont l’un des descendants s’est fait jardinier ou cordonnier et a adopté l’armoirie.

En réalité, pour déterminer si l’armoirie a appartenu à un jongleur ou à une autre profession, dépend du ressort comique et allusif d’une fleur dans un soulier pour le XVème siècle. Bien que l’hypothèse la plus probable soit celle d’un ancêtre jongleur ayant adopté l’armoirie la seconde n’est pas à exclure pour autant.

Dans les deux cas Conrad est le descendant de l’un de ces individus, pour un peu que ce descendant est lointain les armoiries de Conrad Gumpelman définissent son identité par son lignage et non plus par une profession bien que son patronyme soit apparue en raison de la pratique de cette dernière, et dans le même temps, ou à posteriori, une armoirie. Puisque cette armoirie fait référence à un ancêtre et à une profession qui n’est vraisemblablement plus pratiquée, reste-t-elle une arme parlante ?

Dans le cas des Bock, un bouc reste un bouc, dans le cas des Hartmann, le nom désigne un caractère et donc intangible dans le temps, mais pour les armes parlantes né de profession, à partir du moment où un membre de ce lignage ne la pratique plus est-elle réellement parlante ? Ce n’est vraisemblablement pas le cas de Conrad Gumpelman, mais si le patronyme ne correspond pas à la profession ou ne peut pas étymologiquement relier les armes et le patronyme, alors l’armoirie, au bout de quelques générations, ne reflète plus qu’un lointain souvenir, peut-être perdu, des origines d’un lignage, dire son lignage étant la finalité de toute armoirie, l’arme parlante redevient ainsi muette.

Bibliographie : PASTOUREAU Michel, « Une écriture en images : les armoiries parlantes », Extrême-Orient Extrême-Occident, n°30, 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011 :URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/110 ; DO


[1] Michel Pastoureau, « Une écriture en images : les armoiries parlantes », Extrême-Orient Extrême-

Occident [En ligne], 30 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 06 mai 2019. URL : http://

journals.openedition.org/extremeorient/110 ; DOI : 10.4000/extremeorient.110. p. 188-189.

[2] ibid, p. 190.

[3] ibid, p. 191.

[4] ibid, p. 195-196.

[5] ibid, p. 193.

[6] Par ailleurs, l’épouse de Conrad est mentionnée sans patronyme en 1512 dans un registre, une certaine Catherine. (Am Altkirch WW 25, f°5).

[7] D’après le Mittelhochdeutsches Wörterbuch (http://www.mhdwb-online.de/wb.php?buchstabe=A&portion=0).

[8] ibid.

[9] Am Altkirch – AA 69. Acte de 1468, antérieur au sceau de Conrad Gumpelman.

Evénements SigiAl en mai

Ce mois de mai est bien rythmé par de jours fériés et de ponts, mais nous avons néanmoins prévu quelques activités.

Un atelier de saisie aura lieu à la MISHA dans la salle informatique jeudi le 16 mai 2024 de 14h à 16h. Venez saisir quelques dossiers, poser de questions, ou simplement pour nous dire bonjour. Une nouvelle collaboratrice suisse sera parmi nous, donc il serait une belle occasion de parler des sigillants transfrontaliers !

Retour à Obernai ! Une journée de collecte aux Archives municipales d’Obernai est prévue pour jeudi le 30 mai de 9h à 15h. Plus de détails à suivre. Les places sont limitées, donc inscrivez-vous dès maintenant !

Un regard vers le mois de juin :  une journée de collecte est prévue lundi le 17 juin aux Archives municipales de Colmar et de Turckheim. Réservez donc la date, et n’hésitez pas à nous faire déjà part si vous comptez nous rejoindre.

Matrice de la ville d’Obernai retrouvée

Matrice retrouvée de la ville d’Obernai

La ville d’Obernai a récemment reçu une donation inédite : une ancienne matrice de la ville ! Chargée d’une aigle éployée monocéphale, la légende lit : + DER STATT OBEREHENHEIM SCVLTHEISEN SIGEL. La donatrice pensait qu’elle datait du XIXe siècle. Selon l’analyse des archivistes de la ville, elle est bien plus ancienne et a été utilisée vraisemblablement entre 1671 et 1679.

Cette matrice ne fait pas (encore) partie de la base SIGILLA. Trouverons-nous quelques empreintes lors de notre prochain passage ? A suivre !

Pour plus d’informations sur cette découverte, rendez-vous sur les DNA ou bien lisez une copie de l’article ci-dessous.

Retour sur les sceaux des bourgeois de Strasbourg

Ce 9 avril dernier, Thomas Brunner était invité par les Amis du Vieux-Strasbourg pour donner une conférence sur « Les sceaux des Bourgeois de Strasbourg au Moyen Âge ». Basé principalement sur les Schwörbriefe (Chartes de serment) de la ville, et l’étude menée par Olivier Richard, il nous a immergé dans l’univers médiéval où la hiérarchie des métiers régnait, et la représentation visuelle sur un sceau pouvait favoriser une vraie ascension sociale. Le public dans la salle Léon XIII était bien engagé, et a posé de questions intéressantes à la fin de la conférence.

Nous remercions vivement les Amis du Vieux-Strasbourg pour leur accueil et leur intérêt à notre projet SigiAl. C’était un plaisir d’être parmi vous !

Voici quelques impressions de la soirée :

Sceau du secret de Mulhouse, 1638

  • Edith RUHLMANN

La Pharmacie du Lys à Mulhouse, est l’une des plus anciennes de France qui de surcroit est en activité sans interruption depuis 1650 jusqu’à nos jours. C’est un monument classé qui a fait l’objet d’un recensement de Monsieur Prosper Mérimée, devenu Inspecteur général des monuments historiques en 1834.

A priori, cela n’a rien à voir avec SIGILLA, la base numérique des sceaux conservés en France, mais voilà que lors d’une visite des fonds de la Bibliothèque municipale de Mulhouse, avec mon frère Hugues Ruhlmann, nous découvrons    l’acte de vente de ce bâtiment.

Cette vente a été officialisée le 27 février 1650 par devant le Magistrat de Mulhouse composé du Bourgmestre et de son conseil.

 Henri Risler, drapier de son état vend à Jean-Henri Engelmann bourgeois et apothicaire à Mulhouse (Bürger vnd Apotheckhern zu Mülhausen) une maison sise à Mulhouse « auf dem Platz, zur Lilien genannt ». (1)

Surprise : cet acte est scellé avec un sceau secret de la ville de Mulhouse non encore répertorié dans la base de données SIGILLA :

Au centre, dans un écu droit, on voit la roue de Mulhouse à huit aubes, l’axe est droit et le moyeu central carré est évidé ; l’écu repose sur un présentoir orné de rouleaux style renaissance.

Le champ est encadré par deux cordons, eux-mêmes accompagnés de filets simples de part et d’autre, l’exergue porte une légende (texte qui entoure le champ) en caractères romains :

+ SIGILLVM * SECRETVM * CIVIVM * IN * MULHAUSEN * 1638  /

Traduction : « sceau secret de bourgeois à Mulhouse, 1638 »

Cette date est celle de la gravure de la matrice et donc de la mise en fonction du sceau, qui n’est pourtant attesté que par notre empreinte, de douze ans postérieurs.

Le sceau a été imprimé dans une belle boîte en bois tourné [sans doute du buis], reliée au parchemin par une cordelette en soie des couleurs de Mulhouse, rouge et blanc.

 Généralement les couvercles de ce type de boîte destinée à protéger le sceau ont disparu. Heureusement, celui-ci nous est parvenu. Le motif gravé reprend celui du fond de la boîte et montre qu’il a été préparé par le même artisan.

D’après les recensements que nous avons effectués selon l’inventaire chronologique (2) des Archives Municipales de Mulhouse – jusqu’en 1505 environ – et qui sont enregistrés dans la base SIGILLA, nous trouvons trois catégories de sceaux de la ville :

Le « Grand-sceau » ou sceau officiel de la ville (1266 à 1549)

Le premier sceau de Mulhouse a été utilisé, selon Benner, de 1266 à 1284 et représente une roue de moulin à huit aubes (qui renvoie au jeu de mot sur le toponyme de la ville (Mühl, moulin) ; son centre représente une aigle impériale éployée.

 Le deuxième (1316/1549) présente la roue à huit aubes, elle n’a pas encore le moyeu central et ses rayons sont disposés en sautoir.

La légende est la même pour les deux sceaux :

« S . VNIVERSITATIS . DE . MVLNHVSEN . »
S(igillum) VNIVERSITATIS (de la ville) . DE . MVLNHVSEN)

Le « sceau secret » ou sceau du secret (1379 à 1650)

 Il est utilisé pour sceller des actes de la vie courante : décisions du Magistrat , actes de vente, fondations au profit des églises, etc. nous en avons recensé cinq versions différentes par la taille et l’alphabet utilisé, mais qui présentent les caractéristiques communes suivantes :

La roue à huit aubes avec un moyeu carré plein et la légende commune à tous est :

« S . SECRETV . CIVIVM . IN . MVLNHVSEN . »
S(igillum) . SECRETV(M) . CIVIVM (des bourgeois) . IN . MVLNHVSEN .

Notre sceau secret de 1638 représente la cinquième version depuis 1379.

Le « sceau de justice » ou sceau de juridiction

Il scelle tous les actes du tribunal ; nous en avons recensé quatre versions qui ont les caractéristiques suivantes :

Le moyeu central carré est évidé et leur légende est :

Pour la période 1408 à 1442 :

« S . IVDICII . IN . MVLNHVSEN . »
S(igillum) . JUDICII . IN . MVLNHVSEN

Puis de 1448 à 1496 :

« SIGILLVM .  IVDICII .  CIVITATIS . IN . MVLNHVSEN . »
Sigillum . judicii . civitatis . in.  Mulnhusen .

Dans la « Chronique de la Famille Engelmann de Mulhouse » (3), Jean-Henri Engelmann écrit (p. 159) : « Mercredi le 12 décembre (1649) j’achetai ma maison sur la place appelée « Au Lys » des frères Antoine et Henri Risler, qui me coûta avec tout ce que je dus y faire arranger, la somme de 2025 livres, argent comptant. Le même jour je vendis ma maison sur la place des Victoires, appelée « A la Fleur » ainsi que la grange de la rue de la Justice, à dame Ursule Risler…. ».

Puis (p. 161), « Dans le courant de mars (1650) …. J’emménageai dans ma nouvelle maison sur la place appelée « Au Lys ». Je commencai par le transfert de l’officine, qui dura, étant donné les nombreux rayons, près de dix jours, durant lesquels j’habitais toutefois déjà la maison ».

« D’après l’inscription comportant un écu avec le monogramme d’Henri Risler et la date de 1634, la maison aurait été reconstruite à cette époque pour Henri Risler et sa femme Catherine Hartmann. » (4)

Photo du linteau d’une fenêtre donnant sur la rue des Boulangers

Cette découverte nous a réjoui à plus d’un titre, d’abord la découverte de ce sceau en très bon état, dans un endroit autre que celui dédié à ces collections : les Archives de Mulhouse, ensuite la valeur historique du document qui implique les ancêtres de deux familles de futurs industriels importants de la ville, la famille Risler et la famille Engelmann.

                                             ————————

Remerciements à :

  • Monsieur Hugues Ruhlmann qui est à l’origine de la découverte à la Bibliothèque Municipale de Mulhouse
  • Monsieur Thomas Brunner, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge – Université de Strasbourg – ARCHE UMR 3400 – Faculté des Sciences historiques – Institut du Moyen Âge – Directeur du département d’histoire –Porteur du projet SIGI-AL
  • Madame Isabelle Leibrich de la Société Industrielle de Mulhouse.
  • Madame Jehanne Ducros-Delaigue, Responsable du service Patrimoine Bibliothèque municipale de Mulhouse

Notes :

(1) Nous avons pu photographier l’acte et le sceau grâce à l’autorisation de la Société Industrielle de Mulhouse (SIM) qui l’a mis en dépôt à la Bibliothèque municipale de Mulhouse sous la cote « Fonds Weiss AW 41 »
(2) Bernard Post und Edouard Benner : Stadt-Archivs von Mülhausen i.E. 1236 – 1798 –  E. Meininger 1910 .      
(3) « Le Vieux Mulhouse »  Documents d’Archives publiés par les soins d’une Commission d’études historiques – Tome V – Chronique de la Famille Engelmann de Mulhouse (1450-1898) – traduite de l’original allemand par Ernest Meininger – Mulhouse – Imprimerie Meininger 1914.
(4) Etude d’inventaire établi en 1981 par Brigitte Parent et Marie-Philippe Scheurer © Inventaire général, 1981.

Objectif 10 000 !

Le 2 avril, SigiAl a saisi sa 10 000e empreinte dans la base SIGILLA ! Ainsi, notre objectif 10 000 a été réalisé ! L’empreinte magique était de Guillaume Ier de Ribeaupierre sur un acte des Archives municipales d’Altkirch.

Nous prenons cette occasion pour remercier tous nos collaborateurs ! Sans vous, ces résultats ne seront pas de tout possible, et nous sommes extrêmement fier de chaque contribution !

Evénements SigiAl en avril

Après les deux journées de collecte en mars aux Archives d’Alsace, site Strasbourg, ce nouveau mois d’avril s’annonce plus calme. Néanmoins, nous avons quelques activités pour vous avant l’arrivée des vacances du printemps.

Le 9 avril, Thomas Brunner donnera une conférence intitulée « Les sceaux des bourgeois de Strasbourg au Moyen Âge » dans le cadre des événements organisés par les Amis du Vieux Strasbourg. Elle portera sur une étude faite à partir des Schwörbriefe (chartes de serment) de la ville de Strasbourg. La conférence aura lieu mardi, le 9 avril à 18h au Foyer des étudiants catholiques (FEC) à 17, Place Saint-Etienne à Strasbourg, Salle Léon XIII.
L’entrée est libre et gratuite. Venez nombreux !

Ce qui est collecté doit être saisi … le prochain atelier de saisie aura lieu mercredi, le 10 avril de 14h à 16h à la MISHA (salle informatique) à Strasbourg. Venez avec vos dossiers, avec vos questions ou simplement pour dire bonjour. Si vous n’avez pas de dossiers à saisir, nous pouvons vous fournir quelques-uns qui sont en attente.

La prochaine réunion de volontaires aura lieu mercredi, 17 avril de 14h à 16h à la MISHA (salle Antarctique, 239) à Strasbourg. Cette réunion sera l’occasion de se revoir et de parler des actualités de notre projet et de la base SIGILLA. N’hésitez pas à nous faire part de vos recherches et vos collectes personnelles – une période de discussion des dossiers et des expériences est prévue.

Retour sur la journée aux Archives d’Alsace

Le 13 mars, un groupe de volontaires s’est rendu aux Archives d’Alsace, site Strasbourg pour continuer la collecte des sceaux qui y sont conservés. Le but de la journée était d’avancer la collecte pour les sceaux antérieurs à 1350. Une bonne quarantaine de documents ont été traités et notre récolte de sceaux n’était pas décevante !

Vu l’époque de la collecte, beaucoup de documents étaient rédigés en latin – mais nous avons trouvé quelques exemples en allemand au XIIIe siècle ! Beaucoup d’actes au sujet de l’excommunication (ou pas) de la ville de Mulhouse ont été également exploré avec de sigillants de la région et d’ailleurs – Mulhouse, Strasbourg, Bâle, Constance …

Comme nous n’avons pas réussi à traiter tous les documents que nous avons réservés, une matinée de collecte impromptue a été lieu le 22 mars afin de bien boucler le travail. Nous avons bien traité le dernier document à midi pile.

Bravo à toute l’équipe pour ce travail magnifique lors de ses journées de collecte !

Nous remercions les Archives d’Alsace pour leur accueil chaleureux et nous avons hâtes d’y retourner pour continuer la collecte ! Surveillez bien la base SIGILLA pour les nouveaux ajouts !

Voici quelques impressions des journées :

Conférence : Les sceaux des Strasbourgeois

Dans le cadre des événements organisés par les Amis du Vieux Strasbourg, Thomas Brunner donnera une conférence intitulée « Les sceaux des bourgeois de Strasbourg au Moyen Âge ». Pour ceux qui ont raté la conférence des Jardin des sciences en décembre, voici l’occasion d’apprendre plus sur les évolutions sigillaires des bourgeois de Strasbourg vu à travers les Schwörbriefe (Chartes de serment).

La conférence aura lieu :

mardi le 9 avril 2024 à 18h
au Foyer des étudiants catholiques, 17 Place Saint-Étienne, Strasbourg
Salle Léon XIII

L’entrée est libre et gratuite. Venez nombreux !

Evénements SigiAl en mars

Nous voilà, déjà le mois de mars !

A la une : un retour des journées de collecte ! Nous irons aux Archives d’Alsace, site Strasbourg mercredi prochain le 13 mars. Malheureusement, tous les places sont déjà prises, mais nous vous encourageons de retrouver notre « récolte » dans la base SIGILLA après la journée. Nous traiterons avec préférence les sceaux antérieurs de 1350, et nous avons l’impression qu’il y a de beaux sceaux à découvrir !

Ensuite, ce qui a été recensé, doit être saisi … Un atelier de saisie aura lieu mercredi 20 mars de 14h à 16h dans la salle informatique de la MISHA (sur le campus Esplanade de l’Université de Strasbourg). Venez avec vos dossiers à saisir, avec vos questions, ou simplement pour nous dire bonjour. Chacun.e est bienvenu.e !

Dernière actualité, marquez-bien vos agendas : notre prochaine réunion de volontaires aura lieu mercredi le 17 avril de 14h à 16h à la MISHA à Strasbourg. Plus de précisions à venir !

Profitez de ces derniers jours des vacances d’hiver pour vous reposer, et nous nous verrons bientôt pour la suite !

Journée de saisie du 28 février

Un groupe de volontaires ont passé ce mercredi dernier dans la salle informatique de la MISHA sur le campus Esplanade de l’Université de Strasbourg. L’objectif ? La saisie des dossiers en attente ! Avec la programmation des journées de collecte mensuels, l’équipe a eu quelques dossiers qui attendaient toujours l’occasion d’être saisi à la base SIGILLA. Cette occasion s’est trouvé le 28 février. De 9h à 17h, SigiAl a saisi les sceaux issus des journées de collecte en groupe et / ou personnelles.

De nouveaux ajouts de Haguenau, de Strasbourg ou même d’Obernai sont désormais à consulter sur la base SIGILLA. En total, 54 empreintes ont été saisies ! Consultez les dernières arrivées via notre page dédiée SigiAl.

Nous remercions toutes et tous pour leur soutien inébranlable ! Il nous reste qu’à consulter les nouvelles statistiques de demain ….

Fiche alphabétique des sceaux aux Archives d’Alsace, site Strasbourg de C. Haudot

Dans les années 1960 et 1970, Charles Haudot a créé un inventaire des sceaux conservés aux Archives départementales du Bas-Rhin (aujourd’hui les Archives d’Alsace, site Strasbourg). Cet inventaire qui constitue plus de 340 pages est accessible en ligne et sur place dans la salle de lecture à Strasbourg. Même si cette liste n’inclut pas tous les sceaux (la série JJ est manquant par exemple), elle nous donne un bon aperçu des sceaux conservés dans ces fonds. La cote, l’année et les dimensions de chaque sceau sont mentionnés, et elle est en ordre alphabétique.

A feuilletez sans réserve ! Cliquez ici pour plus de détails !

SIGILLA est 20 % alsacien !

Vous l’avez souvent entendu, le pourcentage des empreintes alsaciennes dans la base de données SIGILLA par rapport à toutes les empreintes recensées, ne cesse pas à augmenter. Nous avons continué à saisir, à faire des collectes, et maintenant le récompense :  actuellement 1 empreinte sur 5 dans la base SIGILLA vient d’Alsace : nos empreintes constituent 20 % de la totalité de la base !

Avec plus de 9 500 empreintes, le paysage sigillaire d’Alsace se complète de plus en plus avec chaque jour qui passe. Nos fiches ne sont pas simplement nombreuses, mais également bien recherchées et bien renseignées. Nous mettons les images des sceaux et des actes, et les premières études scientifiques ont déjà été faites grâce au corpus que VOUS avez créé !

Après ce jalon de 20 %, qu’est-ce qui nous reste ? L’objectif 10 000 ! – nous le voyons déjà sur l’horizon !

Nous vous remercions chaleureusement pour tout votre travail et votre engagement !
Sans vous, rien de cela ne serait possible !

Événements SigiAl en février

Le mois de février est sous le signe de la saisie chez SigiAl. Si vous êtes comme moi, et vous avez une liste d’attente des sceaux à saisir, sachez que vous n’êtes pas seul ! Et chacun sait, que c’est mieux de saisir en groupe au lieu d’être tout seul dans son coin, donc nous avons quelques événements pour vous ce février.

Un atelier de saisie aura lieu mercredi prochain, le 7 février de 14h à 16h à la MISHA dans la salle informatique. Il y a actuellement quelques soucis avec les formulaires de saisie et cet atelier va vous aider à mieux repérer les champs cachés. Ensemble, nous les trouverons !

Comme beaucoup de nous ont de « stock » pour saisir, nous avons décidé de ne pas faire une journée de collecte aux archives en février, mais une journée de SAISIE. Elle aura lieu mercredi le 28 février 2024 à la MISHA dans la salle informatique de 9h à 17h. Venez dire bonjour, pour quelques heures, ou pour toute la journée. Si vous comptez déjeuner avec nous, merci de nous prévenir avant le 19 février afin de faire les réservations au restaurant.

Si vous aimeriez bien nous rejoindre, mais n’avez pas de dossiers à saisir, ne vous inquiétez pas. J’aurai quelques dossiers en attente rien que pour vous !

Au plaisir de vous retrouver ce février et de faire monter nos statistiques !

Un retour aux AVES

Ce mercredi passé, une équipe SigiAl s’est rendue à nouveau aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES). Les archives ont de fonds très riches en sceaux et nous n’étions pas déçus ! Nous avons continué le traitement des sceaux trouvés dans la série CH (Deux boîtes et demi dans la journée !).

Parmi les sceaux trouvés sont des sceaux des villes : Strasbourg (bien sûr), Worms, Mayance, et même un nouveau sceau type pour Spire ! Mais aussi de nobles plus petits dont leur identification reste en suspens pour le moment. La série CH est classé en ordre chronologique, et à la fin de la journée, nous étions au début de l’année 1336 – il nous reste donc de quoi faire avant d’atteindre l’année 1350 …

Nous remercions vivement l’accueil des archives et nous y retournerons avec plaisir pour poursuivre la collecte !

Voici quelques impressions de la journée :