Le corpus de chartes scellées antérieures à 1250 conservées aux AD du Bas-Rhin en ligne

Présentation par Anne Brunet (Master «Technologies numériques appliquées à l’histoire », Ecole nationale des Chartes, Paris)

A la suite du « chantier chartes » des Archives départementales visant à restaurer et numériser les 342 chartes antérieures à 1250 conservées par l’institution, j’ai été chargée d’intégrer sur la base de données SIGILLA les sceaux apposés sur les chartes d’avant 1250, soit un corpus de chartes entièrement en latin, afin d’enrichir les données du projet SIGI-AL[1].

Accord entre l’abbaye de Niedermunster et la ville de Rosheim en 1240 (AD Bas-Rhin, G 2927/2).

Le corpus qui m’a été confié contient 140 chartes, dont la datation s’étale du premier quart du IXe siècle à la date fixée de 1250. L’essentiel de ces chartes appartient aux séries anciennes G et H des Archives départementales, soit respectivement les fonds issus du clergé séculier et du clergé régulier. Il y a aussi quelques chartes de la série J concernant donc les fonds privés. Il s’agit principalement de donations pieuses, testaments, arbitrages, privilèges, confirmations et quelques règlements.

Sceau du chapitre cathédral de Strasbourg (1222), ADBR, G 2759/1

 A l’issue de mon stage, 129 actes ainsi que leurs sceaux font désormais parti des data disponibles sur la base de données, 11 actes ayant été laissés de côtés pour différentes raisons (sceaux perdus, illisibles ou à l’état de débris…). 

Ces sceaux sont le fruit de producteurs variés, soit presque 80 nouveaux sigillants à disposition des utilisateurs de la base. Ces sigillants sont essentiellement ecclésiastiques, au vu de la nature des fonds d’où proviennent les chartes. Ainsi, des papes, des évêques – de Strasbourg, du bassin rhénan, voire d’Italie –, des abbés et quelques abbesses, divers membres du clergé, notamment des chanoines du chapitre cathédral de Strasbourg, sans oublier les sceaux d’institutions, abbayes et chapitres. Cependant, le corpus contient aussi des sceaux de laïcs : empereurs romains germaniques, rois, notables locaux, et deux ou trois sceaux de ville. A l’exception de quelques abbesses, il s’agit presque exclusivement de sigillants masculins, notamment pour ce qui est des laïcs, les rares femmes mentionnées dans les actes se servant du sceau de leur mari.

Sceau de Henri de Winstein en 1233 (ADBR, H 2996/11)

Les sigillants  ajoutés sont à l’origine de plus de 260 empreintes encore existantes, apposées sur des documents des Archives du Bas-Rhin, empreintes dans un état de conservation variable. La fiabilité de l’identification des sigillants dépend par ailleurs beaucoup de la présence d’une formule de corroboration.

Ainsi, dans un certain nombre de cas, lorsque l’iconographie est reconnaissable, mais la légende illisible ou disparue et l’attribution du sceau de façon certaine à un sigillant périlleuse, les sceaux ont fait l’objet d’une entrée sur la base de donnée sous la dénomination « Non identifié – Ad 67 », afin de permettre à d’autres utilisateurs de collaborer à leur identification. Pour ce qui est du corpus qui m’a occupé, il s’agit d’un petit ensemble de 13 sceaux mystères.

Un autre exemple de ce travail collaboratif est la mise en place, concertée, de la dénomination « forgerie » pour caractériser la nature juridique des sceaux, dénomination qui a été créée pour répondre au besoin du « testament » de Sainte Odile (Ad 67 – G 1/1), dont le sceau supposément de Lothaire Ier est un faux avéré. Cette dénomination a aussi été utile pour les sceaux des premiers évêques de Strasbourg.

La description dans SIGILLA de ces quelques 260 empreintes, qui sera suivie prochainement par la mise en ligne, sur le site des Archives départementales, des images des 213 chartes antérieures à 1250 n’ayant pas ou plus de sceau, espère ainsi susciter de nouvelles études sur les pratiques de l’écrit en Alsace entre les Xe et XIIIe siècles. La contribution des Archives départementales du Bas-Rhin au projet SIGI-AL se poursuivra bientôt sur d’autres ensembles documentaires.


[1] Le terme chronologique de 1250, coïncidant avec la mort de l’empereur Frédéric II, « grande date » de l’histoire européenne, n’en demeure pas moins arbitraire. D’un point de vue pratique, il permettait de se concentrer sur une production écrite encore restreinte et cohérente linguistiquement.

Présentation de SigiAl dans les Dernières Nouvelles d’Alsace

SigiAl fait parler de lui! Ainsi les Dernières Nouvelles d’Alsace du 27 juillet 2019 publient-elles une présentation du projet. Signé par Philippe Wendling, l’article intitulé “Un e-catalogue des sceaux alsaciens” met en avant le côté participatif de notre entreprise et invite les personnes intéressées à nous contacter. Plusieurs se sont déjà manifestées depuis sa parution pour nous rejoindre!

SigiAl sélectionné par l’Initiative d’Excellence « Université et Cité » de l’Unistra !

Le projet Sigillographie de l’Alsace et du Rhin supérieur est lauréat de l’appel à projets en Recherches et Sciences participatives de l’Université de Strasbourg, dont la sélection vient d’avoir lieu. Le comité a salué la construction du projet conjointement par la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, les institutions abritant les archives et les enseignants-chercheurs de l’équipe d’accueil 3400-ARCHE à la Faculté des Sciences Historiques de l’université de Strasbourg. Ce succès nous oblige : avec le budget alloué jusqu’à juin 2021, la collecte des sources, l’alimentation de la base sigilla.org et les travaux sur la culture sigillaire de l’Alsace et du Rhin supérieur vont pouvoir prendre de l’ampleur.

Plus de 11.000 empreintes saisies dans Sigilla!

Depuis le 18 juillet 2019, la base Sigilla a dépassé les 11.000 empreintes de sceaux répertoriées. La 11.000e est une empreinte du deuxième sceau de la ville de Molsheim datant de 1412. Ce sceau est conservé dans la série 16 J des AD du Bas-Rhin, un ensemble d’actes concernant la région issue de la collection de Sir Thomas Philipps, bibliophile britannique et amateur fortuné de manuscrits du XIXe siècle qui passa un demi-siècle à collectionner des dizaines de milliers de pièces médiévales en provenance de toute l’Europe. Après sa mort, cet héritage encombrant fut vendu par ses descendants.

Page d’accueil de sigilla.org, le 18/07/2019

Le 12.000e sceau sera-t-il également issu des dépôts d’archives de la région? Philippe Jacquet promet une petite surprise à celle ou celui qui entrera la 15.000e empreinte. Avis aux participants au projet Sigi-Al!

Formation à la base Sigilla (11-12 septembre 2019 à Paris)

Les 11 et 12 septembre 2019 auront lieu deux journées de formation à la saisie sur la base de données Sigilla, à l’École nationale des chartes (65, rue de Richelieu, 75002). L’objectif est de présenter l’outil, d’en donner une connaissance théorique et pratique en faisant dévouvrir et manipuler les front-office et back-office, de sorte à ce que les usagers puissent l’utiliser au mieux et en saisir tout l’intérêt pour leurs recherches en sigillographie. 

La formation est gratuite, mais une inscription est nécessaire, en contactant Laurent Hablot (laurent.hablot@ephe.psl.eu) avant le 1er septembre prochain.

La veille, une formation proposée par l’École des chartes aura lieu au même endroit et concernera les bases de données emblématiques dans leur ensemble.

Compte-rendu du stage concernant les sceaux des Archives municipales de Mutzig

Ce Vendredi 5 Juillet j’ai terminé mon stage de trois semaines concernant les sceaux des Archives municipales de Mutzig. Pendant ces jours de travail je suis parvenue à prendre en photo l’intégralité des 81 sceaux présents dans les différents fonds des archives, ces derniers datant aussi bien de l’époque médiévale que moderne.

A l’issue de ce travail ne restent que 5 sceaux de l’époque moderne dont je n’ai réussi à trouver les sigillants et déchiffrer les légendes. Ce sont donc 76 sceaux et 47 actes que j’ai finalement mis en ligne sur la base de données SIGILLA. Je reviendrai plus amplement sur ce travail avec un compte-rendu détaillé dans les prochains jours.

La boîte CH 20 aux Archives de Strasbourg

Ce lundi 1er juillet, j’ai pu, dans le cadre de mon stage, récolter les 27 sceaux de la boîte d’actes médiévaux numérotée CH 20 conservé aux AVES (Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg), que j’ai ensuite archivés. Ils sont en l’occurrence datés de 1300 à 1302 pendant le règne d’Albert Ier (1298-1308), dont le grand sceau figure une fois. La plupart ont un rapport avec la ville de Strasbourg, émis par elle et dotés de son sceau. Plus rares sont ceux dotés de son grand sceau, avec un exemplaire particulièrement bien conservé ci-dessous. Un seul sceau nobiliaire y est recueilli, ce qui est inhabituel pour le début de la série CH. De plus, linguistiquement, cette période est caractérisée par un passage du latin médiéval pour une majorité des textes au moyen haut-allemand vernaculaire ou Mittelhochdeutsch, différence assez flagrante apparaissant surtout autour de l’an 1300. Voici quelques sceaux de grand intérêt :

Le grand sceau de Strasbourg, ici en cire noire, représentant la Vierge et son fils devant la ville.

AVES CH 21/433 

A titre de comparaison, le sceau de la ville de Spire (Speyer) qui présente la même iconographie dans un style très différent.

AVES, CH 21/433

Un fragment du sceau du Roi Albert Ier. Ce qui m’a frappé est surtout la couleur: il est rare que la coloration de la cire médiévale des sceaux reste aussi vive, mais ce jaune a cependant remarquablement bien survécu!

AVES, CH 20/423

Enfin un sceau assez rare: celui non seulement d’une femme mais en plus rond. Il représente Sainte Élisabeth, car il provient d’un prieuré strasbourgeois qui lui était dédié. En effet, les femmes laïques recourent le plus souvent restreintes aux sceaux en navette (ovales, ce qui est aussi une caractéristique des sceaux ecclésiastiques), ce qui en fait une catégorie intéressante de sceaux qui apparaît sur Sigilla.

AVES, CH 20/417

Premiers stages d’étudiants à Sigi-Al

Plusieurs étudiants en histoire de la Faculté des sciences historiques de Strasbourg ont souhaité faire leur stage professionnel à l’ARCHE EA 3400 dans le cadre du projet SIGI-AL. Leur tâche consiste à travailler sur un fonds qu’ils numérisent (ou commencent à numériser) systématiquement.

Cet été, un étudiant de licence d’histoire, Samuel Rowe, va travailler deux semaines sur le fonds des chartes des Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), postérieur à 1300.

Trois étudiants du Master d’études médiévales interdisciplinaires, travaillent ou travailleront chacun trois semaines sur un fonds particulier:

Daphné Keramidas, sur les moulages de sceaux de la collection Fastinger de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg.

Tina Nardi, sur les sceaux des Archives municipales de Mutzig, conservés par la Société d’histoire de Mutzig, suite à la visite de prospection du 13 mai dernier.

Hippolyte Souvay sur les sceaux des Archives municipales de Saverne.

Visite aux Archives de la Région Grand-Est

Nous avons rencontré aujourd’hui, Olivier Richard et moi, Mme Christine Heider, archiviste à la Maison de la Région (place Adrien Zeller à Strasbourg), afin de voir les possibilités d’exploitation du fonds dont elle a la charge. La Région Alsace avait en effet acquis le Chartrier de Niedernai dont les 771 sceaux ont été répertoriés et moulés par Charles Haudot. Elle a en outre en dépôt le fonds privé de Turckheim-Truttenhausen, qui comprend quelques dizaines de sceaux. On peut donc sans doute tabler sur plus d’un millier de sceaux à numériser.

Une contribution sur les sceaux des bourgeois de Strasbourg au colloque de Bonn

Le colloque international « Das Siegel als Medium der Kommunikation und des Transfers im europäischen Mittelalter / The Seal as a Medium of Communication and Transfer in the European Middle Ages » a eu lieu à Bonn. Organisé par Andrea Stieldorf (université de Bonn) et Markus Späth (université de Gießen), il a envisagé les sceaux dans un esprit interdisciplinaire, en s’intéressant à leurs usages autant qu’à leurs motifs. Plusieurs communications ont les sceaux à d’autres types de sources comme les monnaies ou les instruments notariés. Les discussions ont souvent pointé l’intérêt des bases de données sigillographiques, comme la base digisig.org, présentée par son créateur John McEwan à l’université de Saint-Louis du Missouri, et qui rassemble les sceaux des îles britanniques recensés dans les différents catalogues.

Affiche du colloque

Prospection aux archives de Mutzig

Lundi 13 mai 2019, M. Schmitt, président de la Société d’Histoire de Mutzig et environs (SHME), et son épouse nous ont reçu Tina Nardi, étudiante du Master d’études médiévales interdisciplinaires, et moi pour nous présenter les fonds dont leur société a la garde. De fait, ils conservent tous les fonds anciens mutzigeois antérieurs à la Révolution française. Nous nous sommes retrouvés en début d’après-midi au Château des Rohan de Mutzig, où se trouve le siège de la SHME.

Cette prise de contact in situ avait pour but d’évaluer l’importance du nombre de sceaux conservés en vue d’une opération de numérisation qui sera menée au mois de juin sous la houlette de Tina Nardi dans le cadre de son stage en milieu professionnel au sein de l’ARCHE – EA 3400. Des bénévoles de la Société sont susceptibles de participer avec elle à cette entreprise. Une fois le corpus mis en ligne, la commune pourra disposer, si elle le souhaite, d’un portail vers le catalogue les sceaux numérisés.

Le château des Rohan de Mutzig abrite le siège de la Société d’Histoire de Mutzig et environs qui conserve les archives anciennes de la commune.

Ce petit fonds à l’histoire singulière – puisque la majeure partie a été redécouverte dans le plancher du grenier de la mairie lors de travaux effectués dans les années 1970-, dispose d’un bel inventaire établi en 1977-1978 par le soin de Christian Wolff (Archives départementales du Bas-Rhin). Cet outil sera d’une aide précieuse aux collecteurs de sceaux, même si M. Schmitt nous a précisé que la publication omettait d’en signaler quelques uns. Il conviendra par conséquent de vérifier toutes les chartes conservées ici.

AM Mutzig, DD 2 (1243), charte de l’évêque de Strasbourg Berthold Ier

On peut estimer le corpus mutzigeois à une trentaine d’empreintes sigillaires dont la plus ancienne est appendue à une charte épiscopale de 1243 qui commence par une magnifique suscription ornée. L’existence de cette collection a échappé à l’inventaire des sources sigillaires alsaciennes méticuleusement établi par Daniel Keller en 2017 dans Le sceau, empreinte de l’Histoire. Sigillographes et sigillographie en Alsace. Le projet SIGI-AL permettrait donc de combler cet oubli.

Lancement des premiers appels à volontaires pour contribuer à SIGI-AL

Le projet de recherches participatives SIGI-AL repose sur l’implication de bénévoles pour collecter, photographier, analyser et produire des fiches de sceaux dans la base de données SIGILLA. Les pilotes du projet ont commencé à diffuser des appels à volontaires en ce sens dont voici les premiers jalons, appelés à être complétés dans les semaines qui viennent.

 

  • 30 mars 2019: Thomas Brunner a fait une présentation à l’Assemblée générale de la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace pour informer les présidents des sociétés d’histoire de la région du lancement du projet.
  • avril 2019: un appel à volontaires a été diffusé auprès des professeurs d’histoire-géographie de l’Académie de Strasbourg par l’intermédiaire de Sylvain Gland, Inspecteur Pédagogique Régional d’histoire-géographie.
  • avril 2019: annonce du même type dans la publication trimestrielle de la commune de Molsheim (Bas-Rhin) en association avec la Société d’Histoire et d’Archéologie de Molsheim et environs (SHAME). Voir la page 16- 17 dans Le Molshémien, n°92, printemps 2019. https://www.molsheim.fr/mairie/le-molshemien.htm

 

Ouverture de Sigi-Al

Carnet de recherche sur un projet en sciences participatives associant des enseignants-chercheurs de l’Université de Strasbourg, les dépôts d’archives d’Alsace et du Rhin supérieur, la Fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace et des citoyens issus de la société civile. Sigi-Al entend numériser (sous forme de photographie) tous les sceaux conservés dans ces dépôts, les analyser et les verser, avec leur fiche descriptive, dans la base nationale SIGILLA (hébergée par Huma-num).
Le carnet permettra aux différents acteurs, qui agiront dans les multiples dépôts d’archives de la région de maintenir un lien, d’échanger sur l’avancement de leurs travaux et d’exposer leurs découvertes marquantes. Il pourra également permettre à un public plus large de se tenir au courant de l’évolution du projet.

Moulage du sceau de la ville de Molsheim (type I), empreinte prise sur l’acte AVES, CH 6/119 [1263, 14 février]. Exemplaire déposé au Centre d’héraldique et de sigillographie des Archives nationales de France.