Un stage en tant que médiéviste

  • Kardelen TAVAN

Etudiante en master Histoire et civilisations de l’Europe, j’ai eu l’opportunité de réaliser un stage de trois semaines en juin 2023 pour SigiAl, dans les bureaux de l’ARCHE. Contrairement aux nombreux chercheurs, spécialistes de la période médiévale beaucoup plus habitués à travailler sur les sceaux, je me suis davantage penchée sur la saisie des données pour le fond du Chartrier de Niedernai, qui représente l’un des plus grands fonds nobiliaires alsaciens. Travaillant sur la période contemporaine à travers mon cursus, ce stage m’a néanmoins permis de développer mes connaissances, tout en me familiarisant avec les nombreuses empreintes ainsi qu’avec l’aspect informatique grâce à la saisie sur la base de données. Par ailleurs, bien que ma principale mission consistait par conséquent à saisir les données récoltées au préalable par Daniel Keller et Claire Auchecorne, j’ai également eu l’occasion de me rendre aux archives régionales, ce qui m’a conduit à être beaucoup plus proche de certaines sources et d’observer de plus près les sceaux.

Comme mentionné précédemment, je n’ai pas été sur le terrain à de nombreuses reprises, toutefois, être confrontée à des données spécifiques sur les empreintes m’a poussé à développer mes connaissances sur les sceaux. En effet, il serait possible de penser que la saisie de données est une tâche mécanique à travers laquelle il suffit seulement d’ajouter des informations sur le site web, or, la tâche s’avère plus rigoureuse même si on s’habitue aux démarches. Par conséquent, il est possible d’apprendre bon nombre d’informations, par exemple, créer des sceaux-types dans certains cas, m’a notamment conduit à me pencher sur les différentes iconographies présentes et observer plus attentivement les différents éléments composant les emblèmes. Ces informations précieuses m’ont permis de me rendre compte de l’importance des symboles représentants des personnes de notoriété, ou bien les institutions. Tout comme l’iconographie, je me suis également penché sur les légendes présentes pour certaines empreintes afin de procéder à quelques vérifications. Celles-ci ne sont pas nécessaires à chaque saisie, toutes les informations nécessaires étant préalablement organisées et classées, néanmoins, certaines données me sont parvenues d’une manière éparpillée c’est pourquoi une vérification semblait nécessaire en comparant les diverses données que j’avais en ma possession. Par conséquent, bien que saisir des données peut sembler monotone et simple au départ, cela demande une attention particulière, envers les éléments iconographiques ou bien les légendes afin d’éviter toute erreur éventuelle susceptible de fausser notre compréhension. Par ailleurs, saisir de nombreuses fois les mêmes empreintes, m’a également permis de me familiariser avec certaines d’entre elles et de pouvoir les reconnaître. Ainsi il serait notamment possible de citer le sceau de l’Officialité de Strasbourg, pour laquelle j’ai pu saisir de nombreuses empreintes, tout comme pour les Landsberg, pour lesquels j’ai été face à diverses empreintes qui détiennent cependant toutes une part de ressemblance.

Quant à l’aspect informatique d’une manière plus précise, la saisie de données a été une tâche que j’ai tout d’abord appréhendé, en raison de la diversité des champs à compléter. Néanmoins, les champs à renseigner étant identiques pour chaque saisie, il est possible de s’habituer assez facilement, ce qui simplifie ainsi les démarches. Ces divers renseignements permettent notamment de se rendre compte des nombreux détails concernant les sceaux, grâce aux éléments comme les matières d’attaches par exemple, et permettent par la même occasion de mieux comprendre le contexte dans lequel a été émis le sceau grâce aux quelques informations sur les chartes médiévales de diverses natures.

Ainsi, réaliser ce stage m’a permis de mieux me rendre compte de l’importance que pouvait avoir un sceau, faisant non seulement office de signature mais permettant également de déterminer le statut de l’individu, mettant en avant la notoriété d’une personne, d’une famille ou d’une institution tout en faisant référence aux espaces géographiques. La saisie m’a par ailleurs poussé à effectuer des recherches précises par moments, en effet, ces recherches sont surtout nécessaires lorsqu’il s’agit de trouver, sur la base de données, le bon sigillant pour qu’il puisse être en adéquation avec l’empreinte à saisir. Ces recherches qui s’imposent par moment m’ont surtout permis d’enrichir mes connaissances sur certaines personnes et de découvrir d’autres individus ayant eu des impacts importants à travers la société médiévale. Hormis l’aspect plutôt technique, j’ai également eu l’opportunité de me rendre aux Archives régionales à quelques reprises afin de compléter les données manquantes. En effet, bien que les informations étaient déjà organisées, certaines données demeuraient notamment dénuées de photos, ce qui compliquait d’une certaine manière la saisie. C’est la raison pour laquelle mes déplacements aux archives m’ont permis de compléter les précieuses informations de Daniel Keller en ajoutant des éléments photographiques qui m’ont ensuite permis de mieux repérer les sigillants pour certains cas.

Enfin, il s’agirait de citer pour finir quelques empreintes que j’ai particulièrement apprécié pour leur esthétique. Il serait ainsi possible de citer de nombreux sceaux étant tous très différents et uniques, bien que certains détiennent des ressemblances flagrantes qui compliquent le discernement. Néanmoins, j’aimerais me pencher sur celui de Hans Balthasar de Endingen, que j’ai notamment apprécié en raison de la forme entourant le motif principal qui pourtant reste assez commun.

Par ailleurs, j’ai également été très surprise par certains sceaux, tel que celui de l’empereur Maximilien que j’ai eu l’occasion d’observer plus précisément aux archives. Celui- ci m’a surtout surprise en raison de sa dimension, qui dépasse le diamètre commun que l’on retrouve habituellement, ce qui le rend ainsi unique et intéressant.

Ar Grand Est – 1 J 265, Maximilien d’Autriche, (c) K. Tavan

Le défi de la paléographie dans la sigillographie

  • Elia CHEVOLLEAU

Au cours de ces derniers mois, la possibilité d’effectuer un stage au sein de l’équipe SigiAl m’a été offerte dans la continuité d’un projet mené par différentes stagiaires (Léa Stump, Daphné Keramidas, Camille Wilhem) au cours de ces dernières années, consistant à retrouver les empreintes et actes originels des moulages retrouvés à la BNU. Depuis l’inventaire de François Fastinger, répertoriant les cotes supposées aux archives départementales du Bas-Rhin de ces moulages, je devais en parallèle me référer à l’inventaire Louis Spach des archives pour y retrouver les documents. Les difficultés liées à ce projet concernant les cotes et origines des actes sont expliquées par Camille Wilhelm, qui avant moi y a été confrontée.

Au départ, participer à ce projet n’était pas une évidence pour moi. N’étant pas à l’aise avec l’outil informatique, j’ai dû dans un premier temps m’adapter à celui-ci, grâce à la patience et pédagogie de Catherine Kasteleiner et Thomas Brunner. Pourtant, le plus grand obstacle auquel j’ai dû faire face, était celui de la paléographie médiévale allemande et latine. N’étant pas germanophone, je me suis retrouvée face à des actes que je ne savais pas lire, ni même parfois déchiffrer. Cela représentait de fait un grand défi pour moi. Au fil des actes, avec principalement l’aide de Catherine, puis d’autres membres du projet SigiAl, j’ai pu me familiariser avec certaines formules récurrentes.

L’avantage avec ce type d’actes, c’est que la forme est ficelée relative à tous les documents que j’ai croisés. Tout d’abord la suscription, où sont présentés les acteurs de l’acte (pas nécessairement les sigillants, bien que principalement). J’ai ainsi pu identifier le vocabulaire récurent administratif et celui des fonctions occupées à l’époque dans les institutions laïques comme ecclésiastiques, ce qui, en moyen-allemand au départ n’était pas du tout évident pour moi.

La formule de corroboration, et la présence de mots comme « ingesiegel », « siegel » pouvaient me permettre d’identifier les sigillants sans forcément passer par l’identification du sceau quand celui-ci n’est pas suffisamment lisible pour être identifiable ou s’il ne figure plus sur l’acte.

Ad 67 – G 1065 / 11 : « Der Statt Dachstein Insiegel », (c) E. Chevolleau

De plus, dans un souci de correspondance des cotes entre les inventaires qui n’étaient pas toujours précis, il m’était nécessaire de réussir à lire la date, en moyen-allemand, mais également en datation quantième.

La cote G 127 en est un bon exemple. La cote indiquée dans la base par la précédente stagiaire correspondait à l’inventaire Fastinger. Cependant, cette cote ne correspondait pas dans l’inventaire Louis Spach au moulage à laquelle elle était associée sur la base. J’ai dû ainsi consulter plusieurs sous cotes pour identifier dates et sigillants afin d’avoir le bon acte correspondant à la bonne empreinte, qui parfois peut avoir disparue et ainsi identifier les bons sigillants.

Ad 67 – G 127 /1 : Ici on peut apercevoir « unsere Ingesigele » et « herren Bischof Johan.. » et la fin du mot « [Inge]sigel », (c) E. Chevolleau
Ad 67 – G 127 / 2 : « An dem Achsten frÿtage nach sanct Benedicten tage, dez Jahr von Gottes gebürt drietzehenh fünftzig und nün Jare »., (c) E. Chevolleau

Ce travail d’identification est le fondement de ce que font les collaborateurs du projet Sigilla, et plus particulièrement SigiAl. Malgré la première difficulté apparente qu’est la barrière linguistique et paléographique, cette expérience est néanmoins accessible à tous à partir du moment où l’on entraîne son œil à la paléographie et au vocabulaire récurent. Ce qui est rendu très accessible également grâce aux clefs que nous apporte l’équipe entière pour avancer, traduire ou lever des doutes certains mots et noms.

Stage sur les sceaux des évêques de Strasbourg

  • Andréa PIERON

Étudiante en master d’étude médiévale interdisciplinaire (MEMI) à l’Université de Strasbourg, j’ai réalisé un stage filé sur les premiers mois de l’année 2023 au sein du projet collaboratif SigiAl. Au cours de cette période, j’ai travaillé sur les sceaux des évêques de Strasbourg au Moyen Âge conservés aux Archives d’Alsace, site Strasbourg. Il s’agissait d’effectuer le récolement des sceaux des évêques de Strasbourg présents dans ces archives avec l’aide de l’inventaire de Damien Berné, réalisé dans le cadre de son mémoire de maîtrise Les sceaux des évêques de Strasbourg au Moyen Âge, sous la direction de Georges Bischoff en 2004.

Les évêques étant des personnes publiques importantes, il arrive que des actes soient scellés par plusieurs autres personnes, qu’elles soient laïques ou ecclésiastiques. C’est dans ce cadre que j’ai pu découvrir plusieurs sceaux particuliers qui s’éloignaient significativement du modèle du sceau ecclésiastique en navette. Un exemple de ce modèle de sceau ecclésiastique en navette est celui de l’évêque de Strasbourg Henri III de Stahleck ci-dessous.

Il s’agit du sceau que l’évêque Henri III utilisait en 1255 et 1260 sur lequel on peut voir l’évêque trônant, ayant tous les attributs de sa fonction : il bénit de la main droite et tient la crosse de la main gauche, porte une mitre et une chasuble dont les motifs décoratifs concordent et porte également une dalmatique qui, tendue par l’écartement des genoux, découvre à mi-mollet l’aube finement plissée qui s’étale au pied du prélat. Il s’agit donc bien, ici, pour l’évêque de se représenter en tant qu’autorité religieuse.

Cependant, durant mes recherches, j’ai pu observer des sceaux très différents des sceaux ecclésiastiques, tels que ceux de Berthold de Wiltberg et de Berthold de Rosheim.

Berthold de Wiltberg est un religieux, chanoine du chapitre cathédral de Strasbourg dans la seconde moitié du XIIIe siècle. Pourtant, son sceau (ci-dessus à gauche) ne suit pas du tout le modèle sigillaire ecclésiastique classique : il est rond et ne le représente pas en tant qu’homme religieux. Il y figure en effet un arbre très feuillu au pied duquel se trouve, sur la droite, une biche allant vers la gauche et, sur la gauche, peut-être un massif rocheux. On pourrait émettre l’hypothèse que cette représentation pourrait illustrer symboliquement, en écho au nom du sigillant, une montagne sauvage (der wilde Berg, en allemand).

De la même manière, le sceau de Berthold de Rosheim, dit le Roux, est très différent. Il s’agit d’un laïc, chevalier de Rosheim (les religieux ayant interdiction de recourir à la violence et de verser le sang). Son sceau (ci-dessus à droite) est scutiforme, c’est-à-dire qu’il a la forme d’un bouclier, et dépeint symboliquement le sigillant. Ainsi, il se représente à l’aide d’un écu portant trois roses (2-1), qui sont les armes de Rosheim, au-dessus duquel se trouve un heaume encadré par des étendards de chaque côté.

Néanmoins, si ces sceaux sont particuliers, il n’en reste pas moins qu’ils remplissent leur mission d’origine, à savoir figurer le sigillant au plus proche, de manière réelle ou symbolique.