Sceau du secret de Mulhouse, 1638

  • Edith RUHLMANN

La Pharmacie du Lys à Mulhouse, est l’une des plus anciennes de France qui de surcroit est en activité sans interruption depuis 1650 jusqu’à nos jours. C’est un monument classé qui a fait l’objet d’un recensement de Monsieur Prosper Mérimée, devenu Inspecteur général des monuments historiques en 1834.

A priori, cela n’a rien à voir avec SIGILLA, la base numérique des sceaux conservés en France, mais voilà que lors d’une visite des fonds de la Bibliothèque municipale de Mulhouse, avec mon frère Hugues Ruhlmann, nous découvrons    l’acte de vente de ce bâtiment.

Cette vente a été officialisée le 27 février 1650 par devant le Magistrat de Mulhouse composé du Bourgmestre et de son conseil.

 Henri Risler, drapier de son état vend à Jean-Henri Engelmann bourgeois et apothicaire à Mulhouse (Bürger vnd Apotheckhern zu Mülhausen) une maison sise à Mulhouse « auf dem Platz, zur Lilien genannt ». (1)

Surprise : cet acte est scellé avec un sceau secret de la ville de Mulhouse non encore répertorié dans la base de données SIGILLA :

Au centre, dans un écu droit, on voit la roue de Mulhouse à huit aubes, l’axe est droit et le moyeu central carré est évidé ; l’écu repose sur un présentoir orné de rouleaux style renaissance.

Le champ est encadré par deux cordons, eux-mêmes accompagnés de filets simples de part et d’autre, l’exergue porte une légende (texte qui entoure le champ) en caractères romains :

+ SIGILLVM * SECRETVM * CIVIVM * IN * MULHAUSEN * 1638  /

Traduction : « sceau secret de bourgeois à Mulhouse, 1638 »

Cette date est celle de la gravure de la matrice et donc de la mise en fonction du sceau, qui n’est pourtant attesté que par notre empreinte, de douze ans postérieurs.

Le sceau a été imprimé dans une belle boîte en bois tourné [sans doute du buis], reliée au parchemin par une cordelette en soie des couleurs de Mulhouse, rouge et blanc.

 Généralement les couvercles de ce type de boîte destinée à protéger le sceau ont disparu. Heureusement, celui-ci nous est parvenu. Le motif gravé reprend celui du fond de la boîte et montre qu’il a été préparé par le même artisan.

D’après les recensements que nous avons effectués selon l’inventaire chronologique (2) des Archives Municipales de Mulhouse – jusqu’en 1505 environ – et qui sont enregistrés dans la base SIGILLA, nous trouvons trois catégories de sceaux de la ville :

Le « Grand-sceau » ou sceau officiel de la ville (1266 à 1549)

Le premier sceau de Mulhouse a été utilisé, selon Benner, de 1266 à 1284 et représente une roue de moulin à huit aubes (qui renvoie au jeu de mot sur le toponyme de la ville (Mühl, moulin) ; son centre représente une aigle impériale éployée.

 Le deuxième (1316/1549) présente la roue à huit aubes, elle n’a pas encore le moyeu central et ses rayons sont disposés en sautoir.

La légende est la même pour les deux sceaux :

« S . VNIVERSITATIS . DE . MVLNHVSEN . »
S(igillum) VNIVERSITATIS (de la ville) . DE . MVLNHVSEN)

Le « sceau secret » ou sceau du secret (1379 à 1650)

 Il est utilisé pour sceller des actes de la vie courante : décisions du Magistrat , actes de vente, fondations au profit des églises, etc. nous en avons recensé cinq versions différentes par la taille et l’alphabet utilisé, mais qui présentent les caractéristiques communes suivantes :

La roue à huit aubes avec un moyeu carré plein et la légende commune à tous est :

« S . SECRETV . CIVIVM . IN . MVLNHVSEN . »
S(igillum) . SECRETV(M) . CIVIVM (des bourgeois) . IN . MVLNHVSEN .

Notre sceau secret de 1638 représente la cinquième version depuis 1379.

Le « sceau de justice » ou sceau de juridiction

Il scelle tous les actes du tribunal ; nous en avons recensé quatre versions qui ont les caractéristiques suivantes :

Le moyeu central carré est évidé et leur légende est :

Pour la période 1408 à 1442 :

« S . IVDICII . IN . MVLNHVSEN . »
S(igillum) . JUDICII . IN . MVLNHVSEN

Puis de 1448 à 1496 :

« SIGILLVM .  IVDICII .  CIVITATIS . IN . MVLNHVSEN . »
Sigillum . judicii . civitatis . in.  Mulnhusen .

Dans la « Chronique de la Famille Engelmann de Mulhouse » (3), Jean-Henri Engelmann écrit (p. 159) : « Mercredi le 12 décembre (1649) j’achetai ma maison sur la place appelée « Au Lys » des frères Antoine et Henri Risler, qui me coûta avec tout ce que je dus y faire arranger, la somme de 2025 livres, argent comptant. Le même jour je vendis ma maison sur la place des Victoires, appelée « A la Fleur » ainsi que la grange de la rue de la Justice, à dame Ursule Risler…. ».

Puis (p. 161), « Dans le courant de mars (1650) …. J’emménageai dans ma nouvelle maison sur la place appelée « Au Lys ». Je commencai par le transfert de l’officine, qui dura, étant donné les nombreux rayons, près de dix jours, durant lesquels j’habitais toutefois déjà la maison ».

« D’après l’inscription comportant un écu avec le monogramme d’Henri Risler et la date de 1634, la maison aurait été reconstruite à cette époque pour Henri Risler et sa femme Catherine Hartmann. » (4)

Photo du linteau d’une fenêtre donnant sur la rue des Boulangers

Cette découverte nous a réjoui à plus d’un titre, d’abord la découverte de ce sceau en très bon état, dans un endroit autre que celui dédié à ces collections : les Archives de Mulhouse, ensuite la valeur historique du document qui implique les ancêtres de deux familles de futurs industriels importants de la ville, la famille Risler et la famille Engelmann.

                                             ————————

Remerciements à :

  • Monsieur Hugues Ruhlmann qui est à l’origine de la découverte à la Bibliothèque Municipale de Mulhouse
  • Monsieur Thomas Brunner, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge – Université de Strasbourg – ARCHE UMR 3400 – Faculté des Sciences historiques – Institut du Moyen Âge – Directeur du département d’histoire –Porteur du projet SIGI-AL
  • Madame Isabelle Leibrich de la Société Industrielle de Mulhouse.
  • Madame Jehanne Ducros-Delaigue, Responsable du service Patrimoine Bibliothèque municipale de Mulhouse

Notes :

(1) Nous avons pu photographier l’acte et le sceau grâce à l’autorisation de la Société Industrielle de Mulhouse (SIM) qui l’a mis en dépôt à la Bibliothèque municipale de Mulhouse sous la cote « Fonds Weiss AW 41 »
(2) Bernard Post und Edouard Benner : Stadt-Archivs von Mülhausen i.E. 1236 – 1798 –  E. Meininger 1910 .      
(3) « Le Vieux Mulhouse »  Documents d’Archives publiés par les soins d’une Commission d’études historiques – Tome V – Chronique de la Famille Engelmann de Mulhouse (1450-1898) – traduite de l’original allemand par Ernest Meininger – Mulhouse – Imprimerie Meininger 1914.
(4) Etude d’inventaire établi en 1981 par Brigitte Parent et Marie-Philippe Scheurer © Inventaire général, 1981.

Sceau à Kreutzer à Mulhouse

  • Edith Ruhlmann

Quelle surprise en découvrant au cours du recensement des sceaux aux archives de Mulhouse deux lettre authentifiées par des empreintes de pièces de monnaie (Kreutzer) à la place des empreintes de sceaux traditionnelles.

Nous sommes en 1467, période très trouble de l’histoire de Mulhouse, petite ville d’env. 1800 habitants, membre de la Décapole (alliance des 10 villes d’empire d’Alsace voulue par Charles IV en 1354). Déjà en 1445 les nobles et les patriciens ont été expulsés pour désordre et trahison, en parallèle avec les autres villes, les corporations assurèrent le gouvernement de la cité.  Le duc d’Autriche Sigismond n’a pas abandonné l’espoir d’annexer cette ville, enclavée dans ses possessions autrichiennes depuis l’extinction de la lignée mâle des Ferrette. Ses baillis installés à Ensisheim, Pierre de Réguisheim, puis Thuring de Hallwyl attisent cet espoir et mettent tout en œuvre pour harceler, tenter de ruiner et annexer Mulhouse. Ce contexte de menace latente (par exemple, la « guerre des 6 deniers » en 1466 : une créance dérisoire d’un garçon meunier – Herman Klee – sert de prétexte à divers nobles pour engager un conflit contre Mulhouse) développa chez les édiles mulhousiens une haine radicale des Habsbourg et une politique de concertation à petits pas avec des voisins efficaces qui avaient les mêmes ennemis : les villes suisses.

Au cours de cette « guerre des 6 deniers » un varlet (fils de gentilhomme placé auprès d’un seigneur pour appendre la chevalerie), Conrad Küfer de Bondorf et une dizaine de ses compagnons se rendant à Bollwiller pour renforcer la garnison du château, furent capturés par les Mulhousiens : après l’intervention de leurs maîtres ils ont été libérés ayant affirmé avoir agi sur les ordres formels du lieutenant du bailli d’Ensisheim. Encouragés en sous-main par une série de vassaux autrichiens, ils ont adressé plusieurs lettres de défi à Mulhouse dont celles ci-dessous datées du 10 octobre et du 7 novembre 1467.

Am Mulhouse – p.i.1342 du 10 octobre 1467

(En bas : ist dieser brieff vor Basel thor stecken funden worden. – cette lettre a été trouvée devant la porte de Bâle (porte de la ville de Mulhouse), (c) E. Ruhlmann
Am Mulhouse – p.i.1342, (c) E. Ruhlmann

Cette lettre de défi signée par un groupe composé de Jean Schluch, Conrad Gross de Villigen, Gaspard de Schwenningen et Jean Fry de Baden-Baden signifie au maître et au conseil de Mulhouse qu’ils ont pris fait et cause pour Conrad Küfer dans la guerre qu’il leur fait, à eux et à leurs confédérés En conséquence ils acceptent l’état de paix ou de guerre où se trouve le susdit Küfer, et emploieront contre ses ennemis de jour comme de nuit, le pillage, l’incendie ou le meurtre selon que les hostilités le comporteront.

Ils font cette déclaration revêtue, faute de sceau, de l’empreinte d’un kreutzer, pour que leur honneur soit à couvert.

« C’est l’empreinte d’une pièce de monnaie qu’on ne saurait reconnaître, en cire verte sous couverte de papier. »  (X. Mossmann – Cartulaire de Mulhouse III – N° 1088 p. 68.)     

 Am Mulhouse – p.i.1362 du 2 novembre 1467

En bas : « Vnd zu aller vrkunde versigellen vir den mit einem kritzer, vnd wir nuntzmol kein eygen sigel haben. », (c) E. Ruhlmann

Autre lettre de défi à l’encontre de Mulhouse par d’autres belligérants qui prennent fait et cause pour Conrad Küfer de Bondorf :  Hans Friedrich von Farnou, Heinrich Meiger, Peter Nyemants von Zabern (Saverne), Claus Coler vnd Verlin von Vich, Hans Betz von Friddingen, Schel von Masmünster (Masevaux), Dirholtz von Sindelfingen, Casper Frij von Hestet , dans les mêmes termes que la lettre précédente et pour conclure scellent leur déclaration de l’empreinte d’un kreutzer.

Am Mulhouse – p.i.1362, (c) E. Ruhlmann

Au dos est écrit : « ist in Troubachs ceppelin* funden, secunda ante Elisabeth (16 novembre) anno etc. lxvj° » (*Ceppelin : petite chapelle située à l’extérieur de la porte de Bâle.)

Acte en papier avec traces de cire verte en forme de sceau ; entre le corps de la lettre de défi et l’empreinte, le nom : Heinrich Rübschnitz. (X. Mossmann – Cartulaire de Mulhouse III – N° 1102 p. 82.)

Il est à noter que précédemment, les belligérants demandaient à leur maître d’apposer leur sceau sur ces lettres de défi, mais une fois la paix revenue, cela pouvait avoir des conséquences fâcheuses pour leurs « bonnes » relations retrouvées avec Mulhouse.

A remarquer qu’au cours de ces conflits, il suffisait de déclarer la guerre par une lettre de défi dûment scellée -du mieux possible – pour que « l’honneur soit couvert » malgré les exactions commises ou envisagées, comme décrit plus haut.

Le Kreutzer (monnaie)

Frappé pour la première fois en 1274 dans le Tyrol, le kreutzer équivalait à l’origine à vingt petits deniers de Vérone. Il doit son nom à l’image de l’avers, qui montre soit une croix celtique, soit une double croix. Monnaie d’argent au début, il devint peu à peu une monnaie de billon (alliage de moins de 50 % d’argent et donc plus de 50 % de métal vil (cuivre, zinc, étain). Le kreutzer constitua à partir du XVIe s. la base du système monétaire de l’Allemagne du Sud et de l’Autriche et fut dès lors un élément important du numéraire de plusieurs cantons. Il servit aussi de monnaie de compte dans le canton de Berne (francisé en « cruche » dans le pays de Vaud) et valait un quart de batz et un centième d’écu (couronne).

Bibliographie :

Guy Trendel, L’Alsace au Moyen Age, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2010.

Odile Kammerer, « Mulhouse », dans B. Vogler (dir.), La Décapole. Dix villes d’Alsace alliées pour leurs libertés 1354-1679, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2009, p. 331-355.

Philippe Mieg, « Les difficultés de Mulhouse à l’époque de son alliance avec Berne et Soleure », Bulletin du Musée Historique de Mulhouse 73, 1965, p. 31-84, 74, 1966, p. 5-109, 75, 1967, p. 39-118, 76, 1968, p. 47-154, et 77, 1969, p. 39-148.

Dictionnaire Historique de la Suisse – DHS – version du 04.11.2008 – online : https://hls-dhs-dds.ch/fr/articles/013679/2008-11-04

SigiAl à Mulhouse

Lors de l’assemblée générale de la Société d’Histoire et de Géographie de Mulhouse (SHGM), notre volontaire Edith Ruhlmann a présenté quelques résultats des recherches sigillographiques de l’équipe mulhousienne. Ensemble avec son frère Hugues Ruhlmann, et assistée par Arlette Struss au début, les trois mulhousiens ont abordé les fonds des pièces isolées aux archives municipales de Mulhouse.  Edith Ruhlmann a initié l’assemblée à la sigillographie mulhousienne avec de beaux exemples des sceaux de la ville, l’official de Bâle et Frédéric III de Habsbourg, roi des romains. Un premier bilan sur leurs travaux sera publié dans le prochain annuaire de la SHGM. Félicitations !

Elle continue la collecte des sceaux à Mulhouse, et nous sommes impatients à voir ses prochaines découvertes !