La matrice du sceau de Giovanni Gerardo Giavarini

Prieur et précepteur de la commanderie de saint Antoine à Bologne, comte palatin et page du pape Clément VIII.

  • Daniel KELLER
Portrait de Gerardo Giavarini, 1598, Lavinia Fontana (1552-1614).

L’église saint Antoine l’Abbé à Bologne près de la Strada di San Mamolo, construite en 1328 et entièrement rénovée en 1613 (1584 ?), était érigée sur le site d’un monastère qui tenait un petit hôpital dirigé depuis le XIII ème siècle par un groupe de Frères de l’Ordre des Antonins. Leur spécialité était de soigner les malades atteints du « feu de St Antoine » (l’ergotisme) en utilisant un pain de bonne qualité, le « saint Vinage » (plantes macérées dans des reliques du saint), l’eau de saint Antoine (mis en contact avec les reliques) et un baume. Ils tenaient une petite ferme où ils élevaient des cochons pour subvenir à leurs besoins. Le priorat était aux mains de la famille Giavarini, une famille de Bologne, dont le dernier prieur était Antonio Giavarini. Le priorat est supprimé par le pape Sixte V mais Giavarini garde cependant le titre de prieur. La Commanderie de Bologne relevait de la Commanderie générale de Ranverso.

An XVI ème siècle l’assistance évolue : déclin de la fonction d’accueil et de l’activité hospitalière, recul du feu de saint Antoine, prépondérance des fonctions cléricales sans parler de l’impact de la Réforme et la mise en commende des établissements antonins considérés comme des bénéfices par leurs titulaires. Un « collège pontifical Montalto » est créé aux côtés de l’église en 1586 par le pape Sixte V. Il subsiste jusqu’en 1797. Il a été construit sur des bâtiments antérieurs du XIII au XIV ème siècle, vestiges peut-être de l’hôpital, et situés à côté de l’église de San Antonio.

Le sigillant :
Le chevalier Gerardo Giavarini est créé Comte palatin et page par le pape Clément VIII lors de son séjour à Bologne en 1598, en remerciement pour le bon accueil reçu dans cette cité. C’est l’occasion de commémorer cet événement par un portrait.

Date : 1598 ? Portrait en 1598 à l’âge de 25 ans par Lavinia Fontana (1552-1614) Bologne.

La matrice :
Forme : en navette
Matière : alliage cuivreux
Appendice de préhension : arasé
Type : hagiographique et armorié


Iconographie:
dans la partie supérieure :
Saint Antoine présenté dans un décor floral assis sur un trône en abbé mitré, la tête auréolée, tenant une crosse et un clochette de la main droite et une flamme de la main gauche. Un cochon apparait à droite derrière le siège. (attribut du saint)
Dans la partie inférieure :
les armoiries de Gerardo Giavarini : « de sable au lion d’or tenant de ses pattes une masse d’armes au chef d’azur chargé de trois fleurs de lis d’or rangées entre les quatre pendants d’un lambel de gueules » Le Tau, emblème des Antonins surmonte l’écu.
Nb : les lambels sont absents des armoiries de cette matrice. Le lion d’or est aussi dans d’autres gravures présenté sur champ d’azur…

Moulage, sceau de Gerardo Giavarini, création DK

Dimensions : L : 77mm l : 54mm
Légende :SIG..GERARDI.GIAVARINI.COMEN.S.ANTONII.BONON( ?).AC.VNITOR
Dépôt : coll. part.

Empreinte posthume en plomb du sceau de Gerardo Giavarini.

Une empreinte posthume en plomb a été réalisée au XIX ème siècle à partir du sceau du XVI ème siècle (Collezione Aldo Branca).
Il est fait allusion à un sceau du prieuré dans « Frammenti dell’Archivio Vassé Pietramellara della Biblioteca Comunale dell’Archiginnasio »,p.527,cartone IV-Istrumenti 1521-1563,n.26.

Sources :

Annali della citta di Bologna dalla sua origine al 1796,1844.

Collezione Aldo Branca in « Collectio-Sigillografia.Sfragistica » parte IV, p.81, 2021/12,https://aion.art(CH-Ascona).

Chiesa di Sant’Antonio Abate,www.originebologna.com.

Via Massimo d’Azglio. College pontifical connu sous le nom de Montalto,www.originebologna.com.

Clémentz Elisabeth, les Antonins d’Issenheim, publication de la Société savante d’Alsace, 1998.

Mandato di procura di D.Giovanni Gerardo Giavarini, priore e pre-cettore di S.Antonio di Bologna, in Annibale Ringheri, 10 settembre 1532.(con sigillo aderente del priorato).

Portrait de Gerardo Giavarini par Lavina Fontana, Wikimedia commons.

Où Sigilla aide considérablement la recherche : L’identification du sceau de Rodrigo Alexandre Borgia ( 1457-1492)

Evêque, vice-chancelier-cardinal-évêque, archevêque, chambellan, doyen du collège des cardinaux, légat du pape…. et pape

  • Daniel KELLER
(c) D. Keller, issu d’une collection privée

L’empreinte, de couleur rouge, de forme ovale typique des sceaux ecclésiastiques, repose sur un fond de cire brune quadrillée pour augmenter l’adhérence. Conservée dans une boite métallique, elle est légèrement abîmée dans sa partie gauche où manque un peu de cire empêchant la lecture complète de la légende

(repli) R . CARD . (pli) VALEN (repli)

L’iconographie de type hagiographique est cependant complète : Le champ est occupé par un édifice renaissance en forme de portique, composé de quatre pilastres corinthiens soutenant un entablement orné de guirlandes, formant trois travées. Au registre supérieur s’ouvrent trois niches abritant, au centre une Vierge à l’Enfant en buste, accosté d’un saint diacre et d’un saint évêque. La niche centrale du registre médian abrite la figuration de saint Nicolas, accosté à gauche de celle de saint Sébastien au supplice et à droite par celle de l’archange Michel enfonçant sa lance dans la gueule du Démon. Chaque personne est identifiée par une inscription gravée sous leurs pieds : S. SEB / S. NIC / S . MIC. Sur le soubassement s’ouvre une fenêtre surmontée d’un fronton triangulaire dans laquelle est représenté un personnage en prière ; il est accosté de deux écus.

(c) Hauptstaatsarchiv Stuttgart HStA S H52 U16

La forme, la taille, la couleur, l’aspect général, l’inscription CARD pour cardinal et l’architecture m’ont conduit à orienter mes recherches vers les sceaux de cardinaux de la fin du XVème siècle et notamment ceux des lettres d’indulgence. L’une d’elles a attiré plus particulièrement mon attention. Une lettre d’indulgence pour l’église paroissiale saint Michel à Altshausen dans le diocèse de Constance est scellée de 10 sceaux dont le premier, à gauche, ressemblait beaucoup au document étudié. Elle est conservée aux archives du Land de Bade-Wurtemberg à Stuttgart sous la cote H52U16. Dr. Erwin Frauenknecht a bien voulu venir à mon aide et l’a identifié comme étant celui de Rodrigo Borgia utilisé avant son élection comme pape sous le nom d’Alexandre VI.1

Les armoiries des deux écus disposés de part et d’autre de la niche inférieure sont bien celles de ce personnage célèbre :

([d’or], au taureau [de gueules], sur une terrasse [de sinople], à la bordure [du champ, chargée de huit flammes du troisième], qui est Borgia, parti d’un palé [d’or et de gueules] de six pièces, qui est Oms), respectivement surmonté d’un chapeau de prélat à houppes.2

D’origine trop modeste, ce nom de Borgia est sujet à une élaboration légendaire familiale qui l’associe à la figure du taureau (boarius en latin) censé symboliser la puissance et la fécondité. Alphonse de Borja, futur pape Callixte III, fait rajouter sur le bord de l’écu huit flammes représentant les huit chevaliers Borgia accompagnant le roi d’Aragon lors de la reconquête du royaume de Valence.3

La famille cherche à rejoindre la petite noblesse en s’unissant notamment par mariage à la famille Oms, un lignage ancien, prestigieux et important propriétaire terrien. Leurs armes, un fascé de sable et d’or, viendrait d’un guerrier de la suite de Charlemagne, qui ayant capturé trois rois maures, aurait paré son bouclier de trois turbans. Ils seraient à l’origine des armes de cette grande famille de Catalogne, les Oms, portées par les descendants de Sibille d’Oms, épouse du chevalier Rodrigo-Gil II de la maison de Borja. Les armes du sceau étudié sont parti de Borgia et parti d’Oms et non de Lenzuoli comme indiqué dans la notice de Sigilla.

Cette attribution est confirmée par deux empreintes répertoriées dans la base de données Sigilla. Ces moulages font partie de la collection Lorraine des Archives nationales,1970, N°424 et de la BnF Paris Lat.9279-index26.L’une est intacte, l’autre restaurée .4

La légende peut ainsi être complétée :(repli) R . CARD . (pli) VALEN (repli) / S . R . E . VI (pli) CECAN

Il s’agit donc bien de Rodrigo Borgia. Neveu du pape Calixte III par sa mère Isabelle de Borgia. Sacristain de Valence, élevé à la pourpre par son oncle en 1456 à l’âge de 25 ans. D’abord diacre de saint Nicolas in Carcere (1456), il devient évêque de Valence (1458 à 1492), évêque d’Albano (1471 à 1476), de Porto et Santa Rufina (1476 à 1492) et de Majorque (1489), archevêque de Valence(1492). Il a une grande part à l’administration de l’Eglise comme Vice-Chancelier (1457 à 1492).Il est élu pape en août1492 sous le nom d’Alexandre VI.

L’empreinte peut donc être datée entre 1456 élévation à la dignité cardinalice et 1492, élection comme pape sous le nom d’Alexandre VI Borgia.

On peut enfin remarquer que le sceau des archives du Bade-Wurtemberg est très semblable à celui de la collection Lorraine des Archives nationales mais diffère très légèrement de celui de la BnF Lat 9279 et de l’empreinte proposée à notre étude : position de la Vierge, attitude de Saint Sébastian et de saint Michel. Le cardinal aurait-il fait refaire sa matrice à la suite de son vol, de sa perte ou de son usure ? Il a occupé sa charge de vice-chancelier pendant 35 ans ! (1457-1492)

Cardinal Pierre Louis Borgia, Archives héraldiques suisses, 1950, LXIV,n°1 (AHS 1950 n°1, p.6.

Un sceau de son fils, le cardinal Pierre Louis Borgia, est très semblable par le cadre architectural. Seuls sont différents les personnages représentés, des détails d’architecture et un seul écu est visible dans la partie inférieure. Il porte les armes paternelles.2

Un autre sceau du cardinal Rodrigo Borgia a également été repéré appendu à une bulle de 1486 au chapitre de la collégiale de Xativa (Espagne). Il est malheureusement abîmé et la trop faible résolution de la photo ne permet pas son étude.5

Deux autres empreintes de Rodrigo Borgia ont été repérées aux archives de Bavière, l’un de 1485 ref. Bay.HStA Kloster Sankt Emmeran Regensburg Urkunde 2196, l’autre de 1492 même référence Urkunde 2347.

Sources :

1.Dr Erwin Frauenknecht, Hauptstaatsarchiv Stuttgart,Baden-Württemberg

2.D.M.Galbreath, Les armoiries des Borgia, Archives héraldiques suisses,1950,LXIV,N°1.

3.Jill-Manon Bordellay, les Borgia :la fulgurante ascension d’une famille valencienne jusqu’à la papauté,2021.web.

4.Sigilla « Rodrigue Borgia »

5. Bula del cardenal Rodrigo de Borja al cabildo se la Colegiata de Xativa, Archivo de la Colegiata de Xativa. Cvc.cervantes.es.

Une curiosité sigillographique : Le sceau du chapitre de l’église collégiale Saint-Michel de Lautenbach de 1599

  • Daniel Keller

 L’église collégiale Saint-Michel fait partie d’une abbaye bénédictine fondée au début du VIIIème puis érigée en collégiale avant 1096. Un des plus célèbres chanoines est le théologien et philosophe connu sous le nom de Manegold, défenseur des décrets réformateurs de Grégoire VII, s’attirant la colère de l’empereur Henri IV. Le souverain fait brûler le monastère vers 1080 et fait prisonnier Manegold. La communauté se reconstitue alors en Chapitre de chanoines augustins réguliers et construit l’église canoniale à partir du début du XIIème s. Elle confie le patronage de l’église à Saint Michel et Saint Gangolphe. Les chanoines sont présidés par un praepositus (prévôt) assisté d’un decanus (doyen) et d’un edituus ou custos(trésorier). Vers 1150 le chapitre est sécularisé, les chanoines habitant alors chacun une maison dite « canoniale ». Sous le règne des Habsbourg, ses avoués, le chapitre connait une grande prospérité et devient en 1367 le seigneur temporel de la vallée de la Lauch (Haut Florival). Il subsiste jusqu’à la Révolution française.

Photographe de Charles Haudot

Le sceau est de forme ogivale ou en navette comme beaucoup de sceaux ecclésiastiques, évêques, chanoines, abbés et de type hagiographique. Le champ montre le patron de l’église l’archange Saint Michel terrassant le dragon. Le sceau est à l’origine des armoiries de Lautenbach « d’azur à saint Michel archange d’or sur un dragon de même, qu’il transperce de sa lance de sable en barre ».

Une empreinte de 1464, dimensions 18×24 cm, est conservée aux Archives du Haut-Rhin sous la cote 2 Fi 877 , une autre de 1212  est repérée  par Sigilla aux mêmes archives dans un acte sous la cote 5 G 23 / 1 mais considérée comme disparue et une troisième dans le Chartrier de Niedernai conservé aux Archives du Grand Est, site de Strasbourg,  appendu à une charte datée du 30 juin 1599 (cote 1 J 996) dans laquelle le chapitre baille pour trois ans à Werner de Landsberg la dîme de Zellwiller. La photographie de ce sceau réalisée par Charles Haudot est publiée dans son répertoire des sceaux du chartrier de Niedernai p.104. La photographie de l’original sera intégrée à la base de données SIGILLA.

Moulage en bronze, (c) Daniel Keller

Un moulage en bronze du sceau original de 1464 a été réalisée pour l’association des Amis de la Collégiale de Lautenbach. Dans l’état actuel des connaissances la même matrice semble avoir été employée de 1464 à 1599 mais elle peut être plus ancienne.

L’originalité de l’empreinte de 1599 réside dans son mode de protection tout à fait original, et à ma connaissance unique. Le sceau en navette n’est pas appendu à la charte par une double ou simple queue comme c’est l’usage le plus fréquent. Il n’est pas protégé par une pochette de parchemin ou de tissu ou enveloppé dans du chanvre mais « plaquée » au centre d’une boîte en bois ronde dont le fond est strié pour faciliter l’adhérence de la cire. On a donc utilisé une boîte comme c’est le cas général à cette époque mais employée une matrice ancienne non adaptée à ce genre de protection…Pourquoi ?

Sur les traces d’un faussaire?

Un souci (ou en espoir ?) de beaucoup est de trouver une forgerie du sceau. Mais comment la reconnaître ? Comment savoir si c’est vraiment un faux ?

Daniel Keller avait récemment une telle expérience lors de ces travaux aux Archives de la Région Grand Est, site de Strasbourg. Il traite le Chartrier de Niedernai du début jusqu’à la fin pour recenser les sceaux qu’il y trouve.  Selon l’inventaire, la charte 1 J 654 était rédigé par la cour de Charles Quint (Charles V de Habsbourg). En regardant la charte elle-même, on reconnaît facilement Wir Karl der fünff…

Archives de la Région Grand Est 1 J 654 (c) Daniel Keller

Après, il a examiné le sceau. Mais ce sceau ne figurait pas dans la liste des sceaux connus de Charles Quint. Un faussaire ?

En regardant méticuleusement la charte, il a découvert les restes d’une attache précoce.

(c) Daniel Keller

Mais à qui appartient ce sceau ? Heureusement, le sceau était dans un bel état. La légende dit clairement SIGISMUNDUS.

Sceau de Sigismond de Luxembourg ARGE 1 J 654 (c) Daniel Keller

En effet, c’est un sceau connu de Sigismond de Luxembourg. Le sceau d’origine de Charles Quint a disparu et quelqu’un a remis un sceau de Sigismond à sa place.

Pas de faussaire, mais une histoire captivante quand même !