Un petit air de famille…

Saisi en février dernier par Yann Franchet dans Sigilla, un acte daté du 7 mars 1324 conservé aux Archives de la ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES, CH 34 / 749) entérine la vente à un bourgeois de Strasbourg par les membres de la famille de Werde (le landgrave Ulrich, son frère Philippe et son fils Jean), quinze autres nobles et Otto Gros, écoutête (Schultheiss) de Brumath, d’une rente annuelle sur l’ungelt de Brumath (une taxe sur des biens consommables, sans doute le vin vendu en ville). Les vendeurs sont donc les seigneurs de la ville, les nobles désignés par ailleurs comme Burgmannen, chevaliers de la garnison de la ville qui représentent la communauté1, et un agent seigneurial faisant office d’administrateur municipal. D’après leur nom – qui comprend le plus souvent un toponyme – , la plupart de ces Burgmannen appartiennent à des lignages sur lesquels nous avons été bien en peine de trouver des informations2.

Des armoiries neuf fois répétées

Or parmi ces sigillants aux noms ou surnoms variés, la grande majorité – ils sont neuf (von Bilwisheim [deux frères], von Brumath [deux individus], von Butenheim, Schorpether, von Wittersheim et Zuckenmantel [deux frères]) – arborent sur leur sceau des armoiries à la charge identique, à savoir: un écu parti portant à sénestre une étoile à six rais en chef.

Charge des armoiries des von Bilwisheim, von Brumath, von Butenheim, Schorpeter, von Wittersheim et Zuckenmantel (les couleurs n’ont d’autre fonction que de permettre de distinguer les parties de l’écu).

Evidemment, la monochromie des empreintes sigillaires ne permet pas de savoir quels étaient les émaux de chacune de ces armoiries. Les seules dont les couleurs nous sont connues avec certitude sont celles des von Brumath, à savoir: au 1 de plain d’or, au 2 de sable à l’étoile à six rais d’argent en chef3. Il se trouve que ce même blasonnement est actuellement repris sur les écus de deux villages ayant donné leur nom à des Burgmannen: Bilwisheim (totalement identique) et Wittersheim (dans une combinaison). Ce n’est certainement pas un hasard. Il est donc tentant de considérer que Johannes von Wittersheim (ainsi sans doute que son frère Berthold, dont le sceau est perdu) et Dietrich von Bilwisheim portaient déjà en 1324 les mêmes émaux sur leurs armoiries qui, rappelons-le, étaient aussi à cette date ceux des frères Walther et Simon von Brumath.

Armoiries des von Brumath (et des von Bilwisheim et von Wittersheim??)

Ecu parti, au 1 de plain d’or, au 2, de sable à l’étoile à six rais d’argent en chef.

Un groupe familial ?

Les cinq hommes auraient donc eu le même blason. Comment l’expliquer? Sauf cas d’homonymie héraldique (quand, par hasard, deux porteurs se retrouvent arborer le même écu) ce partage des mêmes armoiries s’explique d’ordinaire soit par l’appartenance à un même lignage ou à un groupe familial avec différents rameaux qui en l’occurrence auraient été dispersés dans les villages environnant Brumath4 , soit par l’appartenance à un même groupe de vassaux qui auraient partagé les armoiries de leur seigneur, comme les ministériaux des évêques de Strasbourg. Mais comme celles des Werde, c’est-à-dire du landgraviat de Basse-Alsace, sont bien connues et totalement différentes, cette piste est à exclure, à moins d’imaginer un ascendant des von Brumath sur les autres chevaliers et écuyers ou le partage d’armes concédées par le seigneur sans être identiques aux siennes. Quoi qu’il en soit, il serait nécessaire de mener une enquête proposopographique plus poussée sur ces individus et leurs relations familiales et vassaliques pour étayer l’hypothèse d’un groupe familial. Dans ce cas d’ailleurs, le changement de “nom” (de von Brumath à von Bilwisheim par exemple) ne doit pas nous étonner, il indiquerait simplement l’ancrage du petit aristocrate dans son fief villageois, là où sa branche avait fait souche – tout en conservant évidemment un pied à Brumath.

Même si la question des émaux est encore plus problématique pour eux en raison de l’absence de cet indice indirect que constituent les armoiries communales contemporaines, il ne nous paraît pas déraisonnable de rattacher à ce même groupe les autres détenteurs d’armoiries aux mêmes formes, c’est-à-dire Johannes von Butenheim (localité non localisée5 ), Johannes Schorpeter, Wlihelm Zuckmantel ainsi que son frère Hartung, dépourvu de sceau. Nous aurions donc eu neuf personnes apparentées (ou liées socialement d’une manière ou d’une autre) dans ce conseil aristocratique à la tête de la ville. Au niveau de la petite aristocratie, l’endogamie locale devait être monnaie courante alors.

Représentants de la commune ou ayant-droits?

Si nous sommes bien en présence d’un groupe familial, on peut se poser la question de la propriété de la rente vendue dans la charte de 1324. Celle-ci appartenait-elle à la communauté dont les quinze nobles ne sont ici que les représentants qui scellent de leur sceau personnel en l’absence, à cette date, d’un sceau communal6 ? Ou bien la co-propriété de ce revenu annuel pouvait-elle être partagée entre la famille de Werde, qui la tenait au titre du landgraviat de Basse-Alsace, et ses vassaux locaux? Leur nombre assez important et la présence de deux fratries font penser à une division des parts au fil des générations. Les six autres nobles7 auraient-ils pu se raccrocher au groupe familial par voie maternelle? Là encore, une enquête prosopographique serait la bienvenue. Pour l’instant, je me contenerai de relever que Walther der alte et Walther Spitteler partagent aussi de leur côté des armoiries identiques, dont les émaux sont inconnus, mais qui se présentent dans leur disposition comme l’exact symétrique de celles des von Brumath. En serait-ce une forme de brisure utilisée par une branche plus secondaire ou plus éloigné de l’hypothétique groupe familial?

Armoiries de Walter der alte et de Walther Spitteler

Ecu parti : au 1 à l’étoile à six rais en chef, en 2 au plain.

En tout cas, l’écoutète Otto Gros n’appartenait pas au même monde. Cité en dernier, ne disposant pas plus que la ville de son propre sceau, au point qu’il affirme dans la corroboration s’en remettre aux sceaux des seigneurs, chevaliers et nobles écuyers cités8, il devait être d’origine roturière. N’agit-il ici que comme représentant de la communauté d’habitants ou avait-il des intérêts propres dans cette rente dont une part aurait pu peut-être être attachée aux revenus liés à sa fonction? Dans tous les cas, ce serait au mieux en tant que Schultheiss et certainement pas à titre personnel qu’il cèderait ici sa part.

Ce petit dossier gagnerait évidemment à bénéficier d’investigations plus poussées sur les acteurs mentionnés – et toute aide en la matière serait la bienvenue! -, mais il m’a paru intéressant d’y consacrer ces quelques réflexions qui illustrent le potentiel de l’exploitation des informations héraldiques comme révélatrices – c’est du moins mon hypothèse ici – de liens familiaux qui autrement seraient passés inaperçus.

  1. Bernhard METZ, « Essai sur la hiérarchie des villes médiévales d’Alsace (1200-1350) », Revue d’Alsace, t. 128, 2002, p. 64, n. 177. La suscription de la charte se clôt par l’expression edele knehte von Brůmat (écuyers nobles de Brumath) qui désigne au minimum les derniers cités mais pourrait peut-être renvoyer aux membres d’une espèce de cour du landgrave à Brumath. []
  2. Les ouvrages des érudits du XIXe s. répertoriant la noblesse alsacienne les ignorent largement, tant Ernest LEHR, L’Alsace noble suivie de Le Livre d’or du patriciat de Strasbourg, 3 tomes, Paris, 1870 (réimpr. 1972), que Julius KINDLER VON KNOBLOCH, « Das Goldene Buch von Straßburg », Jahrbuch der heraldischen Gesellschaft Adler in Wien, vol. 11, 1885, p. 71-131 et vol. 12, 1885, p. 1-91. []
  3. J. KINDLER v. KNOBLOCH, “Das Goldene Buch…” art. cit., vol. 11, p. 86 et fig. 63. []
  4. Bilwisheim et Wittersheim sont respectivement à environ 6 et 8 km de cette ville []
  5. Il existait un village et un château de Butenheim à Petit-Landau, près de Mulhouse, mais ce serait le seul sigillant à être implanté si loin de Brumath – même les sigillants avec d’autres armoiries sont issus des environs proches: Mommenheim ou Niederschaeffolsheim. []
  6. B. METZ, « Essai sur la hiérarchie…” art. cit., p. 64, n. 178. La base Sigilla n’a pas encore d’empreinte datée antérieure à 1466. []
  7. Walther l’ancien (der alte), Johannes von Mommenheim, Johannes Virthener von Ramstein, les deux Walther Spitteler et Erbo de Scheffelingsheim (Niederschaeffolsheim). []
  8. Wande aber ich Otto Groz der vorgenante schultheisse zů Brůmat nůt ingesigels habe, so begnůget mich mit der vorgenante minre herren und der vorgenante ritter und o̊ch der vorgenante edelre knehte kngesigele []

La langue du blason du Musée de Cluny

Vous voyez souvent les blasons sur les sceaux et voudriez en savoir plus ? Pour l’occasion de l’exposition Le Blason des temps nouveaux au Musée national de la renaissance – château d’Ecouen (jusqu’au 6 février !), le musée de Cluny a rédigé un guide sur l’héraldique et des exemples sur plusieurs supports.
Une lecture intéressante lors de laquelle on retrouve quelques amis alsaciens …

Vous trouverez le dossier intégral en cliquant ici.

2 000 Armoiries dans SIGILLA !

Vendredi dernier, SIGILLA a franchi le seuil de 2 000 armoiries dans la base ! Une belle surprise pour cette fin de l’année !

Ces armoiries viennent de tous les coins de France – dont plus de 400 viennent d’Alsace – et leur nombre continue à augmenter. Elles aident à l’identification des sigillants et à mieux comprendre les motifs héraldiques sur les sceaux. En cliquant sur une armoirie, vous pouvez voir tous les sigillants et les sceaux types qui y sont associés. Par exemple ici, avec les armes de l’évêché de Strasbourg. Un outil bien pratique pour faire des recherches et suivre l’utilisation d’une armoirie spécifique.

Un grand merci à ceux qui alimente la base avec ces belles armoiries !

Du sceau au monument…

La base SIGILLA est intégrée à un projet plus ample de portail sur l’emblématique médiévale portée par Laurent Hablot: E-SIGNA. L’idée est permettre aux chercheurs d’avoir accès aux différents supports sur lesquels ont été figurées les armoiries et devises en liant entre elles différentes bases de données. En effet, le même blason peut se trouver peint dans un manuscrit, imprimé sur un sceau ou sculpté sur un monument. Des liens entre les bases consacrées à chacune de ces sources sont donc mis en place, qui permettent de passer de l’une à l’autre en un clic.

L’ARmorial Monumental du Moyen Âge (ARMMA) est l’une de ces bases de données “soeurs” de SIGILLA, Elle ambitionne de répertorier et de décrire les armoiries sculptées ou peintes sur des monuments médiévaux (antérieurs à 1550) conservés en France. A titre d’expérimentation pour l’Alsace, je viens d’y intégrer avec l’aide de Matteo Ferrari (qui co-pilote cette base), les six armoiries conservées dans l’église des Jésuites de Molsheim.

L’intérêt du croisement des différentes formes de sources est immédiatement apparu: ainsi pour les armoiries de l’évêque de Strasbourg Guillaume II de Diest (1393-1439): la stèle de 1394 présente une différence notable, sur l’un de ses éléments, avec le sceau du prélat (pour l’instant attesté entre 1425 et 1438). Sur la première figurent les armes du landgraviat de Basse-Alsace, dont les droits ont été concédés à l’évêché de Strasbourg en 1384 par le Roi des Romains Wenceslas, alors que le sceau de Guillaume à la fin de son épiscopat les omet. La collecte de nouvelles empreintes de sceaux ainsi qu’éventuellement d’autres sources iconographiques permettront peut-être d’expliquer ce constat.

Toujours est-il qu’en ces temps où les dépôts d’archives ne sont pas toujours accessibles, les amateurs d’emblématique médiévale peuvent aussi profiter du redoux pour photographier des monuments souvent à l’air libre! Il est en tout cas à espérer que les monuments alsaciens armoriés rejoindront la base ARMMA. Les personnes qui seraient intéressées par ce projet sont priées de me contacter à l’adresse suivante: thomas.brunner@unistra.fr

.