Une soirée sous les sceaux des chanoines

Hier, dans le cadre des conférences de la Société des amis de la cathédrale de Strasbourg, Thomas Brunner et Olivier Richard ont présenté les sceaux des chanoines de Strasbourg au Moyen Âge. La salle du Münsterhof était bien remplie et le public bien intéressé par ces petits bouts de cire sur les chartes médiévales.

La conférence a commencé avec un peu de contexte sur l’arrivée des sceaux en Alsace et son importance pour l’écrit et son développement. Ensuite nous avons appris les fonctions spécifiques des chanoines et leur importance dans le diocèse de Strasbourg suivi par les évolutions de représentations et des motifs choisis par les sigillants. C’était une soirée passionnante !

Si vous êtes intéressé pour nous rejoindre ou avez de questions sur le projet SigiAl, n’hésitez pas à prendre contact avec nous sigial-contact@unistr.fr.

Voici quelques impressions de la soirée :

Les sceaux du fonds du Chapitre Saint-Léonard de Boersch des archives départementales du Bas-Rhin

Dans le cadre du projet Sigi-Al, j’ai procédé à la recension des sceaux du petit fonds des archives départementales du Bas-Rhin consacré à la Collégiale Saint-Léonard de Boersch (G 5677 à G 5695). Novice dans cette pratique, j’ai été formé par Catherine Kasteleiner, Thomas Brunner et Olivier Richard, les responsables du projet Sigi-Al, et ce dépouillement m’a permis d’apprendre peu à peu comment procéder.  J’ai collecté 74 empreintes, de 27 sceaux-types différents, représentant 22 sigillants. Pour trouver les sceaux, je me suis appuyé sur l’inventaire de Louis Spach datant du XIXs. qui s’est révélé plutôt fiable, même si 10 sceaux par lui mentionnés étaient absents des chartes que j’ai sorties. Il est à noter que le fichier alphabétique des sceaux de Charles Haudot, en ligne sur le site des archives, ne mentionnait qu’un seul des 74 sceaux que j’ai trouvés. 

Fondé pour prendre la suite d’une abbaye bénédictine décadente en 1235, le chapitre de Saint-Léonard est une collégiale de chanoines, dont le seigneur après 1466 est le Grand-Chapitre de la cathédrale de Strasbourg, et dont le doyen est nommé par le prévôt du Grand-Chapitre[1]. La collégiale possédait de nombreux biens dans les villages à proximité et même jusqu’à Strasbourg.

J’ai retrouvé dans ce fonds seulement deux empreintes du sceau du chapitre de Saint-Léonard proprement dit, ainsi que deux cachets sous papier. Le sceau, en navette, représente un personnage en pied avec les attributs de saint Léonard, à savoir la crosse abbatiale ainsi qu’un livre, et surtout une chaîne (la tradition raconte que saint Léonard aurait libéré des prisonniers à l’époque de Clovis), comme il est décrit dans L’Armorial Général de France [2] et comme on peut le voir par exemple à la cathédrale de Würzburg. La légende du sceau indique S[igillum] CAPPITULI[3] SANTI LEONhARDI, celle du cachet commence par la mention du doyen (DECANUS).

Officialité de Strasbourg, Ad 67, G 5679/13, 1614

Plusieurs sceaux relevaient de types bien connus. C’est le cas des sceaux de la prévôté et de l’officialité de Strasbourg. Cependant deux nouveaux sceaux-types ont pu enrichir la liste des sceaux de l’officialité. Il s’agit d’une part d’un sceau classé « quatrième sceau », trouvé en deux exemplaires (1614 et 1638) et affichant, outre le croissant de lune et l’étoile à 8 branches, caractéristiques des sceaux de l’officialité, un écu combinant la bande de Strasbourg et celle de Basse-Alsace.

 

Officialité de l’archidiacre per Marchiam de Strasbourg, Ad 67, G 5682/10, 1559

Il s’agit d’autre part de la découverte d’un sceau de l’officialité de l’archidiacre per Marchiam (entre la Zorn et la Bruche)[4], de 1559, qui montre que longtemps après la réunion des officialités des archidiacres en une seule maison en 1388[5], chacune scellait encore avec son propre sceau. Une étude et un classement des sceaux de l’officialité et des archidiacres en dépendant restent d’ailleurs à faire.

Deux empreintes concernent la noblesse alsacienne. Il s’agit du sceau très fragmentaire de Hans von Uttenheim zu Ramstein, et d’une belle empreinte du sceau de Johann Peter Wetzel von Marsilien (1643-1709). Cette empreinte est apposée directement sur papier en 1689, mais on a trouvé dans un autre fonds une empreinte de 1686 sur un sceau appendu, visiblement de la même matrice, qui montre que les deux pratiques ont coexisté à une époque où celle du sceau appendu était en déclin.

 

Sceaux personnels de schultheiss et sceaux de communes et de juridictions

Leonhard Braun, Ad 67, G 5684/1, 1658

La plupart des chartes portant les sceaux sont des ventes ou des locations de terres, ou des constitutions de rente. Ces transactions étaient contractées, pour plus de garanties, devant les autorités du lieu où était situé le bien loué, vendu ou gagé. Les chartes sont parfois scellées directement par la personne dépositaire de l’autorité, qui scelle de son sceau propre. C’est le cas de Heinrich Willeman, schultheiss de Saint-Hippolyte en 1447, de Anders Diebolt (deux exemplaires), schultheiss de Bischoffsheim en 1556-1557, de Thomas Bonn, schultheiss de Blienschwiller en 1558, de Geörg Bürst (1661) receveur du bailliage (« Amtschaffner ») de Frankenbourg, propriété du Grand-Chapitre de Strasbourg, et de Leonhard Braun (1668), schultheiss de Scherwiller, alors encore sous l’autorité du comte Christophe-Rodolphe Fugger (de la famille des fameux Fugger d’Augsbourg).

Diebolt Eckhart, Ad 67, G 5683/7, 1551

La plupart de ces sceaux sont de style héraldique. Il est difficile d’expliquer ce qui a motivé le choix des figures, mais ces sceaux personnels sont précieux car ils donnent parfois des informations sur l’identité du sigillant que les chartes ne donnent pas. Ainsi, le sceau de Diebolt Eckhart, schultheiss du tribunal de Rosheim entre 1550 et 1551, affiche les figures caractéristiques des sceaux des vignerons : la serpette, le pied de vigne stylisé, et l’étoile. On s’étonne toutefois : un vigneron, même aisé, pouvait-il être schultheiss au XVIᵉ siècle ? Ou bien la famille avait-elle connu une ascension sociale forte sans changer ses armoiries ? Une date est présente sur le sceau, qui nous conduirait à pencher pour la première hypothèse : on lit 1545.  Mais le chiffre des dizaines est trop effacé, et sa lecture trop incertaine pour se risquer plus avant dans la conclusion.  

Dans les communes constituées, les contrats sont le plus souvent scellés devant les conseils. Ainsi, à Ottrott-le-Bas[6], le schultheiss (« Gericht Schultheiss ») de 1629, Marthin Müller, scelle non pas de son sceau mais de celui du village (« unsers Dorffsgewonlich Insigell »), sceau dont la surface est malheureusement très estompée.

Ottrott-le-Bas, Ad 67, G 5679/24, 1629

Pour Rosheim, la base a pu être enrichie de cinq empreintes du sceau appelé « deuxième sceau », sceau parlant avec la rose à cinq pétales, attestant son usage entre 1456 et 1561. Il est à noter qu’à Rosheim, pendant l’année 1560, les constitutions de rente étaient contractées soit devant le Conseil de la ville, qui scellait du sceau ci-dessous (ainsi de l’acte G 5683/9 du 25 mai), soit devant le schultheiss du tribunal (« Schulthaiß an deß haillig reichs gericht zu Rosheim »), Diebolt Eckhart à cette date (voir son sceau plus haut) comme dans l’acte G 5683/8 du 25 juin.

Rosheim, Ad 67, G 5683/4, 1532

Un nouveau sceau-type pour Rosheim, qui était absent de la base, a été trouvé sur quatre sentences d’immission prononcées en 1658-1659. Il présente toujours la rose aux cinq pétales, mais cette fois dans un écu, et il affiche clairement le statut de ville libre d’Empire en exposant l’aigle bicéphale. Il avait été initialement entré dans la base sous le nom « Rosheim troisième sceau » mais il a été corrigé en « Rosheim – premier – sceau de juridiction » ,

Rosheim, Ad 67, G 5683/15, 1659

comme le suggèrent les formules de corroboration (« Stadtgerichts fürhangenden gewohnlichen secret insigel ») et la légende du sceau : « DES H:R:R STADTGER ZU ROSHEIM INSIGEL », à savoir sans doute « Des Heiligen Römischen Reichsstadtgerichts zu Rosheim Insigel ». Il semble donc qu’à une date à déterminer, les actes du tribunal n’étaient plus scellés du sceau personnel du schultheiss, comme le faisait Diebolt Eckhart cent ans plus tôt, mais d’un sceau propre dont le tribunal s’était doté.

Les sceaux de Boersch : questions sur les pratiques de scellement d’un petit bureau d’écriture

Boersch, Ad 67, G 5682/3, 1473

C’est pour la ville de Boersch que nous avons le plus d’empreintes, et cette assez longue série, 34 empreintes de trois sceaux-types différents, ne laisse pas de poser question sur la manière dont on scellait les actes dans le quotidien d’un bureau d’écriture d’une petite ville. Les sceaux de Boersch affichent tous les armes parlantes de la ville avec les deux perches (Barsch en allemand) adossées.

La plus ancienne empreinte du premier sceau connu de Boersch date de 1401, mais on peut supposer que ce sceau est plus ancien encore, une date possible étant 1340, date à laquelle Boersch est promu au rang de ville, selon le chroniqueur strasbourgeois Jakob Twinger de Koenigshoffen († 1420). La ville fortifiée (oppidum) est ensuite acquise par le Grand-Chapitre de la Cathédrale en 1466, en même temps que la Collégiale Saint-Léonard[7]. L’empreinte la plus récente de ce sceau date de 1631, avec un passage au scellage apparemment systématique dans une boîte en bois au plus tard en 1619.

Boersch, Ad 67, G 5679/26, 1629

Ce sceau est très stable, comme si on n’avait pas changé de matrice pendant plus de deux siècles, y compris lors du passage au scellage en boîte. Ce sceau est appelé dans Sigilla « sceau du secret » en raison de la légende : S⸫ SECRETVM⸫ OPIDI⸫ BERSE·. Le Vocabulaire international de la sigillographie indique que le sceau du secret est un « sceau de petite dimension, dont use le détenteur d’une autorité publique pour sceller ses missives ou, plus généralement, les pièces qui le concernent personnellement. Il peut aussi servir de contre-sceau ou être utilisé comme sceau de substitution en cas d’absence du grand sceau. » Mais à Boersch, on n’a pas trace d’un éventuel grand sceau avant 1619. En existait-il un ou le « sigillum secretum » était-il le seul sceau existant ? Les formules de corroboration indiquent d’abord (1401 – 1416) « Statt (parfois Stette) Ingesigel », « sceau de la ville », puis « gemein stat ingesigel », ce qui peut créer un doute sur le statut du sceau, « gemein » pouvant être compris comme « commun », dans un sens même dépréciatif en allemand moderne. Mais d’autres graphies « gemeind », « gemeÿnde » nous mettent plutôt sur une autre piste : il s’agit du sceau de la « commune » – « unsere Gemeÿnde Ingesigel ». On notera en passant qu’à partir de 1521, le mot « ingesigell », systématiquement employé jusque-là, disparaît totalement et est remplacé par le mot « insigell ». Ces formules laissent donc supposer que ce sceau, tout « sceau du secret » qu’il était, était le seul qu’utilisait le Conseil de la ville de Boersch.

Boersch, Ad 67, D 181/25, 1619

Les choses se compliquent encore en 1619, puisqu’un nouveau sceau apparaît. Nous l’avons appelé « premier grand sceau » dans Sigilla. L’empreinte présente dans le fonds de Saint-Léonard est de mauvaise qualité, mais une autre empreinte, excellente celle-là, a pu être trouvée ailleurs (voir ci-contre). Un peu plus grand que le « sceau du secret » (39 mm contre 36 environ), il reprend les deux perches adossées, mais avec une décoration très détaillée et soigneuse : légende dans un phylactère, écu très découpé, légère différenciation entre les deux perches. Curieusement la légende indique « SIGILLUM OPPIDI BERSS ANNO », mais sans donner d’année, ce qui aurait été précieux pour nous. Le mot « secretum » est cette fois absent. Là encore, deux chartes, espacées d’un mois (D 181/24, 24 mai 1619 ; D 181/25, 24 juin 1619), concernant toutes les deux une constitution de rente pour le séminaire de Molsheim, laissent un témoignage confus, puisque la première, à laquelle est pourtant appendu l’ancien « sceau du secret », indique être scellée avec « der Stadt Börß größer Innsigell » (« le grand sceau de la ville de Boersch »), tandis que la seconde, portant le nouveau sceau, indique sobrement « unnser gemein Innsigell ». On remarque que les deux chartes sont de deux mains différentes.

Ce nouveau sceau disparaît pour nous ensuite, tandis qu’on continue à trouver le « sceau du secret » jusqu’en 1631. Il faut supposer que les deux sceaux coexistent alors à ce moment.

Enfin, en 1660, un nouveau sceau apparaît (« deuxième grand sceau »).

Boersch, Ad 67, G 5679/34, 1660

Plus sobre que le précédent « grand sceau », tout en affichant un style assez baroque dans la forme de l’écu, il indique ses origines : SIGILLUM·OPPIDI·BERSS·ANNO·1656. On en a trouvé cinq empreintes de 1660 à 1692. Les formules de corroboration ne dissipent pas le trouble : parfois « Stadt Börß größer Insigell », parfois « gewohnlichen Insigell » (« sceau habituel »), et même une fois « secrets insigell » (G 5979/52 en 1692) alors même que tous ces actes sont des constitutions de rente qui ne sembleraient pas justifier l’emploi de sceaux différents, à supposer qu’ils existaient.

Que conclure de ces observations ? Dans les grandes chancelleries, la pratique du scellement obéissait à une distinction claire entre les différents types de sceaux (grand sceau, petit sceau, sceaux aux causes, sceau aux contrats, sceau du secret, etc.). Mais dans les bureaux d’écriture des petites villes, l’exemple de Boersch conduit à penser que les protagonistes ne faisaient pas toujours une distinction aussi nette et riche de sens. Par ailleurs, la vie quotidienne pouvait peut-être ajouter à une certaine confusion. Ainsi la personne chargée de rédiger le texte avant le scellement n’était sans doute pas le garde-scel chargé de sceller l’acte, ce qui pouvait conduire à des erreurs  (si tant est qu’il y ait bien eu plusieurs sceaux simultanément utilisés). Quant aux formules de corroboration employées, on peut supposer qu’elles étaient dépendantes des rédacteurs, qui venaient avec de habitudes et des formations différentes.

Ces interrogations sur le fonctionnement d’une instance d’écriture locale, à Boersch, à Rosheim et ailleurs, montrent en tout cas à nouveau tout ce qu’une base de données de grande envergure comme Sigilla, par la constitution de grandes séries, permettra d’apporter dans l’étude non seulement des sceaux mais aussi des sigillants.

Yann Franchet (texte et photos)


[1] L’histoire et le fonctionnement de la collégiale sont retracés par Médard Barth, La Collégiale de Saint-Léonard des origines à nos jours, trad. X. Durr, 1991-1994.

[2] Le volume de textes le décrit ainsi : « Porte d’azur à un St-Léonard de carnation, vêtu d’une soutane de pourpre, d’un rochet d’argent, et d’une chappe d’or, tenant de sa main dextre une crosse de même, et de sa sénestre un livre d’argent et une chaîne d’or pendante à son bras sénestre ». Edité par Anatole de Barthélémy, Armorial de la généralité d’Alsace : recueil officiel dressé par les ordres de Louis XIV, 1861, page 115.

[3] Le graveur a doublé la consonne « P » dans « CAPPITULI », contrairement à l’usage courant, même si cette orthographe se trouve dans certains textes latins médiévaux et modernes.

[4] La liste des archidiaconés se trouve présentée par Benoît Jordan sur https://fasti.huma-num.fr/lexique_canonial_terms_result/portier

[5] René Pierre Levresse, « L’Officialité épiscopale de Strasbourg », Archives de l’Eglise d’Alsace, 1993-1994, p. 137

[6] Ottrott-le-Bas (Niederottrott) et Ottrott-le-Haut (Oberottrott) n’ont été réunies qu’en 1858.

[7] Voir pour plus de détails Ameur, Gressier, Metz-Schillinger et Gyss, Boersch, Klingenthal, Saint-Léonard, Lieux d’histoire, Société d’Histoire de Boersch, 2002