Conférence : Les sceaux des Strasbourgeois

Dans le cadre des événements organisés par les Amis du Vieux Strasbourg, Thomas Brunner donnera une conférence intitulée « Les sceaux des bourgeois de Strasbourg au Moyen Âge ». Pour ceux qui ont raté la conférence des Jardin des sciences en décembre, voici l’occasion d’apprendre plus sur les évolutions sigillaires des bourgeois de Strasbourg vu à travers les Schwörbriefe (Chartes de serment).

La conférence aura lieu :

mardi le 9 avril 2024 à 18h
au Foyer des étudiants catholiques, 17 Place Saint-Étienne, Strasbourg
Salle Léon XIII

L’entrée est libre et gratuite. Venez nombreux !

Retour sur la conférence : Donner une bonne image de soi

Dans le cadre des conférences de lundi du Jardin des sciences de l’Université de Strasbourg, Thomas Brunner a présenté quelques éléments et exemples des sceaux des Strasbourgeois au Moyen Âge ce lundi passé. S’appuyant sur le travail effectué par notre collègue et co-fondateur du projet, Olivier Richard, et le corpus des sceaux présents sur les chartes de serment (Schwörbriefe) de Strasbourg, il nous a expliqué la hiérarchie et quelques enjeux de représentation sur un sceau.

Il était un après-midi passionnant avec un grand public intéressé. Nous étions contents de revoir quelques volontaires, mais aussi beaucoup de nouveau visages. Si vous vous intéressez aux sceaux, n’hésitez pas à nous contacter pour plus d’information sur notre travail.

Voici quelques impressions :

Signification des lettres gravées dans le champ du sceau du chanoine Conrad de Kirkel (1327 et 1338)

Le sceau en navette du chanoine Conrad de Kirkel, custode, c’est-à-dire trésorier, du chapitre cathédral de Strasbourg1, comme le rappelle la légende (S(IGILLUM) : CUNRADI· DE· KIRKEL· THESAUR(ARI): ECCL(ES)IE: ARGENT(INENSIS):, représente un saint dont l’identification ne va pas de soi.

Sceau Claus de Kirkel – Moulage BNUS, série 9 /540. (c) Daphné Kéramidas

La qualité de saint du personnage est certaine avec sa tête nimbée et la palme du martyr tenue dans la main droite. La longue robe au col apparent renvoie vraisemblablement à un vêtement liturgique, qui, associé au livre à fermoir, indique le statut clérical du saint aux cheveux mi-longs et dont la tonsure, en revanche, n’est pas visible. Il est tout à fait envisageable de voir dans ces deux éléments les attributs d’un diacre : la dalmatique et les évangiles.

Sans doute conscient de l’ambiguïté que représentait cette image, le graveur a toutefois pris soin d’inscrire cinq lettres dans le champ, de part et d’autre du saint. Elles sont disposées en colonne. On peut y lire d’une part L [tilde] R et d’autre part AVM comme on le voit sur l’agrandissement ci-dessous.

Consulté sur l’identification du saint, Jean-Luc Chassel propose d’en lire le nom abrégé à gauche soit LAURENTIUS. Nous aurions donc affaire à saint Laurent de Rome, martyr du IIIe siècle. Les trois autres lettres pourraient correspondre à la formule AVE MARIA.

L’hypothèse est d’autant plus séduisante que la cathédrale de Strasbourg, dédié à Notre-Dame – qu’évoque peut-être la salutation de la seconde expression -, abritait une relique du martyre de saint Laurent: un petit bout du fameux gril utilisé pour son supplice donné en 698 par un roi mérovingien selon Gregor Rippel, un érudit du XVIIIe siècle2. De fait, l’une des chapelles de la cathédrale était dédiée au saint archidiacre comme le mentionne un texte de 10463. Son autel était le siège de l’une des paroisses urbaines et même d’un chapitre urbain soumis à l’autorité d’un archiprêtre attesté en 13894.

Quel(s) lien(s) établir entre le sigillant et saint Laurent? Doit-on déduire du choix de cette iconographie sigillaire que Conrad de Kirkel était le desservant de cette chapelle (ou de la paroisse?), charge peut-être liée à la custoderie du chapitre cathédral5? Occupant cette dernière fonction, il avait rang d’archidiacre et l’on peut de ce fait comprendre l’intérêt symbolique que revêtait pour lui, outre un lien vraisemblable avec l’autel dédié au saint, l’image d’un saint martyr lui-même archidiacre, même si le fameux attribut qu’est le gril fait ici défaut6.

Conrad de Kirkel était en effet l’un des dignitaires du Grand Chapitre: désigné en 1329 comme official par Berthold II de Bucheck (1328-1353), il obtint une confirmation pontificale de sa nomination, mais en 1337, l’évêque dut affronter une fronde de ses chanoines menés par Conrad, qui fit emprisonner le prélat. Début 1338, une fois libéré après d’âpres négociation, Berthold voulut reconquérir son autorité en mettant notamment en place sa propre officialité dotée d’un nouveau sceau étudié récemment par Yann Franchet. En définitive, Conrad dut céder, rendre son sceau d’official à l’évêque et renoncer à cette charge7. Est-ce à ce moment-là qu’il ressortit son sceau de custode?

Les deux empreintes de ce sceau que nous connaissons actuellement datent respectivement de 1327 et de 1338. Il semblerait donc, ce que n’évoque pas R. P. Levresse, qu’après avoir été démis de sa charge de juge ecclésiastique, Conrad ait repris son ancienne fonction de custode – à moins qu’il n’ait continué à l’assurer parallèlement à celle d’official? Il avait en tout cas conservé ce sceau gravé à son nom durant toute la décennie où il faisait également usage ex officio du fameux sceau au bras crossé de l’officialité (le type III dans la classification de Yann Franchet).

Sceau de l’officialité (1311-1385)
AVES, AH C 63 / 731 / 4
(c) Yann Franchet

  1. René-Pierre LEVRESSE, “Prosopographie du chapitre de l’église cathédrale de Strasbourg de 1092 à 1593”, Archives de l’Eglise d’Alsace, t. 34, 1970, p. 20, n° 16 []
  2. Médard BARTH, « Reliquien aus elsäsissische Kirchen und Klöstern », Archiv für Elsäsissische Kirchen-Geschichte, t. 10, 1935, p. 116 []
  3. Médard BARTH, « Handbuch der elsässischen Kirchen im Mittelalter », Archives de l’Église d’Alsace, t. 11-14, 1960-1963, col. 1440. []
  4. Ibid., col. 1467/1468 []
  5. Après la mise en ligne de cet article, Yann Franchet, que je remercie, m’a signalé l’article de René-Pierre LEVRESSE, “Les custodes de la cathédrale de Strasbourg au XIIIe siècle”, Archives de l’Eglise d’Alsace, t. 44, 1985, p. 19-25, qui précise qu’effectivement le custode était le curé de la cathédrale, autrement dit de la paroisse Saint-Laurent, et qu’au milieu du XIIIe s. il est aussi archidiacre de l’archiprêtré réunissant toutes les paroisses de la ville. En tant que curé, il devait être prêtre et pourtant il occupe la fonction d’archidiacre qui doit être confiée normalement à un diacre… []
  6. On le trouve en 1553 sur le sceau de la ville de Wasselonne. Nous n’avons pas mené d’enquête sur la diffusion de cette iconographie dans la région. []
  7. Yann FRANCHET, “Les sceaux de l’officialité de Strasbourg, 1248-1648”, Revue française d’héraldique et de sigillographie, à paraître en 2023. Il s’agit du type IV. []

Des chiffres arabes dans une légende sigillaire de 1437

La date exacte de gravure d’un sceau est souvent difficile à établir et les sigillographes savent bien que l’année de la plus ancienne empreinte connue donne un terminus a quo qu’il faut utiliser avec circonspection pour en déduire le moment où la matrice fut fabriquée. Fort heureusement, dans quelques rares cas c’est le sceau lui-même qui nous renseigne, à travers sa légende, sur la date de sa gravure ou de sa mise en circulation. Dans le corpus des sceaux alsaciens, une telle indication a ainsi pu être relevée à partir de la fin du XVIe siècle sur les sceaux de l’officialité de Strasbourg gravés en 1587, en 1597 et en 1608, et sur celui de la ville de Molsheim de 1642. Jusqu’à présent, cette pratique n’avait pas encore été observée à l’époque médiévale en Alsace1. Ailleurs, dans le nord de la France, elle est connue plus précocement sur les contre-sceaux de certaines officialités, celle de Paris dès 1246, celle de Troyes en 1289 et celle de Thérouanne en 1324, comme l’a relevé Jean-Luc Chassel – que je remercie chaleureusement pour ces informations2. Il sera utile pour la suite de garder à l’esprit que cette petite liste ne comprend que des sceaux ou des contre-sceaux d’institutions et non d’individus.Or l’ajout récent d’une empreinte du premier sceau de l’Electeur palatin Louis IV de Wittelsbach (1424-1449), dit le Doux, a permis grâce à son bon état de conservation aux Archives municipales de Haguenau, de reconstituer l’intégralité de la légende et de déchiffrer – au sens propre – les quatre signes kabbalistiques terminaux qui étaient trop détériorés pour être lisibles sur les autres pièces numérisées.

Sceau de Louis IV du Palatinat, AM Haguenau, AA 217/13
Photo: Nicolas Kernel et Jacques Fritsch

Enroulée dans une banderole et écrite dans une minuscule gothique de petit module, la légende, qui nomme le sigillant, précise ses titres et se clôt par la date, peut être retranscrite de la manière suivante:

S’ / LUDOV [cimier] ICI + COMITIS + PALATINI + RENI [écu] + Z + DUC + BAVA + 1437

soit, sous forme développée et sans tenir compte des débordements de l’image:

S(igillum) LUDOVICI + COMITIS + PALATINI + R(h)ENI + (et) + DUC(is) + BAVA(rie)+1437

(Sceau de Louis, comte palatin du Rhin et duc de Bavière, 1437).

Sceau de Louis IV du Palatinat; détail de la fin de la légende : + BAVA + 1437.
AM Haguenau, AA 217/13; Photo: Nicolas Kernel et Jacques Fritsch

Quatre chiffres arabes archaïques

Les quatre chiffres se lisent donc “1437”, ce qui correspond à l’année de fabrication de ce sceau utilisé de 1437 à 14453. La date est écrite dans une forme archaïque de chiffres arabes, qui se caractérise par les morphologies déconcertantes pour nos habitudes de lecture des chiffres 4 (une sorte de boucle) et, dans une moindre mesure, 7 (basculé vers la gauche). Ces formes graphiques sont cependant conformes aux pratiques de ce début de XVe siècle, comme en attestent les relevés ci-dessous, qui proviennent tous de manuscrits généralement savants.

Chiffres arabes dans des manuscrits des XIVe-XVe s., extrait de Georges IFRAH, The Universal History of Numbers. From Prehistory to the Invention of Computer, New York, 2000, p. 587.

En effet, après la tentative infructueuse d’introduction en Occident des chiffres arabes peu avant l’An mil par Gerbert d’Aurillac (le futur pape Sylvestre II), qui les avait lui-même rencontrés en Espagne musulmane, il fallut attendre les développements commerciaux du second Moyen Âge en Méditerranée et les traités du mathématicien italien Léonard Fibonacci, dit de Pise, au début du XIIIe siècle, pour que ce système de numération pénètre avec succès dans la culture occidentale. Concurrencée par l’habitude des chiffres romains et par la pratique de l’abaque (un système de calcul similaire au boulier), leur progression vers l’Europe du nord fut toutefois lente4.

Vers l’évincement des chiffres romains?

Au début du XVe siècle (et même bien après), c’est encore en chiffres romains que les dates sont données dans les inscriptions du Rhin supérieur telles que les pierres tombales ou la stèle de l’évêque de Strasbourg Guillaume de Diest en 1394. Sur les contre-sceaux des officialités françaises évoqués au début, on avait également utilisé ce système: à Paris encore en 14105, à Thérouanne entre 1376 et 14626, quand le graveur n’a pas mêlé chiffres romains et mots entiers, comme à Troyes en 13097 ou à Thérouranne en 13248. Les ecclésiastiques de ces officialités perpétuaient donc cette tradition latine à l’époque où les chiffres arabes furent gravés sur le sceau du prince palatin – un laïc peut-être plus enclin à la nouveauté en ce domaine.

L’écriture de la date de 1437 témoigne de la pénétration de ce système de numération dans la vallée du Rhin au début de XVe siècle. Une raison très pragmatique a pu prévaloir dans ce choix: pour le graveur toujours en quête d’espace sur la surface du sceau, utiliser quatre chiffres arabes représentait un gain de place non négligeable, comparé à la série de neuf voire plus vraisemblablement onze lettres des chiffres romains: MCDXXXVII ou MCCCCXXXVII9.

Un sceau de minorité

Mais si une motivation pratique peut expliquer le recours à un système de numération au détriment de l’autre, elle n’explique en rien l’irruption d’une information chronologique sur le sceau d’un individu – pratique qui à notre connaissance demande encore à être étudiée. Il est cependant certain que les quatre chiffres arabes doivent leur présence à une intention. Le contexte politique donne une piste vraisemblable de compréhension: le 30 décembre 1436, à la mort de son père Louis III, le nouveau comte palatin du Rhin Louis IV était âgé de dix ans et par conséquent encore mineur. Son oncle Otton de Bavière, comte palatin de Mosbach, exerça de ce fait une régence jusqu’en 144510.

Or l’année 1445 correspond aussi aux dernières attestations d’utilisation du premier sceau de Louis IV et à l’introduction d’un second sceau, quant à lui dépourvu de toute date dans la légende. Il ne fait aucun doute que le type de 1437 fut réalisé avec la conscience de son caractère éphémère ou du moins transitoire et peut-être même – c’est notre hypothèse – celle du statut juridique de mineur du jeune sigillant. Est-ce la raison pour laquelle le commanditaire du sceau (l’oncle régent?) a fait graver cette date dans la légende? Celle-ci avait-elle pour fonction de rappeler la situation institutionnelle du Palatinat? Si tel est le cas, “1437” viendrait d’une certaine manière contrebalancer la solennité de la titulature de Louis IV, “comte palatin du Rhin et duc de Bavière”. Le premier titre en faisait en effet l’un des sept électeurs de l’Empereur, le second rappelait son appartenance à la puissante famille des Wittelsbach.

Un sceau de plein droit?

Pourtant, derrière ces titres qui plaçaient Louis IV parmi les plus grands princes du Saint Empire, la mention de l’année 1437 pourrait avoir eu au contraire un effet de dévalorisation du sigillant en rappelant qu’il convenait de distinguer entre sa puissance théorique et la réalité du pouvoir effectif d’un enfant sous tutelle. Derrière l’apparence assez anodine des quatre chiffres pourrait donc se dissimuler un signe fort de communication politique, celui d’un pouvoir bridé.

Qui aurait eu le plus intérêt à une telle évocation? L’enfant mineur, par réalisme politique? Ce serait surprenant et cela supposerait qu’il ait eu son mot à dire dans le choix du texte de la légende. Otton de Bavière, en revanche, peut apparaître comme le principal bénéficiaire de l’existence d’un sceau dont la date inscrite rappelait en creux qu’il dirigeait de fait le Palatinat. Evidemment, une étude plus poussée des relations entre l’oncle et le neveu serait à mener pour valider ou infirmer cette hypothèse, mais le fait est qu’à la majorité de Louis IV, la date n’est plus mentionnée sur son nouveau sceau. En l’état actuel de notre corpus, il n’est pas possible de savoir si le procédé de 1437 fut repris par la suite chez les comtes palatins du Rhin. Ainsi le fils de Louis IV, Philippe Ier du Palatinat, était né en 1448 et n’avait qu’un an à la mort de son père. Il fut à son tour placé sous la tutelle d’un oncle, Frédéric Ier du Palatinat, qui l’adopta par la suite11. Malheureusement à ce jour, la base SIGILLA ne dispose pas de sceau pour Philippe avant l’année 1479.

Si la date en chiffres arabes est bien un rappel de la minorité du sigillant, le sceau de 1437 avait-il pour autant moins de valeur? Aucun des 11 actes scellés de ce sceau actuellement présents dans la base de données (dont 4 sceaux pendants entre 1438 et 1440, les 7 autres étant plaqués) n’a de co-sigillant12. On peut en déduire que l’empreinte de Louis IV était suffisante à garantir la validité des documents (essentiellement des quittances, en l’occurrence). Même si nous ne l’avons pas trouvé pour l’instant au bas d’actes particulièrement solennels, ce sceau de minorité n’en était pas moins un sceau de plein droit.

  1. En Suisse, la légende du troisième petit sceau de la ville de Berne se clôt par: ANNO M° CCCC° XV°. C’est le seul sceau bernois à mentionner une date, voir Adolf FLURI, « Die Siegel der Stadt Bern 1224-1924 », Blätter für bernische Geschichte, Kunst und Altertumskunde, 20/4, 1924, p. 257-300.) Après la publication de ce billet, O. Richard m’a signalé que les deux sceaux concédés par l’archiduc d’Autriche Sigismond à la ville de Thann, le grand sceau comme le petit sceau portent la date de 1469 en chiffres arabes. Le deuxième grand sceau de Saverne indique l’année 1525 aussi en chiffres arabes. []
  2. Jean-Luc CHASSEL, « Les sceaux des officialités médiévales », dans Véronique BEAULANDE-BARRAUD et Martine CHARAGEAT, dir., Les officialités dans l’Europe médiévale et moderne. Des tribunaux pour une société chrétienne, Turnhout, 2014, p. 133-157, ici p. 143, n. 38. Signalons que la légende du contre-sceau de l’abbaye tourangelle de Marmoutier indique: + RENOVATVM ANNO DOMINI [dans le champ] M CC XXXV []
  3. Voir infra, note 12 []
  4. Georges IFRAH, The Universal History of Numbers. From Prehistory to the Invention of Computer, New York, 2000, p. 586-591 []
  5. Contre-sceaux de 1246 (MXLVI) D 7001 bis, de 1253 (M. CC. L. III), connus par différentes matrices: D 7002 bis, D 7003 bis, D 7004 bis et D 7005, et de 1410 (M. CCCCX) D 7006 bis [données de J.-L. Chassel]. []
  6. Contre-sceau de 1376 (MCCCLXXVI) A 2321, de 1440 (M° CCCC XL) A 2323 et de 1462 (M CCCC LXII) A 2324 [données de J.-L. Chassel; la lettre A désigne la collection de moulages d’Artois et de Picardie réalisée par Germain Demay en 1877]. []
  7. Contre-sceau de 1309 (ANNO M C[CC N]ONO) : D 7047 bis; je n’ai pu vérifier les contre-sceaux de la collection Champagne signalés par J.-L. Chassel: ceux 1289 ou avant (légende mutilée), Ch 1691 (empreinte de 1289), et de 1373, Ch 1689 (empreinte de 1462). []
  8. Contre-sceau de 1324 (M. CCC VIGES(imo) IIII) : D 7032 bis et de 1432 (M CCCC trecisimo secundo]: A 2322 [données de J.-L. Chassel]. []
  9. La graphie CCCC pour 400 est commune dans les inscriptions, comme en témoignent les contre-sceaux de l’officialité de Thérouranne au XVe siècle cités dans les notes précédentes et le sceau bernois de 1415, voir note 1. []
  10. Carl August LÜCKERATH, « Ludwig IV., Kurfürst von der Pfalz », Neue Deutsche Biographie (NDB), 15, Berlin, 1987, p. 411–412. []
  11. Peter FUCHS, « Philipp der Aufrichtige », NDB , 20, Berlin, 2001, p. 382-383 []
  12. La cote des actes avec sceau pendant est suivi d’une *: AM Mulhouse, p.i. 587* (1437), 602* (1438), 603 (1438), 625* (1440), 628 (1441), 663 (1443), 664 (1443), 671 (1445) et 672 (1445), AM Haguenau, AA 217/13* (1438) et AA 220/4 (1438). []

SigiAl chez Euroseal

Ce jeudi passé, SigiAl avait le plaisir de présenter notre projet à la communauté internationale sigillographique.

Nos Thomas Brunner et Olivier Richard ont décrit l’histoire du projet et notre concept de sciences participatives. Vous, nos volontaires, étiez avec nous en esprit, et nous avons montré quelques de vos résultats : les sceaux de l’Officialité de Strasbourg, les articles apparus dans les journaux, les retours sur des présentations que vous avez faites, etc.
Le public a été bien impressionné par vous et vos travaux !

Nous profitons de cette occasion pour vous remercier chaleureusement pour toutes vos contributions ! Sans vous, il n’y aurait pas de SigiAl.

Voici quelques impressions du colloque :

Colloque Euroseal : Réflexions sur les bases de données sigillographiques en Europe

Après avoir été reporté à cause de la situation sanitaire en Belgique décembre dernier, le colloque Euroseal aura lieu les 19 et 20 mai prochains à Bruxelles.

Thomas Brunner et Olivier Richard vont présenter notre projet SigiAl à la communauté internationale le 19 mai. La base de données SIGILLA sera le sujet de deux autres interventions.

Cliquez ici pour plus d’informations sur le colloque et pour voir le programme.