Les avancées SigiAl

Nous voilà à la veille d’été ! Avant de partir en vacances, nous aimerions prendre un moment pour récapituler tout le travail fait ensemble depuis le début de l’année 2023.

Les journées de collecte ont continué pour le plus grand plaisir de tous – même les grèves des transports n’ont pas pu nous arrêter ! En janvier, nous avons terminé de traiter les sceaux aux AM de Kaysersberg et aux AM de Molsheim. Les autres dépôts où nous avons été actifs sont les Archives de la ville de Strasbourg (en février), de Sélestat (en mars), de Rouffach (en juin) et à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg pour ses moulages (en avril). Avant de commencer la pause estivale, une équipe restreinte se rendra à Obernai tout début juillet.

Parallèlement aux journées de collecte, les ateliers de saisie ont eu lieu à la MISHA suivant un rythme mensuel. Ils reprendront à la rentrée.

Mais les collectes individuelles se poursuivent également. Grâce à vous, le projet avance dans différentes localités du territoire : à Strasbourg (Archives d’Alsace, Archives de la Région Grand-Est, AVES), Mulhouse, Haguenau, Colmar, Cernay et Bischwiller.

Nous avons déposé une demande de subvention auprès de la DRAC Grand-Est afin de continuer notre projet en 2024. Les lauréats seront annoncés au cours du mois du juillet. Nous croisons très fortement les doigts !

Comme cela a été évoqué lors de la dernière réunion, SigiAl va bénéficier du soutien de la Fondation Université de Strasbourg afin de collecter des fonds pour financer nos journées de collecte et réunions. Une page Internet de présentation du projet d’appel à dons est désormais en ligne ! N’hésitez pas à partager le lien avec votre entourage : https://fondation.unistra.fr/projet/sigial-sigillographie-de-lalsace/ Un campagne de communication sera lancée à l’automne.

Le travail de nos stagiaires durant cette moitié d’année a permis au projet de continuer d’avancer à un rythme soutenu. Quatre séries de moulages de la BNU ont été complètement traitées avec leurs empreintes originales dans la base SIGILLA. Une grande partie des sceaux du Chartrier de Niedernai des Archives de la Région est également désormais consultable en ligne.

Pour bien clôturer cette première partie de l’année, voilà quelques statistiques du 1er juillet :

  • Empreintes : 8 034 (dont 18 % de la base SIGILLA)
  • Sceaux types : 3 252
  • Sigillants : 2 681
  • Actes : 5 155
  • Armoiries : 515

Nous prenons cette occasion de vous remercier chaleureusement pour votre engagement et votre soutien. Les six derniers mois étaient très fructueux et nous espérons que le reste de l’année s’inscrira dans leur continuité !

Collecte de moulages à la BNU

Vendredi dernier, une équipe de volontaires est allée au Lab de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg pour travailler sur les moulages qui y sont conservés. Ces moulages, principalement de la collection Fastinger, rassemblent une grande partie des sceaux utilisés en Alsace avec de sceaux des nobles locales et des institutions.

Le travail sur place consistait à photographier les moulages et de copier les informations déjà connues sur chaque pièce. Chaque moulage correspond à une empreinte de sceau qui est conservée aux archives de la région. Dans un deuxième temps, ces informations seront saisies dans la base de données SIGILLA. Les premiers moulages sont déjà saisis et nous vous invitons à suivre notre progrès !

Toute l’équipe SigiAl remercie la BNU et son Lab pour son accueil chaleureux et les bons moments passés ensemble.

Voici quelques impressions de la journée :

Journée de collecte à la BNU de Strasbourg

La prochaine journée de collecte aura lieu à la Bibliothèque nationale et universitaire (BNU) de Strasbourg. La bibliothèque conserve une collection importante de moulages de François Fastinger. Cette collection comprend de moulages des sceaux de nobles, de personnages importantes, de villes et d’institutions d’Alsace. Elle fait partie des fonds Alsatique de la BNU. Déjà le sujet de quelques stages d’étudiant, nous nous continuerons leur travail !

Marquez bien donc vos agendas pour vendredi, le 12 mai 2023 pour une journée dans le nouveau Lab de la BNU.

Pour plus d’informations et pour vous inscrire, merci de nous contacter avant le 4 mai.

Les moulages de Fastinger à l’ère numérique : les difficultés de retrouver les actes originaux

  • Camille WILHELM

Étudiante en Master d’Histoire à Strasbourg, j’ai pu effectuer durant l’été 2022 un stage au sein de l’équipe SigiAl. Au cours de cette période, j’ai travaillé sur la collection de moulages de sceaux de François Fastinger, disponible à la BNU de Strasbourg. Mon rôle était de relier ces moulages aux empreintes et aux actes originaux disponibles aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg (anciennes Archives Départementales du Bas-Rhin). Néanmoins, si la majeure partie du travail a été une réussite, il n’en reste pas moins que j’ai été confrontée à de nombreuses difficultés, relatives la plupart du temps à des erreurs de correspondances de cotes.

            En effet, j’ai employé conjointement l’inventaire de Fastinger et celui de Spach (pour les archives) ; le premier indiquait les correspondances de cotes, retrouvables – du moins en théorie – dans le second. Cependant, vingt-six cotes sur la centaine de consultées se sont avérées être absentes. Après vérification, celles-ci étaient pourtant bien notées comme correspondantes aux moulages de Fastinger dans son inventaire et présentes dans celui de Spach. La seule solution est donc qu’elles ne soient plus conservées dans les fonds des Archives Départementales du Bas-Rhin (pour cause de destruction, transfert, mauvais état… ?). Si pour la cote G 1925 il est indiqué par le système informatique de réservation que celle-ci est absente car elle n’est plus conservée aux archives départementales, aucune raison n’est donnée pour les autres.

Extrait de l’inventaire de Fastinger – correspondance entre le moulage et la cote (erronée) des archives.

            L’absence de certaines cotes n’est toutefois pas le seul souci rencontré ; j’ai été également confrontée à des cotes ne présentant pas les actes scellés originaux bien qu’ayant été indiquées comme telles par Fastinger, puisqu’il s’agissait en fait de copies, largement postérieures et dans lesquelles il n’y avait pas les empreintes. Cela est le cas pour dix-neuf actes consultés ; ceux-ci ont été rentrés dans la base Sigilla sous forme de fiches vides associées aux moulages et portant la mention « la cote Ad67 […] ne contient pas l’acte scellé original (juillet 2022) ».             À cela s’ajoutent également d’autres erreurs ; malgré les indications données par Fastinger, certaines cotes ne renvoient pas aux actes qui devraient y être théoriquement conservés. En me penchant sur l’inventaire de Spach, j’ai pu constater qu’en réalité ce n’était pas un problème de cote, mais de pièce. L’inventaire de Spach étant, pour certaines cotes, subdivisé en parties puis encore en pièces, il est probable que cela soit à l’origine des confusions présentes dans l’inventaire de Fastinger. Ces imprécisions se répètent pour six cotes. Par exemple, la cote H 1458/3 ne contient pas, contrairement à ce qui est indiqué, les informations relatives au moulage de l’empreinte ; en effet, l’empreinte concernée est celle de Marckolsheim, appendue sur un acte de 1407. Or, la cote, associée au /3, renvoie dans l’inventaire de Spach à un titre de propriété d’Eckbolsheim en 1441. En y regardant de plus près, l’erreur a été induite par le fait que Fastinger considérait la précision /3 comme étant la pièce à consulter ; or, dans l’inventaire de Spach, le /3 correspond à la troisième partie, composée des pièces 9 à 15. La pièce 10 correspondrait alors, aussi bien au niveau de la description des sceaux appendus que de la date, au document original dont le moulage a été tiré. Par manque de temps, je n’ai pas pu explorer cette possibilité, comme cela est également le cas pour les autres cotes concernées. 

Tous ces écueils empêchent donc de relier les moulages de Fastinger à leurs empreintes originelles ; espérons que celles-ci, par la prospection dans les différentes pièces de ces cotes problématiques, puissent leur être réattribuées.