Retour sur la journée aux Archives d’Alsace

Le 13 mars, un groupe de volontaires s’est rendu aux Archives d’Alsace, site Strasbourg pour continuer la collecte des sceaux qui y sont conservés. Le but de la journée était d’avancer la collecte pour les sceaux antérieurs à 1350. Une bonne quarantaine de documents ont été traités et notre récolte de sceaux n’était pas décevante !

Vu l’époque de la collecte, beaucoup de documents étaient rédigés en latin – mais nous avons trouvé quelques exemples en allemand au XIIIe siècle ! Beaucoup d’actes au sujet de l’excommunication (ou pas) de la ville de Mulhouse ont été également exploré avec de sigillants de la région et d’ailleurs – Mulhouse, Strasbourg, Bâle, Constance …

Comme nous n’avons pas réussi à traiter tous les documents que nous avons réservés, une matinée de collecte impromptue a été lieu le 22 mars afin de bien boucler le travail. Nous avons bien traité le dernier document à midi pile.

Bravo à toute l’équipe pour ce travail magnifique lors de ses journées de collecte !

Nous remercions les Archives d’Alsace pour leur accueil chaleureux et nous avons hâtes d’y retourner pour continuer la collecte ! Surveillez bien la base SIGILLA pour les nouveaux ajouts !

Voici quelques impressions des journées :

Fiche alphabétique des sceaux aux Archives d’Alsace, site Strasbourg de C. Haudot

Dans les années 1960 et 1970, Charles Haudot a créé un inventaire des sceaux conservés aux Archives départementales du Bas-Rhin (aujourd’hui les Archives d’Alsace, site Strasbourg). Cet inventaire qui constitue plus de 340 pages est accessible en ligne et sur place dans la salle de lecture à Strasbourg. Même si cette liste n’inclut pas tous les sceaux (la série JJ est manquant par exemple), elle nous donne un bon aperçu des sceaux conservés dans ces fonds. La cote, l’année et les dimensions de chaque sceau sont mentionnés, et elle est en ordre alphabétique.

A feuilletez sans réserve ! Cliquez ici pour plus de détails !

Retour sur les dernières journées de collecte

Nos équipes ont été très actives cet automne ! Une mini-journée de collecte a été demandée par quelques volontaires afin de travailler sur la série 2 G 61 des Archives d’Alsace, site Strasbourg qui a trait à la ville de Bouxwiller. Du coup, lors des vacances de la Toussaint, nous avons fait cette journée impromptue aux archives.

Sur place nous avons trouvé surtout de sceaux des villes d’Ingwiller, d’Ingenheim ou bien de quelques schultheiss. Nous avons passé une petite journée très sympa.
Voici quelques impressions :

Ensuite, le 13 novembre, nous sommes allées aux archives municipales de Munster. Nous ne savions pas à quoi nous attendre comme on a nous avait dit que beaucoup de sceaux ont été coupés de leurs documents. Mais nous étions bien contents de ce qu’on a trouvé : sceaux des empereurs, des villes (Munster, Colmar, Kaysersberg …) Et, nous avons inauguré notre nouveau chariot pour mieux transporter les tables de numérisation !
Quelques impressions de la journée :

Nous remercions vivement les archivistes des Archives d’Alsace, site Strasbourg et de Munster pour leur accueil et leur soutien. Surveillez bien la base pour les nouveaux ajouts !

Les avancées SigiAl

Nous voilà à la veille d’été ! Avant de partir en vacances, nous aimerions prendre un moment pour récapituler tout le travail fait ensemble depuis le début de l’année 2023.

Les journées de collecte ont continué pour le plus grand plaisir de tous – même les grèves des transports n’ont pas pu nous arrêter ! En janvier, nous avons terminé de traiter les sceaux aux AM de Kaysersberg et aux AM de Molsheim. Les autres dépôts où nous avons été actifs sont les Archives de la ville de Strasbourg (en février), de Sélestat (en mars), de Rouffach (en juin) et à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg pour ses moulages (en avril). Avant de commencer la pause estivale, une équipe restreinte se rendra à Obernai tout début juillet.

Parallèlement aux journées de collecte, les ateliers de saisie ont eu lieu à la MISHA suivant un rythme mensuel. Ils reprendront à la rentrée.

Mais les collectes individuelles se poursuivent également. Grâce à vous, le projet avance dans différentes localités du territoire : à Strasbourg (Archives d’Alsace, Archives de la Région Grand-Est, AVES), Mulhouse, Haguenau, Colmar, Cernay et Bischwiller.

Nous avons déposé une demande de subvention auprès de la DRAC Grand-Est afin de continuer notre projet en 2024. Les lauréats seront annoncés au cours du mois du juillet. Nous croisons très fortement les doigts !

Comme cela a été évoqué lors de la dernière réunion, SigiAl va bénéficier du soutien de la Fondation Université de Strasbourg afin de collecter des fonds pour financer nos journées de collecte et réunions. Une page Internet de présentation du projet d’appel à dons est désormais en ligne ! N’hésitez pas à partager le lien avec votre entourage : https://fondation.unistra.fr/projet/sigial-sigillographie-de-lalsace/ Un campagne de communication sera lancée à l’automne.

Le travail de nos stagiaires durant cette moitié d’année a permis au projet de continuer d’avancer à un rythme soutenu. Quatre séries de moulages de la BNU ont été complètement traitées avec leurs empreintes originales dans la base SIGILLA. Une grande partie des sceaux du Chartrier de Niedernai des Archives de la Région est également désormais consultable en ligne.

Pour bien clôturer cette première partie de l’année, voilà quelques statistiques du 1er juillet :

  • Empreintes : 8 034 (dont 18 % de la base SIGILLA)
  • Sceaux types : 3 252
  • Sigillants : 2 681
  • Actes : 5 155
  • Armoiries : 515

Nous prenons cette occasion de vous remercier chaleureusement pour votre engagement et votre soutien. Les six derniers mois étaient très fructueux et nous espérons que le reste de l’année s’inscrira dans leur continuité !

Signification des lettres gravées dans le champ du sceau du chanoine Conrad de Kirkel (1327 et 1338)

Le sceau en navette du chanoine Conrad de Kirkel, custode, c’est-à-dire trésorier, du chapitre cathédral de Strasbourg1, comme le rappelle la légende (S(IGILLUM) : CUNRADI· DE· KIRKEL· THESAUR(ARI): ECCL(ES)IE: ARGENT(INENSIS):, représente un saint dont l’identification ne va pas de soi.

Sceau Claus de Kirkel – Moulage BNUS, série 9 /540. (c) Daphné Kéramidas

La qualité de saint du personnage est certaine avec sa tête nimbée et la palme du martyr tenue dans la main droite. La longue robe au col apparent renvoie vraisemblablement à un vêtement liturgique, qui, associé au livre à fermoir, indique le statut clérical du saint aux cheveux mi-longs et dont la tonsure, en revanche, n’est pas visible. Il est tout à fait envisageable de voir dans ces deux éléments les attributs d’un diacre : la dalmatique et les évangiles.

Sans doute conscient de l’ambiguïté que représentait cette image, le graveur a toutefois pris soin d’inscrire cinq lettres dans le champ, de part et d’autre du saint. Elles sont disposées en colonne. On peut y lire d’une part L [tilde] R et d’autre part AVM comme on le voit sur l’agrandissement ci-dessous.

Consulté sur l’identification du saint, Jean-Luc Chassel propose d’en lire le nom abrégé à gauche soit LAURENTIUS. Nous aurions donc affaire à saint Laurent de Rome, martyr du IIIe siècle. Les trois autres lettres pourraient correspondre à la formule AVE MARIA.

L’hypothèse est d’autant plus séduisante que la cathédrale de Strasbourg, dédié à Notre-Dame – qu’évoque peut-être la salutation de la seconde expression -, abritait une relique du martyre de saint Laurent: un petit bout du fameux gril utilisé pour son supplice donné en 698 par un roi mérovingien selon Gregor Rippel, un érudit du XVIIIe siècle2. De fait, l’une des chapelles de la cathédrale était dédiée au saint archidiacre comme le mentionne un texte de 10463. Son autel était le siège de l’une des paroisses urbaines et même d’un chapitre urbain soumis à l’autorité d’un archiprêtre attesté en 13894.

Quel(s) lien(s) établir entre le sigillant et saint Laurent? Doit-on déduire du choix de cette iconographie sigillaire que Conrad de Kirkel était le desservant de cette chapelle (ou de la paroisse?), charge peut-être liée à la custoderie du chapitre cathédral5? Occupant cette dernière fonction, il avait rang d’archidiacre et l’on peut de ce fait comprendre l’intérêt symbolique que revêtait pour lui, outre un lien vraisemblable avec l’autel dédié au saint, l’image d’un saint martyr lui-même archidiacre, même si le fameux attribut qu’est le gril fait ici défaut6.

Conrad de Kirkel était en effet l’un des dignitaires du Grand Chapitre: désigné en 1329 comme official par Berthold II de Bucheck (1328-1353), il obtint une confirmation pontificale de sa nomination, mais en 1337, l’évêque dut affronter une fronde de ses chanoines menés par Conrad, qui fit emprisonner le prélat. Début 1338, une fois libéré après d’âpres négociation, Berthold voulut reconquérir son autorité en mettant notamment en place sa propre officialité dotée d’un nouveau sceau étudié récemment par Yann Franchet. En définitive, Conrad dut céder, rendre son sceau d’official à l’évêque et renoncer à cette charge7. Est-ce à ce moment-là qu’il ressortit son sceau de custode?

Les deux empreintes de ce sceau que nous connaissons actuellement datent respectivement de 1327 et de 1338. Il semblerait donc, ce que n’évoque pas R. P. Levresse, qu’après avoir été démis de sa charge de juge ecclésiastique, Conrad ait repris son ancienne fonction de custode – à moins qu’il n’ait continué à l’assurer parallèlement à celle d’official? Il avait en tout cas conservé ce sceau gravé à son nom durant toute la décennie où il faisait également usage ex officio du fameux sceau au bras crossé de l’officialité (le type III dans la classification de Yann Franchet).

Sceau de l’officialité (1311-1385)
AVES, AH C 63 / 731 / 4
(c) Yann Franchet

  1. René-Pierre LEVRESSE, “Prosopographie du chapitre de l’église cathédrale de Strasbourg de 1092 à 1593”, Archives de l’Eglise d’Alsace, t. 34, 1970, p. 20, n° 16 []
  2. Médard BARTH, « Reliquien aus elsäsissische Kirchen und Klöstern », Archiv für Elsäsissische Kirchen-Geschichte, t. 10, 1935, p. 116 []
  3. Médard BARTH, « Handbuch der elsässischen Kirchen im Mittelalter », Archives de l’Église d’Alsace, t. 11-14, 1960-1963, col. 1440. []
  4. Ibid., col. 1467/1468 []
  5. Après la mise en ligne de cet article, Yann Franchet, que je remercie, m’a signalé l’article de René-Pierre LEVRESSE, “Les custodes de la cathédrale de Strasbourg au XIIIe siècle”, Archives de l’Eglise d’Alsace, t. 44, 1985, p. 19-25, qui précise qu’effectivement le custode était le curé de la cathédrale, autrement dit de la paroisse Saint-Laurent, et qu’au milieu du XIIIe s. il est aussi archidiacre de l’archiprêtré réunissant toutes les paroisses de la ville. En tant que curé, il devait être prêtre et pourtant il occupe la fonction d’archidiacre qui doit être confiée normalement à un diacre… []
  6. On le trouve en 1553 sur le sceau de la ville de Wasselonne. Nous n’avons pas mené d’enquête sur la diffusion de cette iconographie dans la région. []
  7. Yann FRANCHET, “Les sceaux de l’officialité de Strasbourg, 1248-1648”, Revue française d’héraldique et de sigillographie, à paraître en 2023. Il s’agit du type IV. []

Prochaine réunion de volontaires !

C’est avec plaisir qu’on annonce notre prochaine réunion de volontaires :

Mercredi, le 5 octobre 2022
de 14h à 16h
dans l’Auditorium des Archives d’Alsace, site Strasbourg
6 rue Philippe Dollinger, 67100 Strasbourg

Sur l’ordre du jour, nous discuterons les actualités de notre projet SigiAl, de SIGILLA, les prochains événements (amenez vos agendas !) et nous traiterons bien sûr vos questions.

Il serait une belle occasion de nous revoir après la pause estivale et d’organiser la continuation du projet ensemble.

Au plaisir de vous retrouver aux Archives d’Alsace !

40 000 empreintes dans SIGILLA !

Ce matin, la 40 000e empreinte a été saisie par notre contributrice Pauline Gutzwiller ! Il s’agit du sceau de Gérothée de Rathsamhausen zum Stein attaché à un acte des Archives d’Alsace, site Strasbourg.

Nous prenons cette occasion pour remercier vivement tous nos volontaires et contributeurs ! SIGILLA est désormais constitué de 13,7% des sceaux alsaciens. Vous êtes le cœur de notre projet, et sans vous, on ne pourrait rien faire.

MERCI à vous toutes et tous !

Une bulle papale ordinaire ?

  • Pauline Gutzwiller

À première vue, voici une bulle papale ordinaire, cotée 12 J 73 aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg. Rédigé en latin, l’acte est appendu du sceau d’un pape. D’après l’inventaire, il s’agirait d’« Indulgences accordées à l’abbaye de Koenigsbruck par le pape Sixte IV[1] ». Lorsque l’on se penche plus près de la bulle, on note cependant un fait surprenant : sur l’avers, la légende ne présente non pas « SIXTUS . PAPA . IIII », mais « NICOLAUS . PP. IIII ». Il s’agit en réalité d’une bulle de Nicolas IV, pape de 1288 à 1292, et non de Sixte IV, pape de 1471 à 1484, soit deux siècles plus tard. L’acte, pour sa part, est daté du 29 août 1484, plus précisément 17 jours après la mort de Sixte IV[2]

Il ne s’agit pas là de la seule curiosité de cette bulle. Selon Benoît Tock, professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg qui a été amené à analyser ce document pour tenter d’en comprendre les mystères, cet acte n’a même pas de raison d’être scellé par le pape, comme le sous-entend l’inventaire de la série, bien qu’il se dise reproduire une décision verbale du pape. Le document ne présente même pas d’auteur, si ce n’est un Johann Alphart à la sixième ligne : michi fratri Johanni Alphart. Il s’agit du vicaire provincial de la province de Strasbourg de l’ordre des frères mineurs. Nous sommes donc bien loin du pape !

Un document, donc, qui n’a pas de lien direct avec le pontife, et encore moins Nicolas IV, antérieur à deux siècles. La manière dont est attachée la bulle – à l’envers, et ne passant que par un des trois poinçons dans l’acte – laisse d’autant plus supposer qu’il ne s’agit pas du sceau d’origine. Toujours est-il que cette bulle de Nicolas IV est en tout point similaire aux autres présentes sur la base de données[3] ; il s’agit donc bien d’une bulle authentique. Probablement séparée de son acte originel, cette bulle a peut-être été ici rattachée au document des suites d’une erreur de lecture. Il est cependant impossible de déterminer depuis quand cette erreur subsiste.

Cela laisse donc d’autres interrogations : pourquoi les poinçons présents dans l’acte pour faire passer l’attache sont-ils similaires à ceux d’une bulle, alors que l’acte n’a pas de raison d’être scellé par le pape ? Mais surtout, qui était le sigillant originel de cette charte qui apparaît dans la formule de corroboration comme s’ensuit : In huiusce concessionis fidem ac robur sigillum officii mei vicariarus presentibus duxi appendendum[4] ?


[1] Leblay Anne, Verdier Pascale (dir.), Echange Bade I, 936 – 1795, série 12 J. Répertoire numérique détaillé, Strasbourg, 2005, p.6.

[2] Datum in conventu nostro Leonbergensis, tempore nostre procvinci[alis?] congregationis super dominica post Bartholomei celebrate […] (transcription réalisée par Thomas Brunner, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg, et co-dirigeant du projet SigiAl – Sigilla en Alsace).

[3] Une comparaison a été effectuée avec celle de l’acte côté CH 14 / 286 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg : http://www.sigilla.org/empreinte/nicolas-iv-am-strasbourg-aves-ch-14/286-92323.

[4] Transcription réalisée par Thomas Brunner.

Journée de collecte à Colmar

Le 12 juillet était l’occasion de notre dernière journée de collecte avant les vacances estivales. Avec une équipe de huit personnes, nous sommes allés aux Archives d’Alsace, site Colmar (les anciennes archives départementales du Haut-Rhin).

Malgré la chaleur, on a réussi à traiter une quarantaine de documents. Le but de cette journée était de traiter les sceaux (et leurs documents) qui datent avant l’année 1250. C’était un grand changement des sceaux qu’on était habitué à voir – les grands empereurs du Saint-Empire ou les seigneurs locaux. La charte la plus ancienne de la journée datait de l’année 775 avec un sceau de Charlemagne lui-même !

N’hésitez pas à consulter SIGILLA dans les prochains jours pour voir ces sceaux et ces actes grandioses.

Un grand merci à tous ceux qui étaient présents- également à l’équipe très accueillant des Archives d’Alsace !

La collecte s’avance à grand pas !

Grâce à un financement de la DRAC Grand Est, SigiAl offre pour la première fois des contrats courts à deux étudiants. Il s’agit des contrats de deux mois afin d’avancer la collecte dans les fonds jusqu’à présent peu exploités.

Un étudiant a commencé fin mai et travaille aux archives municipales de Haguenau. Il poursuit le travail qu’on a commencé ensemble lors des deux journées de collecte. Les archives de Haguenau sont très riches en sceaux – les archivistes estiment la collection autour des 5 000 empreintes !

Une deuxième étudiante vient de commencer cette semaine. Elle traite les fonds des Archives d’Alsace site Strasbourg de la série J. Cette série inclut des archives des familles telles les Ribeaupierre, et les comtes de Nassau-Sarrewerden ou de Hanau-Lichtenberg. Comme la collection est méconnue, qui sait ce qu’on peut y trouver !

N’hésitez pas à suivre leur progrès sur SIGILLA !

Retour sur la conférence Étudier les sceaux médiévaux à l’ère numérique

Ce 6 mars passé, la salle de conférence aux Archives d’Alsace a accueilli des sigilllographes de toutes sortes qui assistaient à la conférence de Thomas Brunner et d’Olivier Richard. Cette conférence traitait les sceaux alsaciens dans la base SIGILLA avant l’année 1250 avec un regard spécial à ceux qui sont conservés aux Archives d’Alsace.

Les deux conférenciers ont montré comment la technologie aide les chercheurs à qualifier et à organiser les données sur les sceaux. Les contributions de notre réseau des volontaires ont bien alimenté la base pour qu’on puisse déjà tirer des conclusions. Grâce à vous, on pourrait préciser quand l’usage des sceaux a intensifié sur le territoire – peu après l’année 1200.

Nous prenons cette opportunité de vous remercie encore pour votre engagement et vos travaux si précieux qui permettent à faire avancer la recherche ! Et un grand merci à ceux qui ont assisté à la conférence, il faisait bien de vous revoir !

Nouvelle exposition : Par’chemins et châteaux

Il y a une nouvelle exposition aux archives d’Alsace, site Strasbourg !

Par’chemins et châteaux s’intéresse à la période entre 1079 et 1250 où les Hohenstaufen ont contrôlé l’Alsace.  A travers plus des chartes scellées (dont quelques fac-similés réalisés avec l’aide de Philippe Jacquet) mais aussi des sources archéologiques et des traces monumentales, elle montre l’évolution des Hohenstaufen en cette époque du développement des châteaux-forts alsaciens. Vous trouverez en ligne un aperçu de cette exposition et notamment des chartes et des sceaux numérisés avec un lien vers SIGILLA. Des dossiers pédagogiques à l’adresse des scolaires sont également disponibles.

Date à noter : dans le cadre de cette exposition, Thomas Brunner et Olivier Richard feront une conférence dimanche, le 6 mars 2022 à 16h intitulée « Etudier les sceaux médiévaux à l’ère numérique. Le cas des empreintes antérieures à 1250 conservées aux Archives d’Alsace ».

Pour plus d’informations sur l’exposition, cliquez ici.