SigiAl à Molsheim

Le 17 novembre dernier, SigiAl a eu le plaisir de travailler aux Archives municipales de Molsheim. Chaleureusement accueilli par Grégory Oswald, archiviste municipal et conservateur du Musée de la Chartreuse, notre équipe s’est installée dans les locaux de ce musée qui abritent les fonds anciens de la ville. Un beau cadre pour une journée de travail !

Nous y avons trouvé des sceaux d’évêques de Strasbourg, de la ville de Molsheim, de Marlenheim ou encore de Westhoffen pour n’en citer que quelques-uns. En tout, plus de 70 documents ont été traités: rendez-vous sur SIGILLA pour suivre tous les ajouts dans les semaines à venir!

Un grand merci à nos volontaires et aux archives pour leur soutien !
Voici quelques impressions de la journée :

Prochain atelier de saisie

Le dernier atelier de saisie de cette année civile aura lieu :

mercredi, le 7 décembre de 10h à 12h
 dans la salle informatique (136)
à la MISHA, 5 allée du Général Rouvillois, Strasbourg

Pendant cet atelier, on va continuer avec la saisie des informations sur SIGILLA. Venez avec vos dossiers à saisir et vos questions ! Si vous voulez participer mais n’avez pas encore de quoi saisir – ce n’est pas grave, nous pouvons vous donner quelques dossiers sans problème !

A bientôt !

SigiAl dans la presse régionale !

Ce dimanche passé, nos volontaires SigiAl étaient à l’honneur dans les DNA et l’Alsace. Un journaliste, Philippe Wendling, nous a accompagné pour un atelier de saisie pour mieux comprendre et voir notre travail. Son article montre bien la diversité de SigiAl. Lisez-le vous-même !

Les moulages de Fastinger à l’ère numérique : les difficultés de retrouver les actes originaux

  • Camille WILHELM

Étudiante en Master d’Histoire à Strasbourg, j’ai pu effectuer durant l’été 2022 un stage au sein de l’équipe SigiAl. Au cours de cette période, j’ai travaillé sur la collection de moulages de sceaux de François Fastinger, disponible à la BNU de Strasbourg. Mon rôle était de relier ces moulages aux empreintes et aux actes originaux disponibles aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg (anciennes Archives Départementales du Bas-Rhin). Néanmoins, si la majeure partie du travail a été une réussite, il n’en reste pas moins que j’ai été confrontée à de nombreuses difficultés, relatives la plupart du temps à des erreurs de correspondances de cotes.

            En effet, j’ai employé conjointement l’inventaire de Fastinger et celui de Spach (pour les archives) ; le premier indiquait les correspondances de cotes, retrouvables – du moins en théorie – dans le second. Cependant, vingt-six cotes sur la centaine de consultées se sont avérées être absentes. Après vérification, celles-ci étaient pourtant bien notées comme correspondantes aux moulages de Fastinger dans son inventaire et présentes dans celui de Spach. La seule solution est donc qu’elles ne soient plus conservées dans les fonds des Archives Départementales du Bas-Rhin (pour cause de destruction, transfert, mauvais état… ?). Si pour la cote G 1925 il est indiqué par le système informatique de réservation que celle-ci est absente car elle n’est plus conservée aux archives départementales, aucune raison n’est donnée pour les autres.

Extrait de l’inventaire de Fastinger – correspondance entre le moulage et la cote (erronée) des archives.

            L’absence de certaines cotes n’est toutefois pas le seul souci rencontré ; j’ai été également confrontée à des cotes ne présentant pas les actes scellés originaux bien qu’ayant été indiquées comme telles par Fastinger, puisqu’il s’agissait en fait de copies, largement postérieures et dans lesquelles il n’y avait pas les empreintes. Cela est le cas pour dix-neuf actes consultés ; ceux-ci ont été rentrés dans la base Sigilla sous forme de fiches vides associées aux moulages et portant la mention « la cote Ad67 […] ne contient pas l’acte scellé original (juillet 2022) ».             À cela s’ajoutent également d’autres erreurs ; malgré les indications données par Fastinger, certaines cotes ne renvoient pas aux actes qui devraient y être théoriquement conservés. En me penchant sur l’inventaire de Spach, j’ai pu constater qu’en réalité ce n’était pas un problème de cote, mais de pièce. L’inventaire de Spach étant, pour certaines cotes, subdivisé en parties puis encore en pièces, il est probable que cela soit à l’origine des confusions présentes dans l’inventaire de Fastinger. Ces imprécisions se répètent pour six cotes. Par exemple, la cote H 1458/3 ne contient pas, contrairement à ce qui est indiqué, les informations relatives au moulage de l’empreinte ; en effet, l’empreinte concernée est celle de Marckolsheim, appendue sur un acte de 1407. Or, la cote, associée au /3, renvoie dans l’inventaire de Spach à un titre de propriété d’Eckbolsheim en 1441. En y regardant de plus près, l’erreur a été induite par le fait que Fastinger considérait la précision /3 comme étant la pièce à consulter ; or, dans l’inventaire de Spach, le /3 correspond à la troisième partie, composée des pièces 9 à 15. La pièce 10 correspondrait alors, aussi bien au niveau de la description des sceaux appendus que de la date, au document original dont le moulage a été tiré. Par manque de temps, je n’ai pas pu explorer cette possibilité, comme cela est également le cas pour les autres cotes concernées. 

Tous ces écueils empêchent donc de relier les moulages de Fastinger à leurs empreintes originelles ; espérons que celles-ci, par la prospection dans les différentes pièces de ces cotes problématiques, puissent leur être réattribuées.