Journées de collecte de retour !

C’est un grand plaisir d’annoncer le retour des journées de collecte !

La première collecte de cette année universitaire sera :

aux Archives municipales de Saverne
lundi, le 10 octobre 2022

Lors d’une journée de collecte, nous sommes une équipe de chercheurs-volontaires. On arrive le matin avec notre matériel (appareil photo, statif éclairant, loupes, etc.) et on traite le plus de documents et de sceaux possible. Le travail sur place consiste à regarder et à photographier les manuscrits ainsi que les sceaux, à prendre les mesures, à identifier le sigillant, et à décrire le sceau.

Même si vous n’avez pas d’expérience, c’est une occasion parfaite à nous rejoindre !  Il n’y a pas de meilleure formation que sur place avec les documents !

Image tirée de : https://www.saverne.fr/

Pour ceux qui le veulent, un groupe va se rassembler à la gare de Strasbourg le matin. Nous travaillerons sur place aux archives toute la journée. Les frais de déplacement et le déjeuner seront pris en compte par le projet. Un retour à Strasbourg est prévu le soir.

Si vous vous intéressez à nous rejoindre à Saverne, merci de nous contacter bientôt, et nous vous ajouterons à la liste !

Sceau à Kreutzer à Mulhouse

  • Edith Ruhlmann

Quelle surprise en découvrant au cours du recensement des sceaux aux archives de Mulhouse deux lettre authentifiées par des empreintes de pièces de monnaie (Kreutzer) à la place des empreintes de sceaux traditionnelles.

Nous sommes en 1467, période très trouble de l’histoire de Mulhouse, petite ville d’env. 1800 habitants, membre de la Décapole (alliance des 10 villes d’empire d’Alsace voulue par Charles IV en 1354). Déjà en 1445 les nobles et les patriciens ont été expulsés pour désordre et trahison, en parallèle avec les autres villes, les corporations assurèrent le gouvernement de la cité.  Le duc d’Autriche Sigismond n’a pas abandonné l’espoir d’annexer cette ville, enclavée dans ses possessions autrichiennes depuis l’extinction de la lignée mâle des Ferrette. Ses baillis installés à Ensisheim, Pierre de Réguisheim, puis Thuring de Hallwyl attisent cet espoir et mettent tout en œuvre pour harceler, tenter de ruiner et annexer Mulhouse. Ce contexte de menace latente (par exemple, la « guerre des 6 deniers » en 1466 : une créance dérisoire d’un garçon meunier – Herman Klee – sert de prétexte à divers nobles pour engager un conflit contre Mulhouse) développa chez les édiles mulhousiens une haine radicale des Habsbourg et une politique de concertation à petits pas avec des voisins efficaces qui avaient les mêmes ennemis : les villes suisses.

Au cours de cette « guerre des 6 deniers » un varlet (fils de gentilhomme placé auprès d’un seigneur pour appendre la chevalerie), Conrad Küfer de Bondorf et une dizaine de ses compagnons se rendant à Bollwiller pour renforcer la garnison du château, furent capturés par les Mulhousiens : après l’intervention de leurs maîtres ils ont été libérés ayant affirmé avoir agi sur les ordres formels du lieutenant du bailli d’Ensisheim. Encouragés en sous-main par une série de vassaux autrichiens, ils ont adressé plusieurs lettres de défi à Mulhouse dont celles ci-dessous datées du 10 octobre et du 7 novembre 1467.

Am Mulhouse – p.i.1342 du 10 octobre 1467

(En bas : ist dieser brieff vor Basel thor stecken funden worden. – cette lettre a été trouvée devant la porte de Bâle (porte de la ville de Mulhouse), (c) E. Ruhlmann
Am Mulhouse – p.i.1342, (c) E. Ruhlmann

Cette lettre de défi signée par un groupe composé de Jean Schluch, Conrad Gross de Villigen, Gaspard de Schwenningen et Jean Fry de Baden-Baden signifie au maître et au conseil de Mulhouse qu’ils ont pris fait et cause pour Conrad Küfer dans la guerre qu’il leur fait, à eux et à leurs confédérés En conséquence ils acceptent l’état de paix ou de guerre où se trouve le susdit Küfer, et emploieront contre ses ennemis de jour comme de nuit, le pillage, l’incendie ou le meurtre selon que les hostilités le comporteront.

Ils font cette déclaration revêtue, faute de sceau, de l’empreinte d’un kreutzer, pour que leur honneur soit à couvert.

« C’est l’empreinte d’une pièce de monnaie qu’on ne saurait reconnaître, en cire verte sous couverte de papier. »  (X. Mossmann – Cartulaire de Mulhouse III – N° 1088 p. 68.)     

 Am Mulhouse – p.i.1362 du 2 novembre 1467

En bas : « Vnd zu aller vrkunde versigellen vir den mit einem kritzer, vnd wir nuntzmol kein eygen sigel haben. », (c) E. Ruhlmann

Autre lettre de défi à l’encontre de Mulhouse par d’autres belligérants qui prennent fait et cause pour Conrad Küfer de Bondorf :  Hans Friedrich von Farnou, Heinrich Meiger, Peter Nyemants von Zabern (Saverne), Claus Coler vnd Verlin von Vich, Hans Betz von Friddingen, Schel von Masmünster (Masevaux), Dirholtz von Sindelfingen, Casper Frij von Hestet , dans les mêmes termes que la lettre précédente et pour conclure scellent leur déclaration de l’empreinte d’un kreutzer.

Am Mulhouse – p.i.1362, (c) E. Ruhlmann

Au dos est écrit : « ist in Troubachs ceppelin* funden, secunda ante Elisabeth (16 novembre) anno etc. lxvj° » (*Ceppelin : petite chapelle située à l’extérieur de la porte de Bâle.)

Acte en papier avec traces de cire verte en forme de sceau ; entre le corps de la lettre de défi et l’empreinte, le nom : Heinrich Rübschnitz. (X. Mossmann – Cartulaire de Mulhouse III – N° 1102 p. 82.)

Il est à noter que précédemment, les belligérants demandaient à leur maître d’apposer leur sceau sur ces lettres de défi, mais une fois la paix revenue, cela pouvait avoir des conséquences fâcheuses pour leurs « bonnes » relations retrouvées avec Mulhouse.

A remarquer qu’au cours de ces conflits, il suffisait de déclarer la guerre par une lettre de défi dûment scellée -du mieux possible – pour que « l’honneur soit couvert » malgré les exactions commises ou envisagées, comme décrit plus haut.

Le Kreutzer (monnaie)

Frappé pour la première fois en 1274 dans le Tyrol, le kreutzer équivalait à l’origine à vingt petits deniers de Vérone. Il doit son nom à l’image de l’avers, qui montre soit une croix celtique, soit une double croix. Monnaie d’argent au début, il devint peu à peu une monnaie de billon (alliage de moins de 50 % d’argent et donc plus de 50 % de métal vil (cuivre, zinc, étain). Le kreutzer constitua à partir du XVIe s. la base du système monétaire de l’Allemagne du Sud et de l’Autriche et fut dès lors un élément important du numéraire de plusieurs cantons. Il servit aussi de monnaie de compte dans le canton de Berne (francisé en « cruche » dans le pays de Vaud) et valait un quart de batz et un centième d’écu (couronne).

Bibliographie :

Guy Trendel, L’Alsace au Moyen Age, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2010.

Odile Kammerer, « Mulhouse », dans B. Vogler (dir.), La Décapole. Dix villes d’Alsace alliées pour leurs libertés 1354-1679, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2009, p. 331-355.

Philippe Mieg, « Les difficultés de Mulhouse à l’époque de son alliance avec Berne et Soleure », Bulletin du Musée Historique de Mulhouse 73, 1965, p. 31-84, 74, 1966, p. 5-109, 75, 1967, p. 39-118, 76, 1968, p. 47-154, et 77, 1969, p. 39-148.

Dictionnaire Historique de la Suisse – DHS – version du 04.11.2008 – online : https://hls-dhs-dds.ch/fr/articles/013679/2008-11-04

Prochaine réunion de volontaires !

C’est avec plaisir qu’on annonce notre prochaine réunion de volontaires :

Mercredi, le 5 octobre 2022
de 14h à 16h
dans l’Auditorium des Archives d’Alsace, site Strasbourg
6 rue Philippe Dollinger, 67100 Strasbourg

Sur l’ordre du jour, nous discuterons les actualités de notre projet SigiAl, de SIGILLA, les prochains événements (amenez vos agendas !) et nous traiterons bien sûr vos questions.

Il serait une belle occasion de nous revoir après la pause estivale et d’organiser la continuation du projet ensemble.

Au plaisir de vous retrouver aux Archives d’Alsace !

Un sceau de Jean Geiler dans Sigilla

Jean Geiler de Kaysersberg (1446-1510) est un personnage important de l’histoire de Strasbourg au tournant du XVe et du XVIe siècle. De la chaire sculptée pour lui dans la cathédrale par Hans Hammer, le « doctor im Münster », contemporain du pédagogue Jacques Wimpheling et de l’auteur de La Nef des Fous, Sebastian Brant, a durant trois décennies fustigé dans ses sermons les abus des clercs de son époque et appelé à une réforme de l’Eglise, quelques années avant la Réforme proprement dite[1].

Le sceau que nous avons mis en ligne sur Sigilla est appendu à un testament de Paul Munthart, prévôt du chapitre Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg. Geiler scelle comme témoin, avec six autres clercs de l’église de Strasbourg. Le document date de 1480, seulement deux ans après l’arrivée de Geiler à Strasbourg, mais le prédicateur est cité en premier dans la liste des sept témoins. Le document est curieusement scellé, avec des empreintes tout autour du document, appendues au parchemin par des cordelettes rouges. Six autres emplacements de sceaux sont visibles, sans qu’on parvienne à comprendre, à la lecture du document, qui pouvait avoir scellé, à part sans doute le testateur lui-même.

Am Strasbourg-AVES – 5 AST 139 A XXVc / 80

Une autre curiosité de l’acte est que chacun des sept sigillants a rédigé et apparemment écrit de sa main (« manu mea in testimonium me subscripti ») la même formule par laquelle ils reconnaissent être témoins des dispositions du testament. On a ainsi un texte de la main même de Geiler, dans lequel il se présente comme « artium ac sacre theologie professor, ecclesie argentinensis predicator » (professeur ès arts et théologie, prédicateur de l’Eglise de Strasbourg).

Am Strasbourg-AVES – 5 AST 139 A XXVc / 80 (détail)

Dans cette même formule — autre rareté —, chacun décrit son sceau. Geiler écrit ainsi : « in circulo formam galli et amei cum cruce », « de forme circulaire, à un coq et à un bâton avec une croix ».

Sceau de Jean Geiler – 5 AST 139 A XXVc / 80

Effectivement le sceau, de couleur verte, présente un écu à un coq accompagné d’un bâton crucifère, entouré d’un phylactère sur lequel est inscrit, en minuscules gothiques : « SS[igillum] magistri ioh[ann]is geiler » — les deux S initiaux restent à expliquer. S’agit-il d’armes parlantes familiales basées sur un à-peu-près entre le nom « Geiler » et le latin « gallus » ? En tout cas, ce coq, présent, comme la croix, au sommet des clochers, parfois surmontant une girouette indiquant le sens du vent, ou perçant de son chant le jour naissant, pouvait ne pas déplaire à Geiler, lui qui tous les dimanches et jours de fête donnait de la voix en chaire pour essayer de montrer aux chrétiens la voie du salut.


[1] RAPP Francis, « GEILER Johann, dit von Kaysersberg et Kaysersberger», in KINTZ Jean-Pierre (dir.), Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne (N.D.B.A.), tome 12, 1988, pp. 1136-1139

Ateliers de saisie de retour !

Nous voilà à la rentrée ! Toute l’équipe espère que vous avez passé de bonnes vacances !

La rentrée SigiAl commence avec un atelier de saisie :

Lundi, le 19 septembre 2022
de 10h à 12h
au bureau 126 au Palais Universitaire
, Strasbourg

Pour rappel, ces ateliers de saisie sont conçus pour ceux qui débutent avec la saisie ou qui veulent apprendre la saisie dans la base SIGILLA. Même si vous n’avez pas d’informations à saisir à ce stade, nous pourrons vous fournir quelques exemples pour bien commencer. Bien sûr que tout le monde est le bienvenu à ces ateliers : si vous avez une question ou même pour simplement dire bonjour et voir d’autres volontaires.

Nous sommes en train d’organiser d’autres événements, et nous vous tenons au courant pour la suite !