Une bulle papale ordinaire ?

  • Pauline Gutzwiller

À première vue, voici une bulle papale ordinaire, cotée 12 J 73 aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg. Rédigé en latin, l’acte est appendu du sceau d’un pape. D’après l’inventaire, il s’agirait d’« Indulgences accordées à l’abbaye de Koenigsbruck par le pape Sixte IV[1] ». Lorsque l’on se penche plus près de la bulle, on note cependant un fait surprenant : sur l’avers, la légende ne présente non pas « SIXTUS . PAPA . IIII », mais « NICOLAUS . PP. IIII ». Il s’agit en réalité d’une bulle de Nicolas IV, pape de 1288 à 1292, et non de Sixte IV, pape de 1471 à 1484, soit deux siècles plus tard. L’acte, pour sa part, est daté du 29 août 1484, plus précisément 17 jours après la mort de Sixte IV[2]

Il ne s’agit pas là de la seule curiosité de cette bulle. Selon Benoît Tock, professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg qui a été amené à analyser ce document pour tenter d’en comprendre les mystères, cet acte n’a même pas de raison d’être scellé par le pape, comme le sous-entend l’inventaire de la série, bien qu’il se dise reproduire une décision verbale du pape. Le document ne présente même pas d’auteur, si ce n’est un Johann Alphart à la sixième ligne : michi fratri Johanni Alphart. Il s’agit du vicaire provincial de la province de Strasbourg de l’ordre des frères mineurs. Nous sommes donc bien loin du pape !

Un document, donc, qui n’a pas de lien direct avec le pontife, et encore moins Nicolas IV, antérieur à deux siècles. La manière dont est attachée la bulle – à l’envers, et ne passant que par un des trois poinçons dans l’acte – laisse d’autant plus supposer qu’il ne s’agit pas du sceau d’origine. Toujours est-il que cette bulle de Nicolas IV est en tout point similaire aux autres présentes sur la base de données[3] ; il s’agit donc bien d’une bulle authentique. Probablement séparée de son acte originel, cette bulle a peut-être été ici rattachée au document des suites d’une erreur de lecture. Il est cependant impossible de déterminer depuis quand cette erreur subsiste.

Cela laisse donc d’autres interrogations : pourquoi les poinçons présents dans l’acte pour faire passer l’attache sont-ils similaires à ceux d’une bulle, alors que l’acte n’a pas de raison d’être scellé par le pape ? Mais surtout, qui était le sigillant originel de cette charte qui apparaît dans la formule de corroboration comme s’ensuit : In huiusce concessionis fidem ac robur sigillum officii mei vicariarus presentibus duxi appendendum[4] ?


[1] Leblay Anne, Verdier Pascale (dir.), Echange Bade I, 936 – 1795, série 12 J. Répertoire numérique détaillé, Strasbourg, 2005, p.6.

[2] Datum in conventu nostro Leonbergensis, tempore nostre procvinci[alis?] congregationis super dominica post Bartholomei celebrate […] (transcription réalisée par Thomas Brunner, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg, et co-dirigeant du projet SigiAl – Sigilla en Alsace).

[3] Une comparaison a été effectuée avec celle de l’acte côté CH 14 / 286 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg : http://www.sigilla.org/empreinte/nicolas-iv-am-strasbourg-aves-ch-14/286-92323.

[4] Transcription réalisée par Thomas Brunner.

La Cathédrale de Strasbourg à l’honneur chez Passion Médiévistes !

Connaissez-vous déjà le podcast Passion Médiévistes ? C’est un podcast qui mène une interview chaque mois avec un.e jeune médiéviste depuis avril 2017. Les sujets sont divers et couvrent l’intégralité du Moyen Âge. L’épisode le plus récente porte sur notre cathédrale de Strasbourg !

L’archiviste des archives de la ville de l’Eurométropole de Strasbourg, Benoît Jordan, et conservateur-restaurateur à la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Mathieu Baud vous amènent derrière les coulisses pour mieux comprendre ce bâtiment merveilleux qui marque nos jours quotidiens.

Journée de collecte à Colmar

Le 12 juillet était l’occasion de notre dernière journée de collecte avant les vacances estivales. Avec une équipe de huit personnes, nous sommes allés aux Archives d’Alsace, site Colmar (les anciennes archives départementales du Haut-Rhin).

Malgré la chaleur, on a réussi à traiter une quarantaine de documents. Le but de cette journée était de traiter les sceaux (et leurs documents) qui datent avant l’année 1250. C’était un grand changement des sceaux qu’on était habitué à voir – les grands empereurs du Saint-Empire ou les seigneurs locaux. La charte la plus ancienne de la journée datait de l’année 775 avec un sceau de Charlemagne lui-même !

N’hésitez pas à consulter SIGILLA dans les prochains jours pour voir ces sceaux et ces actes grandioses.

Un grand merci à tous ceux qui étaient présents- également à l’équipe très accueillant des Archives d’Alsace !

Bulle d’or de Sigismond, à Haguenau. 1433

  • Nicolas Kernel
Bulle d’or de Sigismond (avers), Am Haguenau – AA 50 (c) N. Kernel

L’emploi de bulles d’or est un privilège de l’empereur ou du roi, et provient par là d’un usage byzantin, attesté dès le VIe siècle. Pour l’Empire romain d’Occident, appelé par commodité Saint-Empire, les premières chrysobulles conservées font leur apparition vers 1020, sous Henri II. La base Sigilla a présenté sa première bulle d’or, promulguée par Frédéric Barberousse en 1186.[1] La bulle d’or de Sigismond de 1433 conservée aux Archives municipales de Haguenau sera ainsi la deuxième à se voir versée sur la base.

Cotée en Am Haguenau AA 50,[2] il s‘agit d’un diplôme en parchemin de l’empereur Sigismond, de la famille de Luxembourg, portant confirmation générale des droits et privilèges de la ville de Haguenau, ce qui rappelle le lien privilégié de cette ville avec les différents empereurs. Il a été promulgué le 4 novembre 1433 à Bâle, où se tenait une diète impériale entre 1433 et 1437, ainsi que bien entendu le grand concile de Bâle (1431-1448).

Am Haguenau – AA 50 (c) N. Kernel

Par métonymie, on appelle donc ce document une bulle d’or, car y est attaché une chrysobulle de 66 mm de diamètre. Car c’est en effet le sceau qui garantit et authentifie le texte qui ici fait passer ce dernier à la postérité. La bulle est donc accrochée à l’acte par le repli, pendant sur des lacs de soie rouge, comme cela se fait suivant la tradition de la chancellerie impériale. Malheureusement ouverte côté avers, les deux parties en sont maintenues ensemble grâce à des fils de pêche en nylon. Ce sceau a 5 millimètres d’épaisseur, rempli de cire jaune.

Elle représente à l’avers « l’empereur assis en grand costume impérial », nous dit l’inventaire sommaire de Xavier Nessel, l’archiviste de Haguenau à la fin du XIXe siècle. La figure est très impériale, voire proprement carolingienne, Sigismond s’inspire là de la propre obsession de son père Charles IV pour Charlemagne, qu’il avait en commun avec son prédécesseur Frédéric II.[3] La légende figure : « Sigismundus dei gratia romanorum imperator semper augustus ac Hungarie, Bohemie, Dalmacie, Croacie etc rex. ». Le choix de cette légende très fournie explique certainement par le manque de place, le fait que les insignes ne sont pas tenus en l’air en majesté, comme pour ses prédécesseurs : le globe est posé sur ses genoux, le sceptre sur son épaule et passe entre les jambes.

Bulle d’or de Sigismond (revers), Am Haguenau – AA 50 (c) N. Kernel

Au revers, on a la traditionnelle représentation idéalisée de la ville de Rome, avec une « église à baies cintrées », et dans la baie de la porte, l’inscription : « aurea roma ». La légende reprend la titulature habituelle, comme par exemple avec celle de son père : « Roma x caput x mundi x regit x orbis x frena x rotundi. ». « Rome, tête du monde, tient les rênes de l’univers » Ce vers serait apparu dans l’entourage de Conrad II, et d’ailleurs on le retrouve déjà avec notre bulle sur Sigilla de Frédéric Ier Barberousse.[4]

Cette représentation de Rome sur le revers est un topos naturel pour ces souverains à la primauté vouée à l’universalité par leur héritage romain. Sigismond s’insère dans cette tradition, en reprenant l’imaginaire de la célèbre Bulle d’or de 1356 de son père. Charles IV voulait en effet renouer avec cette tradition qui remonte au XIe siècle, à laquelle s’était opposée son concurrent Louis IV de Bavière. Ce dernier avait fait montre lui d’une Rome beaucoup plus réaliste, comme on peut le voir sur cette représentation :

Louis soutenait qu’il avait obtenu en 1328 son couronnement impérial contre la volonté du pape et (soi-disant) au nom du peuple. Comme pour magnifier cet affront et faire oublier son excommunication, la bulle d’or de Louis était la première du genre à présenter une représentation en perspective de Rome, montrant plusieurs bâtiments antiques et médiévaux reconnaissables. L’espace central était occupé par le Palazzo Senatario, le siège du gouvernement de la ville de Rome, ce qui prétendait légitimer la prétention impériale de Louis comme étant approuvée par le Sénat et le peuple de Rome (SPQR).[6]

Les Luxembourg tiennent eux leur pouvoir du pape, et donc reviennent à une représentation traditionnelle et toute « laterane » de Rome !


[1] Frédéric Ier de Hohenstaufen – Ad 73 – SA 176. URL : http://www.sigilla.org/empreinte/frederic-ier-hohenstaufen-ad-73-sa-176-246130.

[2] Am Haguenau – AA 50. URL : http://www.sigilla.org/acte/am-haguenau-aa-50-249429.

[3] MONNET (Pierre), « La Bulle d’or de 1356, une « constitution » pour l’Empire ? », in : Des chartes aux constitutions. Autour de l’idée constitutionnelle en Europe (XIIe-XVIIe siècle), Paris : Éditions de la Sorbonne, 2019, p. 149-187, ici vers 160.

[4] Cem – Frédéric Ier de Hohenstaufen – Ad 73 – SA 176. URL : http://www.sigilla.org/contre-empreinte/cem-frederic-ier-hohenstaufen-ad-73-sa-176-246131 ; http://www.sigilla.org/sceau-type/frederic-ier-hohenstaufen-bulle-revers-246129.

[5] Images tirées de https://www.stadtgeschichte-ffm.de/en/city-history/digital-presentations/die-goldene-bulle.

[6] https://www.stadtgeschichte-ffm.de/en/city-history/digital-presentations/die-goldene-bulle.