SigiAl de retour à Kaysersberg

Ce vendredi passé, une équipe de volontaires s’est rendu à nouveau aux archives municipales de Kaysersberg pour une journée de collecte. Équipés des statifs lumineux, des appareils photo, des règles et des loupes, nous avons traité encore une trentaine de chartes et avons découvert quelques petits trésors. 

Un grand merci à l’archiviste Annette Braun et à toute l’équipe pour cette belle journée !

Rendez-vous sur SIGILLA pour surveiller notre progrès !

Prochaine réunion des volontaires … en présentiel !

Marquez la bien sur vos agendas, la prochaine réunion des volontaires sera en présentiel et aura lieu :

vendredi, le 22 avril 2022
de 10h à 12h
au Palais Universitaire (salle 127) de Strasbourg

Un repas convivial pris en charge par le projet suivra la réunion.

L’ordre du jour sera bientôt défini. Au plus grand plaisir de vous revoir !

Atelier de saisie

Nous offrons un nouvel atelier de saisie pour la base SIGILLA au Palais Universitaire. Nous vous donnons rendez-vous :

vendredi, le 1er avril
de 10h à 12h
bureau 126, Palais U

Il n’est pas de poisson d’avril – cet atelier est ouvert à tous, et sera une belle occasion de saisir les sceaux de Kaysersberg ensemble (par exemple) ou d’autres dossiers que vous êtes en train de traiter. Catherine Kasteleiner sera sur place afin de répondre à vos questions.

Retour sur la conférence Étudier les sceaux médiévaux à l’ère numérique

Ce 6 mars passé, la salle de conférence aux Archives d’Alsace a accueilli des sigilllographes de toutes sortes qui assistaient à la conférence de Thomas Brunner et d’Olivier Richard. Cette conférence traitait les sceaux alsaciens dans la base SIGILLA avant l’année 1250 avec un regard spécial à ceux qui sont conservés aux Archives d’Alsace.

Les deux conférenciers ont montré comment la technologie aide les chercheurs à qualifier et à organiser les données sur les sceaux. Les contributions de notre réseau des volontaires ont bien alimenté la base pour qu’on puisse déjà tirer des conclusions. Grâce à vous, on pourrait préciser quand l’usage des sceaux a intensifié sur le territoire – peu après l’année 1200.

Nous prenons cette opportunité de vous remercie encore pour votre engagement et vos travaux si précieux qui permettent à faire avancer la recherche ! Et un grand merci à ceux qui ont assisté à la conférence, il faisait bien de vous revoir !

SigiAl à Wissembourg

Suite à une invitation de l’archiviste de la ville, Nelly Koebel, nous sommes allés à Wissembourg le 28 février avec une équipe de six personnes afin de recenser les sceaux qui y sont conservés.

C’était une journée pleine de découvertes avec beaucoup d’ajouts pour la base SIGILLA. Parmi les sceaux de la ville de Wissembourg, on a trouvé quelques-uns des abbés, des sceaux impériaux (Frédéric V de Habsbourg et Charles V de Habsbourg) et encore d’autres !

Une quarantaine d’empreintes sont déjà dans la base SIGILLA. Celles qui restent seront saisies bientôt !

Un grand merci à Madame Koebel pour son accueil chaleureux !

Les sceaux des chanoines des collégiales de Strasbourg en 1453 : « habits de moines, âmes de laïcs » ?

Charte du 12 juillet 1453, AD 67 – G 4215 / 10

Le 12 juillet 1453, les trois chapitres des collégiales Saint-Thomas, Saint-Pierre-le-Jeune et Saint-Pierre-le-Vieux de Strasbourg constituaient une ligue visant à protester et à s’unir contre des décisions de l’évêque Robert de Bavière[1], jugées infondées. Celui-ci demandait en effet aux chapitres de payer des subsides importants et il avait, à la suite du synode diocésain de 1452, fait publier des statuts par lesquels il tentait d’introduire des réformes visant à lutter contre l’inconduite des clercs, et à les soustraire au pouvoir grandissant du Magistrat de Strasbourg[2]. C’est la charte instituant cette ligue de 1453, qui se trouve aujourd’hui aux archives d’Alsace, site de Strasbourg, que nous avons photographiée et mise en ligne sur Sigilla.

La charte est aujourd’hui pourvue de 41 empreintes sur les 43 qui y étaient appendues à l’origine[3], à savoir les sceaux de chaque chapitre ainsi que 40 sceaux de chanoines. La suscription cite les noms, dignités et grades universitaires des chanoines sigillants : 15 chanoines de Saint-Thomas, 11 de Saint-Pierre-le-Jeune, 14 de Saint-Pierre-le-Vieux. Elle n’est pas sans faire penser aux quatorze Schwörbriefe (chartes de serment), mises en ligne par Olivier Richard, qui permettent de voir les sceaux des patriciens et gens de métier approuvant ces textes constitutionnels[4]. En nous permettant d’observer 39 empreintes de sceaux de chanoines, elle nous renseigne sur la façon dont ces ecclésiastiques se présentaient à leurs contemporains.

Une illustration du cumul des prébendes canoniales

L’organisation de la charte est rigoureuse. C’est le chapitre Saint-Thomas, le plus prestigieux des trois, qui a la préséance, suivi de Saint-Pierre-le-Jeune, puis de Saint-Pierre-le-Vieux. Chaque séquence s’ouvre par le sceau du chapitre, puis suivent les sceaux des chanoines. Il en est ainsi de Saint-Thomas, dont le sceau capitulaire d’ouverture a disparu, mais dont les 15 empreintes de chanoines sont conservées. Bien que ce document soit d’une très grande importance, la vingtaine de chanoines qui constituent le chapitre n’ont donc pas tous scellé[5]. Les causes des absences sont difficiles à cerner. On sait toutefois que certains chanoines ne résidaient que fort peu à Strasbourg.  Parmi ces prélats absents de la charte, on pense à Jodocus Albrant, qui cumulait son canonicat avec la tâche de notaire apostolique à Rome, ou à Arbogast Ellenhart, qui, déjà recteur de Mutzig, avait aussi été nommé official de l’évêque, fonction qu’il occupait à la date de la charte[6]. Ce cumul ne devait d’ailleurs guère être confortable pour lui, puisqu’on imagine mal l’official signer une charte visant à protester contre l’évêque qui l’a nommé à son poste, fût-ce pour soutenir les membres du chapitre auquel il appartenait[7]. On pourrait sans doute faire les mêmes remarques générales sur le chapitre de Saint-Pierre-le-Jeune, dont onze chanoines sur les quatorze, ont scellé[8]. Quatorze chanoines de Saint-Pierre-le-Vieux sont représentés, le nombre total de prélats y disposant d’une stalle étant cette fois incertain[9]

Sceau de Paul Munthart, AD 67 – G 4215 / 10, Empreinte n°1, 1453
Sceau de Paul Munthart, AD 67 – G 4215 / 10, Empreinte n°2, 1453

Le cumul des prébendes est illustré toutefois d’une façon bien plus visible par le fait que plusieurs chanoines scellent plusieurs fois.  C’est le cas de Paul Munthart, licencié en droit canon et ancien official, qui scelle deux fois du même sceau, comme chanoine de Saint-Thomas et comme chanoine de Saint-Pierre-le-Jeune. C’est le cas aussi de Conrad Drach, mais qui scelle de deux sceaux différents, car simple chanoine de Saint-Pierre-le-Vieux, il est aussi doyen de Saint-Thomas. La palme revient à Georges Zorn, qui scelle trois fois, deux fois avec son sceau personnel comme chanoine de Saint-Thomas et de Saint-Pierre-le-Jeune, et une troisième fois avec son sceau de prévôt de Saint-Pierre-le-Vieux. On touche du doigt ici les critiques sur le cumul des charges et prébendes que les prédicateurs alsaciens adressaient à l’Église de leur temps : l’historien et pédagogue humaniste Jacob Wimpfeling (1450-1528) estimait ainsi que 70 chanoines se partageaient 114 prébendes[10].

Georges Zorn, sceau personnel, AD 67 – G 4215 / 10, Empreinte n°2, 1453

Georges Zorn, sceau de prévôt du chapitre Saint-Pierre-le-Vieux, AD 67 – G 4215 / 10, 1453

Des prélats qui se présentent d’abord comme membres d’un lignage

Sceau de Jean Simler, AD 67 – G 4215 / 10, 1453
Sceau de Lamprecht Riedesel,
AD 67 – G 4215 / 10, 1453
Sceau de Burkard Schone,
AD 67 – G 4215 / 10, 1453

Deux types de sceaux sont présents sur la charte. Les plus nombreux sont des sceaux ronds qui présentent presque tous un écu armorié (seuls deux échappent à cette règle[11]). Cette pratique des sceaux armoriés est aussi bien le fait de chanoines issus des lignages nobles d’Alsace, comme les Zorn et les Kageneck, que des chanoines issus de familles d’artisans ou de commerçants. Ainsi Jean Simler, qui deviendra un personnage important de l’Église de Strasbourg dans la seconde moitié du XVe siècle, était fils d’un marchand drapier[12], et Jean-Adolphe Melbruge était le fils d’un marchand de grains plusieurs fois Ammeister. Cette pratique du sceau armorié était également partagée par les chanoines non alsaciens, nombreux dans les chapitres à cette époque[13]. Lamprecht Riedesel présente ainsi un écu qui indique qu’il était issu de la famille noble des Riedesel zu Eisenach, de Hesse[14].  Parmi les sceaux armoriés, la plupart présentent l’écu, nu au centre du champ, mais quelques uns se distinguent, tel celui de Burkard Schone qui montre un écu penché, timbré d’un heaume et de son cimier, modèle qui, sur les Schwörbriefe, est plutôt en vogue chez les nobles et patriciens désignés par les Constofeler[15], même si des gens de métier tendent à imiter ce modèle. Le caractère assez uniforme des sceaux, s’il masque donc une certaine hétérogénéité sociale, voire géographique, du peuplement de ces chapitres, semble témoigner d’un fait : ces chanoines choisissent de se présenter sur leurs sceaux comme membres d’une famille et d’un lignage, noble ou non, plutôt que comme gens d’Église.  

Il existe pourtant des sceaux qui font systématiquement référence à l’état ecclésiastique du sigillant. Il s’agit du deuxième type de sceaux, en forme de navette. Seuls les dignitaires des chapitres utilisent ces sceaux : prévôts, doyens, écolâtres, trésoriers  (aussi dits custodes), chantres. La règle n’est pas absolue : Jean Simler, écolâtre de Saint-Thomas, scelle de son sceau personnel. A Saint-Pierre-le-Jeune, seul le prévôt utilise ce sceau en navette : l’écolâtre Martin Reuchel, le trésorier Jean Iselin et le chantre Paul Munthart, ainsi que le cellérier Jean de Kirchberg usent d’un sceau personnel rond. A Saint-Pierre-le-Vieux, Nicolas Reiner, le portier se contente de son sceau personnel, mais nous savons par ailleurs que quand il deviendra doyen, il utilisera un de ces sceaux en navette, dont on a conservé par ailleurs une belle empreinte. Ces sceaux sont toujours construits de la même façon : dans le registre supérieur du champ, une scène présente le saint éponyme du chapitre, dans le registre inférieur prend toujours place l’écu du sigillant. Ainsi, même sur ces sceaux, les chanoines s’efforcent de présenter les armes familiales.

Sceau de Gosso de Kageneck, prévôt du chapitre Saint-Thomas de Strasbourg, AD 67 – G 4215 / 10, 1453
Sceau de Frédéric Blocholtz, prévôt du chapitre Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg, AD 67 – G 4215 / 10, 1453

Des pratiques diverses dans la rédaction des légendes

Il reste à voir comment ces chanoines se présentent dans la légende de leurs sceaux. Malheureusement ces légendes, ne sont pas toujours bien conservées ni lisibles aujourd’hui. On voit toutefois que certains se contentent de leur nom : ainsi Nicolas Lotter a fait simplement graver « S(igillum) NICOLAI LOTTER ». D’autres, apparemment plus rarement, mentionnent le canonicat qu’ils occupent, comme Jean Iselin : « S(igillum) IOHA(nn)IS (ecclesi)E CANO(n)ICI S(anc)TI PET(ri) JUNIO(ris) ». Les grades universitaires sont précisés dans la présentation des chanoines qui se trouve dans l’en-tête de la charte. Les chanoines gradués sont en effet assez nombreux dans ces chapitres où, contrairement au chapitre cathédral entièrement peuplé de nobles presque toujours non strasbourgeois ni même alsaciens[16], le mérite et le savoir pouvaient avoir été un atout. Pourtant cette information est peu présente sur les légendes. Ainsi le rédacteur de la charte mentionne que Nicolas Lindenstumpf est « magister » et « in decretorum licentiatus » (licencié en droit canon), mais ce grade n’est pas mentionné sur le sceau qui indique sobrement : « S(igillum)·NICOLAI·LINDENSTUMPI ». Seul peut-être Jean de Kirchberg a fait graver « S(igillum) M(a)G(ist)RI IOHANNIS DE KIRCHBERG ». La lecture de la légende abîmée est toutefois incertaine et il faudrait confirmer avec une autre empreinte.

Sceau de Jean Iselin, AD 67 – G 4215 / 10, 1453

*********************

Dans sa grande étude sur le clergé de Strasbourg[17], Francis Rapp intitulait un de ses chapitres « Habits de moines, âmes de laïcs », observant que « beaucoup, sinon la plupart, de ces clercs étaient restés des laïcs de cœur, même après avoir reçu les ordres ou fait profession. Dans toute la mesure du possible, ils gardaient les mœurs qui étaient celles de leur classe ». Les sceaux montrent en tout cas, que ni par l’image, ni par la légende, ces chanoines ne se présentent massivement sur leurs sceaux comme gens d’Église, qu’ils soient issus de la noblesse ou de la bourgeoisie marchande, qu’ils aient poursuivi des études universitaires ou non. Les informations mises en avant sont le nom et l’écu ; les grades universitaires et les fonctions ecclésiastiques sont rarement évoqués. Et bien que certains étaient devenus chanoines très jeunes, parfois même enfants, ou que d’autres avaient intrigué jusqu’aux plus hautes sphères de l’Église pour obtenir la prébende convoitée, si leurs sceaux étaient détachés de la charte, nous serions bien en peine de deviner que ces sigillants étaient des prélats.


[1] SCHMIDT Charles, Histoire du chapitre de Saint-Thomas de Strasbourg pendant le Moyen-Age suivi d’un recueil de chartes, Strasbourg, 1860, p. 39.

[2] RAPP Francis, Réformes et réformation à Strasbourg. Église et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525), Paris : Editions Ophrys, 1974, pp. 330-332

[3] Il y manque le sceau du chapitre Saint-Thomas et le sceau de Richard Windeck, chanoine de Saint-Pierre-le-Jeune.

[4] Sur la décoration de ces chartes, voir Olivier Richard et Benoît-Michel Tock, « Des chartes ornées urbaines. Les “Schwörbriefe” de Strasbourg (XIVe-XVe siècles) », Bibliothèque de l’École des Chartes, 169/1, 2011, p. 109-128. https://www.persee.fr/issue/bec_0373-6237_2011_num_169_1

[5] SCHMIDT Charles, op. cit., pp. 271-280, donne une liste complète des membres du chapitre Saint-Thomas.

[6] RAPP Francis, op. cit., pp. 493-494.

[7] L’histoire du diocèse de Strasbourg offre toutefois un exemple de rivalité sévère entre l’évêque Berthold de Bucheck et son official Conrad Kirkel, alors custode du chapitre cathédral, en 1338. Voir LEVRESSE René Pierre, « L’évolution historique de l’officialité de Strasbourg (XIIe – XVIe sècle) », Archives de l’Eglise d’Alsace, Tome XLVIII, 1988, pp. 77-80

[8] Pour conclure avec certitude qu’ils n’ont pas scellé, il faudrait toutefois être certain que les trois chanoines non représentés disposaient d’un sceau. 

[9] L’abbé Grandidier indique que le chapitre était composé de vingt chanoines en 1398, mais que le nombre a ensuite baissé avant de remonter à dix-huit, sans préciser de dates. Voir GRANDIDIER Philippe-André, Histoire de l’Église et des princes-évêques de Strasbourg, depuis la fondation de l’évêché jusqu’à nos jours. Tome 1, Depuis l’établissement du christianisme en Alsace jusqu’à l’an 817, Strasbourg, Imprimerie Levrault, 1776, p. 410

[10] LIVET Georges et RAPP Francis (dir.), L’histoire de Strasbourg des origines à nos jours. Tome II : Strasbourg des grandes invasions au XVIe siècle, Strasbourg : DNA, 1981, p. 190.

[11] Il s’agit d’Albert Wigersheim, chanoine de Saint-Thomas, et de Johannes Pfirter, de Saint-Pierre-le-Vieux.

[12] RAPP Francis, « Simler (Symler) Johann », in Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne, n° 35, 2000, p. 3646.

[13] KOTHE Wilhelm, Kirchliche Zustände Strassburgs in 14. Jht., Fribourg-en-Brisgau, 1903

[14] https://de.wikipedia.org/wiki/Riedesel

[15] Les Constofeler sont, à Strasbourg, des patriciens, nobles mais aussi issus de la bourgeoisie, regroupés en Constafeln, c’est-à-dire en « sociétés » désignant des membres les représentant au Conseil de la Ville.

[16] RAPP Francis, op. cit., p. 97.

[17] RAPP Francis, op. cit., p. 105.