SigiAl à Mulhouse

Lors de l’assemblée générale de la Société d’Histoire et de Géographie de Mulhouse (SHGM), notre volontaire Edith Ruhlmann a présenté quelques résultats des recherches sigillographiques de l’équipe mulhousienne. Ensemble avec son frère Hugues Ruhlmann, et assistée par Arlette Struss au début, les trois mulhousiens ont abordé les fonds des pièces isolées aux archives municipales de Mulhouse.  Edith Ruhlmann a initié l’assemblée à la sigillographie mulhousienne avec de beaux exemples des sceaux de la ville, l’official de Bâle et Frédéric III de Habsbourg, roi des romains. Un premier bilan sur leurs travaux sera publié dans le prochain annuaire de la SHGM. Félicitations !

Elle continue la collecte des sceaux à Mulhouse, et nous sommes impatients à voir ses prochaines découvertes !

Réunion SigiAl en présentiel !

Les opinions étaient unanimes – la réunion sera en présentiel !

Nous vous invitons à nous rejoindre :

le 1er octobre 2021  de 10h à 12h
salle 29b au Palais Universitaire
9, Place de l’Université à Strasbourg
(Arrêt de tram Gallia ou Universités des lignes C, E, ou F)

Sur l’ordre du jour : on va discuter les nouvelles sigillographiques en Alsace mais aussi de la base SIGILLA. En plus, Philippe JACQUET de SIGILLA sera présent pour écouter vos expériences et vos questions.

Après, on passera de l’ordre du jour au plat du jour ! Suite à la réunion, nous vous invitons à nous suivre à pied au restaurant Le 32 sur le campus central pour un déjeuner convivial. Le projet SigiAl va prendre le repas en charge.

Pour mieux organiser ce déjeuner sigillographique, je vous prie de me confirmer votre présence et de préciser si vous aurez besoin d’un repas spécial (végétarien, végan, etc.) avant mardi, le 28 septembre.

Comme on vit toujours dans un contexte de crise sanitaire, il faut respecter les règles actuellement en vigueur.  Pour rappel : la porte de masque est obligatoire aux locaux universitaires et une passe sanitaire à jour sera nécessaire pour manger au restaurant. 

Au plus grand plaisir de vous revoir (en vrai) bientôt !

Bilan récapitulatif Sigi-Al

Les débuts

J’ai eu l’opportunité de rejoindre le projet Sigi-Al en 2019, à la fin de ma première année de licence, en me proposant comme bénévole auprès d’Olivier Richard et Thomas Brunner ; ces derniers m’ont proposé d’en faire un stage, ce que j’ai volontiers accepté. Suite à cela, ils m’ont demandé si je voulais faire un travail facile ou un travail plus stimulant – cette deuxième option était de recenser les sceaux des archives de Strasbourg là où l’archiviste Charles Wittmer s’était arrêté. La difficulté venait du fait qu’il n’y avait pas de travaux déjà faits sur les sceaux d’après 1300 mais simplement sur les chartes (éditées en l’occurrence dans l’Urkundenbuch der Stadt Straßburg, publié à la fin du XIXe siècle, une collection de chartes éditées par Wilhelm Wiegand)1.

De prime abord, je ne connaissais pas grand chose sur les sceaux – en réalité, le strict minimum venu des cours universitaires voire de la pop culture, avec des scènes de sigillation dans les livres, les séries télévisées ou même les jeux vidéos (du côté de la fiction historique, mais également du côté fantastique comme A Game of Thrones2 et The Witcher3).

En somme, aucune connaissance académique – j’ignorais même à vrai dire que les sceaux médiévaux étaient surtout pendants et n’étaient pas simplement plaqués4. Du point de vue de ma carrière d’apprenti-historien, ce qui m’a immédiatement intéressé, c’est la représentation de l’identité du sigillant à travers la légende et le design choisi. En effet, cela rejoint l’histoire des identités (qu’elles soient sociales, culturelles, ethniques, ecclésiastiques, nationales) et de l’autoreprésentation de cette identité (c’est à dire, en me permettant une parenthèse philosophique, la représentation aux autres de son soi et la conception qu’on a de soi-même). 

Le sceau fonctionne en effet de cette manière, et on peut le définir de manière succincte comme étant une empreinte de cire apposée à l’aide d’une matrice, dotée de signes propres à une autorité ou personne morale, popularisée à partir du XIIe siècle5 et servant symboliquement de signum, une marque personnelle, portant une imago, une représentation iconographique6.

Un sceau illustrant la définition ci-dessus. C’est le signum du trésorier de l’église de Strasbourg, portant pour imago une main en signe de bénédiction, ainsi que le croissant et la lune (une iconographie reprise sur le sceau de l’official). La légende identifie cette autorité : sigillum curie tesaurarii argentinensis. © Samuel Rowe

Le travail

L’opportunité d’un stage

Une grande partie de mon travail a été réalisé lors d’un stage de deux semaines en juillet 2019 au sein de l’unité de recherche ARCHE UR 3400 de l’Université de Strasbourg – à peu près la moitié de mes contributions furent faites cet été-là, menant d’ailleurs à ma centième saisie de sceau. L’autre moitié a été téléchargée les deux années consécutives, suivant un rythme moins intense. Cela équivaut à deux ans et demi de volontariat avec la base et le projet Sigi-Al. Cela aboutit également à l’écriture de plusieurs billets, dont deux articles un peu plus travaillés, et une présentation faite à la journée d’études de Sigilla en avril 20217. La prise de contact fut simple : le simple envoi d’un e-mail à M. Richard suite à l’appel à contributions.

Le corpus

Mon travail sur le corpus ci-dessus m’a amené jusqu’en 1317, ce qui correspond à la boîte CH 29, étant parti de la boîte CH 19. Cela représente plus concrètement un total de 578 fiches dont 226 actes, 68 sceaux types, 65 sigillants et 219 empreintes de sceaux8.

Le récapitulatif de mes contributions à la base.

Ces boîtes sont une particularité de l’AVES (les Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg) : les chartes ont été mises ensemble, tous fonds confondus. Elles comportent un total de 12 000 documents commençant dès le XIIe siècle (même s’il y a effectivement quelques sceaux antérieurs). Cette organisation a été mise en place pour faciliter la consultation, ne classant plus par fond, et pour mieux préserver les sceaux plutôt que les laisser dans leurs dossiers d’origine.

Tas de chartes telles quelles sont présentées dans les boites ; ainsi que la charte CH 24 / 521.

Le bilan du travail et quelques réflexions sur la période traitée

Ce corpus a révélé un certain nombre de particularités sur le monde sigillographique de l’Alsace au XIVe siècle. Ce qui y est représenté, c’est surtout le sceau de l’officialité de Strasbourg et divers sceaux ecclésiastiques et nobiliaires de personnages qui ont interagit de manière officielle (s’accordant, s’alliant, voire en s’opposant) à travers des chartes.

L’évolution la plus remarquable fut celle des sceaux des chevaliers. En traçant le chemin des mêmes familles nobiliaires, il devient de plus en plus clair que les sceaux changeaient en taille et en iconographie selon la position fluctuante des divers membres – cela peut-être vu au niveau individuel (cf. le tableau de Simon de Montfort9 ci-dessous), mais aussi par la hiérarchie entre frères ou parents (cf. le tableau de la famille Geroldseck10 ci-dessous).

L’évolution chronologique des sceaux de Simon IV de Montfort, chaque renouvellement de matrice accompagnant un changement de statut. Ce n’est pas l’ordre classique : les chevaliers favorisent plutôt le sceau de chasse en début de carrière, avec ses connotations plus juvéniles. Le choix de Montfort se rapporte peut-être à l’idée de vouloir recapturer sa jeunesse d’antan, étant déjà un vieil homme en 1211. Le dernier sceau montre l’ultime étape de la carrière chevaleresque idéale : Simon se présente désormais en seigneur trônant. Je dois la connaissance de cette évolution grâce à cet article de Gauthier Langlois11. La première image est tirée de Sigilla, © Archives Nationales. La deuxième et troisième sont de l’article précédemment cité.
La hiérarchie des sceaux dans la famille des Geroldseck. La ligne rouge indique un patriarche ou homme important de la famille, doté d’un grand sceau. La ligne verte correspond aux cadets, avec des sceaux armoriaux. Enfin, la ligne jaune indique un clerc, ou parfois un autre sceau armorial, dépendant du parcours du sigillant (il serait trop schématique de dire que tous les benjamins deviennent clercs). Une exception à la règle émerge : Hugues (1) bénéficie d’un sceau de taille plus petite et au désign armorial et c’est son cousin Walram (2) qui hérite d’un grand sceau.

Aussi en termes d’évolution, les clercs présentent quant à eux tous des sceaux ecclésiastiques assez « classiques », reprenant souvent les mêmes types de design12. Des exceptions existent bien évidemment, tel que le sceau du couvent des Dominicains qui a fait l’objet d’un article précédent13. La réelle unicité vient donc à travers l’histoire locale et les thématiques choisies, reflétant une situation particulière – un évêque mis en avant sur le sceau, ou alors un vocable, la particularité de la représentation d’une scène sur le sceau des Dominicains susdits, ou alors des indices sur des événements extraordinaires ayant lieu pour que tels sigillants soient présents. Un de ces personnages assez curieux fut Stéphane de Porto14, l’unique sceau hors de la sphère germanique que j’ai pu récolter. Cela dit, la présence en Alsace des sceaux de clercs venu de sièges plus lointains ne semble pas être particulièrement extraordinaire15. De manière plus mondaine, l’intervention d’un roi peut montrer une affaire importante.

Enfin, le sceau de l’official changea aussi, mais de manière très discrète, dû probablement à une nouvelle matrice plutôt qu’une décision de changement iconographique (qui serait alors bien légère, comme l’orientation d’une crosse ou la position exacte d’une étoile). Même les rois des Romains sur la période étudiée présentent des sceaux assez similaires, au point où on ne peut que se fier à la légende pour l’identification du personnage et non aux topoi systématiquement repris par l’iconographie royale.

Réflexions méthodologiques sur l’usage des sceaux

En somme, chaque sceau raconte une histoire qui lui est propre, et qui peut nous renseigner – en le remettant bien dans son contexte, le propre de l’historien – sur un élément du passé (une miette, comme le suggère le terme « histoire en miettes »16, formé par des bribes de raisonnement historique à partir des sources). Il faut quelque part se servir « d’anachronismes contrôlés »17, des questions que ne se posaient pas (sciemment, voire du tout) le sigillant ou l’orfèvre qui a taillé sa matrice, mais auxquels on peut confronter les sceaux. Aucun document écrit n’élucidera, probablement, si un tel frère ne pouvait pas avoir un sceau équestre à cause d’un interdit social indicible ; ni ce que pensait un tel sigillant. Pourtant, en se demandant s’il y a une hiérarchie des sceaux, des indices apparaissent confortant cette hypothèse.

De plus, il est difficile de tirer des conclusions sur les résultats historiquement intéressants – plutôt que globaux – de mon travail. En fait, cela équivaudrait à faire la conclusion de ce que révèle chaque sceau-type, plutôt que les données purement statistiques et les tendances générales du corpus données ci-dessus (et seulement quelques exemples de ce que nous disent certains de ces sceaux). Cela dit, maintenant que le recensement des sceaux a été fait, ces empreintes (ou toutes autres empreintes sur la base) pourront être utilisées par les historiens dans leurs articles et dans leurs études pour faire le réel travail interprétatif et tirer des conclusions en analysant quelque chose de spécifique en profondeur. Pour reprendre un exemple utilisé par Philippe Jacquet lors de plusieurs présentations18, il sera maintenant possible de mesurer la taille moyenne des épées sur les sceaux équestres en Alsace – ou, plus exactement, d’ajouter ces sceaux aux corpus étudiés pour ce faire. De même, les historiens des armures et des costumes peuvent en faire usage, pour n’énumérer que quelques exemples parmi d’innombrables possibilités.

Conclusion

C’est malheureusement avec ce corpus que mon travail pour Sigilla va s’arrêter. N’étant plus sur place à Strasbourg – et ayant déjà travaillé sur un arriéré de sceaux – ma dernière entrée à la base fut faite le 18 août19. Mon expérience avec Sigilla et Sigi-AL a été formatrice : une formation à une partie active du métier d’historien qui n’est pas facilement accessible sans le biais d’opportunités comme celles qu’ont offertes ces deux projets, constituant du réel fieldwork ou travail sur le terrain.

La suite est en réalité assez claire – je vais pouvoir réinvestir ce que le projet Sigi-Al m’a appris tant au niveau méthodologique et technique (comment identifier et décrire les sceaux, comment fonctionne une base sigillographique) que théorique (sur l’usage de sources matérielles et ce qu’elles peuvent nous dire) dans ma carrière d’historien. J’entame dans quelques jours un Master en histoire médiévale à l’Université de Cambridge, où des opportunités me seront offertes, je l’espère, pour parler de la sigillographie et l’utiliser dans mes dissertations. En vue du fait que mon travail (immédiat et futur) portera sur la référence à la romanité (romaiosynē20) au haut Moyen Âge, les sceaux représentant les Romains ou des éléments d’iconographies romaines seront d’une grande utilité pour parfaire un travail qui ne peut se réduire au texte, qui, comme l’ont montré une multitude d’historiens allant de Marc Bloch21 aux opposants de Hayden White22, ne saurait être le seul outil de l’historien.

Pour terminer, je souhaite remercier toute l’équipe de Sigi-Al – Olivier Richard, Thomas Brunner, Catherine Kasteleiner, Guillaume Porte et mes collègues étudiants ou chercheurs ; ainsi que l’équipe Sigilla, autant ses gérants, Philippe Jacquet et Laurent Hablot, que les autres contributeurs à la base. Leurs conseils, leurs aides et leurs contributions ont éminemment enrichi mon expérience, que je ne suis pas prêt d’oublier.

  1. Cet article reprend des éléments de mon article Samuel Rᴏᴡᴇ, « Intégration à Sigilla des sceaux de la première décennie du XIVᵉ siècle conservés aux AVES », Sigi-Al, le 20 février 2020 ; et de ma présentation Samuel Rᴏᴡᴇ, Présentation du corpus des boîtes CH 19 à 27, Journées d’études SIGILLA, Poitiers [en ligne], le 9 avril 2021. []
  2. George R. R. Mᴀʀᴛɪɴ, A Game of Thrones, Bantam Spectra, New York, 1996. E.g. “It was the king’s seal, and the letter is in Robert’s own hand“. Il s’agit en l’occurence d’un sceau plaqué. []
  3. Andrzej Sᴀᴘᴋᴏᴡsᴋɪ, Wieża Jaskółki, SuperNowa, Varsovie, 1997. La sigillographie est mentionnée lors d’une fouille archéologique et les sceaux pour cacheter une lettre sont mentionnés à plusieurs reprises. []
  4. Du moins, pas avant un cours de M. Julien Briand dédié aux sceaux à l’université de Strasbourg, où l’appel à contributions fut d’ailleurs lancé. []
  5. Comité international de sigillographie, Vocabulaire international de la sigillographie, Pubblicazioni degli archivi di stato, Rome, 1990, p. 44. Je paraphrase plutôt que de citer pour mieux lier cette définition avec les éléments de définition plus iconographiques de Michel Pastoureau (ci-dessous, la notice n°4). []
  6. Michel Pᴀsᴛᴏᴜʀᴇᴀᴜ, Les sceaux, Brepols, Turnhout, 1981, p. 20-24. []
  7. Voir la notice n°1. []
  8. Je souhaite remercier Catherine Kasteleiner pour ces figures, qui a eu la gentillesse de me les fournir en tant qu’administratrice de la base. []
  9. Les sceaux de Simon de Montfort peuvent être consultés sur Sigilla. Le tableau montré ici fut élaboré de mes propres soins. []
  10. Les sceaux armoriés des Geroldseck peuvent être consultés sur Sigilla. Idem. []
  11. Gauthier Lᴀɴɢʟᴏɪs, « Les sceaux de Simon de Montfort : un itinéraire politique », in Actes du colloque d’historiens du 14 novembre 2009, ARBRE, Baziège, 2009. []
  12. Bien souvent, on ne saurait d’ailleurs distinguer l’architecture d’une église à une autre si elle figure sur le sceau – c’est une iconographie qui montre un bâtiment amalgamé et rarement fidèle à celui du sigillant. []
  13. Samuel Rᴏᴡᴇ, « Le supplice de saint Barthélemy sur le sceau des Dominicains : une mise en perspective », Sigi-Al, le 6 juin 2021. []
  14. Consultable sur Sigilla. []
  15. Catherine Kasteleiner a amené à mon attention cette fiche-ci, rédigée par Hugues Ruhlmann, Edith Ruhlmann et Arlette Struss. Elle présente un certain nombre de sigillants de sièges lointains, mais il convient de noter que l’émission fut faite à Carpentras et puis la charte fut ramenée à Mulhouse – ces évêques n’étaient pas sur place. []
  16. François Dᴏssᴇ, L’histoire en miettes (réédition), La Découverte, Paris, 2010. []
  17. Voir Nicole Loraux, « Éloge de l’anachronisme en histoire », Espace Temps n°87-88, 2005, p. 127-139. À noter que la publication est posthume. []
  18. Notamment celle-ci, visible sur YouTube. []
  19. Il s’agit de l’empreinte AVES CH 29 / 633. []
  20. Walter Pᴏʜʟ, « Introduction: Early medieval Romanness – a multiple identity », in Walter Pohl, Cinzia Grifoni et M. Pollheimer-Mohaupt (éd), Transformations of Romanness, De Gruyter, Berlin p. 3-40, ici p. 3. []
  21. Marc Bʟᴏᴄʜ, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien (2e édition), Librairie Armand Colin, Paris, 1952, p. 41. Je cite cette page car elle prône clairement l’usage de documents variés dans ce qui est alors devenu l’approche interdisciplinaire – un passage parmi d’autres, car Bloch en parle à plusieurs reprises. []
  22. Notamment contre son œuvre Hayden Wʜɪᴛᴇ, Metahistory: The Historical Imagination in Nineteenth-century Europe, John Hopkins University, Baltimore, 1973. L’œuvre entière redéfinit l’histoire comme un genre littéraire mais s’inscrit également dans un mouvement qui cherche à montrer les limites des textes. Ceux-ci sont considérés par le linguistic turn comme les sources principales de l’historien, mais ils ne seraient pourtant que des prismes opaques par lesquelles l’historien ne saisit pas le passé mais une réalité fictive et discursive du passé, qu’il reconstruit en une nouvelle fiction. Cette fixation sur les sources textuelles a été critiquée et sied peu aux approches interdisciplinaires. []

A vos agendas !

La prochaine réunion SigiAl sera …

vendredi, le 1er octobre 2021 de 10h à 12h.

Selon vos préférences et la situation sanitaire, la réunion sera soit en présentiel soit à distance.  Nous revenons vers vous prochainement avec plus de détails.

Les Schwörbriefe de Strasbourg sur SIGILLA

5e charte de serment (Schwörbrief) de la ville de Strasbourg, 14 janvier 1413 (AVES CH 3263)

Un dossier de 876 sceaux appendus aux quatorze chartes de serment (Schwörbriefe) de Strasbourg a été mis sur SIGILLA.  Ces chartes, qui présentaient la composition du Conseil de ville, la procédure de son renouvellement et comportaient quelques règles que chaque bourgeois devait respecter, étaient jurées chaque année par l’ensemble des bourgeois de Strasbourg. Leur importance exigeait qu’elles soient scellées par des représentants de toutes les composantes de la communauté bourgeoise.  Ce dossier a été mené par un de nos responsables SigiAl, Olivier Richard – quel travail ! Regardez l’ensemble des chartes ici!

La rentrée SigiAl

Dietherich de Haguenau, AD67 G 4279/8 (c) Odile Maury

Et tout à coup, l’été prend fin et c’est la rentrée !  Nous espérons que vous avez bien profité des jours estivaux pour vous reposer.

La rentrée SigiAl s’annonce dynamique. Les archives et bibliothèques retrouvent leurs horaires habituelles, les cours universitaires se préparent, la saisie des informations continuent dans SIGILLA…

Nous sommes également en train d’organiser la prochaine réunion des volontaires.  Plus de précisions sont à venir ici, sur le blog !