Tel père, tel fils!

Parmi les sceaux inventoriées par Charles Wittmer avant la Deuxième guerre mondiale, se trouve à quatre reprises celui de “Louis de Lichtenberg”, en 1249 (n° 39) puis en 1262 (n° 105, 111 et 112). Les empreintes correspondant aux n° 39 et 111 sont dans un très bon état de conservation. Elles sont visiblement issues de la même matrice, ainsi que les deux autres, par déduction. Or le sigillant ne peut être le même individu, l’avoué de Strasbourg, Louis Ier de Lichtenberg, étant mort vers 1252. Les sceaux de 1262 sont donc ceux de son fils Louis II, qui avait hérité de l’avouerie de Strasbourg conjointement avec son frère, Henri II de Lichtenberg, Le sceau de ce dernier, aussi utilisé en 1262 paraît d’ailleurs avoir la même image que celui de son père, mais avec une légende adaptée à son prénom.

Il semblerait en effet que l’identité de prénom entre le père et le fils ait permis cette transmission de la matrice du sceau – qui était un sceau ex officio – puisqu’on connaît un autre sceau, personnel celui-là, pour chacun des deux hommes. Le sceau armorié de Louis Ier en 1240 est aux armes des Lichtenberg, le sceau équestre de son fils en 1272 affiche un cou de cygne en cimier – élément attesté par la suite dans l’emblématique du lignage.

Nous sommes donc face ici à un sceau-type en quelque sorte dédoublé : le même objet matériel a en effet servi à deux sigillants successifs, mais il apparaît dans la base Sigilla sous la forme de deux sceaux-types distincts (Louis Ier de Lichtenberg – deuxième – sceau et Louis II de Lichtenberg – premier – sceau) puisque chacun est relié à son sigillant. De là à en conclure que réalité virtuelle et réalité “tout court” ne relèvent pas d’une même ontologie…

Du sceau au monument…

La base SIGILLA est intégrée à un projet plus ample de portail sur l’emblématique médiévale portée par Laurent Hablot: E-SIGNA. L’idée est permettre aux chercheurs d’avoir accès aux différents supports sur lesquels ont été figurées les armoiries et devises en liant entre elles différentes bases de données. En effet, le même blason peut se trouver peint dans un manuscrit, imprimé sur un sceau ou sculpté sur un monument. Des liens entre les bases consacrées à chacune de ces sources sont donc mis en place, qui permettent de passer de l’une à l’autre en un clic.

L’ARmorial Monumental du Moyen Âge (ARMMA) est l’une de ces bases de données “soeurs” de SIGILLA, Elle ambitionne de répertorier et de décrire les armoiries sculptées ou peintes sur des monuments médiévaux (antérieurs à 1550) conservés en France. A titre d’expérimentation pour l’Alsace, je viens d’y intégrer avec l’aide de Matteo Ferrari (qui co-pilote cette base), les six armoiries conservées dans l’église des Jésuites de Molsheim.

L’intérêt du croisement des différentes formes de sources est immédiatement apparu: ainsi pour les armoiries de l’évêque de Strasbourg Guillaume II de Diest (1393-1439): la stèle de 1394 présente une différence notable, sur l’un de ses éléments, avec le sceau du prélat (pour l’instant attesté entre 1425 et 1438). Sur la première figurent les armes du landgraviat de Basse-Alsace, dont les droits ont été concédés à l’évêché de Strasbourg en 1384 par le Roi des Romains Wenceslas, alors que le sceau de Guillaume à la fin de son épiscopat les omet. La collecte de nouvelles empreintes de sceaux ainsi qu’éventuellement d’autres sources iconographiques permettront peut-être d’expliquer ce constat.

Toujours est-il qu’en ces temps où les dépôts d’archives ne sont pas toujours accessibles, les amateurs d’emblématique médiévale peuvent aussi profiter du redoux pour photographier des monuments souvent à l’air libre! Il est en tout cas à espérer que les monuments alsaciens armoriés rejoindront la base ARMMA. Les personnes qui seraient intéressées par ce projet sont priées de me contacter à l’adresse suivante: thomas.brunner@unistra.fr

.

Prochaine Réunion SigiAl

Nous sommes très heureux de vous annoncer notre prochaine réunion SigiAl !  Surtout pendant ce temps troublé, il est plus important que jamais de rester connecté les uns aux autres.  Vu la situation sanitaire toujours très fragile, nous avons décidé de tenir cette réunion à distance dans notre salle virtuelle.

Nous vous donnons rendez-vous . . .

mercredi, le 17 mars 2021 de 14h à 16h
sur Big Blue Button (BBB)

Pour ceux qui ont participé à la réunion en novembre, il s’agit du même format.  De votre part, il n’y a rien à télécharger – il faut simplement avoir une webcam et un micro afin de participer.

Sur l’ordre du jour, on aura quelques nouvelles de SIGILLA, et on prendra le temps à répondre à vos questions comme d’habitude.

Afin de participer à la réunion, merci de m’écrire un mail, et je vais vous donner le lien pour notre salle virtuelle.

Au plaisir de vous revoir toutes et tous bientôt !

SigiAl à la une !

Ce vendredi passé, notre projet SigiAl a été dans le journal L’Alsace !  Un grand merci à l’équipe de Mulhouse pour avoir rencontré la journaliste et partagé leurs expériences et récits.