Nouvelles de SIGILLA

Voici quelques mots du responsable de SIGILLA, Laurent Hablot, décrivant le progrès sur la base de données lors des derniers mois.

Madame, Monsieur, Chère Collègue, Cher Collègue, Chers amis de SIGILLA 

J’espère que cette lettre de nouvelles vous trouvera en bonne santé et que traversez sans trop de contrariétés cet étrange contexte. 

Les mois passés, si particuliers, ont paradoxalement été pour le programme SIGILLA une période très active. Nous vous partageons un rapide état présent du programme et de ses développements. 

En effet, le travail de saisie et d’intégration ne s’est pas interrompu et l’équipe de contributeurs ne cesse de s’étoffer. Comme vous le savez sans doute, la base compte actuellement près de 17 000 empreintes et même si de nombreuses notices restent à compléter, les lectures croisées des collections et des originaux, les interventions des lecteurs et des contributeurs, permettent d’amender régulièrement les données déjà saisies.  

Le printemps nous a notamment permis d’intégrer la totalité du catalogue des sceaux des archives départementales d’Eure-et-Loir (Rousseau, 215 sceaux) tandis qu’une mission sur place a permis de compléter la couverture photos et la saisie de nouveaux sceaux et d’engager le projet d’atelier SIGILLA au sein de ces archives départementales. 

Une autre mission de terrain aux Archives municipales de Vitré a permis quelques précieux ajouts intéressants notamment la maison de Laval et la famille de Daillon.

 Dans le cadre de notre collaboration avec les archives départementales de la Vienne nous avons engagé la saisie du catalogue de François Eygun, Sigillographie du Poitou. Ce travail, soutenu par un stage de 6 mois d’une étudiante de l’EPHE, est désormais bien avancé (50% environ des 1701 notices sont saisies) et la collecte des pièces scellées des Ad 86 se poursuit (1800 empreintes).

 Cette collecte se complète avec la saisie de Douet d’Arcq qui continue également (60% déjà en ligne). 

 Par ailleurs, l’intégration des données de la base sceau des Archives départementales de Loire-Atlantique (environ 2000 sceaux) est programmée pour la mi-octobre. A cette occasion seront également ajoutés les sceaux de l’inventaire des archives municipales de Strasbourg (700 sceaux), et une partie du catalogue des Archives départementales de Haute-Garonne

Pour ce qui est des projets et perspectives, plusieurs objectifs se précisent :  

Collecte Région Grand Est : La candidature de SIGILLA à l’Appel à projet lancé par la DRAC Grand Est au début de l’été « Numérisation et valorisation du Patrimoine » a été retenue. Un important financement va permettre d’ouvrir dès l’automne cinq contrats de trois mois pour engager durant deux ans la collecte des sceaux ou des données déjà fichées des archives de la Haute-Marne, de la Marne, de la Moselle, de la Meurthe-et-Moselle, de la Meuse et des Vosges. Cette opération consolidera les collaborations avec l’Aube (archives pilotes dans le projet SIGILLA) et le Haut-Rhin et Bas-Rhin déjà encadrées par l’antenne alsacienne du projet, SIGI-Al qui poursuit avec son équipe ses collectes régulières. 

Nous avons par ailleurs été sollicités par les archives de l’Etat de Neufchâtel et l’Université de Fribourg pour exporter SIGILLA hors de nos frontières. 

Numérisations 3D : SIGILLA a pu faire cet été l’acquisition du scanner portable 3D espéré depuis plusieurs années, grâce au soutien du DIM Humanités (Région Ile-de-France) et de Sorbonne-Université. Cet appareil mobile va permettre de multiplier les numérisations en 3D de sceaux remarquables, offrant une approche renouvelée de la matérialité du sceau et d’importantes perspectives d’étude et d’analyse. Un programme de collecte aux Ad 86 est à l’étude. 

Refonte de la base : La refonte de la base SIGILLA, rendu nécessaire en raison de l’obsolescence de son code informatique (déjà !) est prévue pour le printemps 2021. Financée par l’ANR et portée par le projet E-SIGNA (Portail de l’emblématique médiévale), cette réécriture permettra d’apporter de nombreuses améliorations à la base actuelle. Les modules héraldique et épigraphie seront notamment consolidés et rendus interrogeables dès le moteur de recherches. 

Journées SIGILLA POITIERS 2021 : Nous vous annonçons par ailleurs qu’à défaut d’avoir pu tenir les journées d’avril 2020, une nouvelle rencontre, autour de nos principaux contributeurs et de nos partenaires, est prévue les 8 et 9 Avril prochain à Poitiers (Ad 86 et CESCM) 

Formations : Comme chaque année, des formations seront organisées pour permettre à de nouveaux contributeurs de participer à la collecte SIGILLA. N’hésitez pas à nous solliciter ou à nous contacter à ce sujet. 

Comme vous pouvez le constater, notre programme avance et s’enrichit. Ce succès reste le résultat des nombreux soutiens et collaborations qui portent SIGILLA depuis sa création en 2013 et je tiens à remercier celles et ceux qui se sont investis à des titres divers dans cette base qui, je l’espère, profite au plus grand nombre. Vous le savez comme moi, beaucoup reste à faire et ce n’est que tous ensemble que nous parviendrons à faire de cet outil un réel atout pour la valorisation, l’étude et la sauvegarde de ces trésors que sont nos collections de sceaux. N’hésitez pas à nous rejoindre et à motiver de nouveaux contributeurs. Par avance je vous en remercie.

Laurent Hablot 
Responsable du programme SIGILLA 

SigiAl sur le site du Consortium Sources Médiévales – COSME

SigiAl – Projet de recherches en sciences participatives

Le projet SIGI-AL (Sigillographie de l’Alsace et du Rhin supérieur), dirigé par Olivier Richard et Thomas Brunner (Strasbourg, ARCHE) a été lancé à l’automne 2019. On peut le considérer comme une composante régionale, en l’occurrence alsacienne, de la base de données  SIGILLA dont il constitue l’une des collections thématiques (http://www.sigilla.org/fr/collections-thematiques/sigi-alsace). De fait, l’objectif scientifique du projet est d’alimenter SIGILLA en y versant l’intégralité des sceaux conservés dans tous les dépôts alsaciens (peut-être 50.000 empreintes, mais les estimations chiffrées sont très impressionnistes), ainsi également à terme celles des régions voisines de part et d’autre du Rhin (dépôts du Bade-Wurtemberg et du nord de la Suisse). Des contacts

commencent à être pris avec ces institutions étrangères.

La particularité de SIGI-AL est de s’inscrire dans les sciences participatives, c’est-à-dire d’impliquer dans l’alimentation de la base de données des citoyens qui ne sont pas des chercheurs professionnels (membres des sociétés d’histoire locale, enseignants en histoire ou simples amateurs). Ces bénévoles travailleront seuls ou en groupe à la numérisation d’un fonds. Ils seront formés par des universitaires et des personnels de recherche impliqués dans SIGILLA.

Le projet est du coup amené à prévoir des formations adressées à un public d’amateurs volontaires, souvent érudit, mais qui ne partage pas forcément les codes de la recherche universitaire. Une première série de tutoriels a été créée, mais l’offre doit encore être enrichie pour répondre à toutes les questions que se posent les bénévoles.

Ceux d’entre eux qui le souhaiteront seront invités à produire un article dans les annuaires et bulletins des nombreuses sociétés d’histoire locale de la région. La dimension participative du projet a en effet été co-construite par la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace et a reçu le soutien de l’Université de Strasbourg dans le cadre d’un financement IDEX.

Afin de donner un sens au travail des bénévoles et plus largement de permettre la diffusion des résultats de cette entreprise, des conférences sont également prévues dans la région autour des résultats des recherches s’appuyant sur les données collectées.

Pour SIGILLA, un tel dispositif permet de rendre crédible l’objectif d’une numérisation si ce n’est de la totalité des fonds alsaciens, du moins de séries entières ou de petits fonds dans leur intégralité. En l’absence de personnel dédié, cela aurait été inenvisageable.

Pour les dépôts d’archives alsaciens, c’est un moyen de préserver et de valoriser ce riche patrimoine archivistique.

Pour les bénévoles, c’est l’occasion d’avoir un contact direct avec le monde de la

recherche et de contribuer à ses développements les plus récents tout en acquérant des compétences « historiennes » (en l’occurrence sigillographiques) et en s’initiant aux humanités numériques. Ils seront ainsi sensibilisés aux enjeux de la recherche.

Nous espérons créer avec les bénévoles une véritable communauté des sigillographes alsaciens : des moments de convivialité sont ainsi prévus pour gratifier le travail des bénévoles et un carnet de recherche a été ouvert pour permettre de faire le lien entre les acteurs du projet tout en diffusant les informations concernant SIGI-AL à un public plus large. https://sigial.hypotheses.org/

Même si toutes les bases de données médiévales ne se prêteront pas nécessairement à la mise en place d’un dispositif similaire, nous espérons pouvoir partager notre expérience, au premier chef en élargissant le dispositif à d’autres régions françaises ou de pays voisins.

– Thomas Brunner

Pour voir l’article dans sa forme originale, cliquez ici.

Changements aux archives liés à la situation sanitaire actuelle

C’est la rentrée, et nous avons rassemblé quelques informations pour vous aider avec votre retour aux archives.

Archives départementales du Bas-Rhin
http://archives.bas-rhin.fr/

À partir du 31 août, les Archives départementales seront ouvertes aux horaires habituels, tous les jours de 8h30 à 17h. La réservation demeure obligatoire car la limite de 15 personnes est maintenue. Les précautions sanitaires restent en vigueur.

**************************************************************************************************
Archives départementales du Haut-Rhin
http://www.archives.haut-rhin.fr/

A compter du 21 juillet 2020, la salle de lecture des Archives départementales est ouverte du mardi au vendredi de 9H à 12H30 et de 13H30 à 17H.

En raison des contraintes sanitaires à respecter, le nombre de places disponibles est limité à 8 lecteurs par demi-journée. La réservation préalable est donc obligatoire au 03 89 21 97 00.

**************************************************************************************************
Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg
https://archives.strasbourg.eu/

A compter du lundi 31 août, la salle de lecture et la salle d’exposition reprennent leurs horaires habituels !
Du lundi au mardi : de 13h à 17h
Du mercredi au vendredi : de 9h à 17h
Et uniquement la salle d’exposition: le dimanche de 14h à 18h.

La réservation reste obligatoire.

**************************************************************************************************

Pour les autres archives, nous vous conseillons de prendre contact avec elles directement avant de vous rendre sur place afin de vous renseigner sur les horaires et le protocole à suivre.  En raison de la crise sanitaire qui demeure toujours, le nombre de places disponibles reste limité, et une réservation est obligatoire.

Finalement, avant de vous rendre aux archives, pensez aux gestes barrières.

Nous vous souhaitons un bon retour et de belles découvertes!