Remarque sur le supplice de la roue

Suite à la présentation du sceau de Molsheim lors d’une conférence donnée dans le cadre du Jardin des Sciences le 14 novembre 2019, le Dr Guy Muller, président de la Société d’histoire et d’archéologie de Molsheim et environs, et ancien radiologue est intervenu pour commenter une miniature de la Spiezer Chronik, chronique officieuse de l’histoire de la ville de Berne rédigée par Diebold Schilling l’ancien vers 1485 que j’avais présentée afin d’illustrer le mode dit germanique d’exécution sur la roue, en rapport avec la scène du martyre de Saint Georges figurant sur le sceau de Molsheim.

On y voit en effet la première phase du supplice qui consistait à briser les membres du condamné avec une roue avant d’attacher le corps meurtri sur une autre roue afin de l’exposer. Or je m’étais interrogé, comme d’autres[1], sur l‘usage d’un instrument tel que la roue, moins commode à manier qu’une masse, émettant l’hypothèse d’un symbole judiciaire dont le sens nous échapperait désormais.

Or, comme l’a fait remarquer le Dr Muller, l’image montre que le bourreau ne brisait que l’extrémité des membres (avant-bras et jambe proprement dite). Ces parties du corps se composent de deux os (radius et cubitus d’une part, tibia et péroné d’autre part) qu’une masse aurait sans doute brisé, tandis qu’en frappant avec la roue, on pouvait n’en casser qu’un sur deux. En brisant l’humerus ou le fémur, le geste du bourreau aurait entrainé une mort rapide, avant même la phase d’exposition. En revanche, en s’attaquant partiellement aux parties externes des membres, il assurait une survie immédiate du condamné et permettait ainsi une longue agonie.


[1] Antoine FOLLAIN, Le crime d’Anthoine. Enquête sur la mort d’une jeune femme dans les Vosges au XVIIe siècle, Paris, 2017, p. 122-133.

Une nouvelle typologie des sceaux de Molsheim

L’existence d’un troisième sceau de la ville de Molsheim à l’époque médiévale est désormais avérée ! C’est en remplissant dans SIGILLA les notices des empreintes des sceaux de ce que j’avais appelé en 2017 le type II de Molsheim[1] que je me suis aperçu que toutes ne relevaient pas du même type mais de deux sceaux distincts quoique d’apparence très proches. La mise en parallèle des photographies des empreintes sur un même écran m’a permis de constater des différences qui ne m’étaient pas apparus lors l’examen successif des mêmes clichés. La nouvelle typologie révisée est donc la suivante :


Le détail de mon argumentation paraît ce mois-ci dans le tome 145 de la Revue d’Alsace [2]. Il est intéressant de noter comment notre image de la typologie des sceaux de Molsheim s’est affinée et rectifiée depuis celle présentée en 1994 par Grégory Oswald[3].

[1] Thomas BRUNNER, « Les sceaux de la ville de Molsheim au Moyen Âge. Typologie, origine et interprétation », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Molsheim et environs, 2017, p. 29-44 ; Idem, « Le martyre de saint Georges sur la roue : le sceau médiéval de Molsheim mis en perspective », Revue d’Alsace, t. 144, 2018, p. 367-420.

[2] Idem, « À la rencontre du troisième type: un sceau de Molsheim nouvellement repéré », Revue d’Alsace, t. 145, 2019, p. 207-218

[3] Grégory OSWALD, Molsheim à la fin du Moyen Âge (1308-1525). Essai d’histoire politique, économique, sociale et religieuse d’une cité épiscopale de Basse-Alsace, Strasbourg, Société académique du Bas-Rhin, « Bulletin, t. CXIII-CIV », 1993-1994, p. 51.  


Conférence d’Olivier Richard au Département d’Histoire de l’université de Bâle

Olivier Richard prononcera une conférence ce mercredi 13 novembre 2019 à 18h15 à Bâle, dans le cadre du Forschungskolloquium “Geschichte der Vormoderne”, sur le thème “Sceaux et ascension sociale. Les sceaux des chartes de serment de Strasbourg (1334-1482)” (en allemand)
Détails

 

5e charte de serment (Schwörbrief) de la ville de Strasbourg, 14 janvier 1413 (AVES CH 3263)

 

Lancement de la rétroconversion de l’inventaire de Charles Wittmer

Par Olivia Burgard (diplômée d’un Master II recherche “Histoire et civilisation de l’Europe” (Université de Strasbourg) ; en préparation d’un dossier de thèse sur l’écrit cistercien au Moyen Âge)

Le dynamisme et la quête d’exhaustivité des projets Sigilla et SigiAl peuvent, et doivent, également passer par la mise à disposition et l’utilisation de travaux et répertoires existant.

C’est dans cette logique que j’ai été chargée, depuis le début du mois de novembre, suite à ma volonté de contribuer à ces deux projets, de saisir l’Inventaire des sceaux des Archives de la ville de Strasbourg de 1050 à 1300, réalisé par l’archiviste Charles Wittmer et paru chez F. X. Le Roux en 1946, en vue de son versement dans la base Sigilla.

Ce travail s’avère essentiel sur plusieurs plans :

Tout d’abord, l’inventaire est une excellente base de départ pour un repérage de nombreuses empreintes au sein des actuelles Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg. Réalisé avant la Seconde Guerre mondiale, il offre, en outre, de précieuses informations, certes succinctes, sur les sceaux, ainsi que des photos d’empreintes, celles-ci n’étant peut-être plus dans un état similaire en raison des déplacements et destructions lors du conflit.

Cela, il conviendra de le vérifier lors de la deuxième phase du travail, qui consistera, au sein des Archives de la Ville de Strasbourg, à photographier empreintes et actes pour aller plus loin dans l’analyse de cette documentation (contenu des actes, mentions de sceau etc.).

Charles WITTMER, Inventaire des sceaux des Archives de la ville de Strasbourg, de 1050 à 1300, Strasbourg, F.-X. Le Roux, 1946, p. 96.

Ainsi, il y a là l’opportunité de compléter, de manière réciproque, à la fois les travaux de Charles Wittmer et la base Sigilla.

Avec près de 500 empreintes, dont de nombreuses appartenant à un même sigillant, les travaux de Charles Wittmer offrent de nombreuses possibilités de mises en série et d’études prometteuses, plus encore avec le croisement d’autres inventaires et d’autres collectes en cours en Alsace !