Premiers stages d’étudiants à Sigi-Al

Plusieurs étudiants en histoire de la Faculté des sciences historiques de Strasbourg ont souhaité faire leur stage professionnel à l’ARCHE EA 3400 dans le cadre du projet SIGI-AL. Leur tâche consiste à travailler sur un fonds qu’ils numérisent (ou commencent à numériser) systématiquement.

Cet été, un étudiant de licence d’histoire, Samuel Rowe, va travailler deux semaines sur le fonds des chartes des Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg (AVES), postérieur à 1300.

Trois étudiants du Master d’études médiévales interdisciplinaires, travaillent ou travailleront chacun trois semaines sur un fonds particulier:

Daphné Keramidas, sur les moulages de sceaux de la collection Fastinger de la Bibliothèque nationale universitaire de Strasbourg.

Tina Nardi, sur les sceaux des Archives municipales de Mutzig, conservés par la Société d’histoire de Mutzig, suite à la visite de prospection du 13 mai dernier.

Hippolyte Souvay sur les sceaux des Archives municipales de Saverne.

Visite aux Archives de la Région Grand-Est

Nous avons rencontré aujourd’hui, Olivier Richard et moi, Mme Christine Heider, archiviste à la Maison de la Région (place Adrien Zeller à Strasbourg), afin de voir les possibilités d’exploitation du fonds dont elle a la charge. La Région Alsace avait en effet acquis le Chartrier de Niedernai dont les 771 sceaux ont été répertoriés et moulés par Charles Haudot. Elle a en outre en dépôt le fonds privé de Turckheim-Truttenhausen, qui comprend quelques dizaines de sceaux. On peut donc sans doute tabler sur plus d’un millier de sceaux à numériser.

Une contribution sur les sceaux des bourgeois de Strasbourg au colloque de Bonn

Le colloque international « Das Siegel als Medium der Kommunikation und des Transfers im europäischen Mittelalter / The Seal as a Medium of Communication and Transfer in the European Middle Ages » a eu lieu à Bonn. Organisé par Andrea Stieldorf (université de Bonn) et Markus Späth (université de Gießen), il a envisagé les sceaux dans un esprit interdisciplinaire, en s’intéressant à leurs usages autant qu’à leurs motifs. Plusieurs communications ont les sceaux à d’autres types de sources comme les monnaies ou les instruments notariés. Les discussions ont souvent pointé l’intérêt des bases de données sigillographiques, comme la base digisig.org, présentée par son créateur John McEwan à l’université de Saint-Louis du Missouri, et qui rassemble les sceaux des îles britanniques recensés dans les différents catalogues.

Affiche du colloque