Une bulle papale ordinaire ?

  • Pauline Gutzwiller

À première vue, voici une bulle papale ordinaire, cotée 12 J 73 aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg. Rédigé en latin, l’acte est appendu du sceau d’un pape. D’après l’inventaire, il s’agirait d’« Indulgences accordées à l’abbaye de Koenigsbruck par le pape Sixte IV[1] ». Lorsque l’on se penche plus près de la bulle, on note cependant un fait surprenant : sur l’avers, la légende ne présente non pas « SIXTUS . PAPA . IIII », mais « NICOLAUS . PP. IIII ». Il s’agit en réalité d’une bulle de Nicolas IV, pape de 1288 à 1292, et non de Sixte IV, pape de 1471 à 1484, soit deux siècles plus tard. L’acte, pour sa part, est daté du 29 août 1484, plus précisément 17 jours après la mort de Sixte IV[2]

Il ne s’agit pas là de la seule curiosité de cette bulle. Selon Benoît Tock, professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg qui a été amené à analyser ce document pour tenter d’en comprendre les mystères, cet acte n’a même pas de raison d’être scellé par le pape, comme le sous-entend l’inventaire de la série, bien qu’il se dise reproduire une décision verbale du pape. Le document ne présente même pas d’auteur, si ce n’est un Johann Alphart à la sixième ligne : michi fratri Johanni Alphart. Il s’agit du vicaire provincial de la province de Strasbourg de l’ordre des frères mineurs. Nous sommes donc bien loin du pape !

Un document, donc, qui n’a pas de lien direct avec le pontife, et encore moins Nicolas IV, antérieur à deux siècles. La manière dont est attachée la bulle – à l’envers, et ne passant que par un des trois poinçons dans l’acte – laisse d’autant plus supposer qu’il ne s’agit pas du sceau d’origine. Toujours est-il que cette bulle de Nicolas IV est en tout point similaire aux autres présentes sur la base de données[3] ; il s’agit donc bien d’une bulle authentique. Probablement séparée de son acte originel, cette bulle a peut-être été ici rattachée au document des suites d’une erreur de lecture. Il est cependant impossible de déterminer depuis quand cette erreur subsiste.

Cela laisse donc d’autres interrogations : pourquoi les poinçons présents dans l’acte pour faire passer l’attache sont-ils similaires à ceux d’une bulle, alors que l’acte n’a pas de raison d’être scellé par le pape ? Mais surtout, qui était le sigillant originel de cette charte qui apparaît dans la formule de corroboration comme s’ensuit : In huiusce concessionis fidem ac robur sigillum officii mei vicariarus presentibus duxi appendendum[4] ?


[1] Leblay Anne, Verdier Pascale (dir.), Echange Bade I, 936 – 1795, série 12 J. Répertoire numérique détaillé, Strasbourg, 2005, p.6.

[2] Datum in conventu nostro Leonbergensis, tempore nostre procvinci[alis?] congregationis super dominica post Bartholomei celebrate […] (transcription réalisée par Thomas Brunner, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg, et co-dirigeant du projet SigiAl – Sigilla en Alsace).

[3] Une comparaison a été effectuée avec celle de l’acte côté CH 14 / 286 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg : http://www.sigilla.org/empreinte/nicolas-iv-am-strasbourg-aves-ch-14/286-92323.

[4] Transcription réalisée par Thomas Brunner.

Retour sur trois années de sciences participatives

(c) Pauline Gutzwiller

Le 24 juin, nous avons célébré la première étape de notre projet SigiAl. Actif depuis fin 2019, nous avons fait ce bilan d’étape avec vous, nos volontaires. C’était une journée chargée de belles présentations, de dialogue et de convivialité !

Les volontaires étaient au centre de la journée avec quelques présentations des archives où ils sont actifs. Daniel Keller nous a présenté les sceaux trouvés dans le Chartrier de Niedernai aux Archives de la Région Grand Est, site Strasbourg. Edith Ruhlmann nous a montré quelques trésors des archives municipales de Mulhouse. Yann Franchet nous a expliqué les complexités des sceaux de l’Officialité de Strasbourg et les sceaux types qu’il a répertorié à partir des Archives d’Alsace, Strasbourg et les Archives de la ville et Eurométropole de Strasbourg. Odile Jurbert nous a amené derrière les coulisses pour découvrir quelques sceaux dans les archives de Saint-Thomas de Strasbourg pas encore classées. Et finalement, Daniel Bornemann nous a montré la richesse des fonds de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Nos invités nous ont également donné des pistes de réflexion intéressantes. Mélodie Faury nous a fait connaître les enjeux des sciences participatives à l’Université de Strasbourg. De l’Atelier National de Recherche Typographique à Nancy, Délia Préteux a raconté les défis typographiques pour transcrire les légendes des sceaux. Le but de son travail est de concevoir un outil pour SIGILLA afin de mieux lire et décrire les légendes. Philippe Jacquet, conseiller scientifique et technique SIGILLA nous a dévoilé les origines de la base et a annoncé quelques réflexions pour son avenir. Jean-Luc Chassel, Président de la Société française d’héraldique et de sigillographie, a éclairé les similitudes et différences entre les sceaux des évêques en France et dans l’Empire.

De l’équipe SigiAl, Olivier Richard était le modérateur de la journée. Catherine Kasteleiner a présenté un bilan du projet – plus de 5 000 empreintes saisies ! Et Thomas Brunner a montré les armoiries de l’évêché de Strasbourg et leur diffusion dans les sceaux locaux.

Les dialogues étaient passionnants et notre motivation continuera pour la suite !
Quelles belles découvertes pourrons-nous exposer la prochaine fois ??
A voir !

Les sceaux des chanoines des collégiales de Strasbourg en 1453 : « habits de moines, âmes de laïcs » ?

Charte du 12 juillet 1453, AD 67 – G 4215 / 10

Le 12 juillet 1453, les trois chapitres des collégiales Saint-Thomas, Saint-Pierre-le-Jeune et Saint-Pierre-le-Vieux de Strasbourg constituaient une ligue visant à protester et à s’unir contre des décisions de l’évêque Robert de Bavière[1], jugées infondées. Celui-ci demandait en effet aux chapitres de payer des subsides importants et il avait, à la suite du synode diocésain de 1452, fait publier des statuts par lesquels il tentait d’introduire des réformes visant à lutter contre l’inconduite des clercs, et à les soustraire au pouvoir grandissant du Magistrat de Strasbourg[2]. C’est la charte instituant cette ligue de 1453, qui se trouve aujourd’hui aux archives d’Alsace, site de Strasbourg, que nous avons photographiée et mise en ligne sur Sigilla.

La charte est aujourd’hui pourvue de 41 empreintes sur les 43 qui y étaient appendues à l’origine[3], à savoir les sceaux de chaque chapitre ainsi que 40 sceaux de chanoines. La suscription cite les noms, dignités et grades universitaires des chanoines sigillants : 15 chanoines de Saint-Thomas, 11 de Saint-Pierre-le-Jeune, 14 de Saint-Pierre-le-Vieux. Elle n’est pas sans faire penser aux quatorze Schwörbriefe (chartes de serment), mises en ligne par Olivier Richard, qui permettent de voir les sceaux des patriciens et gens de métier approuvant ces textes constitutionnels[4]. En nous permettant d’observer 39 empreintes de sceaux de chanoines, elle nous renseigne sur la façon dont ces ecclésiastiques se présentaient à leurs contemporains.

Une illustration du cumul des prébendes canoniales

L’organisation de la charte est rigoureuse. C’est le chapitre Saint-Thomas, le plus prestigieux des trois, qui a la préséance, suivi de Saint-Pierre-le-Jeune, puis de Saint-Pierre-le-Vieux. Chaque séquence s’ouvre par le sceau du chapitre, puis suivent les sceaux des chanoines. Il en est ainsi de Saint-Thomas, dont le sceau capitulaire d’ouverture a disparu, mais dont les 15 empreintes de chanoines sont conservées. Bien que ce document soit d’une très grande importance, la vingtaine de chanoines qui constituent le chapitre n’ont donc pas tous scellé[5]. Les causes des absences sont difficiles à cerner. On sait toutefois que certains chanoines ne résidaient que fort peu à Strasbourg.  Parmi ces prélats absents de la charte, on pense à Jodocus Albrant, qui cumulait son canonicat avec la tâche de notaire apostolique à Rome, ou à Arbogast Ellenhart, qui, déjà recteur de Mutzig, avait aussi été nommé official de l’évêque, fonction qu’il occupait à la date de la charte[6]. Ce cumul ne devait d’ailleurs guère être confortable pour lui, puisqu’on imagine mal l’official signer une charte visant à protester contre l’évêque qui l’a nommé à son poste, fût-ce pour soutenir les membres du chapitre auquel il appartenait[7]. On pourrait sans doute faire les mêmes remarques générales sur le chapitre de Saint-Pierre-le-Jeune, dont onze chanoines sur les quatorze, ont scellé[8]. Quatorze chanoines de Saint-Pierre-le-Vieux sont représentés, le nombre total de prélats y disposant d’une stalle étant cette fois incertain[9]

Sceau de Paul Munthart, AD 67 – G 4215 / 10, Empreinte n°1, 1453
Sceau de Paul Munthart, AD 67 – G 4215 / 10, Empreinte n°2, 1453

Le cumul des prébendes est illustré toutefois d’une façon bien plus visible par le fait que plusieurs chanoines scellent plusieurs fois.  C’est le cas de Paul Munthart, licencié en droit canon et ancien official, qui scelle deux fois du même sceau, comme chanoine de Saint-Thomas et comme chanoine de Saint-Pierre-le-Jeune. C’est le cas aussi de Conrad Drach, mais qui scelle de deux sceaux différents, car simple chanoine de Saint-Pierre-le-Vieux, il est aussi doyen de Saint-Thomas. La palme revient à Georges Zorn, qui scelle trois fois, deux fois avec son sceau personnel comme chanoine de Saint-Thomas et de Saint-Pierre-le-Jeune, et une troisième fois avec son sceau de prévôt de Saint-Pierre-le-Vieux. On touche du doigt ici les critiques sur le cumul des charges et prébendes que les prédicateurs alsaciens adressaient à l’Église de leur temps : l’historien et pédagogue humaniste Jacob Wimpfeling (1450-1528) estimait ainsi que 70 chanoines se partageaient 114 prébendes[10].

Georges Zorn, sceau personnel, AD 67 – G 4215 / 10, Empreinte n°2, 1453

Georges Zorn, sceau de prévôt du chapitre Saint-Pierre-le-Vieux, AD 67 – G 4215 / 10, 1453

Des prélats qui se présentent d’abord comme membres d’un lignage

Sceau de Jean Simler, AD 67 – G 4215 / 10, 1453
Sceau de Lamprecht Riedesel,
AD 67 – G 4215 / 10, 1453
Sceau de Burkard Schone,
AD 67 – G 4215 / 10, 1453

Deux types de sceaux sont présents sur la charte. Les plus nombreux sont des sceaux ronds qui présentent presque tous un écu armorié (seuls deux échappent à cette règle[11]). Cette pratique des sceaux armoriés est aussi bien le fait de chanoines issus des lignages nobles d’Alsace, comme les Zorn et les Kageneck, que des chanoines issus de familles d’artisans ou de commerçants. Ainsi Jean Simler, qui deviendra un personnage important de l’Église de Strasbourg dans la seconde moitié du XVe siècle, était fils d’un marchand drapier[12], et Jean-Adolphe Melbruge était le fils d’un marchand de grains plusieurs fois Ammeister. Cette pratique du sceau armorié était également partagée par les chanoines non alsaciens, nombreux dans les chapitres à cette époque[13]. Lamprecht Riedesel présente ainsi un écu qui indique qu’il était issu de la famille noble des Riedesel zu Eisenach, de Hesse[14].  Parmi les sceaux armoriés, la plupart présentent l’écu, nu au centre du champ, mais quelques uns se distinguent, tel celui de Burkard Schone qui montre un écu penché, timbré d’un heaume et de son cimier, modèle qui, sur les Schwörbriefe, est plutôt en vogue chez les nobles et patriciens désignés par les Constofeler[15], même si des gens de métier tendent à imiter ce modèle. Le caractère assez uniforme des sceaux, s’il masque donc une certaine hétérogénéité sociale, voire géographique, du peuplement de ces chapitres, semble témoigner d’un fait : ces chanoines choisissent de se présenter sur leurs sceaux comme membres d’une famille et d’un lignage, noble ou non, plutôt que comme gens d’Église.  

Il existe pourtant des sceaux qui font systématiquement référence à l’état ecclésiastique du sigillant. Il s’agit du deuxième type de sceaux, en forme de navette. Seuls les dignitaires des chapitres utilisent ces sceaux : prévôts, doyens, écolâtres, trésoriers  (aussi dits custodes), chantres. La règle n’est pas absolue : Jean Simler, écolâtre de Saint-Thomas, scelle de son sceau personnel. A Saint-Pierre-le-Jeune, seul le prévôt utilise ce sceau en navette : l’écolâtre Martin Reuchel, le trésorier Jean Iselin et le chantre Paul Munthart, ainsi que le cellérier Jean de Kirchberg usent d’un sceau personnel rond. A Saint-Pierre-le-Vieux, Nicolas Reiner, le portier se contente de son sceau personnel, mais nous savons par ailleurs que quand il deviendra doyen, il utilisera un de ces sceaux en navette, dont on a conservé par ailleurs une belle empreinte. Ces sceaux sont toujours construits de la même façon : dans le registre supérieur du champ, une scène présente le saint éponyme du chapitre, dans le registre inférieur prend toujours place l’écu du sigillant. Ainsi, même sur ces sceaux, les chanoines s’efforcent de présenter les armes familiales.

Sceau de Gosso de Kageneck, prévôt du chapitre Saint-Thomas de Strasbourg, AD 67 – G 4215 / 10, 1453
Sceau de Frédéric Blocholtz, prévôt du chapitre Saint-Pierre-le-Jeune de Strasbourg, AD 67 – G 4215 / 10, 1453

Des pratiques diverses dans la rédaction des légendes

Il reste à voir comment ces chanoines se présentent dans la légende de leurs sceaux. Malheureusement ces légendes, ne sont pas toujours bien conservées ni lisibles aujourd’hui. On voit toutefois que certains se contentent de leur nom : ainsi Nicolas Lotter a fait simplement graver « S(igillum) NICOLAI LOTTER ». D’autres, apparemment plus rarement, mentionnent le canonicat qu’ils occupent, comme Jean Iselin : « S(igillum) IOHA(nn)IS (ecclesi)E CANO(n)ICI S(anc)TI PET(ri) JUNIO(ris) ». Les grades universitaires sont précisés dans la présentation des chanoines qui se trouve dans l’en-tête de la charte. Les chanoines gradués sont en effet assez nombreux dans ces chapitres où, contrairement au chapitre cathédral entièrement peuplé de nobles presque toujours non strasbourgeois ni même alsaciens[16], le mérite et le savoir pouvaient avoir été un atout. Pourtant cette information est peu présente sur les légendes. Ainsi le rédacteur de la charte mentionne que Nicolas Lindenstumpf est « magister » et « in decretorum licentiatus » (licencié en droit canon), mais ce grade n’est pas mentionné sur le sceau qui indique sobrement : « S(igillum)·NICOLAI·LINDENSTUMPI ». Seul peut-être Jean de Kirchberg a fait graver « S(igillum) M(a)G(ist)RI IOHANNIS DE KIRCHBERG ». La lecture de la légende abîmée est toutefois incertaine et il faudrait confirmer avec une autre empreinte.

Sceau de Jean Iselin, AD 67 – G 4215 / 10, 1453

*********************

Dans sa grande étude sur le clergé de Strasbourg[17], Francis Rapp intitulait un de ses chapitres « Habits de moines, âmes de laïcs », observant que « beaucoup, sinon la plupart, de ces clercs étaient restés des laïcs de cœur, même après avoir reçu les ordres ou fait profession. Dans toute la mesure du possible, ils gardaient les mœurs qui étaient celles de leur classe ». Les sceaux montrent en tout cas, que ni par l’image, ni par la légende, ces chanoines ne se présentent massivement sur leurs sceaux comme gens d’Église, qu’ils soient issus de la noblesse ou de la bourgeoisie marchande, qu’ils aient poursuivi des études universitaires ou non. Les informations mises en avant sont le nom et l’écu ; les grades universitaires et les fonctions ecclésiastiques sont rarement évoqués. Et bien que certains étaient devenus chanoines très jeunes, parfois même enfants, ou que d’autres avaient intrigué jusqu’aux plus hautes sphères de l’Église pour obtenir la prébende convoitée, si leurs sceaux étaient détachés de la charte, nous serions bien en peine de deviner que ces sigillants étaient des prélats.


[1] SCHMIDT Charles, Histoire du chapitre de Saint-Thomas de Strasbourg pendant le Moyen-Age suivi d’un recueil de chartes, Strasbourg, 1860, p. 39.

[2] RAPP Francis, Réformes et réformation à Strasbourg. Église et société dans le diocèse de Strasbourg (1450-1525), Paris : Editions Ophrys, 1974, pp. 330-332

[3] Il y manque le sceau du chapitre Saint-Thomas et le sceau de Richard Windeck, chanoine de Saint-Pierre-le-Jeune.

[4] Sur la décoration de ces chartes, voir Olivier Richard et Benoît-Michel Tock, « Des chartes ornées urbaines. Les “Schwörbriefe” de Strasbourg (XIVe-XVe siècles) », Bibliothèque de l’École des Chartes, 169/1, 2011, p. 109-128. https://www.persee.fr/issue/bec_0373-6237_2011_num_169_1

[5] SCHMIDT Charles, op. cit., pp. 271-280, donne une liste complète des membres du chapitre Saint-Thomas.

[6] RAPP Francis, op. cit., pp. 493-494.

[7] L’histoire du diocèse de Strasbourg offre toutefois un exemple de rivalité sévère entre l’évêque Berthold de Bucheck et son official Conrad Kirkel, alors custode du chapitre cathédral, en 1338. Voir LEVRESSE René Pierre, « L’évolution historique de l’officialité de Strasbourg (XIIe – XVIe sècle) », Archives de l’Eglise d’Alsace, Tome XLVIII, 1988, pp. 77-80

[8] Pour conclure avec certitude qu’ils n’ont pas scellé, il faudrait toutefois être certain que les trois chanoines non représentés disposaient d’un sceau. 

[9] L’abbé Grandidier indique que le chapitre était composé de vingt chanoines en 1398, mais que le nombre a ensuite baissé avant de remonter à dix-huit, sans préciser de dates. Voir GRANDIDIER Philippe-André, Histoire de l’Église et des princes-évêques de Strasbourg, depuis la fondation de l’évêché jusqu’à nos jours. Tome 1, Depuis l’établissement du christianisme en Alsace jusqu’à l’an 817, Strasbourg, Imprimerie Levrault, 1776, p. 410

[10] LIVET Georges et RAPP Francis (dir.), L’histoire de Strasbourg des origines à nos jours. Tome II : Strasbourg des grandes invasions au XVIe siècle, Strasbourg : DNA, 1981, p. 190.

[11] Il s’agit d’Albert Wigersheim, chanoine de Saint-Thomas, et de Johannes Pfirter, de Saint-Pierre-le-Vieux.

[12] RAPP Francis, « Simler (Symler) Johann », in Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne, n° 35, 2000, p. 3646.

[13] KOTHE Wilhelm, Kirchliche Zustände Strassburgs in 14. Jht., Fribourg-en-Brisgau, 1903

[14] https://de.wikipedia.org/wiki/Riedesel

[15] Les Constofeler sont, à Strasbourg, des patriciens, nobles mais aussi issus de la bourgeoisie, regroupés en Constafeln, c’est-à-dire en « sociétés » désignant des membres les représentant au Conseil de la Ville.

[16] RAPP Francis, op. cit., p. 97.

[17] RAPP Francis, op. cit., p. 105.


Un sceau à signet

La collecte des sceaux en Alsace se poursuit et grâce à la mobilisation de nos volontaires, on commence à bien voir quelques pratiques sigillaires de la région. Prenons l’exemple de Frédéric V de Habsbourg.

Plus connu sous le nom Frédéric III du Saint-Empire, ce sigillant utilise plusieurs matrices tout au long de sa vie. Grâce à SIGILLA, nous pouvons le suivre, de l’usage de son premier sceau comme duc d’Autriche jusqu’à ce qu’il soit nommé empereur du Saint-Empire romain germanique. Sur son grand sceau en tant que Roi des Romains, notre équipe a remarqué quelque chose tout à fait exceptionnel !

Nos volontaires Edith et Hugues Ruhlmann ont découvert aux archives municipales de Mulhouse quelques empreintes du sceau de majesté de Frédéric V, Roi des Romains.  Ces empreintes ont la particularité d’avoir la marque d’un petit signet d’une tête de Janus en cire rouge aux pieds du souverain.

En regardant de plus près, l’équipe a découvert sur des empreintes du même type un autre signet en cire rouge dont le motif est cette fois, un motif de trois écus couronnés.

Il existe également un grand sceau sans signet trouvé par Yann Franchet et Edith Ruhlmann à Kaysersberg.

Est-ce qu’il s’agit de la même matrice ? Comment produire un signet rouge sur une empreinte ?

Nous avons posé la question à Philippe Jacquet, co-organisateur de SIGILLA et sigillographe. Il a, par le passé, constaté cet usage très particulier du signet par les empereurs du Saint-Empire.  Après l’application du grand sceau qui restait la même, l’empereur venait apposer son signet sur la face du sceau, en ajoutant parfois une pastille de couleur pour mettre en évidence cette apposition. En fait, la matrice du grand sceau en tant que Roi des Romains était toujours la même. Seul le signet changeait : parfois la tête de Janus, parfois les trois écus, parfois rien. Cette méthode permettait d’attester de la volonté impériale en prouvant la présence de l’empereur à la réalisation de l’acte. Le choix du signet est aussi une forme supplémentaire de validation/datation de l’empreinte On pense que le signet est mis sur l’empreinte dans un deuxième temps, mais il serait intéressant de documenter la technique par les moyens modernes tels que la radiographie ou la tomographie. Dans l’immédiat, il nous faut modifier la mise en page de ses empreintes dans la base pour bien montrer cette particularité.

Lors de notre journée de collecte aux archives municipales de Kaysersberg, nous avons remarqué ensemble que ce même cas de figure était présent sur le grand sceau d’empereur : signet rouge en tête de Janus.  Trouverons-nous d’autres exemples de signet avec le sceau de l’empereur ? Ces relevés permettront de préciser les dates d’usage et de changement du signet. A suivre !

Félicitations à toute l’équipe pour cette découverte passionnante !

Bilan récapitulatif Sigi-Al

Les débuts

J’ai eu l’opportunité de rejoindre le projet Sigi-Al en 2019, à la fin de ma première année de licence, en me proposant comme bénévole auprès d’Olivier Richard et Thomas Brunner ; ces derniers m’ont proposé d’en faire un stage, ce que j’ai volontiers accepté. Suite à cela, ils m’ont demandé si je voulais faire un travail facile ou un travail plus stimulant – cette deuxième option était de recenser les sceaux des archives de Strasbourg là où l’archiviste Charles Wittmer s’était arrêté. La difficulté venait du fait qu’il n’y avait pas de travaux déjà faits sur les sceaux d’après 1300 mais simplement sur les chartes (éditées en l’occurrence dans l’Urkundenbuch der Stadt Straßburg, publié à la fin du XIXe siècle, une collection de chartes éditées par Wilhelm Wiegand)1.

De prime abord, je ne connaissais pas grand chose sur les sceaux – en réalité, le strict minimum venu des cours universitaires voire de la pop culture, avec des scènes de sigillation dans les livres, les séries télévisées ou même les jeux vidéos (du côté de la fiction historique, mais également du côté fantastique comme A Game of Thrones2 et The Witcher3).

En somme, aucune connaissance académique – j’ignorais même à vrai dire que les sceaux médiévaux étaient surtout pendants et n’étaient pas simplement plaqués4. Du point de vue de ma carrière d’apprenti-historien, ce qui m’a immédiatement intéressé, c’est la représentation de l’identité du sigillant à travers la légende et le design choisi. En effet, cela rejoint l’histoire des identités (qu’elles soient sociales, culturelles, ethniques, ecclésiastiques, nationales) et de l’autoreprésentation de cette identité (c’est à dire, en me permettant une parenthèse philosophique, la représentation aux autres de son soi et la conception qu’on a de soi-même). 

Le sceau fonctionne en effet de cette manière, et on peut le définir de manière succincte comme étant une empreinte de cire apposée à l’aide d’une matrice, dotée de signes propres à une autorité ou personne morale, popularisée à partir du XIIe siècle5 et servant symboliquement de signum, une marque personnelle, portant une imago, une représentation iconographique6.

Un sceau illustrant la définition ci-dessus. C’est le signum du trésorier de l’église de Strasbourg, portant pour imago une main en signe de bénédiction, ainsi que le croissant et la lune (une iconographie reprise sur le sceau de l’official). La légende identifie cette autorité : sigillum curie tesaurarii argentinensis. © Samuel Rowe

Le travail

L’opportunité d’un stage

Une grande partie de mon travail a été réalisé lors d’un stage de deux semaines en juillet 2019 au sein de l’unité de recherche ARCHE UR 3400 de l’Université de Strasbourg – à peu près la moitié de mes contributions furent faites cet été-là, menant d’ailleurs à ma centième saisie de sceau. L’autre moitié a été téléchargée les deux années consécutives, suivant un rythme moins intense. Cela équivaut à deux ans et demi de volontariat avec la base et le projet Sigi-Al. Cela aboutit également à l’écriture de plusieurs billets, dont deux articles un peu plus travaillés, et une présentation faite à la journée d’études de Sigilla en avril 20217. La prise de contact fut simple : le simple envoi d’un e-mail à M. Richard suite à l’appel à contributions.

Le corpus

Mon travail sur le corpus ci-dessus m’a amené jusqu’en 1317, ce qui correspond à la boîte CH 29, étant parti de la boîte CH 19. Cela représente plus concrètement un total de 578 fiches dont 226 actes, 68 sceaux types, 65 sigillants et 219 empreintes de sceaux8.

Le récapitulatif de mes contributions à la base.

Ces boîtes sont une particularité de l’AVES (les Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg) : les chartes ont été mises ensemble, tous fonds confondus. Elles comportent un total de 12 000 documents commençant dès le XIIe siècle (même s’il y a effectivement quelques sceaux antérieurs). Cette organisation a été mise en place pour faciliter la consultation, ne classant plus par fond, et pour mieux préserver les sceaux plutôt que les laisser dans leurs dossiers d’origine.

Tas de chartes telles quelles sont présentées dans les boites ; ainsi que la charte CH 24 / 521.

Le bilan du travail et quelques réflexions sur la période traitée

Ce corpus a révélé un certain nombre de particularités sur le monde sigillographique de l’Alsace au XIVe siècle. Ce qui y est représenté, c’est surtout le sceau de l’officialité de Strasbourg et divers sceaux ecclésiastiques et nobiliaires de personnages qui ont interagit de manière officielle (s’accordant, s’alliant, voire en s’opposant) à travers des chartes.

L’évolution la plus remarquable fut celle des sceaux des chevaliers. En traçant le chemin des mêmes familles nobiliaires, il devient de plus en plus clair que les sceaux changeaient en taille et en iconographie selon la position fluctuante des divers membres – cela peut-être vu au niveau individuel (cf. le tableau de Simon de Montfort9 ci-dessous), mais aussi par la hiérarchie entre frères ou parents (cf. le tableau de la famille Geroldseck10 ci-dessous).

L’évolution chronologique des sceaux de Simon IV de Montfort, chaque renouvellement de matrice accompagnant un changement de statut. Ce n’est pas l’ordre classique : les chevaliers favorisent plutôt le sceau de chasse en début de carrière, avec ses connotations plus juvéniles. Le choix de Montfort se rapporte peut-être à l’idée de vouloir recapturer sa jeunesse d’antan, étant déjà un vieil homme en 1211. Le dernier sceau montre l’ultime étape de la carrière chevaleresque idéale : Simon se présente désormais en seigneur trônant. Je dois la connaissance de cette évolution grâce à cet article de Gauthier Langlois11. La première image est tirée de Sigilla, © Archives Nationales. La deuxième et troisième sont de l’article précédemment cité.
La hiérarchie des sceaux dans la famille des Geroldseck. La ligne rouge indique un patriarche ou homme important de la famille, doté d’un grand sceau. La ligne verte correspond aux cadets, avec des sceaux armoriaux. Enfin, la ligne jaune indique un clerc, ou parfois un autre sceau armorial, dépendant du parcours du sigillant (il serait trop schématique de dire que tous les benjamins deviennent clercs). Une exception à la règle émerge : Hugues (1) bénéficie d’un sceau de taille plus petite et au désign armorial et c’est son cousin Walram (2) qui hérite d’un grand sceau.

Aussi en termes d’évolution, les clercs présentent quant à eux tous des sceaux ecclésiastiques assez « classiques », reprenant souvent les mêmes types de design12. Des exceptions existent bien évidemment, tel que le sceau du couvent des Dominicains qui a fait l’objet d’un article précédent13. La réelle unicité vient donc à travers l’histoire locale et les thématiques choisies, reflétant une situation particulière – un évêque mis en avant sur le sceau, ou alors un vocable, la particularité de la représentation d’une scène sur le sceau des Dominicains susdits, ou alors des indices sur des événements extraordinaires ayant lieu pour que tels sigillants soient présents. Un de ces personnages assez curieux fut Stéphane de Porto14, l’unique sceau hors de la sphère germanique que j’ai pu récolter. Cela dit, la présence en Alsace des sceaux de clercs venu de sièges plus lointains ne semble pas être particulièrement extraordinaire15. De manière plus mondaine, l’intervention d’un roi peut montrer une affaire importante.

Enfin, le sceau de l’official changea aussi, mais de manière très discrète, dû probablement à une nouvelle matrice plutôt qu’une décision de changement iconographique (qui serait alors bien légère, comme l’orientation d’une crosse ou la position exacte d’une étoile). Même les rois des Romains sur la période étudiée présentent des sceaux assez similaires, au point où on ne peut que se fier à la légende pour l’identification du personnage et non aux topoi systématiquement repris par l’iconographie royale.

Réflexions méthodologiques sur l’usage des sceaux

En somme, chaque sceau raconte une histoire qui lui est propre, et qui peut nous renseigner – en le remettant bien dans son contexte, le propre de l’historien – sur un élément du passé (une miette, comme le suggère le terme « histoire en miettes »16, formé par des bribes de raisonnement historique à partir des sources). Il faut quelque part se servir « d’anachronismes contrôlés »17, des questions que ne se posaient pas (sciemment, voire du tout) le sigillant ou l’orfèvre qui a taillé sa matrice, mais auxquels on peut confronter les sceaux. Aucun document écrit n’élucidera, probablement, si un tel frère ne pouvait pas avoir un sceau équestre à cause d’un interdit social indicible ; ni ce que pensait un tel sigillant. Pourtant, en se demandant s’il y a une hiérarchie des sceaux, des indices apparaissent confortant cette hypothèse.

De plus, il est difficile de tirer des conclusions sur les résultats historiquement intéressants – plutôt que globaux – de mon travail. En fait, cela équivaudrait à faire la conclusion de ce que révèle chaque sceau-type, plutôt que les données purement statistiques et les tendances générales du corpus données ci-dessus (et seulement quelques exemples de ce que nous disent certains de ces sceaux). Cela dit, maintenant que le recensement des sceaux a été fait, ces empreintes (ou toutes autres empreintes sur la base) pourront être utilisées par les historiens dans leurs articles et dans leurs études pour faire le réel travail interprétatif et tirer des conclusions en analysant quelque chose de spécifique en profondeur. Pour reprendre un exemple utilisé par Philippe Jacquet lors de plusieurs présentations18, il sera maintenant possible de mesurer la taille moyenne des épées sur les sceaux équestres en Alsace – ou, plus exactement, d’ajouter ces sceaux aux corpus étudiés pour ce faire. De même, les historiens des armures et des costumes peuvent en faire usage, pour n’énumérer que quelques exemples parmi d’innombrables possibilités.

Conclusion

C’est malheureusement avec ce corpus que mon travail pour Sigilla va s’arrêter. N’étant plus sur place à Strasbourg – et ayant déjà travaillé sur un arriéré de sceaux – ma dernière entrée à la base fut faite le 18 août19. Mon expérience avec Sigilla et Sigi-AL a été formatrice : une formation à une partie active du métier d’historien qui n’est pas facilement accessible sans le biais d’opportunités comme celles qu’ont offertes ces deux projets, constituant du réel fieldwork ou travail sur le terrain.

La suite est en réalité assez claire – je vais pouvoir réinvestir ce que le projet Sigi-Al m’a appris tant au niveau méthodologique et technique (comment identifier et décrire les sceaux, comment fonctionne une base sigillographique) que théorique (sur l’usage de sources matérielles et ce qu’elles peuvent nous dire) dans ma carrière d’historien. J’entame dans quelques jours un Master en histoire médiévale à l’Université de Cambridge, où des opportunités me seront offertes, je l’espère, pour parler de la sigillographie et l’utiliser dans mes dissertations. En vue du fait que mon travail (immédiat et futur) portera sur la référence à la romanité (romaiosynē20) au haut Moyen Âge, les sceaux représentant les Romains ou des éléments d’iconographies romaines seront d’une grande utilité pour parfaire un travail qui ne peut se réduire au texte, qui, comme l’ont montré une multitude d’historiens allant de Marc Bloch21 aux opposants de Hayden White22, ne saurait être le seul outil de l’historien.

Pour terminer, je souhaite remercier toute l’équipe de Sigi-Al – Olivier Richard, Thomas Brunner, Catherine Kasteleiner, Guillaume Porte et mes collègues étudiants ou chercheurs ; ainsi que l’équipe Sigilla, autant ses gérants, Philippe Jacquet et Laurent Hablot, que les autres contributeurs à la base. Leurs conseils, leurs aides et leurs contributions ont éminemment enrichi mon expérience, que je ne suis pas prêt d’oublier.

  1. Cet article reprend des éléments de mon article Samuel Rᴏᴡᴇ, « Intégration à Sigilla des sceaux de la première décennie du XIVᵉ siècle conservés aux AVES », Sigi-Al, le 20 février 2020 ; et de ma présentation Samuel Rᴏᴡᴇ, Présentation du corpus des boîtes CH 19 à 27, Journées d’études SIGILLA, Poitiers [en ligne], le 9 avril 2021. []
  2. George R. R. Mᴀʀᴛɪɴ, A Game of Thrones, Bantam Spectra, New York, 1996. E.g. “It was the king’s seal, and the letter is in Robert’s own hand“. Il s’agit en l’occurence d’un sceau plaqué. []
  3. Andrzej Sᴀᴘᴋᴏᴡsᴋɪ, Wieża Jaskółki, SuperNowa, Varsovie, 1997. La sigillographie est mentionnée lors d’une fouille archéologique et les sceaux pour cacheter une lettre sont mentionnés à plusieurs reprises. []
  4. Du moins, pas avant un cours de M. Julien Briand dédié aux sceaux à l’université de Strasbourg, où l’appel à contributions fut d’ailleurs lancé. []
  5. Comité international de sigillographie, Vocabulaire international de la sigillographie, Pubblicazioni degli archivi di stato, Rome, 1990, p. 44. Je paraphrase plutôt que de citer pour mieux lier cette définition avec les éléments de définition plus iconographiques de Michel Pastoureau (ci-dessous, la notice n°4). []
  6. Michel Pᴀsᴛᴏᴜʀᴇᴀᴜ, Les sceaux, Brepols, Turnhout, 1981, p. 20-24. []
  7. Voir la notice n°1. []
  8. Je souhaite remercier Catherine Kasteleiner pour ces figures, qui a eu la gentillesse de me les fournir en tant qu’administratrice de la base. []
  9. Les sceaux de Simon de Montfort peuvent être consultés sur Sigilla. Le tableau montré ici fut élaboré de mes propres soins. []
  10. Les sceaux armoriés des Geroldseck peuvent être consultés sur Sigilla. Idem. []
  11. Gauthier Lᴀɴɢʟᴏɪs, « Les sceaux de Simon de Montfort : un itinéraire politique », in Actes du colloque d’historiens du 14 novembre 2009, ARBRE, Baziège, 2009. []
  12. Bien souvent, on ne saurait d’ailleurs distinguer l’architecture d’une église à une autre si elle figure sur le sceau – c’est une iconographie qui montre un bâtiment amalgamé et rarement fidèle à celui du sigillant. []
  13. Samuel Rᴏᴡᴇ, « Le supplice de saint Barthélemy sur le sceau des Dominicains : une mise en perspective », Sigi-Al, le 6 juin 2021. []
  14. Consultable sur Sigilla. []
  15. Catherine Kasteleiner a amené à mon attention cette fiche-ci, rédigée par Hugues Ruhlmann, Edith Ruhlmann et Arlette Struss. Elle présente un certain nombre de sigillants de sièges lointains, mais il convient de noter que l’émission fut faite à Carpentras et puis la charte fut ramenée à Mulhouse – ces évêques n’étaient pas sur place. []
  16. François Dᴏssᴇ, L’histoire en miettes (réédition), La Découverte, Paris, 2010. []
  17. Voir Nicole Loraux, « Éloge de l’anachronisme en histoire », Espace Temps n°87-88, 2005, p. 127-139. À noter que la publication est posthume. []
  18. Notamment celle-ci, visible sur YouTube. []
  19. Il s’agit de l’empreinte AVES CH 29 / 633. []
  20. Walter Pᴏʜʟ, « Introduction: Early medieval Romanness – a multiple identity », in Walter Pohl, Cinzia Grifoni et M. Pollheimer-Mohaupt (éd), Transformations of Romanness, De Gruyter, Berlin p. 3-40, ici p. 3. []
  21. Marc Bʟᴏᴄʜ, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien (2e édition), Librairie Armand Colin, Paris, 1952, p. 41. Je cite cette page car elle prône clairement l’usage de documents variés dans ce qui est alors devenu l’approche interdisciplinaire – un passage parmi d’autres, car Bloch en parle à plusieurs reprises. []
  22. Notamment contre son œuvre Hayden Wʜɪᴛᴇ, Metahistory: The Historical Imagination in Nineteenth-century Europe, John Hopkins University, Baltimore, 1973. L’œuvre entière redéfinit l’histoire comme un genre littéraire mais s’inscrit également dans un mouvement qui cherche à montrer les limites des textes. Ceux-ci sont considérés par le linguistic turn comme les sources principales de l’historien, mais ils ne seraient pourtant que des prismes opaques par lesquelles l’historien ne saisit pas le passé mais une réalité fictive et discursive du passé, qu’il reconstruit en une nouvelle fiction. Cette fixation sur les sources textuelles a été critiquée et sied peu aux approches interdisciplinaires. []

Les sceaux du fonds du Chapitre Saint-Léonard de Boersch des archives départementales du Bas-Rhin

Dans le cadre du projet Sigi-Al, j’ai procédé à la recension des sceaux du petit fonds des archives départementales du Bas-Rhin consacré à la Collégiale Saint-Léonard de Boersch (G 5677 à G 5695). Novice dans cette pratique, j’ai été formé par Catherine Kasteleiner, Thomas Brunner et Olivier Richard, les responsables du projet Sigi-Al, et ce dépouillement m’a permis d’apprendre peu à peu comment procéder.  J’ai collecté 74 empreintes, de 27 sceaux-types différents, représentant 22 sigillants. Pour trouver les sceaux, je me suis appuyé sur l’inventaire de Louis Spach datant du XIXs. qui s’est révélé plutôt fiable, même si 10 sceaux par lui mentionnés étaient absents des chartes que j’ai sorties. Il est à noter que le fichier alphabétique des sceaux de Charles Haudot, en ligne sur le site des archives, ne mentionnait qu’un seul des 74 sceaux que j’ai trouvés. 

Fondé pour prendre la suite d’une abbaye bénédictine décadente en 1235, le chapitre de Saint-Léonard est une collégiale de chanoines, dont le seigneur après 1466 est le Grand-Chapitre de la cathédrale de Strasbourg, et dont le doyen est nommé par le prévôt du Grand-Chapitre[1]. La collégiale possédait de nombreux biens dans les villages à proximité et même jusqu’à Strasbourg.

J’ai retrouvé dans ce fonds seulement deux empreintes du sceau du chapitre de Saint-Léonard proprement dit, ainsi que deux cachets sous papier. Le sceau, en navette, représente un personnage en pied avec les attributs de saint Léonard, à savoir la crosse abbatiale ainsi qu’un livre, et surtout une chaîne (la tradition raconte que saint Léonard aurait libéré des prisonniers à l’époque de Clovis), comme il est décrit dans L’Armorial Général de France [2] et comme on peut le voir par exemple à la cathédrale de Würzburg. La légende du sceau indique S[igillum] CAPPITULI[3] SANTI LEONhARDI, celle du cachet commence par la mention du doyen (DECANUS).

Officialité de Strasbourg, Ad 67, G 5679/13, 1614

Plusieurs sceaux relevaient de types bien connus. C’est le cas des sceaux de la prévôté et de l’officialité de Strasbourg. Cependant deux nouveaux sceaux-types ont pu enrichir la liste des sceaux de l’officialité. Il s’agit d’une part d’un sceau classé « quatrième sceau », trouvé en deux exemplaires (1614 et 1638) et affichant, outre le croissant de lune et l’étoile à 8 branches, caractéristiques des sceaux de l’officialité, un écu combinant la bande de Strasbourg et celle de Basse-Alsace.

 

Officialité de l’archidiacre per Marchiam de Strasbourg, Ad 67, G 5682/10, 1559

Il s’agit d’autre part de la découverte d’un sceau de l’officialité de l’archidiacre per Marchiam (entre la Zorn et la Bruche)[4], de 1559, qui montre que longtemps après la réunion des officialités des archidiacres en une seule maison en 1388[5], chacune scellait encore avec son propre sceau. Une étude et un classement des sceaux de l’officialité et des archidiacres en dépendant restent d’ailleurs à faire.

Deux empreintes concernent la noblesse alsacienne. Il s’agit du sceau très fragmentaire de Hans von Uttenheim zu Ramstein, et d’une belle empreinte du sceau de Johann Peter Wetzel von Marsilien (1643-1709). Cette empreinte est apposée directement sur papier en 1689, mais on a trouvé dans un autre fonds une empreinte de 1686 sur un sceau appendu, visiblement de la même matrice, qui montre que les deux pratiques ont coexisté à une époque où celle du sceau appendu était en déclin.

 

Sceaux personnels de schultheiss et sceaux de communes et de juridictions

Leonhard Braun, Ad 67, G 5684/1, 1658

La plupart des chartes portant les sceaux sont des ventes ou des locations de terres, ou des constitutions de rente. Ces transactions étaient contractées, pour plus de garanties, devant les autorités du lieu où était situé le bien loué, vendu ou gagé. Les chartes sont parfois scellées directement par la personne dépositaire de l’autorité, qui scelle de son sceau propre. C’est le cas de Heinrich Willeman, schultheiss de Saint-Hippolyte en 1447, de Anders Diebolt (deux exemplaires), schultheiss de Bischoffsheim en 1556-1557, de Thomas Bonn, schultheiss de Blienschwiller en 1558, de Geörg Bürst (1661) receveur du bailliage (« Amtschaffner ») de Frankenbourg, propriété du Grand-Chapitre de Strasbourg, et de Leonhard Braun (1668), schultheiss de Scherwiller, alors encore sous l’autorité du comte Christophe-Rodolphe Fugger (de la famille des fameux Fugger d’Augsbourg).

Diebolt Eckhart, Ad 67, G 5683/7, 1551

La plupart de ces sceaux sont de style héraldique. Il est difficile d’expliquer ce qui a motivé le choix des figures, mais ces sceaux personnels sont précieux car ils donnent parfois des informations sur l’identité du sigillant que les chartes ne donnent pas. Ainsi, le sceau de Diebolt Eckhart, schultheiss du tribunal de Rosheim entre 1550 et 1551, affiche les figures caractéristiques des sceaux des vignerons : la serpette, le pied de vigne stylisé, et l’étoile. On s’étonne toutefois : un vigneron, même aisé, pouvait-il être schultheiss au XVIᵉ siècle ? Ou bien la famille avait-elle connu une ascension sociale forte sans changer ses armoiries ? Une date est présente sur le sceau, qui nous conduirait à pencher pour la première hypothèse : on lit 1545.  Mais le chiffre des dizaines est trop effacé, et sa lecture trop incertaine pour se risquer plus avant dans la conclusion.  

Dans les communes constituées, les contrats sont le plus souvent scellés devant les conseils. Ainsi, à Ottrott-le-Bas[6], le schultheiss (« Gericht Schultheiss ») de 1629, Marthin Müller, scelle non pas de son sceau mais de celui du village (« unsers Dorffsgewonlich Insigell »), sceau dont la surface est malheureusement très estompée.

Ottrott-le-Bas, Ad 67, G 5679/24, 1629

Pour Rosheim, la base a pu être enrichie de cinq empreintes du sceau appelé « deuxième sceau », sceau parlant avec la rose à cinq pétales, attestant son usage entre 1456 et 1561. Il est à noter qu’à Rosheim, pendant l’année 1560, les constitutions de rente étaient contractées soit devant le Conseil de la ville, qui scellait du sceau ci-dessous (ainsi de l’acte G 5683/9 du 25 mai), soit devant le schultheiss du tribunal (« Schulthaiß an deß haillig reichs gericht zu Rosheim »), Diebolt Eckhart à cette date (voir son sceau plus haut) comme dans l’acte G 5683/8 du 25 juin.

Rosheim, Ad 67, G 5683/4, 1532

Un nouveau sceau-type pour Rosheim, qui était absent de la base, a été trouvé sur quatre sentences d’immission prononcées en 1658-1659. Il présente toujours la rose aux cinq pétales, mais cette fois dans un écu, et il affiche clairement le statut de ville libre d’Empire en exposant l’aigle bicéphale. Il avait été initialement entré dans la base sous le nom « Rosheim troisième sceau » mais il a été corrigé en « Rosheim – premier – sceau de juridiction » ,

Rosheim, Ad 67, G 5683/15, 1659

comme le suggèrent les formules de corroboration (« Stadtgerichts fürhangenden gewohnlichen secret insigel ») et la légende du sceau : « DES H:R:R STADTGER ZU ROSHEIM INSIGEL », à savoir sans doute « Des Heiligen Römischen Reichsstadtgerichts zu Rosheim Insigel ». Il semble donc qu’à une date à déterminer, les actes du tribunal n’étaient plus scellés du sceau personnel du schultheiss, comme le faisait Diebolt Eckhart cent ans plus tôt, mais d’un sceau propre dont le tribunal s’était doté.

Les sceaux de Boersch : questions sur les pratiques de scellement d’un petit bureau d’écriture

Boersch, Ad 67, G 5682/3, 1473

C’est pour la ville de Boersch que nous avons le plus d’empreintes, et cette assez longue série, 34 empreintes de trois sceaux-types différents, ne laisse pas de poser question sur la manière dont on scellait les actes dans le quotidien d’un bureau d’écriture d’une petite ville. Les sceaux de Boersch affichent tous les armes parlantes de la ville avec les deux perches (Barsch en allemand) adossées.

La plus ancienne empreinte du premier sceau connu de Boersch date de 1401, mais on peut supposer que ce sceau est plus ancien encore, une date possible étant 1340, date à laquelle Boersch est promu au rang de ville, selon le chroniqueur strasbourgeois Jakob Twinger de Koenigshoffen († 1420). La ville fortifiée (oppidum) est ensuite acquise par le Grand-Chapitre de la Cathédrale en 1466, en même temps que la Collégiale Saint-Léonard[7]. L’empreinte la plus récente de ce sceau date de 1631, avec un passage au scellage apparemment systématique dans une boîte en bois au plus tard en 1619.

Boersch, Ad 67, G 5679/26, 1629

Ce sceau est très stable, comme si on n’avait pas changé de matrice pendant plus de deux siècles, y compris lors du passage au scellage en boîte. Ce sceau est appelé dans Sigilla « sceau du secret » en raison de la légende : S⸫ SECRETVM⸫ OPIDI⸫ BERSE·. Le Vocabulaire international de la sigillographie indique que le sceau du secret est un « sceau de petite dimension, dont use le détenteur d’une autorité publique pour sceller ses missives ou, plus généralement, les pièces qui le concernent personnellement. Il peut aussi servir de contre-sceau ou être utilisé comme sceau de substitution en cas d’absence du grand sceau. » Mais à Boersch, on n’a pas trace d’un éventuel grand sceau avant 1619. En existait-il un ou le « sigillum secretum » était-il le seul sceau existant ? Les formules de corroboration indiquent d’abord (1401 – 1416) « Statt (parfois Stette) Ingesigel », « sceau de la ville », puis « gemein stat ingesigel », ce qui peut créer un doute sur le statut du sceau, « gemein » pouvant être compris comme « commun », dans un sens même dépréciatif en allemand moderne. Mais d’autres graphies « gemeind », « gemeÿnde » nous mettent plutôt sur une autre piste : il s’agit du sceau de la « commune » – « unsere Gemeÿnde Ingesigel ». On notera en passant qu’à partir de 1521, le mot « ingesigell », systématiquement employé jusque-là, disparaît totalement et est remplacé par le mot « insigell ». Ces formules laissent donc supposer que ce sceau, tout « sceau du secret » qu’il était, était le seul qu’utilisait le Conseil de la ville de Boersch.

Boersch, Ad 67, D 181/25, 1619

Les choses se compliquent encore en 1619, puisqu’un nouveau sceau apparaît. Nous l’avons appelé « premier grand sceau » dans Sigilla. L’empreinte présente dans le fonds de Saint-Léonard est de mauvaise qualité, mais une autre empreinte, excellente celle-là, a pu être trouvée ailleurs (voir ci-contre). Un peu plus grand que le « sceau du secret » (39 mm contre 36 environ), il reprend les deux perches adossées, mais avec une décoration très détaillée et soigneuse : légende dans un phylactère, écu très découpé, légère différenciation entre les deux perches. Curieusement la légende indique « SIGILLUM OPPIDI BERSS ANNO », mais sans donner d’année, ce qui aurait été précieux pour nous. Le mot « secretum » est cette fois absent. Là encore, deux chartes, espacées d’un mois (D 181/24, 24 mai 1619 ; D 181/25, 24 juin 1619), concernant toutes les deux une constitution de rente pour le séminaire de Molsheim, laissent un témoignage confus, puisque la première, à laquelle est pourtant appendu l’ancien « sceau du secret », indique être scellée avec « der Stadt Börß größer Innsigell » (« le grand sceau de la ville de Boersch »), tandis que la seconde, portant le nouveau sceau, indique sobrement « unnser gemein Innsigell ». On remarque que les deux chartes sont de deux mains différentes.

Ce nouveau sceau disparaît pour nous ensuite, tandis qu’on continue à trouver le « sceau du secret » jusqu’en 1631. Il faut supposer que les deux sceaux coexistent alors à ce moment.

Enfin, en 1660, un nouveau sceau apparaît (« deuxième grand sceau »).

Boersch, Ad 67, G 5679/34, 1660

Plus sobre que le précédent « grand sceau », tout en affichant un style assez baroque dans la forme de l’écu, il indique ses origines : SIGILLUM·OPPIDI·BERSS·ANNO·1656. On en a trouvé cinq empreintes de 1660 à 1692. Les formules de corroboration ne dissipent pas le trouble : parfois « Stadt Börß größer Insigell », parfois « gewohnlichen Insigell » (« sceau habituel »), et même une fois « secrets insigell » (G 5979/52 en 1692) alors même que tous ces actes sont des constitutions de rente qui ne sembleraient pas justifier l’emploi de sceaux différents, à supposer qu’ils existaient.

Que conclure de ces observations ? Dans les grandes chancelleries, la pratique du scellement obéissait à une distinction claire entre les différents types de sceaux (grand sceau, petit sceau, sceaux aux causes, sceau aux contrats, sceau du secret, etc.). Mais dans les bureaux d’écriture des petites villes, l’exemple de Boersch conduit à penser que les protagonistes ne faisaient pas toujours une distinction aussi nette et riche de sens. Par ailleurs, la vie quotidienne pouvait peut-être ajouter à une certaine confusion. Ainsi la personne chargée de rédiger le texte avant le scellement n’était sans doute pas le garde-scel chargé de sceller l’acte, ce qui pouvait conduire à des erreurs  (si tant est qu’il y ait bien eu plusieurs sceaux simultanément utilisés). Quant aux formules de corroboration employées, on peut supposer qu’elles étaient dépendantes des rédacteurs, qui venaient avec de habitudes et des formations différentes.

Ces interrogations sur le fonctionnement d’une instance d’écriture locale, à Boersch, à Rosheim et ailleurs, montrent en tout cas à nouveau tout ce qu’une base de données de grande envergure comme Sigilla, par la constitution de grandes séries, permettra d’apporter dans l’étude non seulement des sceaux mais aussi des sigillants.

Yann Franchet (texte et photos)


[1] L’histoire et le fonctionnement de la collégiale sont retracés par Médard Barth, La Collégiale de Saint-Léonard des origines à nos jours, trad. X. Durr, 1991-1994.

[2] Le volume de textes le décrit ainsi : « Porte d’azur à un St-Léonard de carnation, vêtu d’une soutane de pourpre, d’un rochet d’argent, et d’une chappe d’or, tenant de sa main dextre une crosse de même, et de sa sénestre un livre d’argent et une chaîne d’or pendante à son bras sénestre ». Edité par Anatole de Barthélémy, Armorial de la généralité d’Alsace : recueil officiel dressé par les ordres de Louis XIV, 1861, page 115.

[3] Le graveur a doublé la consonne « P » dans « CAPPITULI », contrairement à l’usage courant, même si cette orthographe se trouve dans certains textes latins médiévaux et modernes.

[4] La liste des archidiaconés se trouve présentée par Benoît Jordan sur https://fasti.huma-num.fr/lexique_canonial_terms_result/portier

[5] René Pierre Levresse, « L’Officialité épiscopale de Strasbourg », Archives de l’Eglise d’Alsace, 1993-1994, p. 137

[6] Ottrott-le-Bas (Niederottrott) et Ottrott-le-Haut (Oberottrott) n’ont été réunies qu’en 1858.

[7] Voir pour plus de détails Ameur, Gressier, Metz-Schillinger et Gyss, Boersch, Klingenthal, Saint-Léonard, Lieux d’histoire, Société d’Histoire de Boersch, 2002

Numérisation des sceaux du fonds de Turckheim Truttenhausen

Pour mon stage de Master 2 j’ai choisi de travailler comme volontaire à SigiAl afin de participer à l’avancée de la base de données Sigilla tout en acquérant de nouvelles connaissances utiles au médiéviste. Pendant les 105 heures de mon stage (auxquelles il faut en ajouter plusieurs autres car j’ai fini le travail hors stage) j’ai été amenée à traiter le fonds privé de Turckheim Truttenhausen conservé aux Archives de la Région Grand-Est par contrat de dépôt de la part de Brice de Turckheim, sous le nom de sous-série 4 J. Il faut souligner le caractère exceptionnel du dépôt d’un fonds ancien dans des Archives régionales (Archives d’Alsace devenues pôle des Archives de la Région Grand-Est) : le fonds de Turckheim Truttenhausen complète par bien des aspects le « Chartrier de Nidernai », que la Région avait acquis en 1986 pour éviter sa dispersion. En effet, certains documents du « Chartrier » concernent le couvent de Truttenhausen et la forêt de Landsberg, biens qui faisaient partie du patrimoine de la famille de Landsberg et qui ont été revendus à la famille de Turckheim en 1805 et 1808.

De ce fonds j’ai consulté 39 actes, pris 208 photos, numérisé 72 empreintes et rencontré 52 sigillants dont 3 seulement étaient déjà renseignés dans Sigilla (la ville de Strasbourg, l’Officialité de Strasbourg et le Trésorier de Strasbourg) et dont la plupart est a priori laïc. 30 de ces actes sont en allemand, 7 sont en latin, 1 est en français et 1 est en allemand et latin. Ils datent de 1347 à 1783 et sont pour la majorité en parchemin, mais quatre sont en papier. Tous les sceaux sont ronds et presque tous de petits tailles. A part les sceaux de l’Officialité et de Joseph II qui sont rouges, les empreintes sont toutes brunes ou noires.

La plupart des empreintes étudiées concernent des personnes très peu ou pas connues des sources. J’ai toutefois eu l’occasion de rencontrer deux beaux sceaux : celui de Frédéric III de Habsbourg en 1468 avec contre-sceau et celui de Joseph II en 1783 scellé en boîtier métallique doré. Ce dernier est appendu à des lettres d’anoblissement accordées à une personne totalement extérieure à la famille de Turckheim

↑ Sceau de Frédéric III de Habsbourg et son contre-sceau, appendu à l’acte 4 J 36 (7), 1468
↑ Sceau de Joseph II et le couvercle de son boîtier, gravé aux armoiries des empereurs du Saint-Empire, acte 4 J 125, 1783.

 

Le sceau dont j’ai trouvé le plus grand nombre d’empreintes est celui de l’Officialité de Strasbourg. Il mesure 30mm et sa cire est toujours rouge. J’en ai trouvé 10, de 1347 à 1569, et de deux sceauxtypes : neuf sont du quatrième et une, de 1355, du deuxième.

Quatrième sceau de l’Officialité de Strasbourg, appendu à l’acte 4 J 127 ter, 1403.

Le premier sceau du secret de Strasbourg est le deuxième que j’ai trouvé en terme de nombre d’empreintes : six au total, et de deux types différents, bien que je les ai rattachées à un seul sceau type. En effet, celui-ci était déjà créé et y étaient adjoints une empreinte et un moulage qui ne se correspondaient pas tout à fait.

Sceau du secret de Strasbourg, acte 4 J 143, 1424.

Des six empreintes consultées, quatre sont identiques à l’empreinte déjà attachée et 2 correspondent au moulage. Se pose alors la question d’un possible dédoublement de ce sceau-type car il semble que nous ayons effectivement affaire à deux matrices disctinctes.

Parmi les sigillants qui sont des individus et non des institutions ou personnes morales, le seul sceau dont j’ai trouvé plus de deux empreintes est celui de Rulin Barpfennig, ou Cremer, ou de Uttwiller, preuve que ce personnage fut important pour la ville de Strasbourg. Il fut d’ailleurs plusieurs fois ammestre et fondateur de sa lignée. A partir de ces trois empreintes j’ai presque réussi à reconstituer la légende (merci à Olivier Richard pour la correction).

Sceau de Rulin Cremer, 1362

Si j’ai rencontré plusieurs stettmestres et ammetres (mentionnés comme tels ou comme alt ammeister, ancien ammestre), les autres sigillants ne semblaient pas occuper de hauts postes (exception évidemment faite des deux empereurs sus-mentionnés), mais on dirait que la plupart était commerçants, ce qui fait sens étant donné que la majorité des actes que j’ai consulté émane de la Corporation du Miroir, la corporation des marchands de Strasbourg

Sceau de Claus Schanlit, 1431. ↑

 

Voici encore quelques autres exemples de sceaux que j’ai numérisés :

Bonne identification d’un sceau – Hugues Ruhlmann

AM Mulhouse p.i.27_recto

Au cours de nos premiers travaux concernant les sceaux des archives de Mulhouse, j’ai été très vite intrigué par un je-ne-sais-quoi  à propos de AMMulh.p.i.27 ; il s’agit d’une charte d’Albert 1er roi des Romains aux bourgeois et à la ville de Mulhouse.

AM Mulhouse p.i.27 sceaux

Au bas de la charte un étui de toile attaché par un gros cordon de fils de soie jaune, dans l’étui mais non attaché, un sceau ébréché, la légende manquante.

Ce qui m’a mis la puce à l’oreille, ce sont des lacs de soie verte et rouge visibles aux cassures du sceau, en plus du fait que Mossmann (n° 129) a écrit que pour cette charte le sceau manque.

AM Mulhouse p.i.14 sceau

AM Mulhouse p.i.14 sceau-détail

 

 

 

 

 

 

 

Et là, je me suis souvenu de la charte AMMulh.p.i.14, charte du roi Rodolphe de Habsbourg, très importante dans l’histoire de Mulhouse et où le sceau manque aussi, mais pour Mossmann (n° 107) il était présent, détaché.

AM Mulhouse p.i.14

J’ai alors cherché à comparer le sceau p.i.27 avec les empreintes connues de celui de Rodolphe, et avec les empreintes connues de celui d’Albert 1er, et j’en ai conclus que le sceau renfermé dans l’enveloppe  AMMulh.p.i.27 était en fait celui de l’acte AMMulh.p.i.14, d’autant plus que les attaches pendantes après la charte p.i.14 sont des lacs de soie verte et rouge.

Sceau Rodolphe de Habsbourg, AM Mulhouse p.i. 18

AM Mulhouse p.i.14 sceau

Sceau Albert 1er Université de Strasbourg n°35

 

 

 

 

 

 

 

Etant novice en la matière, j’ai bien sûr soumis cet état de chose à MM. Brunner et Richard, ce dernier a étudié le problème et est parvenu aux mêmes conclusions que moi.

Alors rendons à César, en l’occurrence Rodolphe, ce qui lui appartient.

Depuis, nous avons travaillé sur un grand nombre de chartes et de sceaux, et ce cas de figure ne s’est plus rencontré.

Je pense que comme au jeu de cartes ou autres, c’est aussi la chance du débutant qui m’a permit de repérer d’abord, de démêler ensuite cet imbroglio venu du Moyen-Âge.

Bonne continuation à toutes et tous mes collègues,

Ruhlmann Hugues
– volontaire travaillant sur le corpus des Archives municipales de Mulhouse

Intégration à Sigilla des sceaux de la première décennie du XIVᵉ siècle conservés aux AVES

J’ai pu, dans le cadre de ma licence d’histoire, effectuer un stage du 1er au 15 juillet 2019 au sein de l’unité de recherche ARCHE EA 3400 de l’Université de Strasbourg. Lors de mon intégration j’ai recueilli 100 sceaux et un nombre un peu plus élevé d’actes. Ceux-ci étaient variés dans leur forme et leur contenu, issus de divers fonds strasbourgeois tels que les Archives de l’Église Saint-Thomas de Strasbourg. Les documents de ces derniers sont contenus plus globalement dans la série « CH » concernant les chartes de la ville, qui les classe par ordre chronologique tous fonds confondus. Procédant ainsi, j’ai couvert les boîtes CH 19 à 24 de celle-ci, étant constituée chacune d’entre 19 à 34 chartes.

Tas de chartes telles quelles sont présentées dans les boites ; ainsi que la charte CH 24/521.

Format et iconographie des empreinte collectées

La plupart des actes impliquaient des ecclésiastiques, surtout des donations ou des accords avec des chevaliers, et apposés dans beaucoup de cas du sceau de juridiction de l’Official de Strasbourg, dont nous avons le 4e type de sceau connu – et dont j’ai pu recueillir un nombre important d’exemplaires – ainsi que des sceaux d’importants chevaliers ou ecclésiastiques, notamment des seigneurs (Hêrren) et comtes (Grâven) ou encore des évêques (episcopi). Ce sceau de l’official représente 49 des sceaux que j’ai récoltés, soit la moitié du corpus traité. Il s’agit d’un petit sceau rouge et rond de 28mm de diamètre. Il est toujours fait de cire rouge, mais la quantité de pigment d’oxyde de plomb et les conditions de préservation peuvent affecter la teinte actuelle, qui varie entre un orange pâle, un rouge vif ou un rouge foncé.

Quelques exemples d’officiaux : CH 20/412, CH 20/418, CH 22/437, CH 22/427, CH 24/525.

Sur l’ensemble, 77 des sceaux étaient ainsi, petits et ronds, mais il y en avait également 7 scutiformes et 5 en navette. Quant à la nature juridique, il y en avait donc 89 classés comme des sceaux normaux et 13 grands sceaux ronds (supérieurs à 100mm). Il n’y a pas d’anomalies ici : les scutiformes appartiennent uniquement aux chevaliers, ceux en navette aux organismes ou personnages ecclésiastiques. Cependant, beaucoup des sceaux ronds étaient aussi ecclésiastiques, ce qui est un peu plus rare[1]. La cire est généralement foncée[2] ; le rouge prédomine pour tous types de sceaux et de sigillants, suivi des teintes allant du brun au noir, et certains étaient d’une couleur plus exotique comme de la cire verte. On peut remarquer que si le rouge était présent partout, les teintes foncées (brun, noir, vert) étaient le plus souvent des sceaux ecclésiastiques ou nobiliaires ; je n’ai pas recueilli un seul sceau de chevalier de cire rouge. Un seul exemple de la collection était confectionné de cire jaune, un sceau qui était par ailleurs un grand sceau royal donc voulant sûrement se démarquer (comme le caractère unique des bulles papales).

Un arc-en-ciel de sceaux de types variés : CH 22/489, CH 22/489, CH 21/460, CH 21/455, CH 23/504, CH 23/510, CH 20/423, CH 23/500.

Les revers ont tous sauf deux cas (le grand sceau d’Henri VII complètement rond au dos et celui du chevalier Conrad de Bergheim à arête) des empreintes de doigts profondes, souvent un seul pour un sceau de taille plus petite (~30mm) et éventuellement deux ou trois empreintes pour les plus grandes. Des traces d’usure s’y rajoutent souvent, avec des égratignures et des empreintes digitales superficielles. Un seul sceau – le sceau du secret – comporte un contre-sceau au dos, un cas rare en Alsace. Trop fragmentaire pour une analyse en détail, il est tout de même possible de rajouter que les deux côtés sont de taille égale, chose encore plus rare, et semblent très similaires dans leur iconographie.

Certains personnages étaient des figures historiques connues, comme par exemple le roi Albert Ier de Habsbourg (r. 1298-1308) dont j’ai recueilli le grand sceau en deux exemplaires. Tous ces sceaux étaient le plus souvent uniques et pendants. Onze parchemins avaient cela dit deux sceaux ou plus (comptant ceux qui manquent), surtout s’il s’agissait d’un accord ou d’une transaction, mais je n’ai personnellement rencontré aucun acte avec plus de cinq sceaux conservés, ce qui est déjà un nombre important. Parfois, l’identité du sigillant n’était pas assez claire pour remplir correctement la fiche correspondante, avec pour conséquence le recours à l’appellation « non-identifié » sur les pages des sceaux concernés[3]. Si l’annonce dépassait beaucoup de blocages, et que l’acte contient le nom des signataires, faute du nom clairement indiqué dans l’annonce il a été plusieurs fois impossible d’associer le sceau à son sigillant.

Beaucoup de sceaux portaient un élément héraldique, souvent un écu montrant le blason du chevalier en question, comme par exemple les chevaliers de la famille von Geroldseck ou von Hohenstein. Il n’était pas toujours possible de l’analyser ou de le corroborer par une source héraldique, dans quel cas le blason n’a pas été renseigné ; je n’en ai d’ailleurs ajouté que trois dans la rubrique héraldique du site (ceux susnommés et les armoiries des Drachenfels). Cela permet l’étude de leur évolution dans les sceaux de ce lignage, pour pouvoir expliquer certains changements éventuels et l’emblématique du sceau, ce qu’il essaye de transmettre comme information. Seuls ces sceaux de chevaliers avaient des images sans volonté de rapport à la religion. En effet, l’iconographie religieuse prédomine bien sûr dans les sceaux d’institutions religieuses tels que dans la curie (un bras tenant une crosse) ou la trésorerie (une main, deux doigts tendus, prêtant serment vers le ciel). Mais il ne s’y limite pas : en Allemagne, au Moyen Âge, le religieux est confondu à l’administratif, donc de nombreux sceaux sans vocation ecclésiastique partagent cette iconographie – notamment dans l’association des différentes villes (Strasbourg, Speyer) à l’image de la Vierge Marie.

Attache, état matériel, datation

Tous les actes sont sur parchemin, et le plus souvent apposés sur double queue[4] et donc pendant avec un repli, mais ceux à simple queue pendante n’en étaient pas dotés – ce détail est important car un repli conserve souvent mieux la queue du sceau et donc le sceau lui-même. Quelques-uns des grands sceaux, comme ceux du roi Henri ou Albert, étaient suspendus par des lacs de soie ou de chanvre colorés, rouges, bleus, verts et jaunes. Cela montre la valeur des sceaux, car perdre le sceau revenait à faire perdre à l’acte toute son autorité – beaucoup des actes que j’ai relevé n’avaient plus de sceau, bien que cela peut être une perte récente. Certaines personnes décident d’ajouter une entrée pour le sceau manquant, mais il m’avait été conseillé de plutôt me contenter de renseigner seulement l’acte et de plus tard compléter l’entrée.

De nombreuses empreintes étaient incomplètes – il m’a fallu donner une hypothèse sur les caractères manquants, souvent une chose assez simple à faire, d’autres fois non : le premier cas étant celui de la graphie des noms (_ᴏɴʀ____ pour un sigillant Conrad – s’est-il fait désigner Conrad, Konratus…). Le deuxième cas concernait les mots de latin médiéval parfois compliqués à saisir : il m’a fallu du temps et de l’aide pour déterminer l’annonce comportant ᴛᴇsᴀᴠʀᴀᴠɪɪ – une dérive médiévale de thesaurus ‘trésor’ en thesaurarius ‘trésorier’. Un autre cas, non lié aux lacunes mais utile à l’interprétation de l’annonce, était d’élaborer les abréviations utilisées, comme par exemple dans quasiment chaque sceau la formule « S’ » pour sigillum. Les plus endommagées ou vulnérables avaient été protégées dans des housses par les archivistes.

Fragment du sceau postsusceptum du roi Albert, superposé à son moulage © Rodolphe Kay. On ne lit que _ɴᴏʀᴜᴍ · ʀᴇx_.

Mon corpus est constitué de sceaux postérieurs à 1300, et donc non recensés par Wittmer. J’ai ainsi récolté des empreintes s’étendant de 1300 à 1310, une période de transition sociale et politique pour le Saint-Empire avec l’assassinat du roi Albert. C’est un bos exemple d’évolution de l’emblématique : il fut couronné avant son troisième sceau et donc y porte ensuite les regalia. Tout cela a peint un portrait intéressant de l’Alsace médiévale. Quant aux sceaux, ils étaient répartis équitablement pour chaque année, mais cela n’était pas nécessairement le cas historiquement : ainsi, sur 100 sceaux, il y en avait environ une dizaine conservée par année. La date ainsi que la cote étaient inscrites sur chaque pochette contenant un acte, rendant facile la datation et l’identification de chacune d’entre elles, la conversion au nouveau style étant déjà faite par les archivistes.

Graphique des sceaux et actes étudiés, ainsi que la quantité de sceaux manquants.

Le travail de numérisation

Quant à la numérisation en elle-même, il a fallu systématiquement remplir une fiche sur la base Sigilla pour l’acte, le sceau-type et l’empreinte ; et dans chacune de celles-ci le nom, la cote, divers caractères externes et internes et un regroupement dans un des thèmes de recherche (dans notre cas, les sceaux des villes d’Alsace). Le nom était très précis, suivant les conventions établis par les membres du comité du site, et sous ce type de format : Official de Strasbourg – Am Strasbourg-AVES – CH 22/471 (soit le sceau-type, le lieu de conservation et la côte de l’empreinte). Le sceau-type[5] est un concept unique en sigillographie, l’idée d’une référence – qui n’existe pas physiquement, étant un amalgame des empreintes – ou encore d’une fiche d’identité pour comparer les sceaux, indépendant de la matrice mais intrinsèquement liée à elle. Il fallait également renseigner l’état physique du sceau : en effet, plusieurs n’étaient que des fragments, et la plupart sont incomplets (d’une ou deux lettres) après 700 ans de conservation, bien que certains soient complets et renseignent donc l’inscription du sceau-type. D’autres ne sont que fragmentaires, compliquant l’identifiant sans l’image ni la légende. Pour les sigillants, qui étaient aussi à renseigner, les informations étaient davantage biographiques, comme les dates de vie et de mort ou encore le rang social, les fonctions ou profession. Quant au traitement d’image pour détourer les sceaux, j’ai privilégié le logiciel GIMP avec lequel j’étais déjà familier pour avancer plus rapidement.

Au total, j’ai ajouté 300 entrées tous types confondus : 120 actes, 102 sceaux, 32 sceaux type, 28 sigillants, 14 titres de noblesse et 3 armoiries ainsi qu’un contre-sceau.


[1] Pᴀsᴛᴏᴜʀᴇᴀᴜ, Michel. Les Sceaux. Turnhout, Brepols, 1981. p. 37

[2] Ibid. p. 35

[3] Voir ici par exemple.

[4] Pᴀsᴛᴏᴜʀᴇᴀᴜ, Michel. Les Sceaux. Turnhout, Brepols, 1981. p. 40

[5] À noter qu’il signifiait à l’origine la matrice, et qu’il est utilisé ainsi dans les œuvres du XXe siècle. Ibid. p. 40

Remarque sur le supplice de la roue

Suite à la présentation du sceau de Molsheim lors d’une conférence donnée dans le cadre du Jardin des Sciences le 14 novembre 2019, le Dr Guy Muller, président de la Société d’histoire et d’archéologie de Molsheim et environs, et ancien radiologue est intervenu pour commenter une miniature de la Spiezer Chronik, chronique officieuse de l’histoire de la ville de Berne rédigée par Diebold Schilling l’ancien vers 1485 que j’avais présentée afin d’illustrer le mode dit germanique d’exécution sur la roue, en rapport avec la scène du martyre de Saint Georges figurant sur le sceau de Molsheim.

On y voit en effet la première phase du supplice qui consistait à briser les membres du condamné avec une roue avant d’attacher le corps meurtri sur une autre roue afin de l’exposer. Or je m’étais interrogé, comme d’autres[1], sur l‘usage d’un instrument tel que la roue, moins commode à manier qu’une masse, émettant l’hypothèse d’un symbole judiciaire dont le sens nous échapperait désormais.

Or, comme l’a fait remarquer le Dr Muller, l’image montre que le bourreau ne brisait que l’extrémité des membres (avant-bras et jambe proprement dite). Ces parties du corps se composent de deux os (radius et cubitus d’une part, tibia et péroné d’autre part) qu’une masse aurait sans doute brisé, tandis qu’en frappant avec la roue, on pouvait n’en casser qu’un sur deux. En brisant l’humerus ou le fémur, le geste du bourreau aurait entrainé une mort rapide, avant même la phase d’exposition. En revanche, en s’attaquant partiellement aux parties externes des membres, il assurait une survie immédiate du condamné et permettait ainsi une longue agonie.


[1] Antoine FOLLAIN, Le crime d’Anthoine. Enquête sur la mort d’une jeune femme dans les Vosges au XVIIe siècle, Paris, 2017, p. 122-133.

Une nouvelle typologie des sceaux de Molsheim

L’existence d’un troisième sceau de la ville de Molsheim à l’époque médiévale est désormais avérée ! C’est en remplissant dans SIGILLA les notices des empreintes des sceaux de ce que j’avais appelé en 2017 le type II de Molsheim[1] que je me suis aperçu que toutes ne relevaient pas du même type mais de deux sceaux distincts quoique d’apparence très proches. La mise en parallèle des photographies des empreintes sur un même écran m’a permis de constater des différences qui ne m’étaient pas apparus lors l’examen successif des mêmes clichés. La nouvelle typologie révisée est donc la suivante :


Le détail de mon argumentation paraît ce mois-ci dans le tome 145 de la Revue d’Alsace [2]. Il est intéressant de noter comment notre image de la typologie des sceaux de Molsheim s’est affinée et rectifiée depuis celle présentée en 1994 par Grégory Oswald[3].

[1] Thomas BRUNNER, « Les sceaux de la ville de Molsheim au Moyen Âge. Typologie, origine et interprétation », Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Molsheim et environs, 2017, p. 29-44 ; Idem, « Le martyre de saint Georges sur la roue : le sceau médiéval de Molsheim mis en perspective », Revue d’Alsace, t. 144, 2018, p. 367-420.

[2] Idem, « À la rencontre du troisième type: un sceau de Molsheim nouvellement repéré », Revue d’Alsace, t. 145, 2019, p. 207-218

[3] Grégory OSWALD, Molsheim à la fin du Moyen Âge (1308-1525). Essai d’histoire politique, économique, sociale et religieuse d’une cité épiscopale de Basse-Alsace, Strasbourg, Société académique du Bas-Rhin, « Bulletin, t. CXIII-CIV », 1993-1994, p. 51.  


Le corpus de chartes scellées antérieures à 1250 conservées aux AD du Bas-Rhin en ligne

Présentation par Anne Brunet (Master «Technologies numériques appliquées à l’histoire », Ecole nationale des Chartes, Paris)

A la suite du « chantier chartes » des Archives départementales visant à restaurer et numériser les 342 chartes antérieures à 1250 conservées par l’institution, j’ai été chargée d’intégrer sur la base de données SIGILLA les sceaux apposés sur les chartes d’avant 1250, soit un corpus de chartes entièrement en latin, afin d’enrichir les données du projet SIGI-AL[1].

Accord entre l’abbaye de Niedermunster et la ville de Rosheim en 1240 (AD Bas-Rhin, G 2927/2).

Le corpus qui m’a été confié contient 140 chartes, dont la datation s’étale du premier quart du IXe siècle à la date fixée de 1250. L’essentiel de ces chartes appartient aux séries anciennes G et H des Archives départementales, soit respectivement les fonds issus du clergé séculier et du clergé régulier. Il y a aussi quelques chartes de la série J concernant donc les fonds privés. Il s’agit principalement de donations pieuses, testaments, arbitrages, privilèges, confirmations et quelques règlements.

Sceau du chapitre cathédral de Strasbourg (1222), ADBR, G 2759/1

 A l’issue de mon stage, 129 actes ainsi que leurs sceaux font désormais parti des data disponibles sur la base de données, 11 actes ayant été laissés de côtés pour différentes raisons (sceaux perdus, illisibles ou à l’état de débris…). 

Ces sceaux sont le fruit de producteurs variés, soit presque 80 nouveaux sigillants à disposition des utilisateurs de la base. Ces sigillants sont essentiellement ecclésiastiques, au vu de la nature des fonds d’où proviennent les chartes. Ainsi, des papes, des évêques – de Strasbourg, du bassin rhénan, voire d’Italie –, des abbés et quelques abbesses, divers membres du clergé, notamment des chanoines du chapitre cathédral de Strasbourg, sans oublier les sceaux d’institutions, abbayes et chapitres. Cependant, le corpus contient aussi des sceaux de laïcs : empereurs romains germaniques, rois, notables locaux, et deux ou trois sceaux de ville. A l’exception de quelques abbesses, il s’agit presque exclusivement de sigillants masculins, notamment pour ce qui est des laïcs, les rares femmes mentionnées dans les actes se servant du sceau de leur mari.

Sceau de Henri de Winstein en 1233 (ADBR, H 2996/11)

Les sigillants  ajoutés sont à l’origine de plus de 260 empreintes encore existantes, apposées sur des documents des Archives du Bas-Rhin, empreintes dans un état de conservation variable. La fiabilité de l’identification des sigillants dépend par ailleurs beaucoup de la présence d’une formule de corroboration.

Ainsi, dans un certain nombre de cas, lorsque l’iconographie est reconnaissable, mais la légende illisible ou disparue et l’attribution du sceau de façon certaine à un sigillant périlleuse, les sceaux ont fait l’objet d’une entrée sur la base de donnée sous la dénomination « Non identifié – Ad 67 », afin de permettre à d’autres utilisateurs de collaborer à leur identification. Pour ce qui est du corpus qui m’a occupé, il s’agit d’un petit ensemble de 13 sceaux mystères.

Un autre exemple de ce travail collaboratif est la mise en place, concertée, de la dénomination « forgerie » pour caractériser la nature juridique des sceaux, dénomination qui a été créée pour répondre au besoin du « testament » de Sainte Odile (Ad 67 – G 1/1), dont le sceau supposément de Lothaire Ier est un faux avéré. Cette dénomination a aussi été utile pour les sceaux des premiers évêques de Strasbourg.

La description dans SIGILLA de ces quelques 260 empreintes, qui sera suivie prochainement par la mise en ligne, sur le site des Archives départementales, des images des 213 chartes antérieures à 1250 n’ayant pas ou plus de sceau, espère ainsi susciter de nouvelles études sur les pratiques de l’écrit en Alsace entre les Xe et XIIIe siècles. La contribution des Archives départementales du Bas-Rhin au projet SIGI-AL se poursuivra bientôt sur d’autres ensembles documentaires.


[1] Le terme chronologique de 1250, coïncidant avec la mort de l’empereur Frédéric II, « grande date » de l’histoire européenne, n’en demeure pas moins arbitraire. D’un point de vue pratique, il permettait de se concentrer sur une production écrite encore restreinte et cohérente linguistiquement.