Quelques statistiques

Merci à tous les volontaires qui étaient avec nous en ligne pour notre réunion !  Il faisait du bien de vous revoir tous !

Pour ceux qui ne pouvait pas nous joindre, j’aimerais bien partager quelques statistiques sur notre travail.  Depuis le début du projet, grâce à vos efforts, nous avons trouvé et numérisé :

  • 817 sigillants
  • 1099 sceaux types
  • 911 actes
  • 2052 empreintes

C’est-à-dire que 10% des empreintes dans SIGILLA vient d’Alsace et de nous !

Un grand MERCI pour votre engagement et votre motivation !

Réunion SigiAl maintenue !

Avant l’annonce du reconfinement par le Président le 28 octobre, nous étions en train d’organiser une réunion pour se voir et discuter.  Malheureusement, une telle réunion en présentiel n’est plus possible.  Mais nous voulons vous voir et nous échanger avec vous quand même !  C’est pourquoi nous avons décidé de garder notre réunion, mais de la basculer en ligne.

Nous vous donnons rendez-vous…

lundi, le 23 novembre 2020 de 14h à 16h
sur Big Blue Button (BBB)

Avec Big Blue Button, nous aurons une salle virtuelle afin de discuter et nous échanger ensemble.  De votre part, il n’y a rien à télécharger – il faut simplement avoir une webcam et un micro.

Sur l’ordre du jour, on va répondre bien sûr à vos questions, mais aussi discuter la saisie des informations et les développements de notre rubrique dans SIGILLA.

Afin de participer à la réunion, merci de m’écrire un mail, et je vais vous donner le lien pour la réunion.

Prenez bien soin de vous, et à bientôt !

Reconfinement et SigiAl

Et tout à coup, nous nous retrouvons à nouveau à la maison.  Nous espérons que vous et vos proches allez bien.  Avec la fermeture des archives et bibliothèques, il devient difficile de continuer avec nos travaux.  Mais il faut rester optimiste, et utiliser ce temps autant que possible !

Plusieurs archives ont des inventaires en ligne.  Pourquoi pas commencez une liste des documents auxquels vous vous intéressez afin de rien n’oublier ?

Avez-vous pris beaucoup de photos sur place la dernière fois ?  Maintenant, c’est le moment parfait pour travailler sur ces photos et les bien nommer.

Ou bien, avez-vous visité SIGLLA récemment ?  Le nombre de vos sceaux trouvés en Alsace est devenu impressionnant ! Je vous invite à profiter des journées pluvieuses de novembre en feuilletant les nouveaux sceaux qui sont à consulter grâce à VOUS !  Peut-être vous pouvez même retrouver quelques sceaux que vous avez traités ?

Même en télétravail, l’équipe SigiAl reste à votre disposition.  Restez en contact avec nous !

Prenez bien soin de vous et vos proches.

Nous avons besoin de vous !

SigiAl cherche des volontaires pour aller aux archives, aux musées et dans les bibliothèques de la région pour photographier et cataloguer les sceaux du Moyen Âge à l’époque contemporaine.  Aucune expérience est nécessaire, nous vous formerons !

Contactez-nous pour plus d’informations !

Prochaine réunion SigiAl

Ca fait longtemps depuis nous nous sommes vus, et nous voudrions le rectifier !
La prochain réunion SigiAl sera …

lundi, le 23 novembre 2020 de 14h à 16h
dans la salle Tauler au sous-sol du Palais Universitaire de l’Université de Strasbourg
9, Place de l’Université
67084 Strasbourg

En vue de la situation sanitaire, nous prévoyons une possibilité de suivre la réunion à distance, et de l’enregistrer pour ceux qui ne peuvent pas venir.  La réunion sera organisée selon les consignes sanitaires actuelles, et le porte de masque sera obligatoire.

Plus d’infos à venir !

Les premiers sceaux de femmes à Mulhouse !

Une équipe de volontaires a déjà repris le travail aux Archives Municipales de Mulhouse après le déconfinement. Charte par charte, les membres découvrent la collection des pièces isolées. Ces chartes racontent l’histoire de Mulhouse et ses environs d’une autre façon, et nous voyons la vie quotidienne, mais aussi les querelles entre petits seigneurs assez clairement. Jusqu’à présent, l’équipe a vu et traité près de 400 manuscrits !

Il était dans ces fonds qu’on a découvert la charte AM Mulhouse p.i.318.  C’est un document qui décrit la vente d’une rente céréalière en août 1398. Apposés sur la charte sont cinq sceaux – dont deux appartenaient à des femmes ! C’est un premier pour l’équipe, et pour la sigillographie mulhousienne ! Il s’agit d’Adélaïde de Rathsamhausen (la vendeuse de la rente) et d’Elsine de Staufen. Les autres sceaux présents sur la charte sont des fils des deux femmes et l’Official de Bâle.

Ce qui est intéressant sur ces sceaux de femmes, est la construction des blasons dans le champ. Le blason de chacun est divisé en deux parties – ce qui semble à représenter la famille d’où elle venait et la famille avec qui elle s’est mariée.

Ils sont des retrouvailles passionnantes qui méritent un peu d’attention.

Adélaïde de Rathsamhausen, AM Mulh.p.i.318.

Elsine de Staufen, AM Mulh.p.i.318.

Nouvelles de SIGILLA

Voici quelques mots du responsable de SIGILLA, Laurent Hablot, décrivant le progrès sur la base de données lors des derniers mois.

Madame, Monsieur, Chère Collègue, Cher Collègue, Chers amis de SIGILLA 

J’espère que cette lettre de nouvelles vous trouvera en bonne santé et que traversez sans trop de contrariétés cet étrange contexte. 

Les mois passés, si particuliers, ont paradoxalement été pour le programme SIGILLA une période très active. Nous vous partageons un rapide état présent du programme et de ses développements. 

En effet, le travail de saisie et d’intégration ne s’est pas interrompu et l’équipe de contributeurs ne cesse de s’étoffer. Comme vous le savez sans doute, la base compte actuellement près de 17 000 empreintes et même si de nombreuses notices restent à compléter, les lectures croisées des collections et des originaux, les interventions des lecteurs et des contributeurs, permettent d’amender régulièrement les données déjà saisies.  

Le printemps nous a notamment permis d’intégrer la totalité du catalogue des sceaux des archives départementales d’Eure-et-Loir (Rousseau, 215 sceaux) tandis qu’une mission sur place a permis de compléter la couverture photos et la saisie de nouveaux sceaux et d’engager le projet d’atelier SIGILLA au sein de ces archives départementales. 

Une autre mission de terrain aux Archives municipales de Vitré a permis quelques précieux ajouts intéressants notamment la maison de Laval et la famille de Daillon.

 Dans le cadre de notre collaboration avec les archives départementales de la Vienne nous avons engagé la saisie du catalogue de François Eygun, Sigillographie du Poitou. Ce travail, soutenu par un stage de 6 mois d’une étudiante de l’EPHE, est désormais bien avancé (50% environ des 1701 notices sont saisies) et la collecte des pièces scellées des Ad 86 se poursuit (1800 empreintes).

 Cette collecte se complète avec la saisie de Douet d’Arcq qui continue également (60% déjà en ligne). 

 Par ailleurs, l’intégration des données de la base sceau des Archives départementales de Loire-Atlantique (environ 2000 sceaux) est programmée pour la mi-octobre. A cette occasion seront également ajoutés les sceaux de l’inventaire des archives municipales de Strasbourg (700 sceaux), et une partie du catalogue des Archives départementales de Haute-Garonne

Pour ce qui est des projets et perspectives, plusieurs objectifs se précisent :  

Collecte Région Grand Est : La candidature de SIGILLA à l’Appel à projet lancé par la DRAC Grand Est au début de l’été « Numérisation et valorisation du Patrimoine » a été retenue. Un important financement va permettre d’ouvrir dès l’automne cinq contrats de trois mois pour engager durant deux ans la collecte des sceaux ou des données déjà fichées des archives de la Haute-Marne, de la Marne, de la Moselle, de la Meurthe-et-Moselle, de la Meuse et des Vosges. Cette opération consolidera les collaborations avec l’Aube (archives pilotes dans le projet SIGILLA) et le Haut-Rhin et Bas-Rhin déjà encadrées par l’antenne alsacienne du projet, SIGI-Al qui poursuit avec son équipe ses collectes régulières. 

Nous avons par ailleurs été sollicités par les archives de l’Etat de Neufchâtel et l’Université de Fribourg pour exporter SIGILLA hors de nos frontières. 

Numérisations 3D : SIGILLA a pu faire cet été l’acquisition du scanner portable 3D espéré depuis plusieurs années, grâce au soutien du DIM Humanités (Région Ile-de-France) et de Sorbonne-Université. Cet appareil mobile va permettre de multiplier les numérisations en 3D de sceaux remarquables, offrant une approche renouvelée de la matérialité du sceau et d’importantes perspectives d’étude et d’analyse. Un programme de collecte aux Ad 86 est à l’étude. 

Refonte de la base : La refonte de la base SIGILLA, rendu nécessaire en raison de l’obsolescence de son code informatique (déjà !) est prévue pour le printemps 2021. Financée par l’ANR et portée par le projet E-SIGNA (Portail de l’emblématique médiévale), cette réécriture permettra d’apporter de nombreuses améliorations à la base actuelle. Les modules héraldique et épigraphie seront notamment consolidés et rendus interrogeables dès le moteur de recherches. 

Journées SIGILLA POITIERS 2021 : Nous vous annonçons par ailleurs qu’à défaut d’avoir pu tenir les journées d’avril 2020, une nouvelle rencontre, autour de nos principaux contributeurs et de nos partenaires, est prévue les 8 et 9 Avril prochain à Poitiers (Ad 86 et CESCM) 

Formations : Comme chaque année, des formations seront organisées pour permettre à de nouveaux contributeurs de participer à la collecte SIGILLA. N’hésitez pas à nous solliciter ou à nous contacter à ce sujet. 

Comme vous pouvez le constater, notre programme avance et s’enrichit. Ce succès reste le résultat des nombreux soutiens et collaborations qui portent SIGILLA depuis sa création en 2013 et je tiens à remercier celles et ceux qui se sont investis à des titres divers dans cette base qui, je l’espère, profite au plus grand nombre. Vous le savez comme moi, beaucoup reste à faire et ce n’est que tous ensemble que nous parviendrons à faire de cet outil un réel atout pour la valorisation, l’étude et la sauvegarde de ces trésors que sont nos collections de sceaux. N’hésitez pas à nous rejoindre et à motiver de nouveaux contributeurs. Par avance je vous en remercie.

Laurent Hablot 
Responsable du programme SIGILLA 

SigiAl sur le site du Consortium Sources Médiévales – COSME

SigiAl – Projet de recherches en sciences participatives

Le projet SIGI-AL (Sigillographie de l’Alsace et du Rhin supérieur), dirigé par Olivier Richard et Thomas Brunner (Strasbourg, ARCHE) a été lancé à l’automne 2019. On peut le considérer comme une composante régionale, en l’occurrence alsacienne, de la base de données  SIGILLA dont il constitue l’une des collections thématiques (http://www.sigilla.org/fr/collections-thematiques/sigi-alsace). De fait, l’objectif scientifique du projet est d’alimenter SIGILLA en y versant l’intégralité des sceaux conservés dans tous les dépôts alsaciens (peut-être 50.000 empreintes, mais les estimations chiffrées sont très impressionnistes), ainsi également à terme celles des régions voisines de part et d’autre du Rhin (dépôts du Bade-Wurtemberg et du nord de la Suisse). Des contacts

commencent à être pris avec ces institutions étrangères.

La particularité de SIGI-AL est de s’inscrire dans les sciences participatives, c’est-à-dire d’impliquer dans l’alimentation de la base de données des citoyens qui ne sont pas des chercheurs professionnels (membres des sociétés d’histoire locale, enseignants en histoire ou simples amateurs). Ces bénévoles travailleront seuls ou en groupe à la numérisation d’un fonds. Ils seront formés par des universitaires et des personnels de recherche impliqués dans SIGILLA.

Le projet est du coup amené à prévoir des formations adressées à un public d’amateurs volontaires, souvent érudit, mais qui ne partage pas forcément les codes de la recherche universitaire. Une première série de tutoriels a été créée, mais l’offre doit encore être enrichie pour répondre à toutes les questions que se posent les bénévoles.

Ceux d’entre eux qui le souhaiteront seront invités à produire un article dans les annuaires et bulletins des nombreuses sociétés d’histoire locale de la région. La dimension participative du projet a en effet été co-construite par la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace et a reçu le soutien de l’Université de Strasbourg dans le cadre d’un financement IDEX.

Afin de donner un sens au travail des bénévoles et plus largement de permettre la diffusion des résultats de cette entreprise, des conférences sont également prévues dans la région autour des résultats des recherches s’appuyant sur les données collectées.

Pour SIGILLA, un tel dispositif permet de rendre crédible l’objectif d’une numérisation si ce n’est de la totalité des fonds alsaciens, du moins de séries entières ou de petits fonds dans leur intégralité. En l’absence de personnel dédié, cela aurait été inenvisageable.

Pour les dépôts d’archives alsaciens, c’est un moyen de préserver et de valoriser ce riche patrimoine archivistique.

Pour les bénévoles, c’est l’occasion d’avoir un contact direct avec le monde de la

recherche et de contribuer à ses développements les plus récents tout en acquérant des compétences « historiennes » (en l’occurrence sigillographiques) et en s’initiant aux humanités numériques. Ils seront ainsi sensibilisés aux enjeux de la recherche.

Nous espérons créer avec les bénévoles une véritable communauté des sigillographes alsaciens : des moments de convivialité sont ainsi prévus pour gratifier le travail des bénévoles et un carnet de recherche a été ouvert pour permettre de faire le lien entre les acteurs du projet tout en diffusant les informations concernant SIGI-AL à un public plus large. https://sigial.hypotheses.org/

Même si toutes les bases de données médiévales ne se prêteront pas nécessairement à la mise en place d’un dispositif similaire, nous espérons pouvoir partager notre expérience, au premier chef en élargissant le dispositif à d’autres régions françaises ou de pays voisins.

– Thomas Brunner

Pour voir l’article dans sa forme originale, cliquez ici.

Changements aux archives liés à la situation sanitaire actuelle

C’est la rentrée, et nous avons rassemblé quelques informations pour vous aider avec votre retour aux archives.

Archives départementales du Bas-Rhin
http://archives.bas-rhin.fr/

À partir du 31 août, les Archives départementales seront ouvertes aux horaires habituels, tous les jours de 8h30 à 17h. La réservation demeure obligatoire car la limite de 15 personnes est maintenue. Les précautions sanitaires restent en vigueur.

**************************************************************************************************
Archives départementales du Haut-Rhin
http://www.archives.haut-rhin.fr/

A compter du 21 juillet 2020, la salle de lecture des Archives départementales est ouverte du mardi au vendredi de 9H à 12H30 et de 13H30 à 17H.

En raison des contraintes sanitaires à respecter, le nombre de places disponibles est limité à 8 lecteurs par demi-journée. La réservation préalable est donc obligatoire au 03 89 21 97 00.

**************************************************************************************************
Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg
https://archives.strasbourg.eu/

A compter du lundi 31 août, la salle de lecture et la salle d’exposition reprennent leurs horaires habituels !
Du lundi au mardi : de 13h à 17h
Du mercredi au vendredi : de 9h à 17h
Et uniquement la salle d’exposition: le dimanche de 14h à 18h.

La réservation reste obligatoire.

**************************************************************************************************

Pour les autres archives, nous vous conseillons de prendre contact avec elles directement avant de vous rendre sur place afin de vous renseigner sur les horaires et le protocole à suivre.  En raison de la crise sanitaire qui demeure toujours, le nombre de places disponibles reste limité, et une réservation est obligatoire.

Finalement, avant de vous rendre aux archives, pensez aux gestes barrières.

Nous vous souhaitons un bon retour et de belles découvertes!

La rentrée SigiAl

Nous espérons que vous avez bien passé les mois estivaux!

Une rentrée prudente s’annonce, et nous aimerions vous accompagner le mieux possible dans les conditions actuelles.
Nous sommes en train de surveiller les développements au sein de l’Université concernant l’accueil du public, et nous vous tenons au courant avec les informations actuelles sur ce site.  Comme d’habitude, je reste à votre disposition en cas de question ou souci.

Continuez à prendre soin de vous.

Pause estivale

L’Université de Strasbourg sera fermée à partir du lundi, le 27 juillet, et avec elle, notre projet SigiAl fait également sa pause estivale.  Nous serons à nouveau à votre disposition à partir du 25 août.

Pour la rentrée, nous continuerons à vous soutenir dans vos travaux. Selon l’évolution de la crise sanitaire, nous planifierons la continuation du projet, et nous vous tenons au courant avec des informations actuelles et des rencontres futures sur ce site.

Il ne reste que de vous souhaiter de bonnes vacances et un bel été !
Continuez à prendre bien soin de vous.

Reprise de la numérisation des sceaux du XIVe siècle

J’ai eu l’occasion, depuis un an, de contribuer à Sigilla en recensant les sceaux des chartes de Strasbourg postérieures à celles recensées par Wittmer, c’est-à-dire des sceaux datant d’après l’an 1300. Suite à la réouverture des archives en juin, le travail continue: j’ai couvert les boîtes CH 25-27 et suis en train de les ajouter à la base. Cela concerne 71 sceaux et 58 actes. S’il y a autant de sceaux comparés aux actes, c’est que j’ai pu rencontrer ma première charte a plus de cinq sceaux : la CH 26/578, qui en comporte dix.

AVES CH 26/578

La charte concerne de nombreux chevaliers de la région, et caractérise assez bien ces trois boîtes en général: elles comportent beaucoup de sceaux nobiliaires, plusieurs qui ont déjà été recensés et montrent donc des évolutions familiales (changements de taille, de charge) accompagnant visiblement souvent un changement de paterfamilias, du membre le plus influent de la famille qui a le plus grand sceau (il semblerait que ce soit 100 mm assez fréquemment). Des études statistiques pourront venir confirmer ces informations et les approfondir.

Nouvelles empreintes dans SIGILLA !

Avec la crise sanitaire globale, le confinement et maintenant le déconfinement progressif, il faillait repenser comment on pourrait continuer à travailler sur notre projet SigiAl.  Privé des archives, des bibliothèques et des musées, nous étions coincés avec nos propres recherches et fichiers.  Beaucoup d’entre vous ont utilisé ce temps pour éditer les photos déjà prises, pour bien réorganiser les dossiers sur l’ordinateur, ou peut-être même pour regarder les inventaires en ligne afin de trouver les prochains documents et sceaux à traiter.  On a tous fait ce qu’on pouvait pour garder le moral et de ne pas perdre contact, les uns avec les autres.

Werner de Morimont, Schultheiss de Mulhouse, AM Mulhouse p.i.197

Afin de vous aider et de montrer le très beau travail déjà accompli, j’ai commencé à mettre des empreintes et documents sur SIGILLA.  Nous avons notre propre rubrique sur SIGILLA, Sigi-Alsace.  Ici, vous pouvez trouver tous les sceaux types, empreintes et documents traités dans le cadre de notre projet.

Les additions les plus récentes viennent des Archives Municipales de Mulhouse.  Il y a une équipe de trois volontaires qui ont déjà traité presque 300 actes manuscrits !  Pendant ce temps clos, nous avons réussi à publier 114 documents mulhousiens qui comptent 125 empreintes !  Un total de 55 sceaux types ont été créés pour inclure des personnages comme des conseillers et schultheiss de la ville.  Ces sceaux mais aussi beaucoup d’autres sont à votre disposition à feuilleter sur SIGILLA !

Vous n’avez pas encore vu apparaître votre travail sur SIGILLA ?  Ne vous inquiétez pas, nous continuerons à publier les informations que vous nous envoyez.  Une première grande importation des données est en cours, et une autre est planifiée vers la fin de cette année.   Alors, n’hésitez pas à envoyer vos travaux !  Un grand merci pour vos contributions et à bientôt !

Numérisation des sceaux du fonds de Turckheim Truttenhausen

Pour mon stage de Master 2 j’ai choisi de travailler comme volontaire à SigiAl afin de participer à l’avancée de la base de données Sigilla tout en acquérant de nouvelles connaissances utiles au médiéviste. Pendant les 105 heures de mon stage (auxquelles il faut en ajouter plusieurs autres car j’ai fini le travail hors stage) j’ai été amenée à traiter le fonds privé de Turckheim Truttenhausen conservé aux Archives de la Région Grand-Est par contrat de dépôt de la part de Brice de Turckheim, sous le nom de sous-série 4 J. Il faut souligner le caractère exceptionnel du dépôt d’un fonds ancien dans des Archives régionales (Archives d’Alsace devenues pôle des Archives de la Région Grand-Est) : le fonds de Turckheim Truttenhausen complète par bien des aspects le « Chartrier de Nidernai », que la Région avait acquis en 1986 pour éviter sa dispersion. En effet, certains documents du « Chartrier » concernent le couvent de Truttenhausen et la forêt de Landsberg, biens qui faisaient partie du patrimoine de la famille de Landsberg et qui ont été revendus à la famille de Turckheim en 1805 et 1808.

De ce fonds j’ai consulté 39 actes, pris 208 photos, numérisé 72 empreintes et rencontré 52 sigillants dont 3 seulement étaient déjà renseignés dans Sigilla (la ville de Strasbourg, l’Officialité de Strasbourg et le Trésorier de Strasbourg) et dont la plupart est a priori laïc. 30 de ces actes sont en allemand, 7 sont en latin, 1 est en français et 1 est en allemand et latin. Ils datent de 1347 à 1783 et sont pour la majorité en parchemin, mais quatre sont en papier. Tous les sceaux sont ronds et presque tous de petits tailles. A part les sceaux de l’Officialité et de Joseph II qui sont rouges, les empreintes sont toutes brunes ou noires.

La plupart des empreintes étudiées concernent des personnes très peu ou pas connues des sources. J’ai toutefois eu l’occasion de rencontrer deux beaux sceaux : celui de Frédéric III de Habsbourg en 1468 avec contre-sceau et celui de Joseph II en 1783 scellé en boîtier métallique doré. Ce dernier est appendu à des lettres d’anoblissement accordées à une personne totalement extérieure à la famille de Turckheim

↑ Sceau de Frédéric III de Habsbourg et son contre-sceau, appendu à l’acte 4 J 36 (7), 1468
↑ Sceau de Joseph II et le couvercle de son boîtier, gravé aux armoiries des empereurs du Saint-Empire, acte 4 J 125, 1783.

 

Le sceau dont j’ai trouvé le plus grand nombre d’empreintes est celui de l’Officialité de Strasbourg. Il mesure 30mm et sa cire est toujours rouge. J’en ai trouvé 10, de 1347 à 1569, et de deux sceauxtypes : neuf sont du quatrième et une, de 1355, du deuxième.

Quatrième sceau de l’Officialité de Strasbourg, appendu à l’acte 4 J 127 ter, 1403.

Le premier sceau du secret de Strasbourg est le deuxième que j’ai trouvé en terme de nombre d’empreintes : six au total, et de deux types différents, bien que je les ai rattachées à un seul sceau type. En effet, celui-ci était déjà créé et y étaient adjoints une empreinte et un moulage qui ne se correspondaient pas tout à fait.

Sceau du secret de Strasbourg, acte 4 J 143, 1424.

Des six empreintes consultées, quatre sont identiques à l’empreinte déjà attachée et 2 correspondent au moulage. Se pose alors la question d’un possible dédoublement de ce sceau-type car il semble que nous ayons effectivement affaire à deux matrices disctinctes.

Parmi les sigillants qui sont des individus et non des institutions ou personnes morales, le seul sceau dont j’ai trouvé plus de deux empreintes est celui de Rulin Barpfennig, ou Cremer, ou de Uttwiller, preuve que ce personnage fut important pour la ville de Strasbourg. Il fut d’ailleurs plusieurs fois ammestre et fondateur de sa lignée. A partir de ces trois empreintes j’ai presque réussi à reconstituer la légende (merci à Olivier Richard pour la correction).

Sceau de Rulin Cremer, 1362

Si j’ai rencontré plusieurs stettmestres et ammetres (mentionnés comme tels ou comme alt ammeister, ancien ammestre), les autres sigillants ne semblaient pas occuper de hauts postes (exception évidemment faite des deux empereurs sus-mentionnés), mais on dirait que la plupart était commerçants, ce qui fait sens étant donné que la majorité des actes que j’ai consulté émane de la Corporation du Miroir, la corporation des marchands de Strasbourg

Sceau de Claus Schanlit, 1431. ↑

 

Voici encore quelques autres exemples de sceaux que j’ai numérisés :