A propos Samuel Rowe

Étudiant à l'Université de Strasbourg en faculté d'Histoire.

Reprise de la numérisation des sceaux du XIVe siècle

J’ai eu l’occasion, depuis un an, de contribuer à Sigilla en recensant les sceaux des chartes de Strasbourg postérieures à celles recensées par Wittmer, c’est-à-dire des sceaux datant d’après l’an 1300. Suite à la réouverture des archives en juin, le travail continue: j’ai couvert les boîtes CH 25-27 et suis en train de les ajouter à la base. Cela concerne 71 sceaux et 58 actes. S’il y a autant de sceaux comparés aux actes, c’est que j’ai pu rencontrer ma première charte a plus de cinq sceaux : la CH 26/578, qui en comporte dix.

AVES CH 26/578

La charte concerne de nombreux chevaliers de la région, et caractérise assez bien ces trois boîtes en général: elles comportent beaucoup de sceaux nobiliaires, plusieurs qui ont déjà été recensés et montrent donc des évolutions familiales (changements de taille, de charge) accompagnant visiblement souvent un changement de paterfamilias, du membre le plus influent de la famille qui a le plus grand sceau (il semblerait que ce soit 100 mm assez fréquemment). Des études statistiques pourront venir confirmer ces informations et les approfondir.

Intégration à Sigilla des sceaux de la première décennie du XIVᵉ siècle conservés aux AVES

J’ai pu, dans le cadre de ma licence d’histoire, effectuer un stage du 1er au 15 juillet 2019 au sein de l’unité de recherche ARCHE EA 3400 de l’Université de Strasbourg. Lors de mon intégration j’ai recueilli 100 sceaux et un nombre un peu plus élevé d’actes. Ceux-ci étaient variés dans leur forme et leur contenu, issus de divers fonds strasbourgeois tels que les Archives de l’Église Saint-Thomas de Strasbourg. Les documents de ces derniers sont contenus plus globalement dans la série « CH » concernant les chartes de la ville, qui les classe par ordre chronologique tous fonds confondus. Procédant ainsi, j’ai couvert les boîtes CH 19 à 24 de celle-ci, étant constituée chacune d’entre 19 à 34 chartes.

Tas de chartes telles quelles sont présentées dans les boites ; ainsi que la charte CH 24/521.

Format et iconographie des empreinte collectées

La plupart des actes impliquaient des ecclésiastiques, surtout des donations ou des accords avec des chevaliers, et apposés dans beaucoup de cas du sceau de juridiction de l’Official de Strasbourg, dont nous avons le 4e type de sceau connu – et dont j’ai pu recueillir un nombre important d’exemplaires – ainsi que des sceaux d’importants chevaliers ou ecclésiastiques, notamment des seigneurs (Hêrren) et comtes (Grâven) ou encore des évêques (episcopi). Ce sceau de l’official représente 49 des sceaux que j’ai récoltés, soit la moitié du corpus traité. Il s’agit d’un petit sceau rouge et rond de 28mm de diamètre. Il est toujours fait de cire rouge, mais la quantité de pigment d’oxyde de plomb et les conditions de préservation peuvent affecter la teinte actuelle, qui varie entre un orange pâle, un rouge vif ou un rouge foncé.

Quelques exemples d’officiaux : CH 20/412, CH 20/418, CH 22/437, CH 22/427, CH 24/525.

Sur l’ensemble, 77 des sceaux étaient ainsi, petits et ronds, mais il y en avait également 7 scutiformes et 5 en navette. Quant à la nature juridique, il y en avait donc 89 classés comme des sceaux normaux et 13 grands sceaux ronds (supérieurs à 100mm). Il n’y a pas d’anomalies ici : les scutiformes appartiennent uniquement aux chevaliers, ceux en navette aux organismes ou personnages ecclésiastiques. Cependant, beaucoup des sceaux ronds étaient aussi ecclésiastiques, ce qui est un peu plus rare[1]. La cire est généralement foncée[2] ; le rouge prédomine pour tous types de sceaux et de sigillants, suivi des teintes allant du brun au noir, et certains étaient d’une couleur plus exotique comme de la cire verte. On peut remarquer que si le rouge était présent partout, les teintes foncées (brun, noir, vert) étaient le plus souvent des sceaux ecclésiastiques ou nobiliaires ; je n’ai pas recueilli un seul sceau de chevalier de cire rouge. Un seul exemple de la collection était confectionné de cire jaune, un sceau qui était par ailleurs un grand sceau royal donc voulant sûrement se démarquer (comme le caractère unique des bulles papales).

Un arc-en-ciel de sceaux de types variés : CH 22/489, CH 22/489, CH 21/460, CH 21/455, CH 23/504, CH 23/510, CH 20/423, CH 23/500.

Les revers ont tous sauf deux cas (le grand sceau d’Henri VII complètement rond au dos et celui du chevalier Conrad de Bergheim à arête) des empreintes de doigts profondes, souvent un seul pour un sceau de taille plus petite (~30mm) et éventuellement deux ou trois empreintes pour les plus grandes. Des traces d’usure s’y rajoutent souvent, avec des égratignures et des empreintes digitales superficielles. Un seul sceau – le sceau du secret – comporte un contre-sceau au dos, un cas rare en Alsace. Trop fragmentaire pour une analyse en détail, il est tout de même possible de rajouter que les deux côtés sont de taille égale, chose encore plus rare, et semblent très similaires dans leur iconographie.

Certains personnages étaient des figures historiques connues, comme par exemple le roi Albert Ier de Habsbourg (r. 1298-1308) dont j’ai recueilli le grand sceau en deux exemplaires. Tous ces sceaux étaient le plus souvent uniques et pendants. Onze parchemins avaient cela dit deux sceaux ou plus (comptant ceux qui manquent), surtout s’il s’agissait d’un accord ou d’une transaction, mais je n’ai personnellement rencontré aucun acte avec plus de cinq sceaux conservés, ce qui est déjà un nombre important. Parfois, l’identité du sigillant n’était pas assez claire pour remplir correctement la fiche correspondante, avec pour conséquence le recours à l’appellation « non-identifié » sur les pages des sceaux concernés[3]. Si l’annonce dépassait beaucoup de blocages, et que l’acte contient le nom des signataires, faute du nom clairement indiqué dans l’annonce il a été plusieurs fois impossible d’associer le sceau à son sigillant.

Beaucoup de sceaux portaient un élément héraldique, souvent un écu montrant le blason du chevalier en question, comme par exemple les chevaliers de la famille von Geroldseck ou von Hohenstein. Il n’était pas toujours possible de l’analyser ou de le corroborer par une source héraldique, dans quel cas le blason n’a pas été renseigné ; je n’en ai d’ailleurs ajouté que trois dans la rubrique héraldique du site (ceux susnommés et les armoiries des Drachenfels). Cela permet l’étude de leur évolution dans les sceaux de ce lignage, pour pouvoir expliquer certains changements éventuels et l’emblématique du sceau, ce qu’il essaye de transmettre comme information. Seuls ces sceaux de chevaliers avaient des images sans volonté de rapport à la religion. En effet, l’iconographie religieuse prédomine bien sûr dans les sceaux d’institutions religieuses tels que dans la curie (un bras tenant une crosse) ou la trésorerie (une main, deux doigts tendus, prêtant serment vers le ciel). Mais il ne s’y limite pas : en Allemagne, au Moyen Âge, le religieux est confondu à l’administratif, donc de nombreux sceaux sans vocation ecclésiastique partagent cette iconographie – notamment dans l’association des différentes villes (Strasbourg, Speyer) à l’image de la Vierge Marie.

Attache, état matériel, datation

Tous les actes sont sur parchemin, et le plus souvent apposés sur double queue[4] et donc pendant avec un repli, mais ceux à simple queue pendante n’en étaient pas dotés – ce détail est important car un repli conserve souvent mieux la queue du sceau et donc le sceau lui-même. Quelques-uns des grands sceaux, comme ceux du roi Henri ou Albert, étaient suspendus par des lacs de soie ou de chanvre colorés, rouges, bleus, verts et jaunes. Cela montre la valeur des sceaux, car perdre le sceau revenait à faire perdre à l’acte toute son autorité – beaucoup des actes que j’ai relevé n’avaient plus de sceau, bien que cela peut être une perte récente. Certaines personnes décident d’ajouter une entrée pour le sceau manquant, mais il m’avait été conseillé de plutôt me contenter de renseigner seulement l’acte et de plus tard compléter l’entrée.

De nombreuses empreintes étaient incomplètes – il m’a fallu donner une hypothèse sur les caractères manquants, souvent une chose assez simple à faire, d’autres fois non : le premier cas étant celui de la graphie des noms (_ᴏɴʀ____ pour un sigillant Conrad – s’est-il fait désigner Conrad, Konratus…). Le deuxième cas concernait les mots de latin médiéval parfois compliqués à saisir : il m’a fallu du temps et de l’aide pour déterminer l’annonce comportant ᴛᴇsᴀᴠʀᴀᴠɪɪ – une dérive médiévale de thesaurus ‘trésor’ en thesaurarius ‘trésorier’. Un autre cas, non lié aux lacunes mais utile à l’interprétation de l’annonce, était d’élaborer les abréviations utilisées, comme par exemple dans quasiment chaque sceau la formule « S’ » pour sigillum. Les plus endommagées ou vulnérables avaient été protégées dans des housses par les archivistes.

Fragment du sceau postsusceptum du roi Albert, superposé à son moulage © Rodolphe Kay. On ne lit que _ɴᴏʀᴜᴍ · ʀᴇx_.

Mon corpus est constitué de sceaux postérieurs à 1300, et donc non recensés par Wittmer. J’ai ainsi récolté des empreintes s’étendant de 1300 à 1310, une période de transition sociale et politique pour le Saint-Empire avec l’assassinat du roi Albert. C’est un bos exemple d’évolution de l’emblématique : il fut couronné avant son troisième sceau et donc y porte ensuite les regalia. Tout cela a peint un portrait intéressant de l’Alsace médiévale. Quant aux sceaux, ils étaient répartis équitablement pour chaque année, mais cela n’était pas nécessairement le cas historiquement : ainsi, sur 100 sceaux, il y en avait environ une dizaine conservée par année. La date ainsi que la cote étaient inscrites sur chaque pochette contenant un acte, rendant facile la datation et l’identification de chacune d’entre elles, la conversion au nouveau style étant déjà faite par les archivistes.

Graphique des sceaux et actes étudiés, ainsi que la quantité de sceaux manquants.

Le travail de numérisation

Quant à la numérisation en elle-même, il a fallu systématiquement remplir une fiche sur la base Sigilla pour l’acte, le sceau-type et l’empreinte ; et dans chacune de celles-ci le nom, la cote, divers caractères externes et internes et un regroupement dans un des thèmes de recherche (dans notre cas, les sceaux des villes d’Alsace). Le nom était très précis, suivant les conventions établis par les membres du comité du site, et sous ce type de format : Official de Strasbourg – Am Strasbourg-AVES – CH 22/471 (soit le sceau-type, le lieu de conservation et la côte de l’empreinte). Le sceau-type[5] est un concept unique en sigillographie, l’idée d’une référence – qui n’existe pas physiquement, étant un amalgame des empreintes – ou encore d’une fiche d’identité pour comparer les sceaux, indépendant de la matrice mais intrinsèquement liée à elle. Il fallait également renseigner l’état physique du sceau : en effet, plusieurs n’étaient que des fragments, et la plupart sont incomplets (d’une ou deux lettres) après 700 ans de conservation, bien que certains soient complets et renseignent donc l’inscription du sceau-type. D’autres ne sont que fragmentaires, compliquant l’identifiant sans l’image ni la légende. Pour les sigillants, qui étaient aussi à renseigner, les informations étaient davantage biographiques, comme les dates de vie et de mort ou encore le rang social, les fonctions ou profession. Quant au traitement d’image pour détourer les sceaux, j’ai privilégié le logiciel GIMP avec lequel j’étais déjà familier pour avancer plus rapidement.

Au total, j’ai ajouté 300 entrées tous types confondus : 120 actes, 102 sceaux, 32 sceaux type, 28 sigillants, 14 titres de noblesse et 3 armoiries ainsi qu’un contre-sceau.


[1] Pᴀsᴛᴏᴜʀᴇᴀᴜ, Michel. Les Sceaux. Turnhout, Brepols, 1981. p. 37

[2] Ibid. p. 35

[3] Voir ici par exemple.

[4] Pᴀsᴛᴏᴜʀᴇᴀᴜ, Michel. Les Sceaux. Turnhout, Brepols, 1981. p. 40

[5] À noter qu’il signifiait à l’origine la matrice, et qu’il est utilisé ainsi dans les œuvres du XXe siècle. Ibid. p. 40

La boîte CH 20 aux Archives de Strasbourg

Ce lundi 1er juillet, j’ai pu, dans le cadre de mon stage, récolter les 27 sceaux de la boîte d’actes médiévaux numérotée CH 20 conservé aux AVES (Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg), que j’ai ensuite archivés. Ils sont en l’occurrence datés de 1300 à 1302 pendant le règne d’Albert Ier (1298–1308), dont le grand sceau figure une fois. La plupart ont un rapport avec la ville de Strasbourg, émis par elle et dotés de son sceau. Plus rares sont ceux dotés de son grand sceau, avec un exemplaire particulièrement bien conservé ci-dessous. Un seul sceau nobiliaire y est recueilli, ce qui est inhabituel pour le début de la série CH. De plus, linguistiquement, cette période est caractérisée par un passage du latin médiéval pour une majorité des textes au moyen haut-allemand vernaculaire ou Mittelhochdeutsch, différence assez flagrante apparaissant surtout autour de l’an 1300. Voici quelques sceaux de grand intérêt :

Le grand sceau de Strasbourg, ici en cire noire, représentant la Vierge et son fils devant la ville.

AVES CH 21/433 

A titre de comparaison, le sceau de la ville de Spire (Speyer) qui présente la même iconographie dans un style très différent.

AVES CH 21/433

Un fragment du sceau du Roi Albert Ier. Ce qui m’a frappé est surtout la couleur: il est rare que la coloration de la cire médiévale des sceaux reste aussi vive, mais ce jaune a cependant remarquablement bien survécu!

AVES CH 20/423

Enfin un sceau assez rare: celui non seulement d’une femme mais en plus rond. Il représente Sainte Élisabeth, car il provient d’un prieuré strasbourgeois qui lui était dédié. En effet, les femmes laïques recourent le plus souvent restreintes aux sceaux en navette (ovales, ce qui est aussi une caractéristique des sceaux ecclésiastiques), ce qui en fait une catégorie intéressante de sceaux qui apparaît sur Sigilla.

AVES CH 20/417