Journées de collecte de retour !

C’est un grand plaisir d’annoncer le retour des journées de collecte !

La première collecte de cette année universitaire sera :

aux Archives municipales de Saverne
lundi, le 10 octobre 2022

Lors d’une journée de collecte, nous sommes une équipe de chercheurs-volontaires. On arrive le matin avec notre matériel (appareil photo, statif éclairant, loupes, etc.) et on traite le plus de documents et de sceaux possible. Le travail sur place consiste à regarder et à photographier les manuscrits ainsi que les sceaux, à prendre les mesures, à identifier le sigillant, et à décrire le sceau.

Même si vous n’avez pas d’expérience, c’est une occasion parfaite à nous rejoindre !  Il n’y a pas de meilleure formation que sur place avec les documents !

Image tirée de : https://www.saverne.fr/

Pour ceux qui le veulent, un groupe va se rassembler à la gare de Strasbourg le matin. Nous travaillerons sur place aux archives toute la journée. Les frais de déplacement et le déjeuner seront pris en compte par le projet. Un retour à Strasbourg est prévu le soir.

Si vous vous intéressez à nous rejoindre à Saverne, merci de nous contacter bientôt, et nous vous ajouterons à la liste !

Sceau à Kreutzer à Mulhouse

  • Edith Ruhlmann

Quelle surprise en découvrant au cours du recensement des sceaux aux archives de Mulhouse deux lettre authentifiées par des empreintes de pièces de monnaie (Kreutzer) à la place des empreintes de sceaux traditionnelles.

Nous sommes en 1467, période très trouble de l’histoire de Mulhouse, petite ville d’env. 1800 habitants, membre de la Décapole (alliance des 10 villes d’empire d’Alsace voulue par Charles IV en 1354). Déjà en 1445 les nobles et les patriciens ont été expulsés pour désordre et trahison, en parallèle avec les autres villes, les corporations assurèrent le gouvernement de la cité.  Le duc d’Autriche Sigismond n’a pas abandonné l’espoir d’annexer cette ville, enclavée dans ses possessions autrichiennes depuis l’extinction de la lignée mâle des Ferrette. Ses baillis installés à Ensisheim, Pierre de Réguisheim, puis Thuring de Hallwyl attisent cet espoir et mettent tout en œuvre pour harceler, tenter de ruiner et annexer Mulhouse. Ce contexte de menace latente (par exemple, la « guerre des 6 deniers » en 1466 : une créance dérisoire d’un garçon meunier – Herman Klee – sert de prétexte à divers nobles pour engager un conflit contre Mulhouse) développa chez les édiles mulhousiens une haine radicale des Habsbourg et une politique de concertation à petits pas avec des voisins efficaces qui avaient les mêmes ennemis : les villes suisses.

Au cours de cette « guerre des 6 deniers » un varlet (fils de gentilhomme placé auprès d’un seigneur pour appendre la chevalerie), Conrad Küfer de Bondorf et une dizaine de ses compagnons se rendant à Bollwiller pour renforcer la garnison du château, furent capturés par les Mulhousiens : après l’intervention de leurs maîtres ils ont été libérés ayant affirmé avoir agi sur les ordres formels du lieutenant du bailli d’Ensisheim. Encouragés en sous-main par une série de vassaux autrichiens, ils ont adressé plusieurs lettres de défi à Mulhouse dont celles ci-dessous datées du 10 octobre et du 7 novembre 1467.

Am Mulhouse – p.i.1342 du 10 octobre 1467

(En bas : ist dieser brieff vor Basel thor stecken funden worden. – cette lettre a été trouvée devant la porte de Bâle (porte de la ville de Mulhouse), (c) E. Ruhlmann
Am Mulhouse – p.i.1342, (c) E. Ruhlmann

Cette lettre de défi signée par un groupe composé de Jean Schluch, Conrad Gross de Villigen, Gaspard de Schwenningen et Jean Fry de Baden-Baden signifie au maître et au conseil de Mulhouse qu’ils ont pris fait et cause pour Conrad Küfer dans la guerre qu’il leur fait, à eux et à leurs confédérés En conséquence ils acceptent l’état de paix ou de guerre où se trouve le susdit Küfer, et emploieront contre ses ennemis de jour comme de nuit, le pillage, l’incendie ou le meurtre selon que les hostilités le comporteront.

Ils font cette déclaration revêtue, faute de sceau, de l’empreinte d’un kreutzer, pour que leur honneur soit à couvert.

« C’est l’empreinte d’une pièce de monnaie qu’on ne saurait reconnaître, en cire verte sous couverte de papier. »  (X. Mossmann – Cartulaire de Mulhouse III – N° 1088 p. 68.)     

 Am Mulhouse – p.i.1362 du 2 novembre 1467

En bas : « Vnd zu aller vrkunde versigellen vir den mit einem kritzer, vnd wir nuntzmol kein eygen sigel haben. », (c) E. Ruhlmann

Autre lettre de défi à l’encontre de Mulhouse par d’autres belligérants qui prennent fait et cause pour Conrad Küfer de Bondorf :  Hans Friedrich von Farnou, Heinrich Meiger, Peter Nyemants von Zabern (Saverne), Claus Coler vnd Verlin von Vich, Hans Betz von Friddingen, Schel von Masmünster (Masevaux), Dirholtz von Sindelfingen, Casper Frij von Hestet , dans les mêmes termes que la lettre précédente et pour conclure scellent leur déclaration de l’empreinte d’un kreutzer.

Am Mulhouse – p.i.1362, (c) E. Ruhlmann

Au dos est écrit : « ist in Troubachs ceppelin* funden, secunda ante Elisabeth (16 novembre) anno etc. lxvj° » (*Ceppelin : petite chapelle située à l’extérieur de la porte de Bâle.)

Acte en papier avec traces de cire verte en forme de sceau ; entre le corps de la lettre de défi et l’empreinte, le nom : Heinrich Rübschnitz. (X. Mossmann – Cartulaire de Mulhouse III – N° 1102 p. 82.)

Il est à noter que précédemment, les belligérants demandaient à leur maître d’apposer leur sceau sur ces lettres de défi, mais une fois la paix revenue, cela pouvait avoir des conséquences fâcheuses pour leurs « bonnes » relations retrouvées avec Mulhouse.

A remarquer qu’au cours de ces conflits, il suffisait de déclarer la guerre par une lettre de défi dûment scellée -du mieux possible – pour que « l’honneur soit couvert » malgré les exactions commises ou envisagées, comme décrit plus haut.

Le Kreutzer (monnaie)

Frappé pour la première fois en 1274 dans le Tyrol, le kreutzer équivalait à l’origine à vingt petits deniers de Vérone. Il doit son nom à l’image de l’avers, qui montre soit une croix celtique, soit une double croix. Monnaie d’argent au début, il devint peu à peu une monnaie de billon (alliage de moins de 50 % d’argent et donc plus de 50 % de métal vil (cuivre, zinc, étain). Le kreutzer constitua à partir du XVIe s. la base du système monétaire de l’Allemagne du Sud et de l’Autriche et fut dès lors un élément important du numéraire de plusieurs cantons. Il servit aussi de monnaie de compte dans le canton de Berne (francisé en « cruche » dans le pays de Vaud) et valait un quart de batz et un centième d’écu (couronne).

Bibliographie :

Guy Trendel, L’Alsace au Moyen Age, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2010.

Odile Kammerer, « Mulhouse », dans B. Vogler (dir.), La Décapole. Dix villes d’Alsace alliées pour leurs libertés 1354-1679, Strasbourg, La Nuée Bleue, 2009, p. 331-355.

Philippe Mieg, « Les difficultés de Mulhouse à l’époque de son alliance avec Berne et Soleure », Bulletin du Musée Historique de Mulhouse 73, 1965, p. 31-84, 74, 1966, p. 5-109, 75, 1967, p. 39-118, 76, 1968, p. 47-154, et 77, 1969, p. 39-148.

Dictionnaire Historique de la Suisse – DHS – version du 04.11.2008 – online : https://hls-dhs-dds.ch/fr/articles/013679/2008-11-04

Prochaine réunion de volontaires !

C’est avec plaisir qu’on annonce notre prochaine réunion de volontaires :

Mercredi, le 5 octobre 2022
de 14h à 16h
dans l’Auditorium des Archives d’Alsace, site Strasbourg
6 rue Philippe Dollinger, 67100 Strasbourg

Sur l’ordre du jour, nous discuterons les actualités de notre projet SigiAl, de SIGILLA, les prochains événements (amenez vos agendas !) et nous traiterons bien sûr vos questions.

Il serait une belle occasion de nous revoir après la pause estivale et d’organiser la continuation du projet ensemble.

Au plaisir de vous retrouver aux Archives d’Alsace !

Ateliers de saisie de retour !

Nous voilà à la rentrée ! Toute l’équipe espère que vous avez passé de bonnes vacances !

La rentrée SigiAl commence avec un atelier de saisie :

Lundi, le 19 septembre 2022
de 10h à 12h
au bureau 126 au Palais Universitaire
, Strasbourg

Pour rappel, ces ateliers de saisie sont conçus pour ceux qui débutent avec la saisie ou qui veulent apprendre la saisie dans la base SIGILLA. Même si vous n’avez pas d’informations à saisir à ce stade, nous pourrons vous fournir quelques exemples pour bien commencer. Bien sûr que tout le monde est le bienvenu à ces ateliers : si vous avez une question ou même pour simplement dire bonjour et voir d’autres volontaires.

Nous sommes en train d’organiser d’autres événements, et nous vous tenons au courant pour la suite !

SigiAl en pause estivale

Conrad, sacristain de Saint-Thomas de Strasbourg
Conrad, sacristain de Saint-Thomas de Strasbourg, AVES CH30/661 (c) Pauline Gutzwiller

Nous voilà, en plein été et prêts pour les vacances ! Toute l’équipe SigiAl vous remercie de votre engagement et votre motivation lors de cette année universitaire passée. Il était un plaisir de discuter et de travailler avec vous. Nous sommes sur le bon pied, et l’année prochaine s’annonce prometteuse !

Il ne nous reste plus qu’à vous souhaiter de belles vacances. Reposez-vous bien, et on se reverra pour la rentrée en septembre ! Nous serons à nouveau à votre disposition à partir du 5 septembre.

Bonnes vacances !

40 000 empreintes dans SIGILLA !

Ce matin, la 40 000e empreinte a été saisie par notre contributrice Pauline Gutzwiller ! Il s’agit du sceau de Gérothée de Rathsamhausen zum Stein attaché à un acte des Archives d’Alsace, site Strasbourg.

Nous prenons cette occasion pour remercier vivement tous nos volontaires et contributeurs ! SIGILLA est désormais constitué de 13,7% des sceaux alsaciens. Vous êtes le cœur de notre projet, et sans vous, on ne pourrait rien faire.

MERCI à vous toutes et tous !

Une bulle papale ordinaire ?

  • Pauline Gutzwiller

À première vue, voici une bulle papale ordinaire, cotée 12 J 73 aux Archives d’Alsace, site de Strasbourg. Rédigé en latin, l’acte est appendu du sceau d’un pape. D’après l’inventaire, il s’agirait d’« Indulgences accordées à l’abbaye de Koenigsbruck par le pape Sixte IV[1] ». Lorsque l’on se penche plus près de la bulle, on note cependant un fait surprenant : sur l’avers, la légende ne présente non pas « SIXTUS . PAPA . IIII », mais « NICOLAUS . PP. IIII ». Il s’agit en réalité d’une bulle de Nicolas IV, pape de 1288 à 1292, et non de Sixte IV, pape de 1471 à 1484, soit deux siècles plus tard. L’acte, pour sa part, est daté du 29 août 1484, plus précisément 17 jours après la mort de Sixte IV[2]

Il ne s’agit pas là de la seule curiosité de cette bulle. Selon Benoît Tock, professeur d’Histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg qui a été amené à analyser ce document pour tenter d’en comprendre les mystères, cet acte n’a même pas de raison d’être scellé par le pape, comme le sous-entend l’inventaire de la série, bien qu’il se dise reproduire une décision verbale du pape. Le document ne présente même pas d’auteur, si ce n’est un Johann Alphart à la sixième ligne : michi fratri Johanni Alphart. Il s’agit du vicaire provincial de la province de Strasbourg de l’ordre des frères mineurs. Nous sommes donc bien loin du pape !

Un document, donc, qui n’a pas de lien direct avec le pontife, et encore moins Nicolas IV, antérieur à deux siècles. La manière dont est attachée la bulle – à l’envers, et ne passant que par un des trois poinçons dans l’acte – laisse d’autant plus supposer qu’il ne s’agit pas du sceau d’origine. Toujours est-il que cette bulle de Nicolas IV est en tout point similaire aux autres présentes sur la base de données[3] ; il s’agit donc bien d’une bulle authentique. Probablement séparée de son acte originel, cette bulle a peut-être été ici rattachée au document des suites d’une erreur de lecture. Il est cependant impossible de déterminer depuis quand cette erreur subsiste.

Cela laisse donc d’autres interrogations : pourquoi les poinçons présents dans l’acte pour faire passer l’attache sont-ils similaires à ceux d’une bulle, alors que l’acte n’a pas de raison d’être scellé par le pape ? Mais surtout, qui était le sigillant originel de cette charte qui apparaît dans la formule de corroboration comme s’ensuit : In huiusce concessionis fidem ac robur sigillum officii mei vicariarus presentibus duxi appendendum[4] ?


[1] Leblay Anne, Verdier Pascale (dir.), Echange Bade I, 936 – 1795, série 12 J. Répertoire numérique détaillé, Strasbourg, 2005, p.6.

[2] Datum in conventu nostro Leonbergensis, tempore nostre procvinci[alis?] congregationis super dominica post Bartholomei celebrate […] (transcription réalisée par Thomas Brunner, maître de conférences en histoire du Moyen Âge à l’Université de Strasbourg, et co-dirigeant du projet SigiAl – Sigilla en Alsace).

[3] Une comparaison a été effectuée avec celle de l’acte côté CH 14 / 286 aux Archives de la Ville et de l’Eurométropole de Strasbourg : http://www.sigilla.org/empreinte/nicolas-iv-am-strasbourg-aves-ch-14/286-92323.

[4] Transcription réalisée par Thomas Brunner.

La Cathédrale de Strasbourg à l’honneur chez Passion Médiévistes !

Connaissez-vous déjà le podcast Passion Médiévistes ? C’est un podcast qui mène une interview chaque mois avec un.e jeune médiéviste depuis avril 2017. Les sujets sont divers et couvrent l’intégralité du Moyen Âge. L’épisode le plus récente porte sur notre cathédrale de Strasbourg !

L’archiviste des archives de la ville de l’Eurométropole de Strasbourg, Benoît Jordan, et conservateur-restaurateur à la Fondation de l’Œuvre Notre-Dame, Mathieu Baud vous amènent derrière les coulisses pour mieux comprendre ce bâtiment merveilleux qui marque nos jours quotidiens.

Journée de collecte à Colmar

Le 12 juillet était l’occasion de notre dernière journée de collecte avant les vacances estivales. Avec une équipe de huit personnes, nous sommes allés aux Archives d’Alsace, site Colmar (les anciennes archives départementales du Haut-Rhin).

Malgré la chaleur, on a réussi à traiter une quarantaine de documents. Le but de cette journée était de traiter les sceaux (et leurs documents) qui datent avant l’année 1250. C’était un grand changement des sceaux qu’on était habitué à voir – les grands empereurs du Saint-Empire ou les seigneurs locaux. La charte la plus ancienne de la journée datait de l’année 775 avec un sceau de Charlemagne lui-même !

N’hésitez pas à consulter SIGILLA dans les prochains jours pour voir ces sceaux et ces actes grandioses.

Un grand merci à tous ceux qui étaient présents- également à l’équipe très accueillant des Archives d’Alsace !

Bulle d’or de Sigismond, à Haguenau. 1433

  • Nicolas Kernel
Bulle d’or de Sigismond (avers), Am Haguenau – AA 50 (c) N. Kernel

L’emploi de bulles d’or est un privilège de l’empereur ou du roi, et provient par là d’un usage byzantin, attesté dès le VIe siècle. Pour l’Empire romain d’Occident, appelé par commodité Saint-Empire, les premières chrysobulles conservées font leur apparition vers 1020, sous Henri II. La base Sigilla a présenté sa première bulle d’or, promulguée par Frédéric Barberousse en 1186.[1] La bulle d’or de Sigismond de 1433 conservée aux Archives municipales de Haguenau sera ainsi la deuxième à se voir versée sur la base.

Cotée en Am Haguenau AA 50,[2] il s‘agit d’un diplôme en parchemin de l’empereur Sigismond, de la famille de Luxembourg, portant confirmation générale des droits et privilèges de la ville de Haguenau, ce qui rappelle le lien privilégié de cette ville avec les différents empereurs. Il a été promulgué le 4 novembre 1433 à Bâle, où se tenait une diète impériale entre 1433 et 1437, ainsi que bien entendu le grand concile de Bâle (1431-1448).

Am Haguenau – AA 50 (c) N. Kernel

Par métonymie, on appelle donc ce document une bulle d’or, car y est attaché une chrysobulle de 66 mm de diamètre. Car c’est en effet le sceau qui garantit et authentifie le texte qui ici fait passer ce dernier à la postérité. La bulle est donc accrochée à l’acte par le repli, pendant sur des lacs de soie rouge, comme cela se fait suivant la tradition de la chancellerie impériale. Malheureusement ouverte côté avers, les deux parties en sont maintenues ensemble grâce à des fils de pêche en nylon. Ce sceau a 5 millimètres d’épaisseur, rempli de cire jaune.

Elle représente à l’avers « l’empereur assis en grand costume impérial », nous dit l’inventaire sommaire de Xavier Nessel, l’archiviste de Haguenau à la fin du XIXe siècle. La figure est très impériale, voire proprement carolingienne, Sigismond s’inspire là de la propre obsession de son père Charles IV pour Charlemagne, qu’il avait en commun avec son prédécesseur Frédéric II.[3] La légende figure : « Sigismundus dei gratia romanorum imperator semper augustus ac Hungarie, Bohemie, Dalmacie, Croacie etc rex. ». Le choix de cette légende très fournie explique certainement par le manque de place, le fait que les insignes ne sont pas tenus en l’air en majesté, comme pour ses prédécesseurs : le globe est posé sur ses genoux, le sceptre sur son épaule et passe entre les jambes.

Bulle d’or de Sigismond (revers), Am Haguenau – AA 50 (c) N. Kernel

Au revers, on a la traditionnelle représentation idéalisée de la ville de Rome, avec une « église à baies cintrées », et dans la baie de la porte, l’inscription : « aurea roma ». La légende reprend la titulature habituelle, comme par exemple avec celle de son père : « Roma x caput x mundi x regit x orbis x frena x rotundi. ». « Rome, tête du monde, tient les rênes de l’univers » Ce vers serait apparu dans l’entourage de Conrad II, et d’ailleurs on le retrouve déjà avec notre bulle sur Sigilla de Frédéric Ier Barberousse.[4]

Cette représentation de Rome sur le revers est un topos naturel pour ces souverains à la primauté vouée à l’universalité par leur héritage romain. Sigismond s’insère dans cette tradition, en reprenant l’imaginaire de la célèbre Bulle d’or de 1356 de son père. Charles IV voulait en effet renouer avec cette tradition qui remonte au XIe siècle, à laquelle s’était opposée son concurrent Louis IV de Bavière. Ce dernier avait fait montre lui d’une Rome beaucoup plus réaliste, comme on peut le voir sur cette représentation :

Louis soutenait qu’il avait obtenu en 1328 son couronnement impérial contre la volonté du pape et (soi-disant) au nom du peuple. Comme pour magnifier cet affront et faire oublier son excommunication, la bulle d’or de Louis était la première du genre à présenter une représentation en perspective de Rome, montrant plusieurs bâtiments antiques et médiévaux reconnaissables. L’espace central était occupé par le Palazzo Senatario, le siège du gouvernement de la ville de Rome, ce qui prétendait légitimer la prétention impériale de Louis comme étant approuvée par le Sénat et le peuple de Rome (SPQR).[6]

Les Luxembourg tiennent eux leur pouvoir du pape, et donc reviennent à une représentation traditionnelle et toute « laterane » de Rome !


[1] Frédéric Ier de Hohenstaufen – Ad 73 – SA 176. URL : http://www.sigilla.org/empreinte/frederic-ier-hohenstaufen-ad-73-sa-176-246130.

[2] Am Haguenau – AA 50. URL : http://www.sigilla.org/acte/am-haguenau-aa-50-249429.

[3] MONNET (Pierre), « La Bulle d’or de 1356, une « constitution » pour l’Empire ? », in : Des chartes aux constitutions. Autour de l’idée constitutionnelle en Europe (XIIe-XVIIe siècle), Paris : Éditions de la Sorbonne, 2019, p. 149-187, ici vers 160.

[4] Cem – Frédéric Ier de Hohenstaufen – Ad 73 – SA 176. URL : http://www.sigilla.org/contre-empreinte/cem-frederic-ier-hohenstaufen-ad-73-sa-176-246131 ; http://www.sigilla.org/sceau-type/frederic-ier-hohenstaufen-bulle-revers-246129.

[5] Images tirées de https://www.stadtgeschichte-ffm.de/en/city-history/digital-presentations/die-goldene-bulle.

[6] https://www.stadtgeschichte-ffm.de/en/city-history/digital-presentations/die-goldene-bulle.

Retour sur trois années de sciences participatives

(c) Pauline Gutzwiller

Le 24 juin, nous avons célébré la première étape de notre projet SigiAl. Actif depuis fin 2019, nous avons fait ce bilan d’étape avec vous, nos volontaires. C’était une journée chargée de belles présentations, de dialogue et de convivialité !

Les volontaires étaient au centre de la journée avec quelques présentations des archives où ils sont actifs. Daniel Keller nous a présenté les sceaux trouvés dans le Chartrier de Niedernai aux Archives de la Région Grand Est, site Strasbourg. Edith Ruhlmann nous a montré quelques trésors des archives municipales de Mulhouse. Yann Franchet nous a expliqué les complexités des sceaux de l’Officialité de Strasbourg et les sceaux types qu’il a répertorié à partir des Archives d’Alsace, Strasbourg et les Archives de la ville et Eurométropole de Strasbourg. Odile Jurbert nous a amené derrière les coulisses pour découvrir quelques sceaux dans les archives de Saint-Thomas de Strasbourg pas encore classées. Et finalement, Daniel Bornemann nous a montré la richesse des fonds de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Nos invités nous ont également donné des pistes de réflexion intéressantes. Mélodie Faury nous a fait connaître les enjeux des sciences participatives à l’Université de Strasbourg. De l’Atelier National de Recherche Typographique à Nancy, Délia Préteux a raconté les défis typographiques pour transcrire les légendes des sceaux. Le but de son travail est de concevoir un outil pour SIGILLA afin de mieux lire et décrire les légendes. Philippe Jacquet, conseiller scientifique et technique SIGILLA nous a dévoilé les origines de la base et a annoncé quelques réflexions pour son avenir. Jean-Luc Chassel, Président de la Société française d’héraldique et de sigillographie, a éclairé les similitudes et différences entre les sceaux des évêques en France et dans l’Empire.

De l’équipe SigiAl, Olivier Richard était le modérateur de la journée. Catherine Kasteleiner a présenté un bilan du projet – plus de 5 000 empreintes saisies ! Et Thomas Brunner a montré les armoiries de l’évêché de Strasbourg et leur diffusion dans les sceaux locaux.

Les dialogues étaient passionnants et notre motivation continuera pour la suite !
Quelles belles découvertes pourrons-nous exposer la prochaine fois ??
A voir !

Programme de notre Journée d’études SigiAl

A presque une semaine de notre journée d’études, nous vous partageons le programme de la journée. Venez découvrir les travaux de nos volontaires et regarder derrière les coulisses des archives de la Région Grand Est, de Mulhouse, des fonds de Saint-Thomas et même de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg (BNU). Présentations sur l’épigraphie, les armoiries de l’évêché de Strasbourg, les sceaux des évêques du Saint-Empire et la base SIGILLA sont également prévues.

Vendredi, 24 juin 2022 de 9h à 17h
Salle Fustel, Palais Universitaire,
9 Place de l’Université, Strasbourg

Participation gratuite

Il promet d’être une journée bien passionnante !

La collecte s’avance à grand pas !

Grâce à un financement de la DRAC Grand Est, SigiAl offre pour la première fois des contrats courts à deux étudiants. Il s’agit des contrats de deux mois afin d’avancer la collecte dans les fonds jusqu’à présent peu exploités.

Un étudiant a commencé fin mai et travaille aux archives municipales de Haguenau. Il poursuit le travail qu’on a commencé ensemble lors des deux journées de collecte. Les archives de Haguenau sont très riches en sceaux – les archivistes estiment la collection autour des 5 000 empreintes !

Une deuxième étudiante vient de commencer cette semaine. Elle traite les fonds des Archives d’Alsace site Strasbourg de la série J. Cette série inclut des archives des familles telles les Ribeaupierre, et les comtes de Nassau-Sarrewerden ou de Hanau-Lichtenberg. Comme la collection est méconnue, qui sait ce qu’on peut y trouver !

N’hésitez pas à suivre leur progrès sur SIGILLA !

Journée d’études SigiAl

Lancé fin 2019 par le laboratoire ARCHE (Université de Strasbourg) avec le soutien de la FSHAA, le projet SigiAl (Sigillographie de l’Alsace – un projet de sciences participatives pour répertorier et numériser tous les sceaux conservés en Alsace) arrive au terme de sa première phase. Pour célébrer le travail déjà accompli par les volontaires et présenter l’avancement du projet et ses premiers résultats, une journée d’études est organisée à Strasbourg le 24 juin 2022. Dans un cadre tout à la fois scientifique et festif, certains des volontaires présenteront leurs travaux et leurs études issues de la collecte des sceaux alsaciens. Jean-Luc Chassel Président de la Société française d’héraldique et de sigillographie, et Philippe Jacquet, créateur et co-responsable de la base SIGILLA, seront nos invités d’honneur.

N’hésitez pas à nous rejoindre pour une journée de découvertes et de discussions !
Tout le monde est le bienvenu !

Vendredi, 24 juin 2022 de 9h à 17h
Salle Fustel, Palais Universitaire,
9 Place de l’Université, Strasbourg

Participation gratuite

Retour à Haguenau

Le 12 mai dernier, nous sommes revenus avec huit personnes aux archives municipales de Haguenau afin de continuer notre collecte sur place ! Muni de deux tables de reproduction, nous avons formé quatre équipes pour traiter les sceaux et leurs actes.

Dans la série AA, nous avons retrouvé les sceaux des empereurs qu’on commence à connaître très bien : Frédéric V de Habsbourg, Sigismond …

Nous avons également continué dans la série FF sur les procès judiciaires où sont conservés beaucoup de sceaux en placard. Un premier coup d’œil à la série GG nous a montré quelques sceaux d’évêques – quelques-uns d’aussi loin que le Monténégro !

Dans le cadre de cette collecte, une autre volontaire était également sur place la veille et le lendemain afin de bien avancer sur la série AA.

 Avec tous ces efforts, on a traité plus de 100 cotes !  Surveillez bien la base SIGILLA pour voir les nouvelles empreintes de Haguenau !