Brèves considérations sur les armes parlantes, le cas de Conrad Gumpelman

  • Kévin SCHUDY

Les armes parlantes sont avant tout un jeu onomastique, le but premier est de se référer à la signification du nom d’un individu. La définition est incertaine et variable, car les armes parlantes peuvent s’exprimer de diverses manières. Directement, de manière allusive ou sous forme de jeu de mot[1]. Longtemps peu considérées, elles existes dès les balbutiement de l’héraldique au XIIe siècle, et touchent pourtant de nombreux individus, à différentes échelles sociale, du châtelains au roi[2].

Toutefois, elles posent d’emblée un problème inhérent au langage de par l’évolution linguistique. Le sens du nom dont les termes désignant le meuble héraldique ont pu disparaitre ou évoluer, mais également par leurs références allusives qui ne sont plus si évidente quelques siècles après leurs créations[3]. Non systématiques, il est ainsi difficile de savoir de ce qui relève de l’arme parlante ou non, elles peuvent conduire à des anachronismes ou de mauvaises interprétations[4].

Il semblerait que les armes parlantes aient connue un plus grand usage et une plus grande postérité dans les terres de langue germanique, langue qui se prêterai plus aisément à la translittération d’un patronyme[5].

 Ce sont sur ces mise en garde que nous nous sommes penchés sur le cas de Conrad Gumpelman, Schaffner (percepteur) d’Altkirch dans les années 1509-1515[6]. Conrad, dans ses fonctions de Schaffner, est en outre chargé de valider par son sceau des actes de diverses nature, essentiellement à ressort économique. Il semble que la ville d’Altkirch ne possède pas de sceau propre à cette fonction, ainsi les Schaffner usent de leurs sceaux personnels. Sur ces derniers nous retrouvons essentiellement des écus, seuls, accompagnés d’une légende annonçant le prénom et le patronyme de l’individu.

Conrad porte donc un simple écu sur son sceau, dont la légende en capitale gothique est : + S’ CONRAD GUMMPELMAN. Un sceau qui pourrait semblant très simple et archétypal, les armoiries de Conrad restent toutefois originales, elles figures une fleur poussant sur un soulier.

L’hypothèse pour un tel choix est qu’il s’agisse d’une arme parlante. Tout d’abord, comme pour toutes armes supposées parlantes étudions l’étymologie du patronyme de Gumpelman, pour trouver quelques indices.

 Gumpelmann est le nom d’un métier qui renvoie aux ménestrels, acrobates, jongleurs… médiévaux[7]. En décomposant les sèmes il peut exister d’autres interprétations étymologiques. Gum, peut être utilisé comme qualificatif pour idiot ; Gume, peut désigner un individu patient ; bël / bêl / bêle renvoient à l’adjectif schöne, bon ou beaux ; Mann signifie simplement homme. Si Gumpel se lit en un nom complet, il peut signifier plaisantin. Il pourrait aussi renvoyer à Gümpel / Gimpel qui désigne la partie pendante de tissu d’un gonfanon désignant par euphémisme le sexe masculin[8]. Par conséquent, rien qui ne puisse former un rébus, pas de fleur ou de soulier, ni de jardinier ou de cordonnier dans l’étymologie de Gumpelmann. Son nom fait allusion à un individu dont le but est de divertir, de plaisanter, et donc très probablement à la profession de jongleur. Bien qu’il pourrait également s’agir d’un sobriquet, le patronyme de Conrad semble être la translitération directe de la profession de Gumpelmann. Cependant, la profession de jongleur, qui implique une certaine itinérance à moins d’être missionné à une cour ne permettrait pas à Conrad d’exercer la fonction de Schaffner six années consécutives, de plus, il est ponctuellement cité comme témoin dans des actes antérieur et postérieur à sa fonction.

Plusieurs hypothèses se présentent donc à nous. Soit Conrad est le premier à user de l’armoirie et a voulu faire une contrepèterie pour faire allusion à l’origine de son nom, soit il a hérité des armes paternelles. Conrad est actif dans les institutions de la ville d’Altkirch, bien que cela ne soit pas mentionné, il semble plutôt être un bourgeois de la ville. Il est plus probable qu’il ait hérité d’armes paternelles, autant que son patronyme, Gumpelman, qui se prête très bien à ce style de représentations. Il n’a donc pas été jongleur mais descendant de jongleur.

Une autre hypothèse aurait pu présenter Conrad comme le premier à utiliser cette armoirie de par une profession en rapport avec les meubles de cette dernière, jardinier ou cordonnier notamment. Toutefois, si cela avait été le cas, par comparaison avec ce qui se pratique, sa profession aurait été certainement mentionnée comme sur le sceau ou les suscription de Hans Wild, boucher et bourgeois d’Altkirch (der Metziger Burger ze altkilch gesessen)[9].

En revanche, il est possible que Conrad ait eu un ancêtre jongleur qui a pris le nom de la profession, dont l’un des descendants s’est fait jardinier ou cordonnier et a adopté l’armoirie.

En réalité, pour déterminer si l’armoirie a appartenu à un jongleur ou à une autre profession, dépend du ressort comique et allusif d’une fleur dans un soulier pour le XVème siècle. Bien que l’hypothèse la plus probable soit celle d’un ancêtre jongleur ayant adopté l’armoirie la seconde n’est pas à exclure pour autant.

Dans les deux cas Conrad est le descendant de l’un de ces individus, pour un peu que ce descendant est lointain les armoiries de Conrad Gumpelman définissent son identité par son lignage et non plus par une profession bien que son patronyme soit apparue en raison de la pratique de cette dernière, et dans le même temps, ou à posteriori, une armoirie. Puisque cette armoirie fait référence à un ancêtre et à une profession qui n’est vraisemblablement plus pratiquée, reste-t-elle une arme parlante ?

Dans le cas des Bock, un bouc reste un bouc, dans le cas des Hartmann, le nom désigne un caractère et donc intangible dans le temps, mais pour les armes parlantes né de profession, à partir du moment où un membre de ce lignage ne la pratique plus est-elle réellement parlante ? Ce n’est vraisemblablement pas le cas de Conrad Gumpelman, mais si le patronyme ne correspond pas à la profession ou ne peut pas étymologiquement relier les armes et le patronyme, alors l’armoirie, au bout de quelques générations, ne reflète plus qu’un lointain souvenir, peut-être perdu, des origines d’un lignage, dire son lignage étant la finalité de toute armoirie, l’arme parlante redevient ainsi muette.

Bibliographie : PASTOUREAU Michel, « Une écriture en images : les armoiries parlantes », Extrême-Orient Extrême-Occident, n°30, 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011 :URL : http://journals.openedition.org/extremeorient/110 ; DO


[1] Michel Pastoureau, « Une écriture en images : les armoiries parlantes », Extrême-Orient Extrême-

Occident [En ligne], 30 | 2008, mis en ligne le 01 octobre 2011, consulté le 06 mai 2019. URL : http://

journals.openedition.org/extremeorient/110 ; DOI : 10.4000/extremeorient.110. p. 188-189.

[2] ibid, p. 190.

[3] ibid, p. 191.

[4] ibid, p. 195-196.

[5] ibid, p. 193.

[6] Par ailleurs, l’épouse de Conrad est mentionnée sans patronyme en 1512 dans un registre, une certaine Catherine. (Am Altkirch WW 25, f°5).

[7] D’après le Mittelhochdeutsches Wörterbuch (http://www.mhdwb-online.de/wb.php?buchstabe=A&portion=0).

[8] ibid.

[9] Am Altkirch – AA 69. Acte de 1468, antérieur au sceau de Conrad Gumpelman.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ckasteleiner (21 mai 2024). Brèves considérations sur les armes parlantes, le cas de Conrad Gumpelman. SigiAl. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/11ovf