Sceau du secret de Mulhouse, 1638

  • Edith RUHLMANN

La Pharmacie du Lys à Mulhouse, est l’une des plus anciennes de France qui de surcroit est en activité sans interruption depuis 1650 jusqu’à nos jours. C’est un monument classé qui a fait l’objet d’un recensement de Monsieur Prosper Mérimée, devenu Inspecteur général des monuments historiques en 1834.

A priori, cela n’a rien à voir avec SIGILLA, la base numérique des sceaux conservés en France, mais voilà que lors d’une visite des fonds de la Bibliothèque municipale de Mulhouse, avec mon frère Hugues Ruhlmann, nous découvrons    l’acte de vente de ce bâtiment.

Cette vente a été officialisée le 27 février 1650 par devant le Magistrat de Mulhouse composé du Bourgmestre et de son conseil.

 Henri Risler, drapier de son état vend à Jean-Henri Engelmann bourgeois et apothicaire à Mulhouse (Bürger vnd Apotheckhern zu Mülhausen) une maison sise à Mulhouse « auf dem Platz, zur Lilien genannt ». (1)

Surprise : cet acte est scellé avec un sceau secret de la ville de Mulhouse non encore répertorié dans la base de données SIGILLA :

Au centre, dans un écu droit, on voit la roue de Mulhouse à huit aubes, l’axe est droit et le moyeu central carré est évidé ; l’écu repose sur un présentoir orné de rouleaux style renaissance.

Le champ est encadré par deux cordons, eux-mêmes accompagnés de filets simples de part et d’autre, l’exergue porte une légende (texte qui entoure le champ) en caractères romains :

+ SIGILLVM * SECRETVM * CIVIVM * IN * MULHAUSEN * 1638  /

Traduction : « sceau secret de bourgeois à Mulhouse, 1638 »

Cette date est celle de la gravure de la matrice et donc de la mise en fonction du sceau, qui n’est pourtant attesté que par notre empreinte, de douze ans postérieurs.

Le sceau a été imprimé dans une belle boîte en bois tourné [sans doute du buis], reliée au parchemin par une cordelette en soie des couleurs de Mulhouse, rouge et blanc.

 Généralement les couvercles de ce type de boîte destinée à protéger le sceau ont disparu. Heureusement, celui-ci nous est parvenu. Le motif gravé reprend celui du fond de la boîte et montre qu’il a été préparé par le même artisan.

D’après les recensements que nous avons effectués selon l’inventaire chronologique (2) des Archives Municipales de Mulhouse – jusqu’en 1505 environ – et qui sont enregistrés dans la base SIGILLA, nous trouvons trois catégories de sceaux de la ville :

Le « Grand-sceau » ou sceau officiel de la ville (1266 à 1549)

Le premier sceau de Mulhouse a été utilisé, selon Benner, de 1266 à 1284 et représente une roue de moulin à huit aubes (qui renvoie au jeu de mot sur le toponyme de la ville (Mühl, moulin) ; son centre représente une aigle impériale éployée.

 Le deuxième (1316/1549) présente la roue à huit aubes, elle n’a pas encore le moyeu central et ses rayons sont disposés en sautoir.

La légende est la même pour les deux sceaux :

« S . VNIVERSITATIS . DE . MVLNHVSEN . »
S(igillum) VNIVERSITATIS (de la ville) . DE . MVLNHVSEN)

Le « sceau secret » ou sceau du secret (1379 à 1650)

 Il est utilisé pour sceller des actes de la vie courante : décisions du Magistrat , actes de vente, fondations au profit des églises, etc. nous en avons recensé cinq versions différentes par la taille et l’alphabet utilisé, mais qui présentent les caractéristiques communes suivantes :

La roue à huit aubes avec un moyeu carré plein et la légende commune à tous est :

« S . SECRETV . CIVIVM . IN . MVLNHVSEN . »
S(igillum) . SECRETV(M) . CIVIVM (des bourgeois) . IN . MVLNHVSEN .

Notre sceau secret de 1638 représente la cinquième version depuis 1379.

Le « sceau de justice » ou sceau de juridiction

Il scelle tous les actes du tribunal ; nous en avons recensé quatre versions qui ont les caractéristiques suivantes :

Le moyeu central carré est évidé et leur légende est :

Pour la période 1408 à 1442 :

« S . IVDICII . IN . MVLNHVSEN . »
S(igillum) . JUDICII . IN . MVLNHVSEN

Puis de 1448 à 1496 :

« SIGILLVM .  IVDICII .  CIVITATIS . IN . MVLNHVSEN . »
Sigillum . judicii . civitatis . in.  Mulnhusen .

Dans la « Chronique de la Famille Engelmann de Mulhouse » (3), Jean-Henri Engelmann écrit (p. 159) : « Mercredi le 12 décembre (1649) j’achetai ma maison sur la place appelée « Au Lys » des frères Antoine et Henri Risler, qui me coûta avec tout ce que je dus y faire arranger, la somme de 2025 livres, argent comptant. Le même jour je vendis ma maison sur la place des Victoires, appelée « A la Fleur » ainsi que la grange de la rue de la Justice, à dame Ursule Risler…. ».

Puis (p. 161), « Dans le courant de mars (1650) …. J’emménageai dans ma nouvelle maison sur la place appelée « Au Lys ». Je commencai par le transfert de l’officine, qui dura, étant donné les nombreux rayons, près de dix jours, durant lesquels j’habitais toutefois déjà la maison ».

« D’après l’inscription comportant un écu avec le monogramme d’Henri Risler et la date de 1634, la maison aurait été reconstruite à cette époque pour Henri Risler et sa femme Catherine Hartmann. » (4)

Photo du linteau d’une fenêtre donnant sur la rue des Boulangers

Cette découverte nous a réjoui à plus d’un titre, d’abord la découverte de ce sceau en très bon état, dans un endroit autre que celui dédié à ces collections : les Archives de Mulhouse, ensuite la valeur historique du document qui implique les ancêtres de deux familles de futurs industriels importants de la ville, la famille Risler et la famille Engelmann.

                                             ————————

Remerciements à :

  • Monsieur Hugues Ruhlmann qui est à l’origine de la découverte à la Bibliothèque Municipale de Mulhouse
  • Monsieur Thomas Brunner, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge – Université de Strasbourg – ARCHE UMR 3400 – Faculté des Sciences historiques – Institut du Moyen Âge – Directeur du département d’histoire –Porteur du projet SIGI-AL
  • Madame Isabelle Leibrich de la Société Industrielle de Mulhouse.
  • Madame Jehanne Ducros-Delaigue, Responsable du service Patrimoine Bibliothèque municipale de Mulhouse

Notes :

(1) Nous avons pu photographier l’acte et le sceau grâce à l’autorisation de la Société Industrielle de Mulhouse (SIM) qui l’a mis en dépôt à la Bibliothèque municipale de Mulhouse sous la cote « Fonds Weiss AW 41 »
(2) Bernard Post und Edouard Benner : Stadt-Archivs von Mülhausen i.E. 1236 – 1798 –  E. Meininger 1910 .      
(3) « Le Vieux Mulhouse »  Documents d’Archives publiés par les soins d’une Commission d’études historiques – Tome V – Chronique de la Famille Engelmann de Mulhouse (1450-1898) – traduite de l’original allemand par Ernest Meininger – Mulhouse – Imprimerie Meininger 1914.
(4) Etude d’inventaire établi en 1981 par Brigitte Parent et Marie-Philippe Scheurer © Inventaire général, 1981.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
ckasteleiner (9 avril 2024). Sceau du secret de Mulhouse, 1638. SigiAl. Consulté le 21 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/w6rd