Prospection aux archives de Mutzig

Lundi 13 mai 2019, M. Schmitt, président de la Société d’Histoire de Mutzig et environs (SHME), et son épouse nous ont reçu Tina Nardi, étudiante du Master d’études médiévales interdisciplinaires, et moi pour nous présenter les fonds dont leur société a la garde. De fait, ils conservent tous les fonds anciens mutzigeois antérieurs à la Révolution française. Nous nous sommes retrouvés en début d’après-midi au Château des Rohan de Mutzig, où se trouve le siège de la SHME.

Cette prise de contact in situ avait pour but d’évaluer l’importance du nombre de sceaux conservés en vue d’une opération de numérisation qui sera menée au mois de juin sous la houlette de Tina Nardi dans le cadre de son stage en milieu professionnel au sein de l’ARCHE – EA 3400. Des bénévoles de la Société sont susceptibles de participer avec elle à cette entreprise. Une fois le corpus mis en ligne, la commune pourra disposer, si elle le souhaite, d’un portail vers le catalogue les sceaux numérisés.

Le château des Rohan de Mutzig abrite le siège de la Société d’Histoire de Mutzig et environs qui conserve les archives anciennes de la commune.

Ce petit fonds à l’histoire singulière – puisque la majeure partie a été redécouverte dans le plancher du grenier de la mairie lors de travaux effectués dans les années 1970-, dispose d’un bel inventaire établi en 1977-1978 par le soin de Christian Wolff (Archives départementales du Bas-Rhin). Cet outil sera d’une aide précieuse aux collecteurs de sceaux, même si M. Schmitt nous a précisé que la publication omettait d’en signaler quelques uns. Il conviendra par conséquent de vérifier toutes les chartes conservées ici.

AM Mutzig, DD 2 (1243), charte de l’évêque de Strasbourg Berthold Ier

On peut estimer le corpus mutzigeois à une trentaine d’empreintes sigillaires dont la plus ancienne est appendue à une charte épiscopale de 1243 qui commence par une magnifique suscription ornée. L’existence de cette collection a échappé à l’inventaire des sources sigillaires alsaciennes méticuleusement établi par Daniel Keller en 2017 dans Le sceau, empreinte de l’Histoire. Sigillographes et sigillographie en Alsace. Le projet SIGI-AL permettrait donc de combler cet oubli.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.