Remarque sur le supplice de la roue

Suite à la présentation du sceau de Molsheim lors d’une conférence donnée dans le cadre du Jardin des Sciences le 14 novembre 2019, le Dr Guy Muller, président de la Société d’histoire et d’archéologie de Molsheim et environs, et ancien radiologue est intervenu pour commenter une miniature de la Spiezer Chronik, chronique officieuse de l’histoire de la ville de Berne rédigée par Diebold Schilling l’ancien vers 1485 que j’avais présentée afin d’illustrer le mode dit germanique d’exécution sur la roue, en rapport avec la scène du martyre de Saint Georges figurant sur le sceau de Molsheim.

On y voit en effet la première phase du supplice qui consistait à briser les membres du condamné avec une roue avant d’attacher le corps meurtri sur une autre roue afin de l’exposer. Or je m’étais interrogé, comme d’autres[1], sur l‘usage d’un instrument tel que la roue, moins commode à manier qu’une masse, émettant l’hypothèse d’un symbole judiciaire dont le sens nous échapperait désormais.

Or, comme l’a fait remarquer le Dr Muller, l’image montre que le bourreau ne brisait que l’extrémité des membres (avant-bras et jambe proprement dite). Ces parties du corps se composent de deux os (radius et cubitus d’une part, tibia et péroné d’autre part) qu’une masse aurait sans doute brisé, tandis qu’en frappant avec la roue, on pouvait n’en casser qu’un sur deux. En brisant l’humerus ou le fémur, le geste du bourreau aurait entrainé une mort rapide, avant même la phase d’exposition. En revanche, en s’attaquant partiellement aux parties externes des membres, il assurait une survie immédiate du condamné et permettait ainsi une longue agonie.


[1] Antoine FOLLAIN, Le crime d’Anthoine. Enquête sur la mort d’une jeune femme dans les Vosges au XVIIe siècle, Paris, 2017, p. 122-133.