Le corpus de chartes scellées antérieures à 1250 conservées aux AD du Bas-Rhin en ligne

Présentation par Anne Brunet (Master «Technologies numériques appliquées à l’histoire », Ecole nationale des Chartes, Paris)

A la suite du « chantier chartes » des Archives départementales visant à restaurer et numériser les 342 chartes antérieures à 1250 conservées par l’institution, j’ai été chargée d’intégrer sur la base de données SIGILLA les sceaux apposés sur les chartes d’avant 1250, soit un corpus de chartes entièrement en latin, afin d’enrichir les données du projet SIGI-AL[1].

Accord entre l’abbaye de Niedermunster et la ville de Rosheim en 1240 (AD Bas-Rhin, G 2927/2).

Le corpus qui m’a été confié contient 140 chartes, dont la datation s’étale du premier quart du IXe siècle à la date fixée de 1250. L’essentiel de ces chartes appartient aux séries anciennes G et H des Archives départementales, soit respectivement les fonds issus du clergé séculier et du clergé régulier. Il y a aussi quelques chartes de la série J concernant donc les fonds privés. Il s’agit principalement de donations pieuses, testaments, arbitrages, privilèges, confirmations et quelques règlements.

Sceau du chapitre cathédral de Strasbourg (1222), ADBR, G 2759/1

 A l’issue de mon stage, 129 actes ainsi que leurs sceaux font désormais parti des data disponibles sur la base de données, 11 actes ayant été laissés de côtés pour différentes raisons (sceaux perdus, illisibles ou à l’état de débris…). 

Ces sceaux sont le fruit de producteurs variés, soit presque 80 nouveaux sigillants à disposition des utilisateurs de la base. Ces sigillants sont essentiellement ecclésiastiques, au vu de la nature des fonds d’où proviennent les chartes. Ainsi, des papes, des évêques – de Strasbourg, du bassin rhénan, voire d’Italie –, des abbés et quelques abbesses, divers membres du clergé, notamment des chanoines du chapitre cathédral de Strasbourg, sans oublier les sceaux d’institutions, abbayes et chapitres. Cependant, le corpus contient aussi des sceaux de laïcs : empereurs romains germaniques, rois, notables locaux, et deux ou trois sceaux de ville. A l’exception de quelques abbesses, il s’agit presque exclusivement de sigillants masculins, notamment pour ce qui est des laïcs, les rares femmes mentionnées dans les actes se servant du sceau de leur mari.

Sceau de Henri de Winstein en 1233 (ADBR, H 2996/11)

Les sigillants  ajoutés sont à l’origine de plus de 260 empreintes encore existantes, apposées sur des documents des Archives du Bas-Rhin, empreintes dans un état de conservation variable. La fiabilité de l’identification des sigillants dépend par ailleurs beaucoup de la présence d’une formule de corroboration.

Ainsi, dans un certain nombre de cas, lorsque l’iconographie est reconnaissable, mais la légende illisible ou disparue et l’attribution du sceau de façon certaine à un sigillant périlleuse, les sceaux ont fait l’objet d’une entrée sur la base de donnée sous la dénomination « Non identifié – Ad 67 », afin de permettre à d’autres utilisateurs de collaborer à leur identification. Pour ce qui est du corpus qui m’a occupé, il s’agit d’un petit ensemble de 13 sceaux mystères.

Un autre exemple de ce travail collaboratif est la mise en place, concertée, de la dénomination « forgerie » pour caractériser la nature juridique des sceaux, dénomination qui a été créée pour répondre au besoin du « testament » de Sainte Odile (Ad 67 – G 1/1), dont le sceau supposément de Lothaire Ier est un faux avéré. Cette dénomination a aussi été utile pour les sceaux des premiers évêques de Strasbourg.

La description dans SIGILLA de ces quelques 260 empreintes, qui sera suivie prochainement par la mise en ligne, sur le site des Archives départementales, des images des 213 chartes antérieures à 1250 n’ayant pas ou plus de sceau, espère ainsi susciter de nouvelles études sur les pratiques de l’écrit en Alsace entre les Xe et XIIIe siècles. La contribution des Archives départementales du Bas-Rhin au projet SIGI-AL se poursuivra bientôt sur d’autres ensembles documentaires.


[1] Le terme chronologique de 1250, coïncidant avec la mort de l’empereur Frédéric II, « grande date » de l’histoire européenne, n’en demeure pas moins arbitraire. D’un point de vue pratique, il permettait de se concentrer sur une production écrite encore restreinte et cohérente linguistiquement.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.